samedi 21 mai 2011

La révolution des bagnoles

La voiture à papa (et à maman aussi) est une sorte de point zemmourien de la société où les réactionnaires s'accordent avec les libéraux pour dénoncer, fort d'un argumentaire niveau académie Norauto première année, une intolérable atteinte aux droits de l'homme moderne d'exploser la tronche de son prochain : le vil briseur de notre hédonisme mécanique.

L'autre jour, passée la publicité pour le nouveau "cross-over" avec canapé en croûte de cuir, pare-buffles, lecteur blu-raie, machine à capsules de chirloutte dédicacée par Clooney himself et amortisseur en tungstène vermifugé pour que l'homo-tobilus puisse boire son Schweppes agrum' sans se tâcher lorsqu'il roule sur les corps d'enfants, les experts de C dans l'Air affirmaient que l'augmentation mensuelle de morts sur les routes de France (+20%) était due à un printemps trop sec. Les mêmes nous expliquaient trois mois plus tôt que la hausse de janvier (encore 20%) résultait d'un hiver trop humide. 

Suite à ces mauvais chiffres, le gouvernement ordonnait un train de mesures orientées sur la collecte de pognon (rapport que les recettes fiscales liées aux radars ont chuté de 16% en 2010). Il n'en fallait pas plus pour titiller les philosophes du levier de vitesse et autre torche-édito chez Atlantico (deux doigt dans la bouche, un sur le nez) nous pondant alors de vibrantes plaidoiries à 4,5 g dans le sang, à base de "les limitations de vitesse tuent la responsabilité individuelle". 

Tremble gouvernement inique ! A l'heure où tonne la colère du peuple ibériqueles fous du volant appellent à la révolution et vont bientôt déferler sur la capitale avec leurs tableaux de bord en ronce de noyer, armés de GPS et de kits mains libres.
(collector : il s'agit bien du réalisateur du "Cercle des poètes disparus".)

Annoncée pour le 2 janvier, la révolte de l'homo-tobilus, odieusement abusé dans son droit de transgression, est soutenue par quelques députés (de droite). Rigolo : l'étude de la dernière séquence législative nous informe que ceux-là ont au moins autant de responsabilité que la météo dans la brusque hausse de la mortalité routière :  

Septembre 2010 : Suite aux amendements déposés par les mêmes députés de droite alarmés des renvois de carte UMP d'électeurs chauffards, la commission des lois planche sur un assouplissement du système à pointC'est l'occasion d'une journée de débats et de "libre antenne" radio. Thème : "faut-il assouplir le permis à point ?" Entre deux commentaires d'homo-tobilus "honnêtes" et excédés par cet état castrateur qui les "piège" encore en flagrant délit de non-respect de la loi (qu'ils exigent par ailleurs ferme pour les délinquants multi récidivistes de la cité), les députés "pro assouplissement" noyautent les ondes. L'Elysée suit ce dossier avec attention. C'est la rentrée, la popularité est en berne, les cantonales approchent, le thème est porteur, les articles à charge sont légion. Xavier Bertrand s'exprime en faveur d'une réduction du temps de récupération des points et déclare : "accorder un peu de souplesse encouragera les comportements vertueux, mais fera casser le trafic de points mais aussi la conduite sans permis." Bref, il y a déjà du relâchement dans l'air.

Janvier 2011 : mortalité + 20%. Logique.

Février 2011 : l'assouplissement du permis à point est voté. Nouvelle journée de débat et de "libre antenne" pour discuter si, oui ou non, la loi est efficace alors que, depuis la prise en main de la thématique par Jacques Chirac, le nombre de morts sur les routes a été divisé par deux. Tous les arguments étant bons, ces résultats servent aujourd'hui de base aux apologistes du néo-laxisme pour l'homo-tobilus : il n'y aurait plus "que" 4000 morts par an sur les routes, 20 airbus Rio-Paris, une broutille quoi.) 
(Clique pour agrandir. Source : sécurité routière.)

Mai 2011 : Le législateur a officiellement relâché la pression, nouvelle augmentation de 20% des morts. Le gouvernement ne décide pas de revenir sur l'assouplissement, mais au contraire d'appliquer dans l'urgence un ensemble de mesures jugées radicales (alors qu'elles le sont peu) par "la droite populaire" (alors qu'elle ne l'est pas du tout). En tête de liste : la suppression des panneaux indiquant les radars automatiques[1] et l'interdiction des appareils embarqués les signalant au conducteur deux kilomètres avant[2].
(Ralentissement de la baisse de la mortalité depuis 2009.
Comme par hasard, parallèlement à la généralisation des systèmes portatifs permettant de signaler les radars automatiques.
Clique pour agrandir. Source : sécurité routière.)

Non satisfaits d'avoir contribué à augmenter le nombre de morts sur les routes, nos députés attentifs à leur réélection défient désormais le gouvernement et le menacent ! Certains annoncent leur participation à "la fronde" du 2 juin prochain ! Bigre. A ce rythme-là, dans deux semaines, nos ronds de cuir vont crisser du pneu jante large de BX tunée le samedi soir sur le parking du Leclerc. J'aurais aimé observer une telle hargne à défendre les intérêts d'une classe moyenne qui a bon dos sur la question de la suppression de l'impôt sur la fortune ou l'atomisation des retraites. 
(Le gouvernement restera-t-il ferme avec les délinquants de la route ? La circonspection s'impose.)

En autres cocasseries, sur son blog Lionnel Luca (député UMP Alpes Maritimes, pas vraiment l'apologiste du laisser-faire en matière de délinquance spécialement lorsqu'elle implique des mineurs et des étrangers) s'offusque de la politique de répression de son propre parti ! Ce qui ne l'empêche pas (chassez le naturel...) de réclamer plus de répression... pour les autres (comprendre : "ceux qui conduisent mal").

