mercredi 9 juillet 2008

CHOC DES MONDES (III) : MA SOIREE CHEZ M6

Au préalable, ayons une pensée pour nos amis "cadres", surtout ceux qui ont voté pour l'UMP en 2007 et qui, entre une prière pour Ingrid et une alerte à la mozarella contaminée, viennent de se faire sucrer par leurs charmants députés 17 jours de RTT.

Mais là n'est pas mon sujet. Quoi que au fond... si.

Revenons sur un récent épisode nocturne. Comme disait Bud Spencer à Terence Hill lors de leur gloire cinématographique : "Quand faut y aller faut y aller !". Samedi soir, j’ai pris sur moi malgré une grosse fatigue et une humeur de chien pour conduire ma moitié à l’annuelle festivité d’un ancien couple d’homos parisiens, anciens collègues de travail, émigrés financiers en lointaine banlieue dans ce genre de lotissements qui, il y a encore trois ans, leur faisait horreur. James et Michel sont fièrement installés dans un petit bourg coincé entre deux anonymes villes dortoirs de la lointaine banlieue sud.

Le coin est loin d’être le trou perdu qu’ils auraient pu craindre. Pour les mêmes raisons spéculatives propres à Paris, le couple de trentenaires a retrouvé ici plein de gens comme lui, ambitionnant la possession foncière mais n’ayant pas les bourses de la faire en ville.

A l'écart du centre ancien et des commerces, les petits conglomérats de lotissements accolés les uns aux autres ont poussé au milieu des champs. Y règne la promiscuité des habitations qui jouent à touche touche autour d’une voirie étriquée où s’entassent jusqu’à l’impossibilité de circuler les voitures des primos accédants. En compter minimum deux par habitations, généralement il s'agit de grosses cylindrées ou de 4X4 encore plus ridiculement à l’étroit ici qu’à Paris.

Malgré la surpopulation des zones pavillonnaires, il reste tout autour des paquetages isolés de maisons serrées des champs à perte de vue qui ne demandent qu’à être ravagés. A n’en point douter, ces régions déjà bien fournies en salariés enclavés, mais somme tout encore majoritairement en friche, ne sont qu’au début de leurs grands embouteillages.

C’est dans une de ces habitations clonées au fond d’une impasse tournant le dos au champ et avec vue sur mur, que la fête tambourine depuis deux heures son tam-tam tantôt "eighties" tantôt "nineties". J'y suis, dubitatif, allongé dans un transat dessiné par Valérie Damido avec mon assiette de chips. Laquelle de ces deux décennies de la déca-dance* fut musicalement la pire ? Comme dirait M.Emmet Brown, "c’est le genre de question paradoxale qui peut mettre en danger le continuum espace-temps".

Le flyer annonçait une assemblée bigarrée faite d’amis homos, de potes hétéros en couples ou célibataires et de quelques voisins. Les homos je commence à cerner, les célibataires y en a plein les bistrots de mon quartier mais ces voisins des champs, branchés et trentenaires respectant à la lettre les codes télévisés des magazines d’M6 de type "Parce que le bonheur est dans le prêt, j’achète ma maison les yeux fermés pour le décorer presque parfaitement et la revendre à ma nanny avant de finir aigri parce que je n ai plus de pouvoir d’achat pour faire le plein de mes deux 4X4", ceux-là, je piaffais d’impatience de les rencontrer en chair, en os et en baskets de marque.

L’aréopage était composé de quelques homos bien gentillets de deux lesbiennes accompagnées de Bifteck, un petit chiwawa si bien élevé que j’en concluais sans vraiment les connaître que ses maîtresses devaient être des filles biens, et de plusieurs jeunes couples de voisins ouvertement hystériques qui prétendaient à l’ivresse avec leurs succédanés de boissons énergisantes.

