mercredi 24 août 2011

Le premier des primaires

Ne pouvant plus tirer la bobinette de campagne là où ça payait (la promesse de plus de pognon) : Le sarkozysme boit la tasse. Il accompagne désormais la raison du créancier voulant que du pognon, justement, il y en ait de moins en moins. Pris au piège de ses incantations passées (croissance,  multiplication de la thune et défense peu crédible d’une classe moyenne qu'il méprise de tout son être) : tout ce que le Monarque active ne fédère aucun nouvel électeur. Il faudrait vraiment que le candidat socialiste multiplie les bêtises et les incohérences, ou simplement rate le premier tour, pour que le président re-remporte la mise. C'est donc possible !

Antenne relais interroge les blogueurs sur le vote utile au premier tour de la primaire PS ? 

Séparons notre souhait de la réalité des forces en présence. Mon souhait c'est que ce pays prenne un vrai virage à gauche. La réalité c'est que, pour diverses raisons relatives à la démographie et la répartition de la thune au sein de celle-ci, à l’accès au crédit facile pour ceux qui en ont moins et à la nature des programmes télé depuis la fin des années 80, ce pays est à droite malgré l’effondrement du modèle ultralibéral auquel la droite s'accroche. Faute de véritable offensive ambitieuse à gauche depuis longtemps (Le Front de Gauche n'a que 3 ans), le temps de cerveau citoyen disponible s'est largement rendu pieds et poings liés au marché. 

Donc pour tout mec ou fille de gauche qui veut en premier lieu en finir de cette imposture au pouvoir (qui veut prendre au piège le PS en voulant faire voter une "règle d'or" en fin de mandat alors que s'il se l'était appliquée dès le début au lieu de cadeau-fiscoter à tout va, les finances de l'Etat n'en seraient pas là) se pose cette question : dois-je voter pour mon premier choix ou directement opter pour celui le plus à même de réunir le plus de monde (et donc mordre à droite et au centre) afin qu'il se qualifie au second tour des présidentielles ? Les primaires socialistes sont là pour ça ! Le programme étant théoriquement commun et l'unité derrière le candidat élu supposée totale : il reste les inflexions personnelles que celui-ci donnera au programme. 

L'unité préalable de toutes les tendances de gauche, indispensable pour organiser une vraie parade contre la droite, n'étant pas à l'ordre du jour, nous nous retrouvons donc avec une primaire socialiste 100% socialiste. C'est dommage et dangereux. Mais bon.

Donc, pas de vote utile à la primaire pour moi. Cette désignation ouverte à tous est là pour donner un cap au projetArnaud Montebourg est mon premier choix pour les thématiques qu'il privilégie : démondialisation et "pliage" de finance. Au final, François Hollande est celui qui brassera large. Paradoxe pour celui qui n'est pas pour rien dans la déconnexion avec le peuple de gauche qu'a connu le PS sous son mandat de secrétaire général. Mais bon, vous l'ai-je dit ? Ce pays est à droite. Et puis, question paradoxes et rebondissements, la vie politique française n'est plus à ça près. 

D'ici là, pas d'accord avec @custinda : la gauche n'a pas un boulevard face au Monarque. Là non plus ne pas confondre volonté et réalité. Vérification ce jour avec la reprise de l'occupation de l'espace médiatique au sujet des réponses à la "crise de la detteTM" (en décodé : te faire payer). Même si ses parades sont globalement prises pour ce qu'elles sont, du pipeau magique camouflant l’épandage de Round-up social, lui et ses sbires squattent les ondes et dictent l'agenda médiatique. Le PS ne fait trop souvent qu'embrayer en assurant la contre-gestion des mots de l'ennemi. Au final, notre président n'aura comme programme que son titre de président mais, dans le monde de l'image et des chaines d'information continue, ça fait la différence de traitement. Le vainqueur des primaires socialistes devra,  lui, entamer une campagne où il mettra en avant une équipe gouvernementale et des compétences. Vu la vacuité actuellement aux commandes du pays, il y a là une vraie carte à jouer.

Bon sinon, je sais que les blogueurs comptent pour du beurre, mais lors d'un pot avec une dizaine d'entre eux (de gauche et un peu de droite aussi) une nuit d'été dans un rade interlope de proche banlieue MRC servant des bières jusqu'à pas d'heure, à l'issue d'un sondage de primaires organisé à chopines levées, les voix se partageaient entre Montebourg (à l'avantage de celui-ci), Hollande et Royal. 