Précision : On reconnait l'homo-tobilus délinquant à sa façon de s'auto pardonner d'enfreindre la loi en permanence au nom de sa prétendue expérience, diplôme qu'il s'auto décerne également (c'est plus simple). Au royaume des fous du volant, tous les hommes ne se valent pas, tous les permis ne sont pas égaux. 

("- Heu Robert Ménard c'est sur quelle station ?"

Pour l'occasion, ça (re re)débat à la radio. On y entend la sempiternelle rengaine du "moi je ne suis pas dangereux, je roule beaucoup" légitimant les petits écarts permanents propices aux plus gros carnages. On y clame un désespéré et trop rationnel : "je ne peux pas tout le temps surveiller mon compteur" (mais par contre mon application Heil Phone anti radar c'est possible). On y plaide un humaniste : "Les gens ont en ont ras le bol de la répression" (je la note celle-là elle pourra resservir). On s'y insurge d'un syndical : "un permis de conduire = un permis de travail" (merde, pas un CDI en 20 ans et pourtant je n'ai fait que deux fautes au code) et l'on dénonce des coupables toujours plus sanguinaires : "C'est la faute aux voitures qui sont trop confortables. Moi je m'endors à 130 à l'heure, donc faut que je roule plus vite. "[3] 
(On reconnait le vrai révolutionnaire à sa Citroën, qu'il a acheté à crédit si c'est un véritable anarchiste.)

Conduire n'est ni une promenade de santé ni un jeu, encore moins un confort. Conduire est une responsabilité au sein de la collectivité. Sur fond d'inconscience et d'un sentiment d'impunité du conducteur qui se conçoit meilleur que les autres, c'est également la cause de drames à répétition fauchant des innocents et ravageant familles et entourage. 

Et quid de l'exemple donné ? Comment empêcher un gamin de remonter en trottinette et à fond la caisse une rue en sens interdit ou un ado de garer son scooter au milieu du trottoir quand ses parents s'autorisent, en le revendiquant, à cracher sur les règles communes ?

Tu veux aller vite ? Prends le TGV ou fais du simulateur. Tu veux mieux circuler en ville ? Prends les transports en commun ou marche. Tu veux du confort ? Achète-toi une chaise longue pour mater ton DVD de Taxi 4.
(Le plus dur va être de convaincre Madame.)

Va savoir si c'est la paternité, mais je suis de moins en moins tolérant avec les j-en-ai-rien-à-peter-des-autres qui, à deux ou quatre roues, pullulent sur les routes. Malheureusement, l'augmentation des PV utorisera toujours le golden parachuté ou le fils à papa du 92 à conduire son Cayenne comme une queue. Il faut taper là où ça fait vraiment peur : le retrait du permis et la saisie du véhicule (à durée croissante - 1 jour, 1 semaine, 1 mois, 1 an. - suivant les récidives). Le tout précédé (on est de gauche tout de même) d'un rappel plus fréquent des lois, des limitations de vitesse et de "contrôles techniques" réguliers du conducteur (parce qu'un permis de conduire à 1500 euros pour les jeunes alors que des types sourds et aveugles, l'ayant passé en 1922, ont toujours le droit de conduire à contre-sens, ça va bien aussi)[4].

Bien sûr, cela implique de déployer des effectifsnon des machines automatisées. Bref de sortir du pognon, et non de chercher à en ponctionner en mode automatique sur des délits dont, si nous étions cyniques, nous pourrions concevoir que l'Etat, pas pure logique fiscale, n'aurait pas intérêt à réduire mais, au contraire, à provoquer.
(- "Non, vous n'aurez pas notre liberté de penser !" Kevin Automoto Voltaire, 1991-2011)

Longue et sinueuse est la route de l'apaisement automobile. Nos moteurs sont à brider (110 à l'heure c'est largement suffisant), l'urbanisation et nos comportements restent à modifier. L'exode urbain, les temps de trajet (donc les possibilités d'accident) reposent en partie sur notre conception de la voiture comme extension de la propriété privée et de la personnalité. On s'autorise à acheter loin de son travail puisque, sous l'effet d'une incessante propagande commerciale, le parcours en bagnole ("avé la clim" et les échos déculpabilisant de la "libre antenne") étant identifié comme un "un temps pour soi", un "moment de plaisir" sur le chemin du boulot, un "sas de décompression" sur celui du retour. Avec les risques qui en découlent : tout cycliste sur la route un vendredi en fin d'après-midi, à l'heure où le salarié motorisé "s'émancipe" pour le week-end sait de quoi je parle.
*
Considérant la voiture comme un impondérable, l'homo-tobilus a oublié le temps, les coûts et les effets secondaires de ce moyen de transport individualiste. Il s'en rappelle seulement, outré, limite ridicule, lors des inévitables hausses des carburants ou à l'annonce d'un serrage de boulon législatif. La voiture n'est pas un droit. Que l'homo-tobilus respecte la loi pour commencer. S'il ne le fait pas pour son prochain, qu'il le fasse pour son porte-monnaie. 
*
Changeons notre rapport à la voiture et à la vitesse et nous n'aurons plus besoin de nous embarrasser de gadgets à radars pour beaufs, de donner du grain à moudre aux élus sans programme ou encore de saturer les ondes de redondants débats entre deux réclames promettant l'autoroutière jouissance à vitres teintées pour moins de 300 euros par mois.
(L'insurrection qui vient.)

