mardi 12 juillet 2011

Touche pas à mon plein

Chaque été, c'est pareil. Les médias nous rejouent le psycho drame de la complainte des Français aux vacances coûteuses, censé me tirer une larme. Est-ce que je me plains moi de mon été en cellule surchauffée bénéficiant dès 8 heures du matin du féerique spectacle municipal des marteaux-piqueurs pilonnant ma sérénité afin, qu'enfin, à la rentrée, à défaut d'un toit pour chacun, les Velib du coin soient mieux logés ? Non. Bon alors, un peu de décence. 

Justement, à propos d'essence:

Christophe De Margerie, le patron à 3 millions d'euros de salaire annuel (hausse de 13%) d'un fleuron industriel national qui paye la majorité de ses impôts hors du territoire annonce une hausse des prix à la pompe

Le boss de Total aurait tort de se gêner. En haut comme en bas, les comportements ne sont pas prêts de changer. Le premier Ministre a déclaré ce matin sur Europe 1 que taxer les bénéfices des compagnies pétrolières (comme augmenter les salaires) ne rendrait pas sa compétitivité à La France (si, si moins de taxes pour Total c'est plus d'emploi pour toi. Cherche pas c'est de la logique UMP) et je me sens encore bien seul aux apéros géants de l'amicale des "il faut que ça change" quand je déclare avoir abandonné ma voiture depuis un an. Motif : ne peux plus payer

Les compagnies pétrolières ne veulent tout simplement pas d'alternative au pétrole (à moins d'en avoir le contrôle complet). Ne pas compter non plus sur la droite (qui en est encore à accuser le reste de l'humanité de creuser des déficits alors qu'elle est à la manœuvre depuis 9 ans et n'a eu de cesse de les exploser en gavant ses potes) pour réduire la TIPP (ce qui a au moins l'avantage de lisser les effets de la hausse du pétrole, mais retarde la prise de conscience) et la voiture reste sacrée pour des Français prêts à dresser des barricades à la moindre menace d'interdiction de ses gadgets à frauder les radars. Donc voilà, dans ce domaine (pour une fois) rien ne sert de gueuler (si ce n'est pour alimenter en marronniers de l'été des rédactions feignantes) puisqu'en amont tous les protagonistes de bas en haut tous les artisans oeuvrent pour le statu quo. Entendions-nous des plaintes en 2009 lorsque, en pleine criseTM, le volume de voitures vendues explosait grâce à la prime à la casse et que l'on achetait du petit paradis à crédit à trois heures de route de son boulot ?

Et si posséder une automobile à essence en 2011, était tout simplement la plus belle des matérialisations de l'impasse dans laquelle s'enfonce l'ensemble de la société ? Pour rester poli : acheter aujourd'hui une caisse individuelle, neuve de surcroît, n'est-ce pas une belle connerie ? De Margerie le sait et ceux qui font semblant de s'indigner aussi, le litre sera prochainement à 2 euros et nous continuerons de rouler en voiture.[1] Enfin presque tous. Quelques mécréants, disciplinés à la sagesse Lagardienne, attendant humblement d'être majoritaires dans un monde devenu misère, continueront à pédaler sous les gueulantes des chauffards.
PS : Conseil "séjours malins". Comme Jean-François C. ou Brice H., pour vos vacances optez pour le séjour gratuit formule UMP "All-inclusive" chez les intermédiaires occultes.

[1] Avec mon esprit perverse, j'imagine même la mise en place d'une carte revolving "Libertoil" dédiée au plein d'essence à paiement échelonné. A moins qu'elle n'existe déjà ?

24 commentaires:

Tassin a dit…

Je suis bien d'accord avec toi sur la sacro-sainte ouature.
J'ai fait un lien vers ton article (une fois de plus) sur Carfree.

