mercredi 1 juin 2011

MAM contre-attaque tranquille


JEAN-PIERRE ELKABBACH
" - Le temps et le silence peuvent être de puissants réparateurs."

Deuxième effet DSKool. Après une tournée télévisuelle où l'expert en conflit d'intérêts Eric Woerth glosa présomption d’innocence et défense acharnée du bouclier fiscal (tiens-toi à jour Eric, il a été supprimé au profit d'une autre formule encore plus coûteuse pour l'Etat). Au moment où l'ancien inculpé Alain Juppé évoque "la cupidité des riches" sur France Culture, un JP Elkabbach au sirop d'érable reçoit pour son petit-déjeuner radiophonique le pancake Michèle Alliot-Marie, Ministre des affaires étrangères démissionnée en février dernier pour déni de réalité aggravé et proximité de jet avec dictateur au moment de son renversement. Miam.

Martyre de la vindicte médiatique, la victime collatérale de l'impétuosité d'un peuple à disposer de son destin sort de son sacrificiel silence. Durant trois mois l'embastilleuse abusive d'épiciers à Tarnac se résignait à n'être que député et adjointe au maire. MAM est magnanime : ce trimestre de silence (suivant neuf années ininterrompues de portefeuilles ministériels interchangeables au travers d'une bonne dizaine de gouvernements) "ne [lui]a pas coûté."  Subir une telle disgrâce après avoir été arrachée aux ors des républiques plus ou moins démocratiques cela briserait plus d'un caractère. Mais il en faut plus à MAM. Elle n'en veut d'ailleurs pas à ceux qui l'ont écarté : "Ça ne sert à rien d'être fâché avec qui que ce soit".  

Séquence post 2012 engaged.

Le politique est animal féroce et MAM ne sait pas faire grand chose que d'occuper un maroquin au gouvernement. Ayant potassé son "que sais-je ?" spécial "la vie chez les gueux", MAM s'engouffre  dans l'enivrante traînée d'une info-spectacle à la mémoire flash vidée par le fukushima new-yorkais du fait-divers politique, bien décidée elle aussi à abuser du nouveau hochet de circonstance qui fait fureur à L'UMP : la défense des classes moyennes

Mam a compris ton désarroi de Français en mal de pouvoir d'achat. Et sois rassuré : la droite va te sauver.  

Son analyse est simple comme la stratégie de distribution d'une film de Luc Besson : il y a des élites, 15% d'exclus et pis au milieu des classes moyenneux qui "partagent les mêmes aspirations, les mêmes craintes et également les mêmes exaspérations". Allez hop, 80% de la population clonée, tu m'étonnes qu'ils aient un problème avec la mixité. JP Elkabbach précise que MAM publie ce jour dans le quotidien de Serge Dassault un "hymne aux classes-moyennes qui souffrent de l'état arrogant" (sic)  où, parait-il (nous n'achetons pas cette presse), celle qui n'avait pas vu venir l'insurrection tunisienne alors qu'elle était sur place évoque un risque de fronde en France !

Remisant son chausse-pied dans la boîte à reluire, Elkabbach précise que bah euh bon c'est quand même abusé, rapport que, question pouvoir d'achat, son "ancien" gouvernement est au pouvoir depuis quatre ans. Mais MAM a mis à profit son abattement pour varier un peu les éléments de langage UMP. Elle esquive d'un double langue de bois arrière le sempiternel "la crise est passée par là" optant pour un  "la crise n'a pas amélioré les choses" tout en litote qu'elle complète d'un "nous voyons également l'explosion d'un certain nombre de revenus extravagants de la part de certains..." à l'indignation pincée. L'auditeur saura-t-il apprécier à sa juste valeur le media training ampoulé de l'aristocrate démocratique qui, redoutant le risque de décapitation électorale dans l'air, découvre au survol de la quatrième de couverture du bouquin de Mélenchon dans les couloirs de la Fnac de Neuilly les vertus d'un populisme qu'il vouait aux gémonies trois mois plus tôt.

