12 juin 2024

#Legislatives Les lendemains qui déchantent

par
Quelle émotion ! 

Apres les résultats des élections européennes et le score historique du RN, qui fait plus du double du second, les journalistes de BFM, Quotidien ou Mediapart semblent découvrir qu'il existe une forme de vie développée au-delà du boulevard périphérique parisien. 

Les questions fusent et s'entremêlent avec des trémolos dans la voix : "Pourquoi ?" et "comment la détruire ?"

Suite à l'annonce de la dissolution par Macron le vexé, et comme à chaque déconvenue face à la réalité, mais aussi pour sauver leurs sièges dans une législative anticipée, les cadres de gauche en sont retourné d'instinct à agiter de la pensée binaire chez leurs sympathisants en faisant fi de leurs incompatibilités pour se ratatiner sur ce qu'ils savent faire : des pétitions et des leçons de morale à la France entière.

Ils se (re)lancent dans une grande quinzaine de l'antifascisme en s'appuyant sur une mythologie interne qui ne parle plus à personne hors de leur monde en vase clos (et même à l'intérieur on n'y croit plus vraiment). Le front populaire, sérieusement ? Mais il est déjà là. Il a voté le 9 juin. 

Alors d'un coup Gaza n'existe plus, les deux ans de bordelisation systématique de l'assemblée par les députés NUPES (qui ont contribué un peu plus à écœurer la population de voir la gauche au pouvoir) n'existent plus. On verra si ça marche, mais j'ai des doutes pour cette fois. Faudrait pas trop prendre les Français pour des cons, même si c'est un peu la base de nos gouvernances successives depuis un paquet de temps. D'autant qu'on sait comment à chaque à fois cette équation des forces autoproclamées progressistes se termine : par le vote pour Macron ou un de ses clones. 

A droite, c'est à dire à minima 60% des Français, et là où se définira la couleur de la prochaine assemblée, les choses se disputent un peu plus. Eric Ciotti, le président des LR s'est déclaré pour une alliance avec le RN et s'est immédiatement attiré les foudres de ce qui reste du parti (étant entendu que  les cadres LR n'ont pas saisi qu'une large partie de la base vote déjà RN). 

Là dessus Macron, celui que tout le monde déteste, laisse entendre qu'il interviendrait 3X par semaine à la télévision dans cette campagne pour... pourquoi ? On a du mal à saisir tant il est responsable par la haine qu'il suscite, à gauche au milieu et à droite, du pitoyable résultat de la liste Renaissance aux Européennes. 

Je n'en peux plus des hypothèses alambiquées sur une machiavélique stratégie de sa part alors que ce type ne démontre, propos après propos qu'une seule chose : sa déconnexion complète avec la réalité de ce que vivent 99% des gens qu'il est censé défendre. C'est un vulgaire manager toxique de supérette qui, dans la réalité du monde du travail, se serait déjà fait écarter par la maison mère suite à l'accumulation de plaintes pour harcèlement et suite à ses mauvais résultats financiers. Il ne comprend juste toujours pas pourquoi plus personne ne l'aime, et ça le rend encore plus dingue (la lucidité aurait été de démissionner). C'est en cela qu'il est dangereux (ça fait juste 7 ans que je le répète)

On se dirige donc tranquillement, à moins d'un faits-divers (tient bizarrement ça aussi ça a disparu des ondes) ou d'un attentat qui redistribuerait les cartes, vers une assemblée à l'image de celle d'aujourd'hui : avec plus de RN, plus de NUPES et moins de macronistes (et ça c'est toujours bon à prendre). 

À bientôt pour le prochain épisode



10 juin 2024

Le déni n'est pas une strategie

par

Et bien quelle soirée électorale les amis ! Pas vu autant de tension depuis le psychodrame de la COCOE (seuls les vrais savent). 

Quelques notes vite fait... 

En préambule, on saluera la performance de Macron qui, de sa morgue, de ses 49-3 en cascade et de son ingérence médiatique à la limite du harcèlement dans cette campagne européenne, aura tout entrepris pour la perdre. Il ira jusqu'à faire disparaître dans les résultats la cause européenne qu'il était censé défendre en annonçant dans la foulée une dissolution de l'AN : chapeau l'artiste ! 