Romain / Variae a dit…

"We don't need aaaanooootheerr heeeroooooo ..."

nanou a dit…

je n'ai jamais compris ce rapport qu'ont les gens avec leur bagnole, moi a 28ans, je n'en ai jamais eu et ben vous savez quoi ? on survit tres bien, c'est vrai que c'est pas pratique dans certaines situations mais ca reste marginal, la majorite du temps je m'en passe tres bien, je crois que c'est qd on a mis le doigt dedans qu'on ne peut plus s'en passer. N'empeche, je discutait l'autre jour avec qq qui me disait que sa prochaine revision allait lui couter 400 euros, je me suis dit wow !! ya vraiment des gens qui payent ca pour ca, ensuite je me suis ravisé et me suis dit, en fait tout le monde le fait, c'est surement moi qui suit pas normale lol, d'ailleurs cette personne m'a repondu qu'elle "n'avait pas le choix" alors que son boulot est desservi par le metro

sinon, ce matin, un pote m'appel et me dit qu'il a entendu ce matin (tele ou radio je ne sais pas) que le ptz+ allait etre assoupli ou modif ou je sais pas quoi pr faciliter l'acces a l'achat immo des tous petits revenus genre personnes au rsa ou temps partiel, qq en a entendu parler ?

Anonyme a dit…

Pour la photo, la piscine n'est pas ce qui est le plus approprié en terme d'écologie et d'humanité (de l'eau potable gaspillée pour un loisir personnel réservé à quelques uns...)

Le Monolecte a dit…

Je vis dans la cambrousse profonde, alors je n'ai pas vraiment le choix, même si je calcule chaque déplacement pour l'optimiser et rogner au maximum.

seb musset a dit…

@nanou > pas entendu parler, mais pas étonnant. Endetter, endetter encore : faire perdurer, encore un peu jusqu'au choc final, l'illusion qu'il n'y a pas de mur.

Anonyme a dit…

salut Seb

Tu n es pas tres logique.
"Les compagnies pétrolières ne veulent tout simplement pas d'alternative au pétrole (à moins d'en avoir le contrôle complet)"

Si les petroliers augmentent les prix de l essence, ca va forcement generer des alternatives (velo, covoiturage, propulsion alternative (electrique, H2, air comprime...) ou carrement moins de deplacement (genre ne plus habiter a 50 km de son travail)

meme si les petrolier sont en symbiose avec nos dirigeants, ils ne peuvent pas tout controler, surtout qu en periode electorale, ceux ci sont oblige de lacher du lest (cf l episode sur les radars pedagogiques)

Chris a dit…

Bien vu

Mme Lagarde en pleine crise de spéculation sur le Brent en 2008 nous conseillait comme solution de...rouler à vélo.

Le souci c'est que suite à la grosse baisse de 2008 (et les 35 $ de baril) la remontée du Brent est due certes à un peu de spéculation (pourquoi s'en priver!) mais surtout désormais à une raréfaction. Et encore on a du bol car si les US ne laissaient pas filer le dollar face à l'euro on serait déjà à 2€. Bien sûr là dedans en France il y a 80% de taxes. Petit réconfort en Turquie l'essence est encore plus chère que chez nous (avant ils acheté en Irak...et comme ils ont soutenu les US ils sont obligés d'acheter ailleurs et bien plus cher)

On pourrait parler aussi des voitures qui, bien que leur prix augmente (y a pas mal de plastiques fabriqués à base de dérivés du pétrole), trouve toujours des millions d'acquéreurs chaque année, qui de plus achètent à crédit : ce crédit est parfois 50% des revenus des acquéreurs et les marques sont d'ailleurs devenues plus des vendeurs de crédits que de voiture – raison pour laquelle dés qu'il y a un problème sur les banques, les fabricants de voitures sont mal aussi

Je ne saurais que vous conseiller de revoir ce film : http://video.google.com/videoplay?docid=-4155421612152274150

A la fin il y a de mémoire une chanson, qui résume l'absurdité des con-sommateurs : « tu travailles pour payer ta voiture pour aller au travail pour payer ta voiture... »

seb musset a dit…

@LeMonolecte > Pas de mal, j'ai connu ça aussi. On a également pas encore fait mieux pour transporter la planche de surf.

