dimanche 4 mars 2012

La folle fuite en avant du candidat-président

Zut. Même l'impôt Fouquet’s du candidat socialiste (que notre souverain aura passé une bonne semaine à pourchasser appelant à la rescousse Jean Dujardin et les joueurs de babales à 12 smics par jour) est plébiscité par les Français! 

Cette semaine, Le monarque a tout foiré et Hollande a marqué des points dans le feuilleton de la campagne présidentielle. En attendant la semaine prochaine où, l'histoire n'étant qu'un éternel recommencement à mémoire tampon de 2 secondes, ce sera peut-être l’inverse.

Je suis là quelque part entre les deux Thierry... des blogueurs dont je partage souvent les constats et que pourtant tout oppose sur le papier:  

- Thierry Desjardins, convaincu que Sarkozy est foutu, mieux: qu’il veut perdre. 

- Thierry CSP, persuadé que l'affreux gagnera dans la dernière ligne droite parce que, d't façons, il sait y faire et que les Français sont de droite. 

Soyons intransigeants, sachons nous faire des ennemis et déclarons d'emblée que les deux ont raison. Les Français sont de droite (pas par conviction, ils n’en ont pas conscience : on les y conduit dès le biberon à force de crétinisation télévisuelle, d'individualisme, d'hyper-consumérisme pathologique, de dynamitage du tissu social et géographique) et Sarkozy est cramé (lui non plus n'en a pas la conviction, mais depuis le début de sa campagne son inconscient le trahit). Attention, cramé ne veut pas dire foutu

Au rejet populaire à son encontre, s’appuyant sur son bilan avant sa personne et un programme inexistant basé sur le matraquage des socialistes, se greffent :

- des erreurs stratégiques (nous y reviendrons), 

- des ratages télévisuels étonnants de sa part et des erreurs de com' de débutant (bel exemple: cet échange avec une agricultrice lors de son épopée à Bayonne où il se grille une occasion en or de saillie contre la gauche pour engueuler la pauvre agricultrice, nantie à ses yeux car elle possède 40 hectares alors que lui pourrait en acheter 500 en convertissant son seul patrimoine immobilier), 

- des mécaniques linguistiques éculées (Daniel Mermet dans une récente émission décryptant le passage de Sarkozy Jeudi sur France Inter comptabilisait 65 questions posées par le président en 29 minutes d'antenne, soit 3X + que le nombre de questions posées par les journalistes présents).

- et surtout... après ouverture sur commande par le sbire Guéant, une trop rapide montée de la violence des propos sur des sujets satellites (immigration, mariage homo, euthanasie, vote des étrangers…) relégués largement derrière le chômage, le pouvoir d'achat, l’accès à la santé et l’éducation dans les études d'opinion sur les problèmes que le politique doit traiter en priorité. Point flagrant dans le meeting UMP (aka le halalshow de Bordeaux) du samedi 3 mars où, en 55 minutes, pas une proposition concrète n'a été apportée pour améliorer le quotidien des Français. 

Bref, nous sommes dans le sociétal non plus dans le social ou l'économique, domaines pourtant au coeur de nos préoccupations, mais au sujet desquels "le président fort" se soumet totalement aux prophètes, prédicateurs et papes du pognon qu'ils soient de Bruxelles, de Neuilly-sur-Seine ou de Wall Street.

Haranguer haineux sur l'immigration ou la burqa avec des discours courts aux phrases en 4 mots permet de ne pas évoquer le bilan et de resserrer le débat sur le seul terrain effrayant d'une France fantasmée sous joug musulman

Mais frapper aussi fort à 50 jours de l'élection, c'est risqué. Que va-t-il pouvoir activer d'ici là? La mise en place de camps de rééducation pour les vendeurs de Kebab? Un référendum sur la peine de mort pour les fumeurs de Narguilés ?

Nous devons cette dérive président-candidat vers la fange forte à l'influence de Patrick Buisson (ancien directeur de Minute et ex-très proche du FN) et Guillaume Peltier (jeune neuneu ex-Villieriste qui se la joue scientifique). Les deux n'ont en visée que la récupération du vote FN. Cette fuite en avant du candidat-président persévérant sur une ligne de division des Français et de bouc-émissairisation, alors que les récents épisodes précédents (débat sur l'identité nationalestigmatisation des Romsdes chômeurs...) montrent que ces tentatives s'avèrent contre-productives dans l'opinion, signifie au choix :

- que notre président-candidat, aveuglé par son obsession d'une élection se jouant à l'extrême droite, a totalement perdu la boussole du peuple et le vote, au minimum, de plusieurs millions de Français issus de l'immigration qui devraient théoriquement en avoir marre de se faire régulièrement montrer du doigt. Possible.

