Top Ad 728x90

28 octobre 2017

, , , , ,

Le logement social au-dessus de tout soupçon


"Paris : l’élue France insoumise Danielle Simmonnet occupe un logement RIVP loué très en-dessous du prix du marché" France-soir, 26/10/2017


Avalanche de réactions indignées en ligne. Non pas sur le prix du marché braves gens, mais bien que l'on puisse habiter (une élue de gauche qui plus est) dans un appartement qui ne respecte pas cette logique de marché.

Le cas Simmonnet, qui n'est d'ailleurs pas dans un logement social, et les commentaires outrés sur ce que doit être ou ne pas être un HLM, ont le mérite de nous interroger sur la question de la mixité sociale.

Quels logements sociaux voulons-nous ?

L’argumentaire de Danièle Simonnet "ne voulant pas se loger dans le privé" car ce serait "enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière" se justifie pleinement à Paris. Que l'on ne se rende plus compte que ce n’est pas un loyer à 1300 euros pour 80m2 qui est injuste, mais bien le tarif moyen du parc locatif parisien qui est un scandale, montre à quel point nos esprits sont soumis à la logique du bourreau. Je vous renvoie aux kilos tonnes de pages d’articles pondus sur ce blog, chatoyant kaléidoscope des teintes de saloperie décomplexée observée chez certains bailleurs privés de cette ville qui, avec la passive complicité quand ce n'est pas avec l'aide fiscale, des gouvernements successifs, volent et précarisent des locataires coincés par le dieu marché. La note du 5 octobre 2017 de Natixis, pas spécialement un organe de propagande gauchiste, confirme que la baisse du pouvoir d'achat des Français est liée non pas à l’accroissement des inégalités des revenus mais à la hausse des prix de l'immobilier, et que les Français ont le sentiment de s'appauvrir à cause des prix du logement.


Doit-on définitivement accepter que les zones d’habitation se définissent en fonction des revenus ? 

Mettons de côté les quelques chanceux héritiers, s’il n’y avait pas le parc HLM à Paris, la capitale serait stratosphériquement déconnectée des revenus des Français. Le salaire médian français est de 1730 euros, le loyer moyen à Paris est de 1130 euros. Do the maths. C’est valable pour d’autres villes, mais avec les loyers parisiens (on parle de 1000 euros pour 25m2) on est déjà dans un autre monde, et ce depuis quinze ans, sans que cela trouble trop les gouvernements successifs.

D'un autre coté, les logements sociaux sont prisonniers d’une double image qui date. Ils doivent être réservés aux pauvres, et en conséquence être relégués à la périphérie de nos villes, et tous groupés au même endroit ce serait mieux. Alors que 65% des Français sont éligibles à un logement social, l'écrasante majorité n'en fait pas la demande. Pire, les logements sociaux personne n’en veut à côté de chez lui. Pour avoir fait un gros tour du foncier ces dernières années, je garantie (pour Paris) qu’ils sont plus fonctionnels et dans un meilleur état général que la plupart des logements privés que j’ai visités, pour ne pas dire tous.

Notons que la crapulerie de baisse des APL de l’androïde Macron va dans ce sens. La baisse des APL compensée en ponctionnant directement les bailleurs sociaux n’aura pas d’autres conséquences qu’une dégradation des conditions de vie des locataires du parc HLM. Et on a récemment vu à travers l'incendie de la tour Greensfell en Angleterre l'horrible conséquence de ce type de politique.
En respectant un quota et avec des loyers adaptés aux revenus, il est normal, même judicieux, que des revenus moyens voire supérieurs habitent dans les zones à forte densité de logements sociaux, comme il est impératif que des revenus modestes habitent décemment dans les zones que les riches se conservent jalousement (à travers la construction de nouveaux bâtiment, ou par l’entrée de la ville dans les copropriétés au gré des remises en vente). C’est dans l’intérêt du parc social et de la vie de la cité en général. Le débat sur la mixité scolaire est par ailleurs vain tant que l'on n'a pas avancé sur la diversité à l'intérieur des zones d'habitations.

Illustration : Gian Maria Volonte dans Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, d'Elio Petri (1970)

2 commentaires:

cdg a dit…

il y a une petite erreur qui ne change pas grand chose sur le fond (le prix exorbitant du logement): tu compares le salaire mediant francais aux loyers parisiens. il aurait fallu en toute logique prendre le salaire median parisien (surement pas dispo) mais qui est plus eleve que le salaire median francais

Quant à l envolée des prix du logement, as tu remarqué qu elle est depuis peu negativement decrite dans des articles de la presse "mainstream" ?
Jusqu il y a peu, c etait "formidable l immobilier encore pris 10 % cette annee, c est le moment d acheter". maintenant c est plus "ca a encore augmenté et les gens ne peuvent plus se loger". Je ne sais pas exactement a quoi c est du, apres tout le probleme n est pas neuf, mais je suppose que le fait d avoir une nouvelle generation aux commandes (en schematisant les baby boomers PS/LR ont ete mit au rancart et la generation LREM qui suit a ete plus victime que beneficiaire de l explosion des prix ). Surtout si comme la dignitaire insoumise, quant on a droit a un appart pas cher, on ne se sent pas trop concerné par la hausse des prix

Sinon, l etude natexis est interessante, surtout sur le fait qu elle montre que les prix se sont envolés bien plus a l achat qu a la location. Et si Macron a bien noté que les APL ont contribué a l envolée des loyers, il n est pas allé jusqu a raboter les Pinel et autre PTZ qui ont fait exploser les prix a l achat a un point ou 50 % des clients des promoteurs sont maintenants des "investisseurs" (les " sont necessaire car acheter au prix fort pour profiter d une reduction d impot n est probablement pas un tres bon investissement)

PS: le meilleure facon de faire baisser les prix a Paris (et autres metroples) serait de faire que les gens ne soient pas obliger d y aller pour trouver du travail. On n en prend pas le chemin j ai l impression. encore aujourd hui je lisait que le grand paris c est des centaines de millons d € de travaux. et c est evidement le contribuable de toute la france qui va payer

Un partageux a dit…

Salut Seb,

Content de te lire après toutes les stupidités qu'on a pu entendre. Le truc qui m'a fait bondir est ce loyer de 1300 euros regardé comme trop bon marché ! Quand le Smic est à 1150 euros. Je ne pense pas que beaucoup de garçons de café, de techniciens de surface, de caissières ou de serveuses parisiennes gagnent plus que ce fameux Smic.

Danièle Simonnet est conseillère d'orientation. C'est bien la première fois que j'entends que ce métier est un emploi de privilégié grassement rémunéré. Si elle n'avait pas un compagnon pour apporter sa quote-part je doute fort qu'elle aurait les moyens de payer ce loyer.

Top Ad 728x90