Et de nous confirmer par défaut quelle personnalité socialiste n'a pas la côte au bar.
Je passe le billet à :
Ont déjà répondu :
Illustration : Primary Colors, Mike Nichols (1998)

32 commentaires:

antennerelais a dit…

Super ! Je lis et commente + tard ;-)

korama a dit…

Seb, je te rejoins sur le choix du candidat PS... tout en sachant qu'il va se faire laminer par les deux poids lourds favoris (je ne vois pas un coup à la Royal se répéter).

Question un peu hs, mais pas tant que ça : comment Ruquier va s'en sortir pour garder Audrey Pulvard dans son émission, vu qu'elle a été éjectée d'interview politique sur France Inter pour cause de relations privilégiées avec ce brave Montebourg???

Anonyme a dit…

T´es encore sur un clivage Gauche /Droite....Mais ca veut plus rien dire depuis longtemps l´ami....

seb musset a dit…

@korama > Elle est loin d'être la seule compagne de politique à être journaliste. Au moins là, les choses sont claires. D'autant que j'imagine qu'elle sera plus en charge de l'ITW littéraire (comme au départ Zemmour et Naulleau l'étaient).

seb musset a dit…

@anonyme > J'ai une devise là-dessus : "Ne plus faire la différence entre la gauche et la droite, c'est être de droite". Au passage, ce que je déplore dans le billet,la responsabilité est générale.

Anonyme a dit…

Salut Seb

Je crois que tu te voiles un peu trop la face qudn tu ecrit que la majorite des francais sont de droite a cause le la TV ou de la demographie (ie plus de vieux)

Ca joue c est sur mais c est oublier que la gauche n y ait pas pour rien.
Sur le plan des idees, ca ete la faillite (le PS renoncant aux siennes en 1982 mais sans le dire et plus grave sans rien trouver d autre pour les remplacer) et le PC n ayant pas supporte la chute de l URSS

Il y a eut aussi des positionnement strategiques (la negation des pb lies a l immigration) qui ont precipite une bonne partie des classes populaires dans les bras du FN

Resultat : quel electeur croit vraiment que le PS va changer quelque chose ?

Sophie a dit…

comment se dire attiré pour la rénovitude à la Montebourg pour finir sur Hollande qui a mis le PS à genou, est entouré du Mosco, pro cumul, pro nuke, pro rigueur, et dont la stratégie d'alliance avec le centre revient à hypothéquer ce qu'il reste du socialisme !
je ne capte pas la logique du tout :o/
que de renoncements en perspective...
le progrès se fera avec une alliance les écolos et les forces vives de gauche, dont Méluche, pas avec les ventre mous passéistes du centre
bon en résumé, pourquoi elle pue MA ???

seb musset a dit…

@anonyme > d'accord avec toi. Déconnexion conjointe.

Anonyme a dit…

Montebourg est young leader à la french American fondation, ce qui en fait de longue date un serviteur zélé du système, quelque soit ses rodomontades qui ne sont là que pour mieux te leurrer. Quand vas-tu ou plutôt quand voudras tu te réveiller ?

seb musset a dit…

@Sophie > Qu'une large alliance de gauche se dessine, je n'en doute point. La question n'est plus comment, mais quand, puisqu'à chaque fois que l'on aborde le comment, c'est reporté. cc Unité2012. Pour MA, dur de choisir un candidat qui s’apprêtait à se désister deux jours avant l'affaire DSK. Mais bon, elle ne peut que positivement surprendre.

@anonyme > comme d'hab, quand je veux.

seb musset a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
seb musset a dit…

@Sophie > Tu l'auras noté, Hollande n'est pas mon choix mais le fruit d'une observation perso. Mon objectif numéro 1 est de dégager Sarko, pas de faire 10% au premier tour.

Merome a dit…

Et en marge de l'élection ? On fait quoi ?
On a vu que les blogueurs ne représentaient pas grand chose, étaient en quelque sorte un peu en dehors des primaires, des sondages, des statistiques.
Pourquoi encore s'intéresser plus que ça à 2012 et ne pas chercher à inventer un monde parallèle, parasite peut-être, d'un système qui sera, quelle que soit l'issue du scrutin, vachement trop à droite ?

En commentant à l'envi le système électif dans tout ce qu'il a de plus conservateur, de moins démocratique, on perpétue sa sacralisation.