- qu'il prépare le terrain sémantique pour un évènement majeur survenant dans les 50 jours (émeute ou fait-divers à instrumentaliser. Les émissions de la TNT nous rappelant que ce n'est pas ce qui manque, et que la technique de récupération visuelle plus ou moins bidonnée de la criminalité est parfaitement au point, que les esprits sont préparés). Hypothèse possible. Cela c'est passé plus ou moins de la sorte sur les deux dernières élections présidentielles (Papy Voise en avril 2002 et la rixe de la de la Gare du nord en mars 2007 et plus largement les émeutes d'octobre 2005 qui ont assis la notoriété de Tonton Karcher).

- ou bien, les 2.

Patrick Buisson et Guillaume Peltier, la dream-team UMP. 
Photo non contractuelle.

Pour le moment, notre Monarque ne s'adresse donc qu'à une partie de la France: le VRR vieux-rentier-réactionnaire (j’insiste sur le cumul, une qualité ne suffisant pas elle seule pour qualifier au vote Sarkozyste) et sans évènement extérieur, attentat, émeute, météorite halal ou autocombustion spontanée du favori en face, il va dans le mur. Sa parole peinera à déborder le cercle des irréductibles liquéfiés et je doute qu'elle trompe une seconde fois les électeurs frontistes. 

De là à dire qu’il y’a une franche adhésion à François Hollande chez les jeunes fauchés progressistes, c’est un pas que je ne franchirai pas encore. 

Illustration : Jeanne d'Arc, Luc Besson (1999)

18 commentaires:

sivergues a dit…

Dies Irae :
Nous sommes abandonnées à un être nuisible. Le Bien selon lui passe par le châtiment général et sa rage est sans frein. Il est dans la révélation mystique, dans un idéal où il faut convertir la planète. Nous autres électeurs sommes d'un bête, si vous saviez ?

omer a dit…

Il semblerait que le VVR faiblisse si l'on en croit le dernier sondage publié par Yahoo! :

"Signe de la difficulté de Nicolas Sarkozy à installer une tendance positive, les intentions de vote à son égard baissent de 3 points chez les retraités à 33%, de 8 points chez les 65 ans et plus à 31%..."

seb musset a dit…

@omer > je sais bien. D'où mon insistance à préciser qu'il faut cumuler les 3. Les retraités standards (et ceux qui vont le devenir) étant de + en + affecté par la politique de ce gouvernement.

pupuce a dit…

honnêtement, si tu crois aux sondages et au fait que Hollande est de gauche, t'as pas tort, va falloir que le sosse se suicide pour laisser passer le nain.
(ceci dit c'est exactement ce qu'il est en train de faire, le sosse...l'affaire des 75% d'impôts livrée à la stupidité populaire qui n'y entrave que dalle, vlà qui va aider le sarko d'une force inouïe)
maintenant vu que je crois pas aux sondages (et je te dis ça très scientifiquement, c'est même pas que le orwell inside me qui te cause) et que techniquement je suis désolée mais hollande est de droite et pas qu'un peu (et vu ses bourdes de comm' plus fréquentes et énormes les unes que les autres j'en viendrais presque à dire qu'il est probablement vendu), je reste droite dans mes bottes et je paie le café à csp.
;)

(ce qui serait bien ce serait qu'une fois dans ma vie quelque chose me surprenne, genre la gauche qui passe, l'assemblée qui se retrouve pas avec une majorité droite mixée fn, et une réelle politique de gauche façon argentine. je ne demanderais pas mieux et ça m'aiderait à croire au loto et au prince charmant, en prime. ^^)

Anonyme a dit…

Les francais ne sont pas de droite pour cause de dose de TF1 massive mais la france vieillit. et plus on vieillit plus on devient conservateur

Sinon je sais pas si Sarkozy est suicidaire ou s il pense que Marine ne pourra pas se presenter. Mais c est sur que ses axes de campagnes risquent fort de l envoyer dans le mur.
Ce qui me rejouirai soit dit en passant. Le seul probleme c est que ca veut dire 5 ans de Flamby, un type incapable de prendre la moindre decision (il s est deja degonfle pour la reforme fiscale et l abrogation d Hadopi)

ALX a dit…

Ce qui m’inquiètes se sont les 50 jours!

Pensez vous réellement que le nain s'est représenté ,si bas dans les sondage, sans avoir une botte sécrète.

Son égo ne me laisse rien présager de bon!!

Alors Seb une idée???

ps: bravo pour ton blog mais plus de reportage video ça serait sympa!

Rafo a dit…

Un second tour sans le nain, et sans le sosse, voilà qui me ferait bien marrer. Le bazar que ça ficherait et l'agitation que ça déclencherait seraient juste fa-bu-leux.

elia a dit…

Peut-être une arrestation massive de "terroristes musulmans" ? Ou même un pseudo attentat islamiste contre sa petite personne ? Soyons prêts à tout, car il est capable de tout.

ALX a dit…

Et que pensez vous d'un référendum de dernière minute avec une question qui renforcerait la droite et du fait générait la gauche dans son programme?? sorte de plébiscite !

J'ai cette impression en écoutant bourdin et super juju ce matin.

Halal le savoir??

