Les derniers articles du blog

7 janvier 2022

L'emmerdeur et les émancipés

par
Je corrigeais les dernières touches de mon livre, incluant le récit de ce curieux mois de décembre 2021, à titre intime et collectif, quand est tombée comme une crotte sèche "la petite phrase" du président sur les réseaux sociaux.  

Ce 4 janvier, alors qu'était "discuté" à l’Assemblée, le texte sur le Pass vaccinal, a « fuité »  une interview d’Emmanuel Macron aux sujets des non-vaccinés, censée être publiée après le vote :

"Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale. D’ailleurs, la quasi-totalité des gens, plus de 90 %, y ont adhéré. C’est une toute petite minorité qui est réfractaire. Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l’emmerdant encore davantage. Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie… "

Jusque-là rien de de bien grave, moi aussi je pisse à la raie de ce malappris. Mais, le président de la République d'ajouter : 

"Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen."  Là, c'est plus grave. Et surtout, très con. D'autant que plein de terroristes avec du sang sur les mains, eux, sont bel et bien encore citoyens. 

Une fois encore, rien ne me surprend dans les propos du sagouin. Son penchant pour la coke et son mépris du peuple suintent de lui depuis le début du quinquennat. Les récentes déclarations de Castex et Véran allaient exactement dans le même sens avec la même violence, et les mesures discriminatoires s’accumulent concrètement depuis six mois. Focaliser la colère sur des boucs-émissaires, d’autant plus menaçants qu’ils sont de moins en moins nombreux, est une mode de gouvernement vieux comme le monde. Blâmer les non-vaccinés, c'est le pied. C’est un peu comme du racisme mais sans l’accusation de racisme, bref c'est propre, éthique et pratique pour cacher tout ce qui déconne : l'argent qu'on ne met pas dans l'hôpital et l'évasion fiscale, ou encore la stratégie toute pétée de la vaccination à l'aveugle...

Aveugle, il fallait l'être pour ne pas voir jusque-là que : 
1 / Macron a déclaré la guerre aux Français 
2 / Cette histoire de Pass n’a absolument rien à voir avec la santé publique. (Exemple : alors qu'on veut vacciner les enfants, rien n’est engagé pour améliorer la vaccination chez les personnes âgées dont la vie sociale est souvent la même avec ou sans Pass). 
Castex a d'ailleurs depuis confirmé : pas d'échéance de fin prévue

Néanmoins, la diarrhée verbale du forban de la République, qu'elle soit préméditée ou non, rapproche des gens qui ne se parlaient plus depuis un moment. Que ce soit chez une partie des vaccinés ou/et dans le camp de gauche, l’indignation est nette. Pour certains à gauche, les non-vaccinés existent soudainement puisqu’ils basculent, enfin, dans la catégorie : minorité visible et opprimée. On ne les a pas attendu pour tirer cette conclusion, le 12 juillet tout était déjà très clair. 

J'avoue être flatté d’être défini comme "réfractaire" par le président d’un pays dont il ne me considère plus citoyen... et de me confirmer ce que je savais déjà. Macron nous sert la sécession sur un plateau doré. 

Au-delà des mots, il devient évident que le pouvoir n’a pas envie d’en finir avec la pandémie. La faible virulence d’Omicron lui aurait permis de sortir « proprement » de ces deux années en capitalisant sur les effets du vaccin sur les formes graves. Au lieu de ça, le pouvoir a tout entrepris pour gonfler la panique en décembre et nous maintenir dans la peur. Et encore en 2022, avec une paralysie en approche du pays, suite à cette gestion débile. 

Pourquoi continuer ce suicide national ? Je n’ai pas la réponse. La piste de l’enrichissement des labos est certaine, mais elle ne peut suffire à expliquer cette persévérance dans l’échec. La destruction du groupe témoins ? Il doit bien savoir qu'il n'y arrivera jamais. La piste des élections présidentielles ? Surement, mais je n’ai jamais vu un président décrocher un second mandat en insultant les gens, à moins qu'il les empêche de voter, va savoir. 

Visiblement, pour le moment la terreur plait encore aux Français :  tous vaccinés, tous des bâtons dans le nez, et partis en chantant pour des piqûres à répétitions tous les trois mois. Les pharmacies jouent à guichet fermé, notre nouveau film catastrophe. Le cinquième de la série en moins de deux ans. Car à vrai dire, si une guerre aux non-vaccinés est commencée longtemps, la véritable obligation vaccinale, pour le moment, vise concrètement les vaccinés. Ce sont eux qui ont mis le bras dans un mécanisme dont ils auront dû mal à s’extraire. Néanmoins, nous les accueillerons avec joie et sans rancune dans nos territoires en zone libre où le président caca boudin, son mari et ses sbires ne sont plus rien.