[1] Pourquoi les avoir installés en premier lieu est la seule question à se poser.
*
[2] Les avertisseurs de radars sont évidemment impossibles à interdire, et les distributeurs peuvent remercier le gouvernement de ce cette belle campagne de promo gratuite. 
*
[3] Exemples entendus cette semaine sur les ondes.
*
[4] ceci pour répondre à Jegoun m'ayant récemment promu Ministre des Transports dans son Shadow cabinet (alors que je voulais le logement !).

37 commentaires:

Bouska a dit…

Il faut savoir être cynique et vicieux avec nos amis les homo-tobilus.
Commençons par être vicieux comme les néerlandais savent l'être. La France a une ribambelle de radars sur son territoire, ce serait dommage de ne pas les faire collaborer entre eux. Heureusement, nos amis bouffeurs de tartines ont eu cette magnifique idée qui est de prendre le temps de parcours d'une voiture entre deux radars, calculer la vitesse moyenne et voir si c'est compatible avec la limitation de vitesse. Et pan dans les dents de l'avertisseur de radars !
Et pour ceux qui râleraient encore plus, je leur propose de leur offrir une belle carte de donneur d'organes pour qu'ils servaient un minimum à quelque chose une fois dans leur vie, une fois leur tête projeté contre un mur. Parce que bon, critiquer le nombre de morts c'est bien beau, mais avec ces conneries de prévention routière, on a plus assez d'organes à distribuer !

Anonyme a dit…

Très bon billet.

Anonyme a dit…

du bon et du moins bon dans cette analyse.

le bon :
-oui, il faudrait brider les voitures (notons, on va y venir naturellement avec les voitures électriques) (du couple, mais pas de puissance!)

le moins bon:
-"marche ou prend les transport" : valable uniquement pour paris intramuros ou certains centre ville. un mec en banlieue peut habiter à seulement 10km de son boulot (vu la rareté du boulot, c'est peu), soit 15 à 20 min de bagnole. trajet transport en commun : 1heure. pas vraiment compatible avec une vie privée.

-2 façons d'utiliser un avertisseur de radar : -comme un taré (à fond entre deux alertes). -comme une aide : Souvent, notamment sur une route inconnue, il est tout à fait possible de ne pas voir une limite de vitesse (camion ou utilitaire qui le masque, souvent très peu de panneaux pour rappeler les limitations) : là, l'avertisseur indique clairement la nouvelle limitation de vitesse AVANT de se faire avoir par le radar placé 1km plus loin pour faire un max de fric (exemple du radar le plus rentable de france: toute petite portion d'autoroute limitée à 90 !).

Oui a l'augmentation des effectifs, non à l'augmentation de "pièges à permis".

En 180 000km (7ans de conduite), j'ai été controlé une seule fois pour alcoolémie. et une fois pour un controle de papier. C'est effroyablement peu !

Laissez les avertisseurs et les panneaux, ils sont un vrai moyen de réduction de mortalité, ils permettent d'ajuster aussitot (il y a un bip qui signale la survitesse) le limiteur de vitesse à la bonne vitesse...

-le bridage total des voitures : pas bon non plus. il y a de rares cas où il vaut mieux accélérer (pour éviter de coincer quelqu'un derrière un camion, ou pour laisser quelqu'un s'insérer).
Un controle humain sait différencier ces cas. pas une machine (à sous).

Anonyme a dit…

Billet typiquement réactionnaire de gauche.
Quand les extrêmes se rejoignent, ils s'annulent l'un l'autre.
Bref, je passe à autre chose.

un autre Séb

Anonyme a dit…

"l'augmentation mensuelle de morts sur les routes de France (+20%) était due à un printemps trop sec".

Moi je l'ai entendu, lu et approuvée sur la radio UMPiste bien connue: France-Culture. Mais passons.

(Est-ce que je dois continuer à lire, à ce niveau là?).

Un autre Séb

fred a dit…

Si je suis d'accord avec certains éléments de la conclusion, la haine utilisée en introduction me semble déplacé... Vous utilisez un seul sac pour ranger les automobilistes "contestataires" du moment.
L'automobile est une invention formidable et aujourd'hui indispensable pour une large majorité de Français. Son utilisation ainsi que son commerce montre jour après jour des aberrations de plus en plus nombreuses. Il faut que cela change, mais je ne pense pas qu'assimiler les contestataires motorisé à de simples beaufs criminels aille dans le bon sens.

Enfin pour prendre un peu de recul, il me parait intéressant de jeter un œil aux principales causes de mortalité en France (www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=natfps06205), afin de mesurer l'ampleur du temps que l'on consacre à nos victimes de la route (par rapport "aux autres").

En fait le débat sur la sécurité routière est un troll de premier choix, quand on regarde les principales causes de décès en France.

Stef a dit…

Pas d'accord avec ta conclusion, et pourtant je respecte les règles de vitesse, mais j'aime trop les gadgets comme ceux à radars par exemple ^^

Nicolas a dit…

Tu me retires la phrase sur le "110" et je t'autorise à faire passer ta loi devant le parlement.

(je m'explique rapidement pour le 110 : je crois qu'il ne faut pas focaliser sur la vitesse maximum, il est plus dangereux de rouler sur la nationale en bas de chez moi et que tu connais en léger excès de vitesse les jours de marchés que sur autoroute quand il n'y a personne - surtout que rouler à 60 au lieu de 50 est plus mortel pour les autres - genre le gamin piéton qui fait un vague écart pour aller chercher son ballon - que pour soi...).

Tant que j'en suis à commenter parce qu'en fin de billet j'ai vu mon nom...

1. Il serait intéressant de voir aussi la courbe de la mortalité routière sur 50 ans, la baisse est à peu près constante alors que la circulation est en largement augmentation.