Avec ça si la droite repasse, et comment ne le pourrait-elle pas avec tous ces gens de gauche qui se divisent, c'est un poste assuré aux affaires sociales en 2012

Mais bon, de direction alternative à la merdasse dans laquelle ce gouvernement enfonce une partie croissante du pays (en culpabilisant les plus pauvres et poussant les "un peu moins" pauvres à s'endetter pour rejoindre les premiers) MAM n'en avance aucune
Rien de tel alors qu'un petit bashing du PS. It's so tendance. 

MICHÈLE ALLIOT-MARIE
"- Les valeurs portées par les socialistes sont contraires aux valeurs des classes moyennes."  Lesquelles se réduisent selon MAM : payer moins d'impôts et en finir avec l'assistanat. Tant qu'on y est j'aurai rajouté : "et remettre les panneaux d'indication des radars !". 

Vient enfin la question que toute la France qui se lève tôt se pose :

JP ELKABBACH
" - Vous pouvez à nouveau servir le président de la République ?"

MAM
"- Mais bien entendu, je sers le président de la République. Je crois qu'il est aujourd'hui le mieux à même de conduire la modernisation de la France."

T'as compris : avec son chômage en hausse, son recul de l'âge de la retraite, son déremboursement des médicaments, ses réductions d'effectifs à l'école, dans les hôpitaux, dans la police, la France vient de vivre quatre ans de modernisation. Perso, mon niveau de vie, déjà pas brillant, s'est juste effondré dans ce laps de temps, mais j'imagine que pour toi ça roule. Il faut donc continuer à réformer (à coup de défonce des mécanismes de solidarité et de protection sociale), moderniser (muter le monde du travail vers celui de l'emploi flexible, aléatoire et sous-payé) et, dit MAM, "sans elles [les classes moyennes qui doivent voter pour nous parce qu'elles ne pensent qu'a leurs impôts même si, flûte, 1 Français sur 2 n'a pas le luxe d'en payer] nous ne réussirons pas cette transformation". 

Bref, pour que La France s'engage enfin sur la route de la rupture à droite : il nous faut encore plus de droite. 

Triste constat. En même temps qu'elle offre à moindre frais une virginité low-cost au commis des puissants, l'affaire DSK aura repositionné les imposteurs anti-sociaux sur le terrain de la morale et du "on vous a compris, nous on n'est pas comme eux, on est proche de vous". Ce qui n'empêche pas nos "proches du peuple" de discrètement faire virer du petit personnel pour manque de respect pendant leur shopping. 

Néanmoins, on aurait tort de sous-estimer l'ancienne présidente du RPR à la stupéfiante résistance. Sur l'éventuelle présence d'un Borloo à la présidentielle de 2012, elle avertit :

MAM
"-  Ce qui important c'est de voir comment on fait gagner son camp, et les idées de son camp et quand la division affaiblit son camp, je pense qu'il faut savoir faire passer son ego derrière l’intérêt général.

Que la gauche retienne cette leçon. Protéger, servir et garder le pouvoir, MAM connaît. Sur ce sujet seulement : son expertise est incontestable.

8 commentaires:

Stef a dit…

Une vraie carriériste, oui son expertise est incontestable en la matière....

Abdel Housni a dit…

Salut,

Ce qui choque c'est comment le public français s’accommode de la toxicité et du manque de vérité, qu'on lui donne à bouffer chaque jour via les médias.

A quand un réveil ou au moins un sursaut...

@++

Supertzar a dit…

@ Abdel :
pour le réveil, il semble que ça a commencé un peu partout en France... reelledemocratie.fr

Ded a dit…

Seb a bien du courage d'éplucher les misérables propos d'une aussi méprisable ex-ministre.
Cette bonne femme est vraiment le symbole de notre démocratie en ruine, de la déliquescence du pouvoir...