Ceux qui lui prêtent une quelconque visée stratégique avec l'annonce de la dissolution de l'AN sous-estiment l'égocentrisme de cet individu qui n'a jamais été élu nulle part avant qu'on lui serve la présidence sur un plateau. Le gamin est vexé, il fait donc popo sur le tapis. Son jouet du barrage républicain va lui peter à la gueule et c'est bien fait. 

1er bilan : le divorce acté France du réel / Bulle parisienne. 

Le RN est premier partout. Dans les départements, 94% des villes et villages, même dans des bastions historiquement de gauche, il double à Crepol... bref partout sauf à Paris et les grandes villes avec revenu moyen/hab nettement plus élevé qu'ailleurs (soit les foyers d'émission d'à peu près 100% de la classe dirigeante et médiatique). 

Le vieil adage "les vieux votent RN" est faux aussi. Les +70ans votent comme les -30ans (25% RN). En revanche, le monde du travail a lui voté à 50% pour le RN (c'est ce chiffre qui devrait réellement terrifier la gauche si elle avait encore le sens du réel, au lieu de trépigner sur son tabouret en crachant "bou les messants fassisses et les sales rassisses !" sur la moitié des salariés).

2e bilan : le déni ne paye pas. 

Les motivations du vote RN : pouvoir d'achat, insécurité liée à l'immigration incontrôlée. C'est pourtant clair. Mépriser le ras-le-bol général (salaires de merde, inflation et leçons de morale, insécurité, crimes impunis et à l'inverse accusations en cascade pour juste évoquer ces crimes impunis... ) pour tout miser les JO comme rebond économique (côté Macron) et l'écriture inclusive comme progres social (à gauche) n'est pas une stratégie viable. Comme le souligne un twittos "Reglez les problèmes des gens ( les coups de couteau dans la rue, les meurtriers sous OQTF et en liberté, les pastèques à 25 euros, les salaires inférieurs aux retraites etc )" et là peut être vous aurez un recul du parti qui est à peu près le seul à avoir mis ces thématiques sur le tapis. En son temps la gauche a fait des efforts, mais pour un ensemble de raisons (allant de la germanopratisation de ses cadres à la récente fixette sur la Palestine de ceux qui étaient jadis, dans un passé très lointain, les défenseurs des ouvriers) ils sont devenus inaudibles et pas crédibles au delà de leur fan club sur Twitch.  

3e bilan : c'est le retour annoncé de la saison des Castors 

Visiblement, ce lundi matin continuer à traiter Les Français de fascistes reste le seul programme commun à gauche (avec le succès que l'on connaît) donc on va repartir pour un tour. Je vous économise 3 semaines de drama interne : Sans l'ombre d'une auto-critique, la gauche dans sa grande majorité ira voter Macron/Glucose et "combattre les idées". Comme d'hab. (Note que je suis curieux quand même de voir la tronche de "l'axe du bien" Jerome Cahuzac/Rima Hassan).

Voilà quelques notes en ce lundi matin, mais je sens qu'il va y avoir du Comedy Club dans les jours à venir et donc d'autres notes.



2 juin 2024

Hold-up sur les indemnités chômage

par
À l’heure européenne, on peut se demander à quoi servent notre président et sa ribambelle de ministres inconsistants ? 

On peut résumer leur action à cinq axes : 

1 / Distribuer du pognon. Beaucoup aux amis et juste ce qu’il faut aux pauvres pour les calmer et les rendre dépendants. 

2 / Emmerder au quotidien les Français pour leur rappeler qui c’est le patron.

3 / Commémorer dates et emblèmes d’un pays qui disparait (ravagé économiquement par leurs prédécesseurs, à l’identité et la substance détruites à chacune de leurs réformes).

4 / Gouverner par opportunisme, au jour le jour. Entouré de conseillers grassement payés passer d’une opération de com’ à une autre, en guise de "vision stratégique". 

et last but not least… 

5 / Rembourser la dette. 

Cet impératif de la dette plane comme un spectre, conditionne les discours, justifie actions et renoncements. Des gens meurent faute de personnels dans les hôpitaux ? Les services publics ne sont plus assurés ? Des routes s’effondrent ? : 
"- On n’y peut rien ma petite dame, La France est trop endettée, d’ailleurs on va vous taxer un peu plus". 