2. Depuis que ma voiture est cassée, j'en prends en location ce qui me coute beaucoup moins cher. Ces voitures neuves que j'utilise sont équipées d'un régulateur de vitesse. Tu parles de gadgets, à la fin du billet, mais ce truc n'est pas un gadget. J'avais tendance à rouler en permanence en léger excès de vitesse (140 au lieu de 130, par exemple), avec ce machin on n'est plus du tout tentés... Je le règle sur 130, et hop !

3. Les radars reliés entre sont une fausse bonne idée. Ils sont obligés de prendre en photo TOUTES les voitures pour lire les plaques et n'ont pas uniquement celles en excès de vitesse. La police pourra reconstituer TOUS les déplacements. Sans compter les sociétés privées qui pourraient exploiter les fichiers...

Bon, je retourne me coucher.

Comité établissement a dit…

au vu des commentaires, t'as sans doute raison sur l'attachement viscéral et irrationnel à ce que l'on nous a présenté pendant près d'un demi siècle comme le minimum à posséder, faut dire que l'histoire industrielle française y est pour beaucoup.Ca marque durablement une société. La nécessaire évolution des mentalités sera un peu longue, mais il me semble que le tout automobile a déjà reculé, les raisons évidentes sont plus la rareté et donc le prix du carburant, qu'un souci écologique ou une prise de conscience de la nécessité d'un mieux vivre ensemble
En même temps, vu le déclassement, renoncer à ce dernier symbole (utile,en plus) doit être douloureux surtout et tu l'auras remarqué pour la gent masculine.

claribelle a dit…

Pourquoi on a installé les panneaux avertisseurs de radars ?

Mais, mon bon monsieur, c'est parce qu'on nous a dit à l'époque que ces radars étaient placés dans des endroits où il y avait souvent des accidents et que prévenir du radar ferait ralentir les automobilistes qui roulaient trop vite et donc réduirait la mortalité.

Alors pourquoi on les retire maintenant ? seraient-ils donc finalement placés dans des zones pas si accidentogènes que ça ? nous aurait-on trompés ? la sécurité a bon dos...

seb musset a dit…

@fred clairement, tous les automobilistes ne sont pas à mettre dans le même sac, et j'ai l'impression que les mentalités sont entrain de changer (à Paris en tous les cas). En revanche, les types qui transgressent y vont plus violemment que jamais.

@Nicolas > effectivement le régulateur de vitesse est une bonne chose pour l'autoroute uniquement.

Le bridage est déjà effectif aux Etats-Unis. Ce n'est pas un plafond, en revanche tu n'as plus de patate pour ré-accélérer à 110 (qui est la vitesse maximum autorisée dans le pays sur autoroute). Du coup les gens ne cherchent même pas à aller vite... et ça roule mieux.

Quant aux détecteurs de radars, ce n'est pas nouveau. Il y a 30 ans la C-B remplissait cet office. Le problème ajd'hui c'est la normalisation de ce "contournement de la loi" qui pose problème. Je serais d'accord dans d'autres domaines (après tout le p2p c'est du même ressort), mais là, au final, il s'agit de vies humaines.

Fabien a dit…

@fred,
je suis allé regarder le tableau:
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=natfps06205
toutes les catégories avant les automobilistes sont rançonnées aussi. Sur les visites médicales, les boîtes de médicaments, ou l'hospitalisation.

Seule la catégorie "suicide" permet d'échapper —selon le type de mort— à la taxation voulue par l'Etat.

Que Seb s'attache à 4000 et pas à 35000 ou 50000, c'est parce qu'il parle du sujet dont on a récemment parlé, ça me semble logique.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Billet intéressant comme très souvent, mais je suis moins d'accord que d'habitude. Déjà, les membres du gouvernement n'ont pas conduit eux-mêmes depuis 40 ans (sauf sur circuit?), ils sont disqualifiés (aussi) sur ça. Mais les choses ne sont pas si simples en pratique. Je précise que je suis mère de famille, 36 ans, 20 ans de conduite (AAC ;) ), je ne bois jamais d'alcool, je n'ai eu aucun accident ni même d'accrochage (et j'en suis très heureuse). Je n'aime pas la vitesse, ma voiture est un outil fonctionnel de vie quotidienne, car non, dans un village de province avec deux bus par jour et 3 enfants, on ne fait pas tout à pied ou en vélo (mais on en fait le maximum, et comme ça, on se retrouve arrosés par le véhicule municipal qui pulvérise du désherbant, mais passons). J'en viens au fait que probablement en une semaine ordinaire, avec une tolérance zéro sur la vitesse, je perdrais mon permis : parce que je ne surveille pas au km près, parce que c'est juste impossible. Parfois en ville, je suis à 55 ou même à 60, et d'autre à 15 (enfants, cyclistes), parfois sur la nationale, je double un camion à 105 parce que sinon je meurs asphyxiée, ou que je ne veux pas être entre deux camions (situation très dangereuse pour un véhicule ordinaire en cas d'accident). Vrai aussi que sur mon parcours quotidien de 20 km, les limitations oscillent entre 30, 50, 70, 90, 110, limites pas toujours évidentes à comprendre. J'ai essayé dernièrement de caler à chaque fois le régulateur de vitesse (je rejoins le commentateur quant à l'approbation de cet outil, même chose, avant c'était entre 120 et 140 sur autoroute, parce que maintenir sans aide une vitesse régulière, je ne sais pas faire, maintenant c'est réglé), mais sur un petit parcours ça détourne l'attention. Peut-être que je suis comme les autres beaufs de la route, "le danger c'est pas moi", alors je demande des vrais outils, adaptés à la conduite quotienne des gens qui n'ont pas d'alternative, qui chargent 5 enfants souvent (tous attachés correctement, aspect bien plus prioritaire à mon sens), et pour qui l'observation-anticipation semble plus importante que le respect strict (au km près) des limites.
Merci de m'avoir lue, et peut-être d'essayer de me comprendre ;).