Anonyme a dit…

Salut Seb , lorsque j'ai un doute sur la dangerosité de nos femmes et hommes politiques , je les affuble soit d'un uniforme de la Waffen-SS soit d'un habit du clergé , et cela me permet de sourire et de m'apaiser.

Joe a dit…

J'ai toujours défendu Alliot Marie.
Qu'est ce qu'on lui reproche ?
D'évoluer dans des milieux qui ont des logiques de réseaux ? D'avoir grandi dans ces milieux ? Si j'avais été à sa place et qu'un ami haut placé m'avait offert un vol, j'aurai accepté sans problèmes.

Pensez BiBi a dit…

Contrairement à ce qu'écrit Ded, il faut se pencher très attentivement sur les Discours des Puissants (et sur celui de MAM en fait partie - Merci à toi), il faut voir ses légers déplacements linguistiques, ces glissades sémantiques pour pilonner au plus près ces Chiens de Garde.
La Gauche aurait retenu les leçons ? Ben... depuis 2002, ça fait un bout de temps qu'elle a fait sa rentrée des classes. A quand le Diplôme ?
Bien entendu, les classes moyennes sont l'objet de toute leurs attentions-UMP : c'est d'ailleurs "interessant" de voir qu'avec Borloo draguant De Villepin, ça s'agite beaucoup. Aussi, la phrase de MAM qui vise Borloo ( et sa possible base de masse) n'est pas du tout du tout de l'esbroufe (Ce qui important c'est de voir comment on fait gagner son camp, et quand la division affaiblit son camp, je pense qu'il faut savoir faire passer son ego derrière l’intérêt général).

BA a dit…

Bernard Tapie a été très bien traité par un tribunal arbitral. Ce tribunal arbitral était composé de trois personnes : deux de ces trois personnes étaient des amis de Bernard Tapie !

Bernard Tapie avait rejoint le Mouvement des radicaux de gauche.
« Seul François Mitterrand croit toujours en sa chance d’un destin national et lui conseille de se doter d’un Parti politique, ce que Bernard Tapie fait en rejoignant le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) dès la fin 1993. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Tapie#Succ.C3.A8s_politiques

Jean-Denis Bredin : 1976-1980 : Vice-président du Mouvement des radicaux de gauche (MRG).

11 juillet 2008 : Jean-Denis Bredin est membre de la composition arbitrale, avec Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, et Pierre Estoup, magistrat, dans l'affaire Bernard Tapie contre le Crédit lyonnais.

Formé de trois personnalités - Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Denis Bredin, avocat, et Pierre Estoup, magistrat - le tribunal arbitral, chargé de solder ce litige, a condamné le CDR à verser 285 millions d'euros à M. Tapie qui s'estimait floué d'une plus-value conséquente réalisée par la banque lors de la vente d'Adidas en 1993.

"Les arbitres allouent aux liquidateurs du groupe Tapie une indemnité en principal de 240 millions d'euros, au titre du manque à gagner, et une autre indemnité de 45 millions d'euros au titre du préjudice moral", selon un communiqué du CDR. Les intérêts sur 15 années pourraient approcher les 100 millions d'euros. L'indemnité au titre de préjudice moral est la plus forte jamais versée.

Jean-Denis Bredin pour sa part touche des honoraires de 300 000 euros, ainsi que Pierre Mazeaud et Pierre Estoup, ce qui est une somme "rarement atteinte" pour les arbitrages internes, et plus fréquente pour les arbitrages internationaux. Cet arbitrage et l'absence de recours de la part de l'Etat, engagé sur le paiement des dettes du CDR, fait rapidement l'objet d'une polémique.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Denis_Bredin

Le deuxième membre du tribunal arbitral était Pierre Estoup. Pour comprendre les liens entre Pierre Estoup et Bernard Tapie, lisez cet article :

http://www.20minutes.fr/ledirect/738881/mediapart-epingle-arbitres-affaire-tapie