31 décembre 2021

Omicron : comme une couille dans le narratif

par
2020 était l'année de la sidération, 2021 celle de la soumission, 2022 sera-t-elle l'année de l'exaspération ? 

Je dois avouer que d’un point de vue purement complotiste, cette fin d’année 2021 va au-delà de mes espérances : 

- Un vaccin qui n’en est pas un, et démontre puissamment son inutilité pour la majeure partie de la population, alors que sont désormais visés par nos autorités incompétentes des enfants de 5 ans,

- une obligation de rappel qui passe (ha ha) en moins de 30 jours, de sept à cinq et bientôt trois mois,

- un Pass provisoire qui devient permanent, sanitaire puis vaccinal, le tout validé en pleine nuit par trois péquins qui se torchent avec la Cnil, la constitution et l'Etat de droit,

- laisser-passer qui, au passage, avec 200 000 contaminations/jour (essentiellement des vaccinés) démontre sa totale inefficacité, voire sa contre-productivité,

- une communication gouvernementale qui abandonne la dimension sanitaire pour faire de la conservation du Pass le seul argument marketing de la vaccination (au passage on y mélange du Moderna avec du Pfizer au petit bonheur des fonds de stock et dates de péremption),

- une paralysie annoncée de la société suite à une explosion des "cas-contacts" suite à une énième psychose générée par les chaines d'info,

- et, à la veille du nouvel-an, face au terrible péril du nouveau variant qui va contaminer en trois semaines les deux-tiers du pays, le grand retour du Baltringuistan et de ses règles à la con déléguées aux préfets : masque dehors, musique interdite ou boire son café sur une jambe.

Bref, 2021 s'achève sur le plus délirant des fiascos.

Ne soyons pas pessimistes. Au contraire. L'Omicron est une lueur d'espoir dans la longue nuit covidée de la raison que nous traversons depuis bientôt deux ans.

Le joyeux duo média/gouvernement avait tout misé sur ce variant venu d'un pays lointain en faisant monter l’angoisse durant le mois de décembre, et à la fin de celui-ci on se retrouve comme des cons. Si on a bien la terreur, on n'a toujours pas les morts, le variant n'ayant pas l'air foudroyant. Mieux encore, le gouvernement s'est pris les pieds dans le tapis de sa propre panique : avec des records de tests, la France, pays d'hypocondriaques en puissance, se retrouve en tête du hit-parade mondial des "cas" positifs quotidiens (le putain de jour de Noël, sérieux vous n'avez pas autre chose à foutre ?). 

M'est avis que 2022 va commencer sur les chapeaux de roues avec une tornade d'arrêts-maladie dès lundi matin 9 heures. Nous serons tous bientôt contaminés, et comme on le sait pertinemment depuis le début : on va majoritairement tous s'en sortir. Le seul souci étant une fois encore, covid ou pas, la sous-dimension hospitalière de ce pays gériatrique. Mais il est clair, en deux ans, que la volonté de l'Etat est  surtout d'en finir avec le système de Santé, celle-ci, comme nos libertés, devant se réduire à un abonnement vaccinal

Même s'il y a encore de la marge vu le nombre de neuneus qui marchent dans la rue avec trois masques sur la gueule, la machine à panique va, peut-être, bientôt tourner à vide. 

Dans ce contexte, avec un gouvernement aux abois et une population effrayée : les non-vaccinés sont le réceptacle idéal de toutes les colères. Les non-vaccinés, des irréductibles gaulois réfractaires, disposant d'un cerveau, qui crient au complot et sont déjà responsables de l’heure d’hiver, du réchauffement climatique et de la dernière trilogie Star Wars. Véran a beau les menacer, Castex les stigmatiser, ce gouvernement sait bien que nous ne cèderons pas, d'autant que les derniers évènements, du vaccin sur abonnement au Pass à perpétuité, nous donnent pour le moment raison. Autre problème, la peur n'a plus vraiment prise sur les non-vaccinés. Décembre aura exposé cet autre paradoxe : les vaccinés, censés être tous protégés, sont les seuls à encore être terrorisés. 

Pas étonnant qu'ils soient les véritables cibles des restrictions annoncées par Castex la semaine passée. Les non-vax se branlent de devoir s'asseoir au bistrot ou de ne pas pouvoir manger de fraises Tagada dans la Paris-Marseille : ils n’ont déjà plus accès de tout ça depuis bien longtemps. 

Le docile vacciné, qui a "tout bien fait", exaspéré des nouvelles mesures à la con et avec son bras comme du gruyère, sera t-il le révolutionnaire de 2022 ? Difficile à croire, mais pas impossible. Comme on dit dans la saga : "il est notre seul espoir".

En attendant, les courageux, passez une belle soirée et la meilleure des années possibles. 




