jeudi 10 février 2011

Paf le piéton !


La statistique des morts sur la route en janvier me remémore soudain ce billet non publié[1] datant du 29 septembre 2010. Il y était question d'un débat affectant "les libertés fondamentales du citoyen". Le débat occupait alors, entre des publicités pour auto et d'autres pour des assurances pour auto, des heures de "libre antenne" à la radio, avec langueurs de députés UMP et appels d'auditeurs excédés par des points de permis perdus "pour rien".

Le voici.
* * *

"Tandis que sur France Inter, le national chimiste des "bons français" tartinait le miel d'une énième pédagogie de la déchéance de nationalité pour les roms à l'origine de la désindustrialisation du pays, de l'augmentation des inégalités, du budget 2011 de rigueur, sur une autre antenne, un de ses collègues, Alain Gest, député UMP de la Somme, défendait l'autre débat du jour à l'assemblée[2], combat loin des nobles idéaux (quoi que) qui, tel le récent prêt à taux zéro véreux, parlera à infiniment plus de français :

"Faut-il ou non assouplir le fonctionnement du permis à points ?"

Question cruciale sur laquelle J.F Copé et X.Bertrand se sont envoyés des tartes à la récré.

D'un côté, pour le gouvernement qui est soucieux de brider, de collecter et de passer pour un bon samaritain, le permis à points et ses amendes associées sont une bonne opération financière, et sont efficaces : le nombre de morts sur les routes a sensiblement chuté ces dernières années.

Sauf que :

«Lâcher un peu de lest ne compromettra aucunement la politique du gouvernement. Ce serait faire preuve de simple bon sens [...] Aujourd'hui, des automobilistes scandalisés me renvoient par courrier leurs cartes de l'UMP !» déclare le député.

Son projet fait écho aux reportages sur le sujet se bousculant sur la TNT depuis des semaines appuyant sur une gestion centralisée du permis à point "complexe pour l'état" et même "contre-productive" (ce qui est faux). Pire, le permis à point "génèrerait de la délinquance", le nombre de sans-papiers de la conduite circulant impunément à l'intérieur de nos frontières ne cessant de croître. Une bonne raison pour supprimer ce système, n'est-ce pas ? Après tout, terminons-en aussi avec les infractions au Code de la route en supprimant tout simplement le permis de conduire !

En fait, un vrai libéral soucieux d'assurer l'ordre tout en réduisant le déficit budgétaire dirait :

"- Y a qu'à privatiser tout ça et foutre plus de radars !"

Certes, cette tendance là voudrait que nous nous dirigions vers un assouplissement de la délivrance du permis de conduire, avec des packages de type "speed-permis" pour les plus fortunés, suivi d'un durcissement des contrôles et d'une tolérance zéro pour le délinquant de la route, le tout couplé à un contrôle technique du conducteur tous les deux ans (là-dessus je suis formel : 100% des voitures accidentées sont aux mains d'humains), bref, que nous allions vers un système similaire aux offres de forfaits téléphoniques, où ce ne seront plus le permis ni la voiture qui seraient coûteux et compliqués à obtenir mais la conservation du papier rose et l'usage quotidien du véhicule[3].

Sauf que :

La voiture c'est sacré et le quotidien de Serge Dassault le rappelle régulièrement (sondage à la clé, alors tu peux le croire) : "les Français ne veulent plus du permis à point". Vrai ou pas, chacun aura au moins une anecdote personnelle pour s'accrocher à cette "vérité" et se satisfaire d'un relâchement de la pression dans le domaine, et ce au moment même où Le Monarque balance du discours sécuritaire et de la crainte d'une menace terroriste à chaque coin de rue.

Le gouvernement voudrait vraiment renforcer la sécurité routière, tout en garantissant l'égalité du citoyen devant la loi : il conserverait le système à points et supprimerait l'amende, et au passage il affecterait plus souvent la police a des missions de prévention... routière par exemple. La "clémence" pour les petits excès de vitesse, si elle était actée serait un signe envoyé à la pluralité des conducteurs se pensant tout permis.


...au nom de l'idéologie dominante :

"- C'est dégelasse d'emmerder les honnêtes gens comme moi. Moi mon véhicule c'est mon outil de travail, et mon temps c'est de l'argent et puis ce môme il n'avait qu'à pas se jeter sous mes roues."

...au nom des impératifs du monde moderne :

"... mais je suis pas criminelle m'sieur le policier, j'allais au centre-co'. J'étais pressée c'est tout. j'ai pas vu le vélo."

et autres :

"... vous savez moi quand j'envoie un SMS je ne regarde pas la vitesse !"

...ou encore, à ceux aux grosses cylindrées pour qui l'argent pèse peu :

" - 122 euros? Mais d'accord monsieur l'agent. Vous prenez la Gold ?"

* * *

Après les aller-retours, la loi sur l’assouplissement du permis à point a finalement été votée le mardi 8 février 2011 (parallèlement à l'augmentation du tarif des amendes de stationnement) dans le cadre du  paquet Loppsi 2... sur la sécurité intérieure !

La population enfiévrée n'a pas attendu le gros discount du permis à point, pour profiter du rabais ! Et le lendemain du vote nous apprenions ceci... 

On se plaint toujours du manque d’efficacité des aménagements législatifs. Celui-ci montre ses effets avant même le vote. Bien sûr, l'on trouvera toujours un porte-flingue droitard pour prétendre que c'est la faute à la météo voire aux 35 heures (excursion ministérielle en jet aux frais d'un dictateur, faits-divers... c'est la ligne de défense de droite sur tous les sujets à l'assemblée), mais voilà un bel exemple de l’efficacité d'une discussion "sans tabou" à longueur d'ondes durant des mois, débridant moteurs et consciences.