La vraie "révolution" est dans les AMAP, dans les SEL, dans les monnaies locales, l'auto-partage, dans tout ce que le système permet de faire en dehors de la matrice.
Ce n'est pas plutôt de ça qu'il faut parler sur nos blogs ?

antennerelais a dit…

"Hollande n'est pas mon choix mais le fruit d'une observation perso. Mon objectif numéro 1 est de dégager Sarko, pas de faire 10% au premier tour."
(seb musset 24 août 2011 17:17)

Parfait !

Chez Intox cette précision : http://intox2007.info/?p=2809#comment-23013

Sophie a dit…

pas du tout d'accord sur le fait que MA ne voulait pas "y aller"
c'est la version post Sofitel !
on reprochait même à Martine d'avoir imposé un calendrier hostile à DSK "bloqué" au FMI et ne pouvant mener campagne sereinement
ce calendrier prévoyait un dépôt des candidatures entre le 28 juin et le 13 juillet : elle n'avait pas à se déclarer avant...
souvenez vous de lui, trainant des pieds et se vautrant dans le people stérile (cf la séquence des steacks dans le 52' de C+) : c'est de mon point de vue DSK qui n'avait pas envie d'y aller ! trop peur de perdre
DSK était le choix des sondages de Sarko, celui qui en avait fait le fils prodige d'un PS à l'agonie (par la faute de FH)
DSK et son image de chef du FMI, obsédé sexuel patenté, propre à rebuter l'électorat de gauche et féminin... ha oui la belle affaire pour le PS !
ses déçus le présentent en "expert mondial" tout en reconnaissant que rien n'a été fait en 2008 et que les grecs ont été piégés
les spéculations stratégiques des alliances au centre (càd avec la droite) pour battre Sarko sont contre productives : on se divise et Borloo est un outil de marketing politique destiné à diviser les écolos et faire faire le mauvais choix aux primaires (celui de FH et de l'alliance au "centre")
il est avec Sarko à 200 %
les primaires sont là, on est à un mois de la décision des français, présenter sans cesse Hollande comme "le meilleur" c'est assassin parcequ'il nous fera prendre 5 ans de + à coup sûr
(et puis cette boite à comment est incompatible avec mon navigateur : un signe ;o) )

babelouest a dit…

Bonjour.
Un problème majeur : la frénésie avec laquelle les candidats à la candidature du PS ont fait part de leur soulagement à l'annonce du jeté d'éponge Vance, les a TOUS disqualifiés pour la candidature finale.

Incontestablement, ne reste que Mélenchon. Mais je vois bien que sur nombres de blogs dits "de gauche" ce choix dérange. Aucun appel à un massif report vers un vrai défenseur des droits des français contre la dictature de la droite. Le vote utile, c'est pourtant lui. Pas un Hollande, pas même un Montebourg trop compromis.

"Le PS, c'est complètement dépassé !"

seb musset a dit…

@babelouest > surtout la frénésie avec laquelle les journalistes s'empressent de leur poser la question. C'est marrant cette volonté d'accrocher DSK au PS désormais, alors qu'il y a 6 mois de cela on lui reprochait précisément l'inverse. Non décidément quand ça veut pas, ça veut pas.

babelouest a dit…

Pas ma faute, si Strauss-Kahn est toujours au PS. De même que Lamy. De même que Valls. Et j'ai un mal terrible à m'imaginer Hollande à gauche, alors qu'il incarne à merveille le consensus du PS. Quant à la maire de Lille, ses idées sont fort proches de celles de son papa, constructeur de cette Europe, telle qu'elle est ( pesons nos mots), qu'en l'état je réprouve. Maastricht : fallait pas. Nice : fallait pas. Lisbonne : grands dieux, surtout pas.

Forcément, entre le socialisme de Valls, et (pour remonter en arrière) celui de Proudhon, il y a comme un hiatus. Je me sens plus proche du second.

Anonyme a dit…

Billet bizarre. Je ne te crois pas capable d'un tel aveuglement sur le système.

Anonyme a dit…

Seb a visiblement besoin de nourrir sa famille...

Anonyme a dit…

Assez amusant de voir que comme en 2007 certains naïvement veulent la pseudo gauche, le tout sauf sarkozy !

Assez drôle car d'une part comme le dit qqn le pb n'est plus gauche droite mais libéral ou pas et le PS est majoritairement libéral..il l'est d'autant plus que le citoyen lambda est majoritairement pour le système en place : il faut donc essayer de changer les esprits avant de penser aux élections

Mais comme les militants de gauche n'ont pas compris tout ça eh bien ils perdront à la fois leurs âmes sur leurs idées (anti libérales) et les élections : il ne s'agit pas de savoir qui au ps est le moins pire on s'en tape, Montebourg a aucune chance de gagner la primaire ça va sans doute même être Royal la gagnante (n'oubliez pas que les gars de l'ump peuvent aller voter aux primaires et ils vont pas se gêner!)