17 décembre 2021

Le Pass Sanitaire est un échec ? Vite le Pass Vaccinal !

par
Agacé par sa gamine de 11 ans qui lui a refilé le Covid, le triple dose Castex a annoncé ce soir qu'il déposerait un projet de loi dès la rentrée pour transformer le Pass sanitaire en Pass Vaccinal. Les doses de rappel vont passer à 4 mois, oui c'est bien ça : 3 piqures par an. C'est complètement rationnel et totalement normal. Tout ça sera bien entendu appliqué aux enfants. 

Rien de bouleversant pour ma part, nous sommes plusieurs à l'avoir annoncé dès cet été (comme la bêtise de la stratégie tout vaccin). Ces gens ne s'arrêteront pas tant qu'ils n'auront pas peur physiquement de nous. Pour l'instant ils nous crachent à la gueule et ne nous parlent de vote et d'élections. Ce n'est pas pour rien. Ils ont un besoin fondamental que nous légitimions ce délire par notre participation "démocratique". 

On s'étonnera toutefois (mais si peu) que l'annonce du Pass Vaccinal survienne au moment où les scores quotidiens de contaminations explosent les records de 2020 (vous savez quand il n'y avait ni Pass ni vaccin). Des contaminations de vaccinés donc puisque les non vaccinés doivent payer. Ce qui devrait discréditer piqure et Pass permet au contraire à ces crétins criminels de renforcer le dispositif obsolète. 

Pour certains qui se foutaient de la gueule des complotistes ça risque de piquer un peu dans les mois à venir (mais bon les croyances ça ne discute pas et d'ailleurs ils sont déjà prêts à tendre l'autre bras). Tout ça pour continuer à porter un masque, se faire interdire de réveillon et finir par se choper quand même le Covid tout en jouant avec la santé d'enfants qui ne risquaient jusque-là STRICTEMENT RIEN. 

J'ai l'absolue certitude que l'histoire jugera ces salopards et leurs millions de collaborateurs. J'espère juste que ça ne prendra pas un demi siècle. Pas le temps.



26 novembre 2021

Black Friday de la Santé : Vente flash sur la 3e dose !

par
La plus grosse fake news de 2021 aura donc été : "On a un vaccin efficace qui va nous permettre de retrouver notre liberté".  

Hier, pour la déconne, et alors que je survolais les corrections de mon prochain livre (sorti début 2022 si tout va bien), j’ai regardé la conférence de presse sanitaire des joyeux drilles Véran et Salomon. Alors que les peuples d’Europe commencent a s’échauffer sérieusement sur la question vaccinale, que des Français sauvent l’honneur national en Guadeloupe et en Martinique, que les pouvoirs des « grandes démocraties » (rires) montrent quelques signes de fébrilité (tirs à balles réelles sur la foule, ordre puis contrordre de confinement des non-vaccinés, menaces de mort tant qu'on y est…), notre gouvernement la joue piano en glissant sur notre docilité. 

Alors que l’apocalyptique cinquième vague arrive dans les pays fortement vaccinés (étonnant non ?) et que les Alertes Infos nous annoncent 700 000 morts si l'on ne fait rien, on pouvait s’attendre à un déferlement de mesures contre les non-vaccinés (ça devient compliqué d’aller plus loin) mais finalement c’est sur ceux qui se sont déjà soumis deux fois que le couperet est tombé : ils devront se soumettre une troisième fois pour garder leur précieux totem d'immunité. Une troisième dose de vaccin en moins d’un an sera obligatoire pour conserver son Pass sanitaire, confirmant qu’il ne s’agit pas d’un vaccin mais bien d’une drogue dure. Un superbe couillonage en Technicolor de 50 Millions de vaccinés qui vont peut-être enfin comprendre qu’ils ont signé pour un abonnement à vie à la liberté Pfizer

Le plus beau dans la farce c’est que le vaccin sous sa forme double dosée est discrédité au moment où l’on assène aux non-vaccinés qu’il est efficace et que c'est la seule solution. Fort de ce fiasco Véran et Macron envisagent l’élargissement de la vaccination aux enfants dès 5 ans. Grisé par son audace, le ministre de la Santé s’est même permis un "être libre c’est être libre d’obéir au risque d’être mis au ban de la société" limpide sur les intentions fascisantes de ces individus. Constamment pris en flagrant délit de mensonges, d’échec et de mépris, ils resservent le couvert invariablement, sans honte et avec les mêmes arguments. Pourquoi se généraient-ils ? En face il n’y a plus que de la gelée humaine qui se fait caca dessus pour un rhume et baisse son froc pour un Big Mac

Virus ou pas, ce délire totalitaire continuera tant que nous l'accepterons. L’opportunité est trop belle pour définitivement nous faire fermer nos gueules. Je ne leur en veux même pas, ils font ce qu'ils savent faire : Nous niquer. Ils ne se cachent plus pour nous cracher à la gueule. Non, c’est le silence de mes compatriotes qui m’écoeure, leur collaboration passive et carrément active à cette infamie tranquille. Je suis désormais un étranger dans un pays que je ne considère plus comme le mien. C’est comme la vie sans Pass, on s’y fait et le cuir devient épais. Vous savez hein "ce qui ne me tue pas, me rend plus fort"...