Haber a dit…

Parce que bon, critiquer le nombre de morts c'est bien beau, mais avec ces conneries de prévention routière, on a plus assez d'organes à distribuer..

Anonyme a dit…

Les radars fixes pour beaucoup sont placés avant des endroits dangereux (descentes, virages, etc), on enlève les panneaux les annonçant, pour les gens du coin pas de changement, ceux venus d'ailleurs ne ralentiront plus et seront cause d'accidents d'où morts supplémentaires (ce qui va à l'encontre du but poursuivi.

seb musset a dit…

Bon, fallait au moins ça pour oublier DSK...

Anonyme a dit…

cher Seb, je te prête ma voiture (qui n'est pas du tout un monstre de puissance ni une extension de mon moi, mais la bonne vieille 306 diesel du déclassé social moyen), et on se fait deux heures de conduite à Paris et région parisienne.

Avec toi au volant, et moi à coté qui filme la route et note les infractions.

Si comme la majorité de mes amis parisiens tu as arrêté de conduire depuis un moment, le résultat sera éloquent. Avec deux yeux, il serait surhumain de surveiller les feux planqués derrière des utilitaires mal garés, les gamins, les piétons, les rond points à priorité pourrie, les motards, les vélos, les scooters, les taxis sur les voies de bus, les panneaux, les autres véhicules bien entendu... et le compteur.

Une voiture est pour la majorité des gens un utilitaire pour se rendre d'un point à un autre, en économisant deux heures par jour par rapport aux transports en commun pourris (hors paris intramuros) pour s'occuper de leur famille. l'état voudrait taxer encore une fois (après le carburant et la carte grise*) toute cette catégorie en l'épinglant pour 1 km/h de trop dans des lignes droites.

Arrête de généraliser le 2% de beaufs, et ouvre les yeux, comme tu sais si bien le faire sur les autres sujets.

Pierre.

*: tiens, à propos de carte grise, comme ça rapporte pas assez, ils vendent les coordonnées maintenant : http://blog.40millionsdautomobilistes.com/2011/05/10/letat-vend-vos-donnees-personnelles-de-carte-grise/

Tassin a dit…

Bim! Seb n'y va pas avec le dos de la cuillère et il a raison!
La bagnole, ou plus particulièrement l'aménagement zoné du territoire reposant sur la bagnole est une nuisance mais les gens y sont plus accrochés qu'à leurs acquis sociaux!!

A croire qu'il est plus important d'avoir le droit de se déplacer avec un moyen de transport dangereux, cher et polluant que de de se soigner ou d'avoir une retraite...

@Seb Musset :

Poste ton billet sur http://carfree.free.fr ça va plaire!

seb musset a dit…

@Pierre > Paris est la ville de l'infraction. Et cela ne se limite pas à la voiture. (piéton, moto, bus...) même si je le répète, je constate une amélioration. Une des conséquences de mon retour à Paris a été l'abandon de la voiture. C'est aussi une des causes. J'en ai avais assez de faire des dizaines de kilomètres par semaines pour faire les courses et autre...

atlas a dit…

Au volant

En roue libre sur l’asphalte communale
Que les cierges villageois éclairent à la veillée
Les Vêpres annonçant un dérapage mortel
Sortant de la route républicaine que les crabes traversent

On est calife entre les quatre murs de la carcasse
Seul maître à bord d’un tableau massif en acacia
Le levier en zone rouge écarlate malgré les limitations
À bord d’un dragster qui rainure les marqueurs au sol

Les oxydes de plomb pétaradent des carburateurs
Sortant des échappements qui sont les poumons du bolide
Depuis une trachée catalytique qui filtre les bavures de monoxydes
La liberté au bord du chemin conduisant une Formule Renault
Dans le décor marqué d’une croix au bord de la route

Les autoroutes bordées de chênes conduisent aux circuits
De Carole à Magny-Cours où le ticket paye l’entrée
Pour voir des embouteillages taper le pare-choc
Du carrosse de devant sifflant un litre au kilomètre
Chaussé en slick pour glisser sur un truc de malade

Jean-Marc a dit…

nicolas : "(je m'explique rapidement pour le 110 : je crois qu'il ne faut pas focaliser sur la vitesse maximum, il est plus dangereux de rouler sur la nationale en bas de chez moi et que tu connais en léger excès de vitesse les jours de marchés que sur autoroute quand il n'y a personne - surtout que rouler à 60 au lieu de 50 est plus mortel pour les autres - genre le gamin piéton qui fait un vague écart pour aller chercher son ballon - que pour soi...)."

moi (JM) : tout à fait.
D ailleurs, la récente loi sur le délit de grande vitesse à plus de 50 au-delà de la vitesse limite est une énorme connerie :
rouler à 50 en zone 30, ou à 70 en zone 50 doit être un délit : celà met des vies en danger.
Alors qu'on peut attendre 140 en zone 110 pour en faire un délit.
(et 110 en zone 90... car les zones 90 alternent constamment avec des zones 50 (traversées de villages), donc on ne peut pas laisser la même marge que sur une autoroute, sans piétons).

Anonyme :"un mec en banlieue peut habiter à seulement 10km de son boulot (vu la rareté du boulot, c'est peu), soit 15 à 20 min de bagnole. trajet transport en commun : 1heure. pas vraiment compatible avec une vie privée."

moi (JM) : et s'il y va en vélo, celà lui prendra 30 min (s'il est rapide) à 40 min (s'il roule normalement), pour un coût ridicule, et un bénéfice santé bien supérieur au déplacement en voiture.