D’ivresse il y en eut peu d’autre que celle tolérée par les normes de la bienséance télévisée. Les amis parlaient de choses communes et qui sonnaient obscures. Ils riaient simultanément mus par des déclencheurs si indolores que je ne les percevais pas. Le moment et le lieu réunissaient en un théâtre de banalités tous les préceptes de ces émissions de coaching existentiel :

- La caution esthétique « homos » pour la touche « edgy » dans une soirée à dominante hétéro.

- Le copier-coller vestimentaire - je comptais huit paires de Converse blanches similaires chez les hommes et des hauts à fleurs identiques sur trois des huit filles présentes -. Vous savez ce que c'est : Quand on aime pas, on compte.

- La décoration soignée de l’endroit qui était l’écrin parfait à tout ce conformisme pixelisé.

J'y dénombrais pèle-mêle : Sur la terrasse à pelouse synthétique, des puits de lumières mauves et retro-éclairés qui humanisaient le béton beige, un balisage des volumes à la mini bougie aromatisée, un massif canapé gris occupant les deux tiers d’un salon blanc cassé et vert pomme, peu de meubles mais beaucoup de gadgets hi-tech, un cadre électronique où se surimposent les photos du bonheur conjugal de nos hôtes homos, une déserte en coffrage de papier mâché, un crêpage de mur aspect « rustique », un écran plat surdimensionné avec son home cinéma surpuissant qui fait juste mal aux oreilles, l’ambiance prairie dans les chiottes et une salle de bain tout de grands carrelages transparents.

Pour la touche finale, entre un « Têtu, spécial transgression » et le catalogue printemps-été « Leroy Merlin » régnait bien en évidence sur les rayonnages de la bibliothèque le dernier Marc Levy**.

A son propos, à un moment une fille s'écria :
- Tu l'as lu ?

L'autre répondit.
- Oui, c'était génial !

Dans notre période sans couilles qui plébiscite en boucle le copier coller et l’éternel retour en arrière, je me demande souvent avec désarroi que pourra t-il rester esthétiquement parlant de nos années zéro ? Quel esthétisme généra de la nostalgie d’ici vingt ans comme le font aujourd’hui les films des années soixante-dix, surtout ceux de science-fiction qui voulaient faire moderne en esthétisant à l’outrance et qui pour cette raison précise feront désespérément « ancien » ?*** Avouons-le, dans vingt ans, à la vue des décorations en décalcomanies ou à l’évocation des bougies parfumées à la vanille qui embaumaient leurs salons éclairés par des lampes à variation de couleurs tamisées, mes amis d’un soir diront des trémolos dans la voix : « Ah tu te souviens, c’était les années M6 ».

Totale et arrosée de musique ambiancée, les émissions d’M6 leur dictent sur un ton sympa les comportements à adopter en société. Elles les habillent de la tête au pied. Elles les conseillent sur tout, de la façon d’éduquer leurs enfants à la teinte à donner à leur cuisine jusqu’au nombre de rapports sexuels à avoir par semaine.

Soudain, la machine à fumée se mit en branle, les danseurs à Converse exultèrent en hurlant sur du Martin Solveig. Allongé au bord du précipice aux clichés, au delà du cliché que j’aurais pu clicheter, en les regardant s’évertuer à être joyeux parce que c’est Samedi, j’imaginais que, comme TF1 fut la chaîne d’une génération qui lentement périclitait avec sa chaîne, M6 serait à jamais la chaîne de ma génération : Toutes deux montaient pour régner. Dans vingt ans, ma génération se passera en boucle avec nostalgie les émissions avilissantes qui auront fait d’elle la pathétique larve acculturée et vraisemblablement fauchée qu’elle sera devenue.

Sur ce, je suis allé les rejoindre dans le brouillard parfumé. Enfin de la vraie musique : C'était Patrick Hernandez qui hurlait Born to be Alive !

* Merci à anonyme, il se reconnaitra.

** On a trop tiré sur Marc Lévy. Son succès planétaire est porteur d’un message d’espoir pour tous les écrivains oubliés, même ceux ayant perdu l’usage de leurs mains. On peut écrire avec les fesses.


