dimanche 1 janvier 2012

Pimp ton laquais 2012

Surprise dans le monde de la joncaille républicaine et du personal branling.

Après Jean-Luc Hees, Patrick Buisson, Jean-Pierre Elkabbach, c'est Eric Brunet, journaliste à RMC, qui est l'heureux lauréat du concours annuel de l'Elysée: "Pimp ton laquais". Après une publication au journal officiel, ce trophée prend la forme d'un grade de la Légion d'honneur distribué en début d'année par le monarque à un journaliste.

Pour le "Pimp ton laquais 2012", Brunet est un choix audacieux, mais cohérent[1]. 

Plus que l'investigation de tabouret, l'appel à l’équarrissage de fonctionnaires et à couper sombre dans les dépenses publiques (ce qui ne le démarquerait pas assez de la concurrence), c'est son soutien idéologique quotidien à la réforme antipeuple de notre suzerain et ses encouragements à aller encore plus loin qui sont ici remerciés. 

C'est d'autant plus appréciable qu'Eric opère via l'instrumentalisation téléphonique de ceux qui sont (ou finiront par être) les victimes de la réforme: les intervenants de "la libre antenne". Ces anonymes qui ne coûtent rien, ni à la station, ni au journaliste, mais bâtissent la notoriété de l'un et de l'autre.

Gageons que cette décoration saura rendre hommage à la détermination du journaliste essayiste. A l'instar d'un autre Eric (devant lui aussi courageusement lutter contre le "discours politiquement correct et totalitaire" des médias gauchistes à la seule force de ses 341 minimes interventions télés/radio en 2011[2]), Eric Brunet contribue chaque jour à 13h à la réconciliation des néolibéraux les plus mondialisateurs et des réacs les plus franchouillards dans la perspective de cette grande union nationale qu'appelle de ses voeux l'aile décomplexée de notre UMP, histoire d'en foutre plein la gueule aux assistés, aux feignants, aux travailleurs qui ne travaillent pas assez et à ceux qui travaillent encore, aux jeunes et autres basanés. 

Bravo Brunet. Une belle médaille bien méritée. 

Rappelons les autres journalistes nominés:
Jean Quatremer pour ses entreprises acharnées de diabolisation de la démondialisation, d'assimilation automatique de la moindre critique européenne à l'hitlerisme, et son combat pour la liberté de la presse au G20 à Cannes afin qu'elle puisse accéder (enfin lui) à la plage même avec le pass de la mauvaise couleur (Un récit poignant renvoyant le récit de la captivité des Taponier / Ghesquière au rayon des blagues Carambar).

Yves Calvi pour son assistance pédagogique quotidienne en fin de vie cérébrale (sur fonds publics).

Robert Ménard pour son "Vive Le Pen !" qui à n'en point douter aura un jour sa place dans la pléiade, entre Voltaire et Calimero.

Jean-Michel Apathie pour sa collection raffinée, et multimédia, de boîtes à cirage ainsi que son expertise dans le féculent, département fayot. Malgré une dernière tentative hier à 20h30 sur Twitter suite aux voeux télévisés de notre bon prince...
...l'award lui passe sous le nez.

et bien sûr: Alain Duhamel, comme chaque année depuis 41 ans.


[1] titre de son livre à paraître en janvier : "pourquoi Sarko va gagner"
[2] chiffres 2011 rapportés par sa fan base.

5 commentaires:

nicocerise a dit…

On dirait dans tout le pays
Le joueur de flute a trahis

Est-ce que les autres nominés ont leur breloque.

Il n'est pas carrément burné le gars.

Stavroguine a dit…

En parlant de Duhamel, hier soir avec mon amie on se regarde "une partie de campagne" de Depardon, (Giscard 74), qui sait qu'on voit pour le débat... le sus-nommé Duhamel. Déjà là.

Je crois que la liste est bien trop longue des journalistes Français qui pourrait avoir le "pimp ton laquais"

Bonne année à toi et à ta famille SEB.

Anonyme a dit…

Jean-Michel Apathie pour son expertise dans le féculent, département fayot.
Délicieux ! Je la seme à tout vent celle là

seb musset a dit…

@stravogène > Mieux que ça. 1971. La fameuse altercation de Clavel quittant le plateau parce qu'on lui a censuré son reportage. Qui tente d'amortir le choc ?

http://www.dailymotion.com/video/xoqz1_messieurs-les-censeurs-bonsoir_news

Anonyme a dit…

Ah ! les célèbres duettistes Duabbach et Elkhamel...
Toute une époque...