Nicolas a dit…

JM,

Oui, mais ce n'est pas si simple... Quand je rentre de Bretagne le dimanche soir, à l'approche de Paris il y a tellement de circulation que c'est suicidaire de dépasser le 110 (zones limitées à 130) mais certains ne se privent pas.

Spike a dit…

L'essentiel du billet repose sur une supposition implicite: la vitesse est responsable de la mortalité routiere.

Or, tout n'est peut-etre pas si simple que ça, et c'est probablement meme particulierement faux sur Autoroute (là ou sont massivement placés les radars automatiques). Il suffit pour ça d'observer qu'en Allemagne, où 45 à 55% du reseau autoroutier n'est pas limité (ce qui en nombre de km constitue plus que l'ensemble du reseau autoroutier français), le nombre de mort par milliard de veh/km est inferieur à la France. Les deux chiffres (France et Allemagne) etant par ailleurs inferieurs à celui des USA, où soit disant "ça roule mieux"...

Et donc, cher Seb, vous vous trompez (en utilisant au passage un procédé peu louable, et popularisé par les inrocks: faire passer pour des beaufs ce qui ne pensent pas comme vous): les gens qui se rebiffent contre ces mesures ne le font, pour la plupart, pas pour que la transgression de la loi reste impunie sur la route, mais tout simplement parce qu'ils estiment que la loi elle meme n'est pas juste.

Ma mere qui est une mamie (mais pas sourde et aveugle pour autant, elle a que 60 balais) et qui conduit comme une mamie (donc, pas vite), perd des points sur son permis regulierement. Pourtant, elle est assez loin d'etre un gros beauf testosteronné assoifé de sang de pieton, hein. Mais tout simplement, elle se fait pieger regulierement, à des endroits où les forces de l'ordre font leurs quotas... Evidemment, difficile de percevoir ça quand on conduit pas soi-meme.

La sécurité routiere sert d'alibi à une politique de taxation des automobilistes, c'est contre ça que la plupart des gens gueulent. Pas contre l'interdiction d'exploser la gueule de son prochain.

Anonyme a dit…

Si vous vous intéressez à la mortalité des autoroutes, jetez un œil à ce document: http://mgmt.favi.free.fr/2010rsrarea.pdf

C'est pas un rapport national, mais bon ça éclaire bien sur ce sujet...

Anonyme a dit…

Je crois que vous êtes un peu débile.

Cordialement.

Jean-Marc a dit…

Spike :"en Allemagne, où 45 à 55% du reseau autoroutier n'est pas limité (ce qui en nombre de km constitue plus que l'ensemble du reseau autoroutier français), le nombre de mort par milliard de veh/km est inferieur à la France."

Moi (JM) :
en fait, faut regarder les chiffres dans le détail, et pas seulement le chiffre final :
en allemagne, il y a moins de morts au km, globalement.
MAIS
- en allemagne, ou la vitesse sur autoroute n est pas limitée, il y a PLUS de morts par km d autoroute qu en france (mais moins quand ville, FR, ou D, l autoroute à 170km -sans piétons- est plus sûre que le centreville à 70km/h...).
- en allemagne, où il y a plus de zones cyclables, plus de rues piétonnes et plus d utilisation quotidienne du vélo pour se déplacer (suffit de voir un parking auto de fac français et un parking vélo d université allemande...), il y a bcp moins de morts en ville en allemagne qu'en france.

Ce n est pas grâce à l absence de limitation, qu'il y a moins de morts en allemagne, mais grâce à un meilleur aménagement des villes pour les habitants des villes; alors qu'en france, pays championne des zones industrielles et des hyper/supermarchés accessibles seulement par auto, on est les champions de l'écrase-piéton.

Cependant, je suis d accord : ce n est pas en rajoutant quelques radars sur autoroute qu'on réduira les morts...
Mais plutôt, en créant, en ville, des rue piétonnes, des rues à 20 et à 30km, et, surtout, en rajoutant des chicanes avec passage cyclistes/2 roues, c.f.
http://velobuc.free.fr/ecluses.html

(inutile de mettre plein de panneaux : si la route, par ses chicanes, oblige à rouler lentement, et donc à protéger les piétons, cyclistes et 2RM, alors les voitures seront moins dangereuses que si on rajoute quelques radars).

p.s. ce graphisme du Bureau Suisse de Prévention des Accidents, qui éclaire sur les conséquences de la vitesse en ville :
http://antivoitures.free.fr/choc_pieton.jpg

Spike a dit…

En effet, c'est édifiant comme document !

On y apprend qu'en 2010, pres de 5000 milliards de km furent parcourus sur leur reseau autoroutier, causant 13 morts. En detail:
- 4 endormissements
- 1 malaise
- 1 mec bourré qui est venu s'encastrer à 200 dans un camion
- 1 mec bourré, sous canabis, sans permis, tous feux eteints de nuit, dans une voiture volée, qui fait 3 tonneaux
- 1 camion qui vient faire un strike dans un debut d'embouteillage
- 1 camion qui se fout en portefeuille sur une bretelle sous la pluie et embarque la voiture de la victime
- 1 camion bourré qui se fout en portefeuille à contre-sens
- 1 camion en train de telephoner qui percute un vehicule à l'arret sur la bande d'arret d'urgence
- 1 plaque de verglas + glissiere deja endommagee qui tue la conductrice
- 1 pépé de 81 ans en R5 qui part à contre-sens

Ma conclusion: Nombre de vies qui auraient été sauvées si on avait retiré les panneaux d'avertissement des radars, interdit les avertisseurs de radar, et collé des gilets jaune fluo aux motards = 0.

seb musset a dit…

@spike > le problème est global, tolérer des écarts sur certaines routes c'est donner le ton pour d'autres (en ville notamment).Autoriser certains dépassements ouvre la voix à d'autres incivilités bien plus dangereuses.J'aimerai qu'il y ait une certaine discipline (une "auto régulation", osons) des Français, mais c'est malheureusement impossible. L'expérience récente prouve que seule la répression est efficace. Dès qu'on relève le petit doigt, hop +20% de morts (avec la cacophonie gouvernementale et cette fronde à la con des députés, je prends les paris du forte hausse pour cet été).