Courage à celles et ceux qui résistent. Avec les autres, comme on dit : ça va devenir compliqué.  

23 octobre 2021

Désolé, vous avez perdu votre immunité

par
On se croirait dans un épisode de Koh-Lanta. Mais comme on l’a vu depuis un moment cette gestion sanitaire n’est qu’une immense émission de télé-réalité qui, force est de constater, trouve son public. 

Le nouveau terme médiatique à la mode est donc « perte d’immunité ». A la longue (enfin six mois quoi) les doubles injections miracles perdraient en efficacité et puis l’hiver arrive ma brave dame : il va faire froid. C’est ballot. Cette vaseline lexicale vise à tapisser les esprits pour des injections à répétition et autres pots belges (je vous rajoute une petite dose contre la grippe, il reste de la place dans le bras), étant de plus en plus insinué même dans la presse d’accompagnement qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un vaccin pour renforcer l'immunité, mais d’un forfait pour ne pas perdre son laisser-passer (comme l’avait annoncé les méchants complotistes en 2020). 

A ce sujet, nous nous amuserons à remarquer avec un brin de cynisme que presque un an jour pour jour après avoir communiqué sur l’existence d’un produit « efficace à 94,5% » pour les adultes, le grand laboratoire pharmaceutique qui a défoncé tous ses concurrents communique en fanfare sur une potion « efficace à 90% » sur les enfants de 5 à 11 ans.  Enfin tant qu'il y a des clients pour acheter, on va pas s'arrêter de vendre la came non plus. 

Hâte de lire la presse de l’année prochaine moi.



21 octobre 2021

De l'adaptation du crapaud à sa marmite (suite)

par
Dans la nuit du 19 au 20 octobre, une assemblée nationale presque vide vote le prolongement de l’état d’urgence sanitaire, et de son pass sanitaire assorti, jusqu’au 31 juillet. Ce n’est une surprise pour personne, ni chez les déviants ni chez les autres qui par ailleurs s’en moquent.  Chez eux le pass sanitaire n'est plus une question, chacun vaque à ses occupations "comme avant", lessivé du cerveau suite à un peu de terreur et trois confinements. 

Après six mois d’abstinence, j’ai recalé le poste de radio sur France culture le matin au réveil. Bien que moins frontale, l’omniprésence de la propagande pro-vaccination rend toujours l’écoute pénible. Passé le spot décérébrant du gouvernement, on retrouve la propagande dans quelques commentaires anodins dans des sujets qui n’ont rien à voir avec virus ou vaccin, ou des sujets connexes qui décrédibilisent systématiquement les antipass et antivax quitte à tordre la réalité. Ainsi un fascinant documentaire tirerait presque les larmes. Un médecin se dit « harcelé par des antivax ». Ce que ne dit pas le sujet c'est qu’il passe le plus clair de son temps de « travail » à insulter ceux qui ne sont pas de son avis depuis son compte Twitter à 37000 abonnés. On a les fans qu'on mérite. Aux infos on parle peu du virus, de morts ou de réanimations (les chiffres étant ridicules), seulement à la rubrique faits-divers de la normalisation des mesures restrictives. Les journalistes de ce pays annoncent même à l’unisson une baisse « historique » du chômage ce dernier trimestre sans pouvoir l’expliquer. J’aurais bien un début de réponse, elle tient en quatre lettres : Contrôleurs de pass sanitaire. C’est l’uberisation du contrat social. 

Nous sommes dans la phase de déconnexion. L’excuse originale "sanitaire" est abandonnée, le totalitarisme se maintient et progresse presque en autonomie, sans être nommé, sans être même pensé par ses sujets qui le battissent et le renforcent de leurs petites soumissions quotidiennes QR codées. Les contestations dans le monde, notamment celles massives en Italie, et celles sévèrement réprimées en Australie ne sont pas abordées. Ne se communiquent sur le front médiatique autorisé que trois types d’information relatives au virus : les hausses de contamination à l’étranger, les rapports opaques ou biaisés confirmant des succès des campagnes de vaccination, et la diabolisation des déviants (qu’il s’agisse de leur comportement délictueux ou de leurs remontées et témoignages des séquelles et décès constatés suite aux vaccins, tous balayés d’un condescendant revers de la main). Il apparait clair que le pass reste en place non pas pour inciter à se vacciner, mais que le vaccin était la clé pour imposer la mise en place du pass. 

Courage à ceux et celles qui, du bon côté de l'histoire, refusent l'un ET l'autre. 




Top Ad 728x90

Top Ad 728x90