Enfin y a beaucoup de naïfs à gauche encore hélas donc la droite a pas fini de gagner...

seb musset a dit…

@anonyme 15.15 > si seulement... hormis quelques dons de lecteurs (qu'ils en soient remerciés) mes billets de blog, X fois pompés, ne m'ont jamais rien rapporté.

MondeDeMerde,PaysàLaCon a dit…

J'ai l'impression que ces choix, comme à chaque échéance présidentielle, suive ce long chemin balisé de la crainte. Cet autre mal français d'élire le "moins" pire.


Pourquoi s’évertuer à s'enliser durablement dans la merde à chaque fois ? Certains doivent y trouver un certain réconfort ou cela les rassure peut être. Le "moins" pire ça restera toujours du pire donc du négatif. Alors que faire ? pourquoi ne pas voter pour le pire justement, au moins ça ira plus vite, on boit la tasse et basta.



Je n'ai aucune préférence humaine pour aucun des candidats "déclarés" quelque soit sa couleur politique, je sais éperdument qu'il n'y a pas de solution miracle, mais aucun n'a de perspective économique pour la France à moyen terme. On va bouffer de la crise à tous les râteliers durant cette campagne. Alors ok, on va devoir se serrer la ceinture puis ?? la suite du programme envisagé ? on mange des cailloux ?


Belle "Blitz Griek" en Lybie, moins médiatisé que les américains en Irak par contre. Nous n'avons pas eu droit aux envoyés spéciaux, aux images de nuit féériques. Le bon côté, on va avoir du pétrole pour 10 ans avec de la chance encore, si les chinois ne le piquent pas. Où sont les propositions des candidats sur l'énergie, l'investissement, la recherche sur la sortie des énergies fossiles ? ça en ferait du taf, pourquoi ne pas être précurseur en la matière pour une fois.

Les brevets doivent être dans les coffres de Total sans doute, je les vois bien passer en chevalier blanc un bon matin en nous en sortant un.


Nous avons louper les révolutions électronique puis informatiques. On n'a pas loupé le coche "internet", nous sommes dans le train mais en wagon de queue c'est exceptionnel.



Et que dire sur ce Hold-up parfait sur le chômage ??? Gros titre d'hier + 90 000 chômeurs en juillet, bien bien... Nous sommes en 2011, la génération du "BabyBoom" qui s'est muée en "PapyBoom", ceux de 1946-1951 ils sont où ? ils travaillent toujours où ils étaient tous fonctionnaires ?
Ah on me dit par oreillette que notre tissu industriel est laminé, ok. Ah on me précise aussi que l'instruction et la formation sont faite par TF1 et M6.

L'abrutissement des masses a toujours bien fonctionné, et plus on avance mieux ça marche.

Anonyme a dit…

Eva Joly, elle est de droite ? Nan parce que personne n'en parle, mais quand on lit son discours d'investiture, (http://evajoly.fr/2011/07/12/premier-discours-deva-joly-candidate-deurope-ecologie-les-verts/), ça ressemble à de la politique de gauche, et infiniment plus inspiré que ceux de nos professionnels de la gauche. Ok elle a l'air un peu austère pour une socialiste, mais c'est le côté nordique, faut pas s'arrêter à ça.

BA a dit…

Le SNU Pôle Emploi dénonce le bond des radiations administratives de demandeurs d'emploi.

Le SNU Pôle emploi a dénoncé le bond des radiations administratives des demandeurs d'emploi, vendredi, au lendemain de la publication des statistiques de juillet, et a mis en parallèle cette hausse avec la récente "dématérialisation" des courriers du service public de l'emploi.

Selon la Direction de l'animation, de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère de l'Emploi, les sorties des listes des demandeurs d'emploi "pour radiations administratives" ont augmenté "de façon inhabituellement forte" le mois dernier, de 25,1 %.

Sur un an la hausse est de 7,2 %.

"On ne peut s'empêcher de mettre en relation cet événement, tout à fait inhabituel au mois de juillet, avec la dématérialisation des courriers de l'institution, proposée par la direction au management en juin 2011, et qui leur a été présentée comme une simple modernisation des services", écrit le SNU dans un communiqué.