En même temps, on a jamais vraiment trop poussé sur la prévention dans ce pays.

Donc, je vais faire le lourd, mais je ne vois aucune espèce de distinction à faire dans la loi. Par définition, elle doit être la même pour tous et sur tout le territoire. Qu'il y ait des "pièges" est un autre problème qui a plus à voir avec "le management" des forces de l'ordre. Je me suis moi-même fait avoir mais une chose est sûre, plus on respecte les limitations moins on a de chances de se faire pruner.

Nicolas a dit…

Seb,

Un débat du même type a lieu chez FalconHill (je suis l'avocat de diable avant l'aller au bistro).

Il parle de ces lignes droites limitées à 50 à l'heure en sortie (ou entrée) des villages où les gendarmes se mettent pour piéger les gens (qui arrivent ou qui partent) mais où il n'y a aucun danger. Il y a une limitation à 50 parce que le panneau est mis trop loin du village parce que le maire était saoul le jour où il a décidé de l'emplacement.

On peut aussi bouger le panneau plutôt que justifier les pièges...

Freezed a dit…

Je n'en ai pas souvent l'occasion, mais il m'arrive de temps en temps de pratiquer les autoroutes allemande, et je fais les constats suivants.

Ils adaptent bien plus que nous les contraintes de roulage en fonction des conditions:
- lieux (proximité d'une cité)
- horaire (une majorité d'interdiction n'est effective qu'entre 8h et 19h)
- Interdiction de doubler pour les poids lourds systématique à proximité des cité

D'autre part l'autoroute, les longs déplacements et la vitesse sont culturel chez eux et en général:
- ils roulent à droite
- ils ne déboitent pas sous votre nez
- le moindre signe de ralentissement au loin les faits ralentir "au cas où" et ils mettent les "warning"
- ils entretiennent leurs véhicules

Alors oui je préfère rouler en Allemagne, mais les tronçons illimité ne sont pas une "politique" de sécurité routière, mais plutôt dans une logique d'adapter les règles à l'environnement.

Les Allemands doivent bien se marrer quand ils arrivent à Paris ou Lyon quand nos périph' sont tellement chargé la journée que rouler à 80 n'est pas possible et qu'après 21h on s'endort sur une route déserte à 90...

@Spike, je suis assez d'accord avec ton commentaire sur le bilan area.
On nous met en avant une augmentation des mort de + de 100% (6 -> 13). Et je suis le premier à dire qu'un mort est toujours un mort de trop.
Mais en regardant en détail les descriptions d'accidents qu'aurions nous pus faire?
Je ne vois pas de manquement de la part de qui que ce soit, si ce n'est les conducteurs aux comportement a risque. Comment faire de la prévention qui aille dans ce sens sans mettre sous pression la quasi totalité des conducteurs "raisonnables"?

Stef a dit…

Bonjour,

Juste une suggestion : pourquoi ne pas mettre dans la voiture un dispositif boite noire(mémoire informatique) qui enregistre la vitesse automobile sur les 10 dernières minutes ? un peu comme le disque des poids lourds
En cas d'accident, les forces de l'ordre contrôlerait cette mémoire. Si l'accidenté était en dessous des limitations de vitesse, l'assurance fait son office. Sinon, l'assurance(sauf cas particulier) se défausse et le conducteur paye sur ses biens.
Exemple, un bon 4x4 roule à 70 en agglomération(donc 50) et provoque un accident avec une autre voiture. Bilan, l'autre personne invalide. Examen du calculateur du 4x4 : dépassement de vitesse, l'assurance ne paye pas,le conducteur du 4x4 paye de sa poche : vente de la maison et pension à vie.
(Technologiquement, le calculateur de certaines marque(BMW entre autre) est envoyé au siège lorsque le moteur a un incident pour voir si le conducteur n'est pas monté dans les tours et voir si la garantie est valable.)
Autre point, relisez vos contrat : si le conducteur est sous l'emprise de drogue ou dépasse le taux d'alcoolémie légale, l'assurance ne fonctionne pas. On peut se retrouver comme ça à payer toute sa vie pour une pension.

seb musset a dit…

@Stef > l'important est d'éviter les morts, pas d'intervenir après...

Jean-Marc a dit…

"ou dépasse le taux d'alcoolémie légale, l'assurance ne fonctionne pas"

Attention, c est plus dur que celà :
le taux d alcoolémie sup. à 0,5 te donne "droit" à l amende et au retrait des points. Avec moins de .5, tu ne reçoit rien de la part des policiers, MAIS ton contrat d assurance n est cependant plus valide.

Info receuillie auprès d'un médecin expert auprès des tribunaux : il a deja dû dire si la perception et les réflexes d'une personnes pouvait être modifiés, car cette personne avait été contrôlé à 0,2g/l (donc inférieur au 0,5 de la loi) après un accident.

--

"Comment faire de la prévention qui aille dans ce sens sans mettre sous pression la quasi totalité des conducteurs "raisonnables"?"

comme dejà dit :
En adaptant les routes (en particulier en ville), pour que la conduite aux vitesses légales ne soient pas dû à l'éventuel sens civique/bon vouloir des conducteur, mais soit la vitesse normale pour rouler sur cette route :

Des aménagement pour une conduite appaisée : chicanes, rétrécissements de routes, virages en villes,...