pupuce a dit…

idem qu'agnès

j'ajoute qu'en province avec des chiards et des crétins qui te foutent les magasins de nourriture dans les périphéries industrielles et les écoles en plein centre ville tout en écartant les centres aérés de l'autre côté (bah oui, pas à côté de la ZI, kamême), que même pas je te cause de la galère des lycées et alors si t'as besoin d'un ophtalmo ce sera l'hosto et lui, l'hosto, il est répandu sur 45 sites....
sans bagnole tu passes juste ta vie dans le bus.
ce qui est totalement incompatible avec manger 5 fruits et légumes, faire du sport, lire, voire même travailler.
de là à conclure que le vélo et le métro c'est des trucs de mecs...
;)

seb musset a dit…

@pupuce > Bien vu. L'occupation du temps. Paramètre indispensable pour tenir les peuples. Jobs éloignés, plusieurs jobs, trafic. Pendant que t'es prisonnier volontaire des bouchons à écouter RMC : on peut dire que c'est mal barré pour ta révolution. La même chose,le week end avec le centre co. C'est bien foutu quand même la vie,non ?

Bonux a dit…

Mon avis est que l'essence n'est pas encore assez chère, la preuve : les pauvres en achètent encore !

Bon plus sérieusement :
Imaginons un instant une station service qui vende de l'essence "commerce équitable" (j'ai pas dit bio !), elle serait peut-être bien 2 ou 3 fois plus chère que les autres. Pourquoi ? Parce qu'aussi cher que soit le pétrole, la plupart du temps nous le volons dans des pays sous développés au moyen de corruption, mise en place de dictatures, étranglements financiers (banque mondiale, FMI) ou encore guerre quand le reste ne marche pas. (En fait c'est plutôt un mélange de tout ça).
Quand tu fais ton plein, tu insère le pistolet dans le réservoir, et quand tu appuies sur la détente, tu tues des angolais, gabonnais, irakiens, birmaniens... (insère un autre pays producteur de pétrole de ton choix) et bientôt des lybiens. Oh bien sûr tu ne les tues pas directement, mais en ne disant rien, tu l'acceptes implicitement.
Maintenant tu le sais, tu ne peux plus dire "je ne savais pas", tu es toi aussi responsable. Et plus tu râles contre les prix qui montent, plus l'OTAN a de légitimité pour envahir et piller les pays détenteurs de pétrole. (Les salauds ! Ils ont plein de pétrole et ils veulent pas nous en fournir gratuitement !)

J'allais oublier, maintenant on ajoute un portion de "bio-carburants" dans notre réservoir. Par exemple le SP95-E10 c'est 10% d'éthanol. C'est super vous allez me dire, on va tuer moins d'africains ! Ben non, on va les tuer d'une façon différente, on pique dans leur assiette pour mettre dans nos réservoir. En gros un plein (à 100%) d'agrocarburants (c'est plus exact que de dire biocarburant) ça fait un an de nourriture pour une personne. Un an, tu as bien lu. UN AN pour juste un plein.
Petit calcul au passage, si on utilisait toutes les terres cultivables françaises pour produire des agrocarburants, on ne pourrait parcourir que 10% de la distance parcourue annuellement par les véhicules français (on ne produirait plus de bouffe évidemment).

Alors pensez-y quand ferez le plein. "Bonjour, 50 L de sang africain SVP ! Euh je veux dire 50 L de SP95 !"


Bonne route !

PS : ça marche bien sûr avec plein d'autres matières premières...

Guy a dit…

Je reviens sur le "Les compagnies pétrolières ne veulent tout simplement pas d'alternative au pétrole". Encore faudrait-il qu'il y en ait une (voire plusieurs) compatibles avec une consommation de masse. Le pétrole est une source d'énergie unique dans le fait qu'il est très concentré, facile à transporter et relativement peu coûteux (pour l'instant) à exploiter. Toutes les energies "alternatives" sont trop diffuses pour être compatibles avec une utilisation à grande échelle. Les prétendues "solutions" (air comprimé, électricité, hydrogène, c'est-à-dire que des vecteurs secondaires et non des sources primaires) ne tiennent pas la route économiquement et qu'elles ne sont, en fait, que des gadgets de riches qui veulent se donner bonne conscience.