Pôle emploi propose désormais aux demandeurs d'emploi de recevoir uniquement par courrier électronique et non plus par lettres postales les informations les concernant, notamment sur une éventuelle radiation. Ils peuvent aussi, s'ils l'acceptent, recevoir des SMS.

Le SNU FSU, majoritaire à Pôle emploi avait dénoncé ce nouveau dispositif "insuffisamment sécurisé" il y a deux semaines, disant craindre "une augmentation des radiations abusives" et "un accroissement des conflits entre les publics et le personnel d'accueil".

En juin, les radiations administratives avait progressé de 4,1 % sur un mois, mais restaient en baisse par rapport à juillet 2010, de plus de 10 %.

Le mois précédent, elles avaient même enregistré une forte baisse sur un mois (-23,5 %) et sur l'année (-17,1 %).

Certains économistes soulignent aussi que des gouvernements passés, en période pré-électorale, ont été tentés par un traitement administratif du chômage.

Interrogé à l'occasion de la publication des statistiques des demandeurs d'emploi jeudi 25 août, Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis AM, a ainsi estimé qu'il allait être "très intéressant de suivre la gestion administrative des inscrits à Pôle emploi" :

"Vous pouvez durcir les conditions, demander aux personnels de Pôle emploi de faire un peu plus de zèle dans le contrôle etc.", a-t-il souligné.

"On a souvent vu cela par le passé -- même si je ne dis pas que cela va se faire, je ne prête aucune mauvaise intention au gouvernement !", a-t-il ajouté.

http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=55eac00f753f8b73563af5f9f429e725

Supertzar a dit…

mouaipe, je suis surement un doux rêveur, mais je trouve pas "utile" quelque vote que ce soit dans la primaire du ps. Il me semble que le seul vote "utile" pour la gauche dans la campagne présidentielle c'est Mélenchon.

dan_y44 a dit…

La gauche a déjà perdu vu ses personnalités peu charismatiques et son manque de réalisme vis à vis de la situation.

Montebourg était intéressant lorsqu'il parlait de relocalisation, à savoir de produire à nouveau en France ("protectionnisme" européen éclairé, évoqué par Emmanuel Todd dans les années 90), mais soumettre la finance aux objectifs du peuple résonne comme un objectif populiste qui mettrait les épargnant et l'outil productif à genoux (n oublions pas que ce sont les banques qui gèrent VOTRE épargne (Assurances vies) qui ont décidé que la grèce n était plus solvable (sur la base du bon sens vu sa gestion calamiteuse et la dissimulation de ses dettes), pas des sois disant spéculateurs qui voudraient la mort des états (regardez comme ils achètent des bons d état américains...), après les avoir financés pendant 30 ans!!!). Aucun homme de gauche ne souligne l'échec évident de l'économie à 56% administrée, et c est ça qui est dangereux pour les citoyens eux mêmes : faire miroiter que l'état va se relever comme avant, alors qu'il va muter et se retourner contre les citoyens qu'il taxera encore plus pour survivre au dépend de l'économie productive qui elle risque de souffrir et vous avec. les keynésiens (comme krugman) pensent que les relances budgétaires et ou monétaires permettent de relancer l économie, mais il arrive un point de non retour où le biais devient négatif : plus la dette augmente, plus la croissance chute.

preuve ici :

http://www.financialsensearchive.com/fsu/editorials/willie/2010/0323.html

En conséquence n'espérez rien du futur gouvernement, a part plus de taxes. Et n'applaudissez pas la taxation de votre voisin plus riche que vous, une gestion sans aucune niches fiscales et avec une assiette d impôt sur le revenu plus large (que tout le monde devrait payer) serait profitable à tous. La vraie fausse taxation des riches, des buveurs de coca ou de ceux qui vont a disneyland ne font que masquer la fin de l'état providence qui refuse d admettre qu'il a trompé ses électeurs en faisant miroiter tout et n'importe quoi.

Anonyme a dit…

Bonjour à tous.

Une première remrque : il est plaisant de voir, sur ce blog des plus passionnants, régner l'esprit de franche camaraderie indispensable au bon déroulement de cette forme suprême de l'amitié qu'est - théoriquement - le débat politique. Les forums où l'injure ne fuse pas dans la seconde sont rares.