Spike a dit…

Pour repondre à JM qui dit plus haut "en allemagne, ou la vitesse sur autoroute n est pas limitée, il y a PLUS de morts par km d autoroute qu en france", c'est faux: Il y a 4 morts par milliard de veh.km en France contre 3.8 en Allemagne (et 5.2 aux USA où ça roule soit disant mieux) sur autoroutes. Source: http://en.wikipedia.org/wiki/Road_safety#KSI_by_country

Enfin, concernant l'argument qu'on entend souvent "oui mé c'est parce que les allemands sont disciplinés donc ça compte pas", c'est du meme niveau que "les noirs sont paresseux".

Jean-Marc a dit…

Spike : je donnais ce résultat de mémoire, sans avoir recherché les chiffres exacts.

Maintenant, analysons ces chiffres (de 2003 seulement, pas forcément une généralité) qui ne présage pas forcément d'une tendance générale (car je me rappele très bien d'avoir lu "mes" morts par km d autoroute allemande/française) :

Country- Killed per 1 Billion Veh·km (Motorways in 2003)- Killed per 1 Billion Veh·km (Non-Motorways in 2003)
France - 4.0 - 12.8
Germany - 3.8 - 12.4

On remarque que les français meurent plus sur tout type de route.
mais ils n'ont qu'une surmortalité de 0,2 (4-3,8) mort/billion Veh-km sur autoroute, pour une surmortalité double, de 0,4 (12,8-12,4) mort/billion Veh-km hors autoroute.

Donc, en comparaison, en france, en 2003, notre SURmortalité par rapport à l'allemagne reste bien plus grande en ville.

Au passage, on remarque surtout, comme je l ai dit (comparaison 4 et 12,8, voire 12,4, soit plus du triple de morts ! ! !, que le pb de mortalité n est pas tant un pb de 150km/h sur autoroute dégagée, mais bien plus un pb de 50km/h (au lieu de 45, 30 ou 20) en ville.

Le pb des 150km/h (en autoroute dégagée) étant plus un pb de surconsommation que de surmortalité.

Jean-Marc a dit…

@ Fred et son tableau des morts en france
(http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=natfps06205)

oui, et alors ?
Qu'une personne de 95 ans meure dans les 10 ans à venir, celà semble plausible, après, qu'importe un peu la cause, que ce soit par cancer, grippe, intoxication au monoxyde de carbone, chute dans l escalier, ou autre.
La forme que prendra sa mort, ainsi que le temps, peut varier, mais le résultat n'étonnera pas grand monde.
(Ainsi, il arrive fréquement qu'une personne âgée meurre en cours de guerison/"guérit" : l anesthésie et le choc de l'opération font qu'elle meure en opé ou en réa d'un problème (coeur, poumon, autre) qui n'était pas la cause de son opération)

Par contre, hors pathologie particulière, que 2 personnes de moins de 18 ans meurent tuées en ville* chaque jour, dans un pays en paix, voilà qui correspond moins à l'ordre habituel des choses.


Le taux de mortalité, par individu, sur une longue periode, temds à 100%...
Etonnament, nous ne mourront pas tous de la voiture, mais contrairement à toi, je ne trouve pas que ce soit un succès immense, dont elle puisse se vanter.*2

Par contre, si on analyse la mort de personnes qu'on ne s'attend à voir mourir que beaucoup plus tard, que constate-t-on ?

Que les accidents de la route, avec véhicule à moteur est la PREMIèRE cause de mortalité des 18-24 ans (en fait, ce n est pas la 1ere cause pour les filles je crois me rappeler, mais du fait de la large avance en morts prise par les garçons, celà en fait la 1ere cause de morts chez l'ensemble des 2).

Sur le site de la prévention routière, je n ai pas retrouvé cette donnée, mais juste qu'ils sont les 1ers morts :
http://www.preventionroutiere.asso.fr/Nos-publications/Statistiques-d-accidents/Accidents-jeunes-18-24-ans

Pour une tranche de seulement 6 ans, ils représentent 25% des morts (plus de 1000 morts par an), avec 2/3 des morts dus à la voiture, presque 20% aux motos et 7% aux cyclos; soit, en prenant tous, 98 à 99% de morts dus aux véhicules à moteur (les 5% de piétons morts, ne sont majoritairement pas morts d'une rencontre frontale entre 2 piétons...)

* même si, LE bus/car, qui, tous les 3-4 ans, se renverse (parfois sans faire de mort...), fait des titres bien plus gros que les accidents mortels quotidiens, en fait, les enfants meurent bien plus en ville et en urbain/péri-urbain proche de chez eux que lors de voyages lointain en car.
Ainsi, ils sont énormément plus en danger en montant chaque jour dans la voiture de maman ou papa, qu'en montant 2 fois l'an dans un car pour faire 1000km.

*2 D'autant plus que la 2eme cause de mortalité, les maladies de l appareil circulatoire, sont en grande partie dues -en plus du tabac- à la sédentarité et à l'obésité. Or un usage abondant de la voiture, au lieu du vélo ou de la marche, favorise le développement de ces "pathologies".

jeff a dit…

Pourquoi il y a moins de mort en Allemagne : ils respectent les distances de securitées, les voies sont vraiment beaucoup plus larges qu'en france, les autoroutes gratuites sont bien mieux entretenues que les notres payantes, ils sont prévoyant dans leur façon de conduire, ils ne mettent pas la pression sur les automobilistes peniblement doubleur

Il y'a aussi aucune pression à regarder son compteur, donc on passe son temps à regarder la route (quasiment aucun controle de police, sinon si amende il y'a, elle est de 20€...) Y'a donc pas de pression à regarder le compteur. Alors oui des fois ils roulent à plus de 160, mais ce cumul de petites choses font que l'on ne se sent pas en danger ni mis en danger par les autres.