BA a dit…

Lundi 5 mars 2012 :

Martine Aubry affirme que Merkel ne souhaite pas rencontrer Hollande.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas rencontrer François Hollande, le candidat socialiste à la présidentielle, a indiqué lundi la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, sur i>Télé.

François Hollande "avait demandé par courtoisie un rendez-vous avec Mme Merkel. Elle a dit qu'elle ne le souhaitait pas. Il a répondu : Dont acte", a dit la responsable socialiste.

http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/aubry-affirme-que-merkel-ne-souhaite-pas-rencontrer-hollande-05-03-2012-1437866_324.php

Toutatis a dit…

Vous avez raison de noter le remplacement du "social" par le "sociétal".
Mais ce passage a été initié et développé par la "gauche" (caviar et "deuxième gauche"). Est-ce un hasard si Sarkozy a recruté Kouchner et utilisé Lang ?
Avez-vous remarqué combien de "vedettes" délocalisées fiscalement soutiennent les sans-papiers ? (c'est logique finalement, c'est la disparition des frontières...)
On peut noter aussi la quasi-disparition des thèmes marxistes (lutte des classes) dans le discours des gauches (sauf peut-être LO). Pourtant, moi j'ai connu une époque où ce discours marxiste était dominant dans les milieux intellectuels, et même la presse (Le Monde des années 70). Et il me semble qu'il est bien plus pertinent maintenant que dans les années 70, qui ont vu la situation de la grande majorité de la population s'améliorer considérablement.
Petit à petit, on a vu le "prolétaire", c'est-à-dire l'ouvrier ou l'employé peu payé, s'évanouir dans le discours de "gauche" et être remplacé par l'immigré. Bizarre non ? Ce remplacement veut dire qu'on ne s'intéresse plus à la légitimité du système, mais de savoir qui a le droit de venir en picorer quelques miettes. Avantage de cette substitution : cela ne remet pas en cause le statut social des bonnes consciences (vedettes délocalisées fiscalement par ex.).

sivergues a dit…

Deux sur le même sujet c'est trop ?
Tant-pis entendre hier Sarkozy moulte fois répéter le mot République, m'a fait l'effet de sniffer un pot de chambre de prostatique. Parler de tout le mal qu'il a commis pour exister comme Président, (c'est -que je suis devenu le meilleur moi-), triste joie.Vous ne menez que des vaincus quelle tristesse vous guette avec vos larmes jamais ravalées. Varennes c'était le 21 juin 1791 c'est une option mais Louis XVI s'en fortifia.

seb musset a dit…

@Toutatis > Oui, c'est ironique. Il y'a 3 ans, le PS considérait que l'élection ne se gagnerait sur le sociétal. Terrain qu'ils délaissent aujourd'hui pour s'orienter + sur l'économie, la fiscalité et des questions quotidiennes.

Gros changement, c'est la droite qui fait du sociétal. Signe qu'elle est à bout de course.

P.S : Désolé de ne pas être plus présent sur le blog et les commentaires, mais je cumule charrette boulot et absence de connexion internet à la maison, ce qui ne facilite pas les choses.

Anonyme a dit…

C'est vrai que Sarko a peut-être une botte secrète mais à part l'absence de Marine LePen au premier tour... je ne vois pas. S'il y avait des émeutes dans les banlieues ou un fait divers sordide, cela gonflerait plutôt le score du FN...
Je crois surtout que NS a pris de haut FH et qu'il ne mesure pas son impopularité. Pourtant les sondages sont clairs sur ce phénomène. D'ailleurs au passage il est de bon ton de taper sur les sondages mais si on regarde globalement tous les sondages d'avant présidentielles depuis 81, ils ne sont jamais fondamentalement trompés dans les grandes tendances (même en 2002 la baisse de Jospin était visible)...

ALX a dit…

La montée du FN me semble désirée par l'UMP . Le positionnement du PS face à des sujet tel que la sécurité, l'immigration le fragilise.

Et à votre avis au second tour qui sera élu?? Nicolas ou Marine

Voilà le scenario catastrophe devant nous!

Surtout ne pas oublier que cette élection se joue uniquement au premier tour.

Anonyme a dit…

La France est certes de droite mais le PS est probablement le parti qui représente le moins la gauche, ce qui ne laisse pas malgré tout présager d'une victoire du président des riches.

korama a dit…

Je reste persuadé que l'un des deux favoris ne sera pas au second tour. Trop d'incertitudes, trop d'imprévus... Une vraie faillite de la Grèce (je veux dire, qu'elle fasse oficiellement défaut - ce que tout le monde sait mais retarde l'échéance) avant le premier tour peut être dévastateur par exemple. J'espère vraiment que ce soit le petit Nicolas qui soit éjecté dès le 1er tour, mais rien n'est moins sûr.

Rafo a dit…

@Korama : Un défaut de la Grèce pourrait même les éjecter tous les deux du second tour, car aucun des deux ne remet en cause la construction européenne qui pourtant est en train de s'écrouler sous nos yeux.