La proximité des élections cantonales et sénatoriales n'ont évidemment rien à voir avec ce laxisme soudain de la droite dans un des rares chantiers où elle avait réussi quelque chose. Allez, c'est la criseTM quoi ! Au nom de l'individualisme roi et de la fluidité des ventes d'automobiles fragilisées par la fin de la prime à la casse, le pays peut bien s'autoriser quelques dizaines de morts supplémentaires et de familles brisées. 


[1] "- Tu veux dire, que tu ne publies pas sur ce blog tout ce que tu écris !" "- Oui d'ailleurs mes livres sont dispos ici."
[2] via la commission des lois.
[3] Ah, on me dit que pour la voiture, c'est déjà un peu le cas.


Articles connexes : 

Illustrations : France2, Deathproof soundtrack, Q.Tarantino 2008

10 commentaires:

claribelle a dit…

100% des voitures accidentées sont aux mains d'humains

Ben non ! mon dernier accident, c'est un camion qui a embouti ma voiture sagement garée le long du trottoir !

seb musset a dit…

@claribelle > pas bête. Il faut faire un distinguo actif / passif.

Anonyme a dit…

pour une fois je vais defendre l UMP.
La mesure a ete vote en fevier comment pourrait elle avoir influe sur le comportement des conducteurs en janvier ...

On a une propagande depuis chirac qui tend a criminaliser les gens qui roulent vite, officiellement pour reduire les morts sur la route.
Mais un accident c est pas seulement la vitesse. c est l inattention (ex le tel portable qui equipe maintenant bien plus de mande qu il y a 5 ans), les conditions climatiques (pas mal de neige en janvier) voire ce qu a pris le conducteur (drogue, alcool ou medicaments)

en allemagne il y a moins de morts et pourtant les gens roulent plus vite (100 sur nationale et pas de limite sur autoroute)

seb musset a dit…

@anonyme > c'est ce que je dis. Le débat en lui-même en sept-oct (date du billet), avec force lobby a contribué à relâcher chacun. J'ai vu de superbe cartons à 50 à l'heure (largement suffisant pour tuer un piéton, parce qu'on était trop occupé à passer un SMS au volant...)

Rafo a dit…

Le discours de l'efficacité de la répression routière sur le nombre de morts a quand même une limite, et cette limite ce sont les technologies embarquées dans les voitures pour protéger les passagers.

OK, pour les victimes "hors véhicule", ça ne change rien, mais quand un véhicule quitte la route et percute un arbre, le résultat n'est pas le même dans une R16 de 75 et un Scénic de 2010. La seconde a des airbags partout, une structure qui se déforme et absorbe une bonne partie de l'impact et on s'en tire avec quelques fractures, la première est un tank qui ne bronche pas mais qui aplatit les passagers sur le tableau de bord.

Certes je caricature, mais je fiche mon billet que si on triple les radars, que la moindre infraction entraîne la perte de tous les points du permis, mais qu'en contrepartie on vire tous les équipements de sécurité qui se sont généralisés ces 15 dernières années sur les voitures (faisant grimper leur prix au passage de façon hallucinante), le nombre de morts sur la route va regrimper en flèche.

Alors il est vrai que tout cela reste et restera un problème de comportement humain (comme tu l'as dit 100% des véhicules, accidentés ou non, n'avancent pas tout seuls), mais mettre la baisse du nombre de morts sur la route sur le seul compte de la répression routière et du permis à points me semble un raccourci un peu trop facile.

J'ajoute que ce n'est pas parce qu'on ne meurt pas sur la route que la famille ne peut être brisée. La tétraplégie d'un accidenté de la route fait aussi beaucoup de dégâts. Aussi je demande le nombre de blessés graves sur la route (ceux qui se retrouvent avec une invalidité de plus de 80%), et le nombre de véhicules endommagés au-delà du réparable.

Et pour terminer, comme pour tout dans l'administration, "ça dépend comment on compte". En effet, le nombre de morts sur la route qu'on nous balance ici, c'est le nombre de ceux qui sont tués sur le coup, ou dans les 24-48h (j'ai pas le délai exact mais c'est quelque chose comme ça). Ceux qui meurent plus tard suite à des complications, où qui finissent par mettre fin à leurs jours car tout est détruit dans leur vie ne sont pas comptabilisés.
Ceux-là constituent une variable d'ajustement très commode car rien n'empêche de les intégrer ou non dans les stats, à loisir, pour nous sortir au final le chiffre qu'on veut et influencer les esprits à sa convenance.

Evidemment ça ne change pas le fait que ces drames se soient produits, que les dégâts humains soient énormes, mais la récupération qui est faite, dans un sens comme dans l'autre, autant par les politiques que par des associations qui voudraient qu'on ne circule plus qu'à cheval dans tous le pays rend ce débat de plus en plus stérile car basé sur des données qui ne reflètent plus la réalité, mais des objectifs politiques.

Mat a dit…

Juste un petit mot pour te dire que ton lien vers tes livres est cassé, ou plus exactement ne renvoie aucun resultat (on peut les trouver sur google quand meme bien sur).
Merci pour tes posts extras

seb musset a dit…

@Mat > bizarre, ça marche chez moi. Tu m'inquiètes...

Anonyme a dit…

@Rafo
Le nombre de morts est calculé sur 30 jours depuis quelques années.

Mat a dit…

Seb,
je lien marche mais le nombre de resultats correspondant aux parametres de l'url est nul.
j'arrive sur une page avec "0 results for "SEB MUSSET""

ce lien marche sinon:
http://stores.lulu.com/sebmusset

au plaisir

@desenfumage a dit…

Aucun souci avec ces liens, ici.