*** Il y aurait moult exemples de ces visions futuristes qui ne réussissent pas à dépasser le fardeau esthétique de leur époque, le plus ironique est peut-être celle d’entre elles considérée comme un chef d’œuvre : "A clockwork orange" de Stanley Kubrick 1971

9 commentaires:

Le Monolecte a dit…

Fallait pas l'inviter! Comme tu craches dans la coupelle de cahouettes grillées à sec!

Excellent, par ailleurs! ;-)

J'ai eu le même bad trip il y a 9 mois, quand j'ai été "enlevée" en pleine nuit par nos tout nouveaux voisins pour fêter Halloween (je suis contre cette putain de fausse fête, mais les yeux de la gamine brillaient!).

On a donc fait le tour du quartier en hurlant, enfin, du nouveau quartier où vivaient tous les jeunes couples sauf nous : pile poil la même chose! En rase campagne, ça tue encore plus de vouloir absolument vivre dans une maison en merde payée 2 fois sa valeur réelle!

stephane a dit…

Seb !
Ta peinture sur cette soirée, est etonnante de poésie.
Continu !
je vais peut etre te faire rire, je pense que tu aurais vecu il y a 25 ans , tu serais passer dans Apostrophe.
Tu semble sévére avec tes contemporains, mais ton point de vu "en marge" est parfaitement pertinent.
Bonjour a GF
cordialement
Stef

Anonyme a dit…

Des photos, des photos, des photos !! eh bien toi tu finiras comme ma pomme, en plein soleil, mais dans un grand désert. T'as 2 soluces : moins de 40 piges, tu rebrousses chemin et retrouve la sortie. + de 40 piges, t'as pas le choix, t'as dépassé la limite, le temps de retrouver la sortie est supérieur à celui que tu as mis pour courir dans ton désert. Cela étant, ce genre de billet, c'est pas un peu génération M6 ça ? "tu te souviens, mon billet choc des mondes (iii), c'était chouette cette époque non ?" Je suis dubitatif ... Attends, j'apperçois un bout de tête là-bas à 5 km ... encore un mirage !??? Ah non, c'est toi ! Salut, bienvenue nu nu nu uu u u ..... :o)

Anonyme a dit…

Super !

J'ai tout de suite visualisé un couple de mon entourage qui vit exactement comme tu le décris, dans une maison anonyme engoncée au fond d'une impasse. Décourageant ! ... Mais jouissif à lire.

Tisbea

Anonyme a dit…

Excellent!
1 détail quand même, le français est parfois un peu différent de l'anglais et une décade c'est 10 jours, comme dans la "décade prodigieuse". 10 ans c'est malheureusement une décennie. Sinon, ç'aurait été une bonne nouvelle concernant la musique des eighties et des nineties.

seb musset a dit…

Bien vu.

Anonyme a dit…

Mouais...
ton blog à l'aire d'exiter tes p'tits copains parigots "in"... ouais, trop bauf ces banlieusards.

moi, j'm'en fou, je ne suis ni sur panam ni dans sa banlieu, mais te voir decrire leur vie, me fais penser que t'es juste un connard.

Amber a dit…

Good post.

Stef a dit…

Quelle horreur angoissante paradoxale !
Etre obligé de se retrouver seul au milieu de la multitude humaine, non pas physiquement mais mentalement, sachant que quoique l'on fasse, la communication ne sera jamais que superficielle, que la communion est une utopie et que en cas de période trouble et tendue, genre où les rats se bouffe entre eux dans une panique hystérique en cherchant à fuir par les sabords du navire sombrant, ceux que tu côtoies dans ce genre de soirée seront les premier à te supprimer comme maillon faible comme il l'on appris dans une émission banalisante dans laquelle les blaireaux s'associent dans un espoir de survie égoïste face à ce qui peut être mieux qu'eux.
J'espère que ta moitié a saisie le sacrifice que tu faisait.
Bonne continuation.