Quant au post du jour... Pour ma part, je ne crois guère au PS - la social-démocratie, historiquement, n'ayant jamais été que la taupe du capitalisme ou le marchepied du fascisme... fascisme qui est lui-même une taupe du Capital.
Je pense qu'il n'y a aucun espoir du côté des partis institutionnels et je ne fais aucune différence, certes non entre la gauche et la droite, mais entre l'UMP et le PS, larbins insterchangeables des banques qui les sponsorisent indistinctement : ça s'appelle "l'alternance".
L'alternative est donc hors, et même anti-système. A condition de déjouer les faux nez et autres éternels rabatteurs : Mélenchon, le p'tit facteur bobo, le Modem...
Et aussi, et surtout, de se donner des ambitions réalistes...
Par exemple, je serais pour ma part tenté de voter pour François Asselineau, dont je trouve les analyses remarquables et le mouvement (UPR) des plus sympathiques. Mais je ne me leurre pas sur son avenir politique à court terme. Idem Cheminade, avec Solidarité & Progrès. Idem le Parti des travailleurs de Schivardi. Il en est d'autres, de la "droite traditionnaliste" il me semble assez respectable (non-libérale) comme de la gauche historique la plus cohérente (anti-libérale).
Mais ces gens-là, ces antisystèmes radicaux dont le continuum s'étend quasiment des royalos cultivés de l'Action Française aux mouvances, disons, national-révolutionnaires de la gauche marxiste intelligente (anti-cosmopolite) peuvent-ils vraiment parvenir au Pouvoir en 2012, comme l'urgence de la situation l'exige ? Je ne crois pas...
2012 me paraît donc par excellence l'année du vote utile... or j'avoue que Marine n'est pas franchement ma tasse de thé...

Anonyme a dit…

Franchement, j ai du mal a comprendre qu on puisse voter Hollande.
Montebourg ou Valls representent des idees, on peut etre d accord avec ou non, mais au moins ils ont des convictions.

Flamby lui n a qu une ambition. C est vrai que ca lui permet de ratisser large, puisque meme Chirac vote pour lui !

Durant toute sa carriere, Flamby n a jamais rien fait de marquant. Si le PS est dans cet etat, c est quand meme en parti grace a lui.
Son principal titre de gloire c est d avoir maigri !

Qu a t on fait pour meriter ca comme president ? (car sarkozy est tellement impopulaire que Flamby a de bonne chance d etre elu)

Abdel Housni a dit…

Salut,

Hors sujet, mais c'est trop bon et ca m'a rappelé ton blog.

Un reportage sauce british en 6 parties, How TV Ruined Your Life : http://watchdocumentary.com/watch/how-tv-ruined-your-life-episode-03-aspiration-video_7bd5cb372.html#.TlvMFagpWNY

Drôle Educatif Légendaire.

@++

BA a dit…

En France, les pauvres sont de plus en plus pauvres ... mais les riches sont de plus en plus riches.

Lisez cet article :

La pauvreté a culminé en France en 2009, selon l’Insee.

C’est le résultat de la dernière enquête Insee : si la crise née en 2008 a affecté la France entière, elle a touché de plein fouet les plus modestes. Plongeant sous le seuil de pauvreté près d’un Français sur sept.

En 2009, la proportion de pauvres a augmenté, mais encore leur pauvreté s’est accrue. Alors même que le niveau de vie des plus riches continuait de s’améliorer.

Et cette situation perdure, selon les associations de terrain...

Le seuil de pauvreté en France est établi à 954 euros par mois. En 2008, 13% de Français vivaient sous ce seuil. En 2009, 13,5%, soit 400.000 personnes de plus, plus d’un actif sur 10. C’est le niveau le plus élevé depuis 2000, précise l’Insee dans sa dernière enquête qui porte sur l’année 2009.

Des pauvres plus nombreux et encore plus pauvres. La moitié de ces 8,2 millions de personnes vit avec moins de 773 euros par mois.

Et pourtant, dans le même temps, entre 2008 et 2009, le niveau de vie médian des Français a progressé de 0,4%. Une progression moindre cependant qu’en 2008 (+1,7%) ou 2007 (+2,1%).

Les plus aisés eux par contre se sont franchement enrichis. Les 10% de Français qui vivent avec plus de 35.840 euros par an ont vu leur niveau de vie progresser de 0,7%.

Ces inégalités mises en lumière par cette enquête statistique n’étonnent surtout pas les associations de terrain.

"Ca fait des mois qu’on tire la sonnette d’alarme parce que l’on voit arriver de nouveaux publics victimes de la crise, des jeunes sans emploi ou des chômeurs en fin de droit", déplore Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre.

http://www.france-info.com/france-social-2011-08-30-la-pauvrete-a-culmine-en-france-en-2009-selon-l-insee-558339-9-508.html

Anonyme a dit…

http://selogeraparis.tumblr.com/