Anonyme a dit…

Je pense que la voiture est devenue une prison. Elle coûte de plus en plus chère entre essence, prix d'achat, entretien, assurance ; ce qui oblige à gagner beaucoup d'argent.
Mais en plus comme tu as une voiture tout le monde trouve normal que tu doives faire des dizaines de kilomètres et des heures de bouchon pour aller et revenir du travail.
Les gens voient la voiture comme un outil de liberté alors qu'elle te bouffe ton temps et ton argent.
Moi je n' ai plus de voiture depuis plus de deux ans (et plus de boulot non plus) et je me sens libre comme jamais.
Quand on voit les millions de véhicules qui convergent chaque jour vers le centre ville des agglomérations et les zones d'activité on se dit que tout ce temps et cette énergie dépensés montrent la stupidité du système économique et de l'aménagement du territoire.
Peut-être que le jour où les gens n'auront plus de voiture les entreprises et les commerces s'installeront là où les gens habitent. Ainsi nous perdrons un peu de notre dépendance au pétrole.

Yellow

Guyb a dit…

Je redis peut-être ce qui a déjà été dit.
Il est vrai que l'utilisation de la voiture dépend de l'augmentation constante de la distance entre le lieu d'habitation et les "commodités" (boulots, centre ville et/ou commerciaux etc.) Ok, ça arrange bien les "vendeurs" d’essence.
Par contre je ne crois pas que cela soit fait exprès. Ne sur-estimons pas la capcité de nuire de ces gens là non plus ^^

Korama a dit…

Meme cas que Le Monolecte... une maison à 50kms de mon job, mais à 3 km du job de ma femme. Donc pas de solution pratique pour les deux en même temps. Et quand j'ai demandé à mon patron de bosser une journée par semaine en télétravail (ben ouais, en infographie c'est concevable non?), on peut pas dire qu'il ai accueilli la demande avec enthousiasme.

mike hammer papatam andropov a dit…

Ah ? Toi aussi ? "le féerique spectacle municipal des marteaux-piqueurs pilonnant ta sérénité".
Connais trop bien.

dauphin a dit…

Le baratin sur le pétrole ,
est institutionnel:


"Le mythe du “Pic pétrolier” est donc déboulonné. Fini. Cette légende, dont la dernière version, voulait que depuis 2007, l’humanité avait dépassé le point maximum de production, et que donc depuis quatre ans, nous vivions sur nos réserves, sans en découvrir de nouvelles, que nous nous acheminions vers la fin de l’ère du pétrole en particulier, de l’énergie fossile en général. Eh bien c’est faux."

http://www.lesmanantsduroi.com/articles2/article711117.php

Tassin a dit…

@ dauphin :

Lol. On est en plein sur le plateau du pic pétrolier. L'AIE l'a reconnu l'année dernière.
Et on s'achemine petit à petit vers les pics de métaux (celui de l'or en passé en 2000), de gaz... bref le "peak everything"

http://www.youtube.com/watch?v=DzAfmc97K94

@ Guyb :

Effectivement ce n'est pas fait exprès, c'est simplement une conséquence naturelle de l'introduction d'un moyen de transport flexible, rapide et fut un temps accessible.
Dès lors ou le moyen de transport par défaut est la voiture, le territoire s'aménage différement, jusqu'au point où il devient très difficile voir impossible (les Etats Unis par exemple) de s'en passer.

dauphin a dit…

@tassin
blabla .
http://www.lesmanantsduroi.com/articles2/article71924.php

Anonyme a dit…

Bonjour,
la photo de JF Coppé dans la piscine est truquée...
Cordialement,
Karim A

leprisonnier a dit…

Ce qui compte ce n'est pas tant le prix du carburant, sur lequel tu axes ton papier, mais le coût des déplacements...