Entre deux cris d’effroi, nos élites se défendent avec assurance : 
"- Le pays ne peut pas faire faillite. C’est la France tout de même, ma petite dame !". 

Néanmoins, pour rassurer les prêteurs, l’Etat est amené à présenter régulièrement quelques brebis sur l’autel du sacrifice. 

C’est ainsi que pour la troisième fois en cinq ans, la deuxième en deux ans, le premier ministre Gabriel Attal annonce une nouvelle réforme du chômage qui passera par décret (allez hop, ce sera jamais que le huitième en 6 ans sur le sujet). Oui vous me direz c’est gonflé de la part de quelqu’un qui ne connait pas le chômage (rapport qu’il n’a jamais connu le travail) mais la crédibilité de ces sots n’est même pas la question ici. 

En quoi consiste la réforme ? 
Alors qu'il fallait jusqu'à présent avoir travaillé 6 mois lors des 24 derniers mois pour toucher l'allocation de retour à l'emploi, il faudra avoir cotisé 8 mois sur les 20 derniers pour les moins de 57 ans. Pour les plus de 57 ans, il faudra avoir cotisé au moins 8 mois sur les 30 derniers, contre 6 mois sur les 36 derniers à 53 ans. La justification est de favoriser "le retour à l'emploi des seniors". 

Comme si moins les indemniser allait résoudre le problème de leur non-embauche...

Pourquoi cette réforme ? 
On se le demande alors que les caisses de l’assurance chômage sont excédentaires de 1,6 Milliards en 2023. La dernière réforme a-t-elle même fonctionné ? Oui, à réduire les droits des chômeurs. Le chômage, lui, a augmenté de 0,4% au premier trimestre 2024. Une réforme pour réformer la réforme s'impose.

Quels sont les effets prévisibles de cette réforme ? 
Creuser encore un peu plus le fossé entre ceux qui sont en CDI et les précaires de l’emploi, souvent les moins de 25 ans et les plus de 50 ans qui vont se retrouver pour beaucoup sans aucune indemnité. Ce qui est déjà le cas de près de la moitié des chômeurs. 

Les réformes de l’Assurance chômage entrées en vigueur en 2021 touchent prioritairement les intérimaires, les personnes en fin de CDD et les jeunes. En effet, 9 intérimaires sur 10 et la moitié des jeunes ont été impactés par ces réformes note l'Unédic dans son premier bilan de la réforme de 2023. 

Il n’y aura aucun effet notable sur l'emploi de qualité. En revanche, cela contribuera encore à coller les salaires au plancher. La réforme favorisera le maintien d’un vivier de précaires prêts à tout à n’importe quel salaire, tout en nivelant les salaires de ceux qui ont un emploi. N’est-ce pas le résumé de l’action  des dirigeants Français dans le domaine de l’emploi depuis 30 ans avec le succès que l’on sait sur l’économie et le pouvoir d'achat ? On ne peut pas attendre de nos élites de penser aux effets économiques d’une réforme dont l’ambition est avant tout symbolique. Doublement symbolique même, il s'agit de : 

1/  Envoyer un signal au marché : "- On maitrise les gars, continuez à prêter !".

2 / Envoyer un signal aux Français : " - Les chômeurs sont des feignants, d’ailleurs les travailleurs sont aussi un peu des feignants, d'ailleurs vous êtes tous des feignants (sauf les riches) et ma petite dame, le problème c'est que Les Français ne travaillent pas assez !". 

Manque de bol le calendrier s’est emballé et, à une semaine d’une élection européenne tournant au référendum anti Macron, le premier ministre se retrouve à annoncer une réforme profondément antisociale (appauvrissement concret des jeunes + baisse du pouvoir d’achat + n-ième changement des règles et détournement de fonds) pour calmer les marchés. 

Faut dire, Standards ans Poors dégrade la note de la dette française. Houlala. Ça c'est de l'insécurité, de la vraie. 

Dans une interview au Parisien, l’inénarrable Bruno Lemaire, super héros, auteur médiocre de soft-porn de gare et très accessoirement ministre de l'Economie, assure que cette dégradation n’affectera pas les Français au quotidien. Au même moment, l'annonce de cette réforme chômage par Gabriel Attal, démontre explicitement l’inverse. Même dans leur communication, ils sont mauvais. 

M'est avis que ça mérite un licenciement sec et sans indemnités. 

Top Ad 728x90