Ainsi, si le prix du litre passe à 3€ dans 5 ans, mais que dans le même temps, la consommation des véhicules baisse de moitié, ce qui est clairement la tendance, le coût pour les ménages sera le même.

Attention donc à ne pas sous-estimer les capacités de résilience du système. Et il en va malheureusement de même pour les prix de l'immo.

Jean-Marc a dit…

Pas besoin d'inventer une future énergie hypothétique pour se déplacer moins cher :

les solutions existent deja, et sont très bien connues.

deja, les TEC, que ce soit le bus, ou trolley, tram, telephériques (de plus en plus installés en ville, de lisbonne à grenoble, avec londres en projet), train,... permettent de dépenser bcp bcp moins d'énergie par kilo de charge utile (passager) transporté.

ensuite, pour le transport individuel, sous 20 km, il y a le vélo.
et au-delà de 20km... suffit de voir ce que faisaient les ouvriers dans les années 70 :
pour les longs trajets seuls non déservis par TEC, ils ne venaient pas en voiture... mais en mob : moins cher qu'un scooter, consommant moins qu'une voiture.

ou sinon, grâce au vélo pliant (ou aux vélos en libre service), on peut coupler les TEC (train par exemple) avec le vélo.

Quant aux zones étalées (commerces en périphérie), la solution existe dejà :
"dire qu'il suffirait de ne pas acheter ces merdes pour quelles ne se vendent pas" (Coluche). Suffit de ne pas aller faire ces courses dans les zones commerciales, mais dans les magasins de proximité (tant qu'il en reste encore...) pour voir les déménagements de centre-ville vers ZC s'inverser.(d ailleurs, celà a deja commencé : les hyper/super viennent de perdre des parts de marchés, malgré des ouvertures)
c.f. aux USA, les photos de http://deadmalls.com/ ou le texte de http://carfree.free.fr/index.php/2009/02/09/la-fin-des-supermarches/


autre detail : vu que c est la plus grande agglo, il faut -si possible- vivre en france hors de l'IDF (car, même si tu réussis à vivre au centre, à paris, grâce à tes revenus/des sacrifices, il y a bcp d autres personnes qui sont repoussées en banlieux éloignées; alors qu'aller dans une "petite" agglo de 300 000 habitants te permettra d avoir tous les commerces et loisirs, avec divers emplois, mais sans grandes distances à parcourir même pour les banlieusards)

Jean-Marc a dit…

@leprisonnier

si seulement...
http://tinyurl.com/statstransport2

c.f. les 2 derniers onglets (3.10.
1 (gasoil) et 3.10.2 (essences)) donnent les chiffres de la conso en france, selon le ministère du developpement durable.
soit, sur quelques années :
- essences :
1980 : 23,9 - 1990 : 24,2 - 2000 : 18,2 - 2008 : 12,0

gasoil : 80 : 10,8 - 90 : 20,1 - 00 : 32,3 - 08 : 38,5

total :
80 : 34,7 - 90 : 44,3 - 00 : 50,5 - 08 : 50,5

on constate que, malgré la baisse de conso d essence, la forte hausse de conso de gasoil fait plus que l annuler : il s agit juste d'un repport de motorisation. les moteurs moins gourmands ne modifient en rien la tendance de fond à l augmentation de dépendance au pétrole.

p.s. petit espoir :
http://tinyurl.com/statstransport1
l onglet 3.4.1. permis de conduire délivrés :
voiture tourisme :
80 : 1 019k - 90 : 778 k - 00 : 748k - 10 : 720k

par contre, dans le même onglet, la chute (80 : 39,5k à 10 : 6k ! soit plus de 6,5 fois moins) des permis de transport en commun (D) dans les années 80, et l augmentation des permis poids lourds (C) (80 : 33,3 k - 00 : 41,4k) illustrent la dégradation des TEC, et l augmentation du transport de marchandise par la route.