samedi 5 janvier 2013

[video] Quel sera le fabuleux destin de la vidéo du journaliste homophobe et raciste ?

Tu te souviens de la vidéo des pieds du cadre d'Orange qui, sur le chemin de St-Domingue, insultait une employée SNCF en gare RER de Viroflay il y a deux mois ? Le truc avait connu un buzz expéditif dans les médias. Étonnant pour une brève séquence où l'on ne voyait rien, la caméra étant pointée vers le sol et la violence du contenu purement sonore. J'avais d'ailleurs pensé au début à un fake. 

Mon ami le blogueur @jegoun a filmé hier soir une scène qui expédie celle du cadre d'Orange au rayon bande-annonce de prochain Dora l'Exploratrice. Là c'est du lourd. Un plan séquence, full face, de 10 minutes (en 9/16e, mais Jegoun débute dans la vidéo) filmé au comptoir de La comète au Kremlin-Bicêtre, d' un type se prétendant journaliste au Parisien qui insulte un serveur, puis un client, puis un autre avec toute la gamme de la haine malheureusement ordinaire: racisme, homophobie et un superbe "je suis journaliste, vous n'êtes rien".  

Le récit des minutes qui précèdent est dans l'article de Jegoun. Voici l'objet: 


A la différence, de la vidéo du RER, on voit les intervenants et j'en connais 2 sur 3 plus celui qui filme, donc c'est garanti sans fake. En revanche, rien ne prouve que le type est effectivement journaliste. De plus, hors racisme, selon les critères qui ont fait l'expéditive popularité média de la vidéo du RER, le contenu social est aussi fort: mépris haineux du petit personnel. 

C'est un test que je te propose aujourd'hui. Voyons-voir si, avec ton aide, cette vidéo d'un mec se qualifiant de "journaliste" est autant reprise dans les médias (même avec visages floutés) que la vidéo des pieds du cadre d'Orange ?

[update: 05.01.2013, 17h] 

Réponse expéditive de notre test de 10h. Vers 11h tombent sur Twitter les salves spontanées de la veille journalistique unanimement indignée par de telles méthodes de buzz ou les moquant.

FranceInfo
Canal+
Le Monde
Huffington Post
Voici.
12h. Le Parisien dément enfin que le journaliste soit de sa rédaction. Ouf. 
 et le Huff Post verrouille quelques minutes après. 
(Note l'expression "tour du web" alors que la vidéo n'est reprise que sur 4 blogs. Le "web" est une chose externe, un peu sale, à laquelle le site ne contribue pas). 

13h50. Affaire classée. Raciste, homophobe, peu importe: l'homme n'est pas journaliste au Parisien et on n'a pas à filmer les gens qui insultent les gens, c'est un procédé dégradant et ce sont des propos de comptoir. Circulez y a rien à voir. Le larron a fait l'occasion et démonstration est faite: On ne touche pas aux journalistes, fussent-ils hypothétiques. 

Jetez un oeil à la chronologie du buzz de la vidéo des pieds de Viroflay. Egalement publiée la veille au soir, le lendemain à 13h, alors que des doutes subsistaient sur son authenticité et que le type semblait au minimum aussi "malade" que celui du bar, la vidéo avait fait le tour des sites de presse, des radios et des chaines d'info continue. 

En attendant un éventuel rebondissement, notamment sur l'identité et le métier du quidamla vidéo de @jegoun, n'en déplaise à ses détracteurs, contient une information capitale: Si d'aventure, lors de sorties nocturnes, tu insultes arabes, salariés ou pédés[1] et que tu réalises un peu tard que tu es filmé, dis que tu es journalisteÇa peut aider pour le SAV en ligne.  

1] Nous ne te rappelons que c'est 1/ juridiquement répréhensible, et que 2/ tu serais d'abord un gros con.

Articles connexes:

10 commentaires:

jurassicGeek a dit…

La philosophie de bout de comptoir , a minuit, complètement ivre, ca me saoule. Qu'il se saoule en silence chez lui ce con, et qu'il n'emmerde personne

jurassicGeek a dit…

La philosophie de bout de comptoir , a minuit, d'un mec complètement ivre, ca me gave. Qu'il se saoule en silence chez lui ce con, et qu'il n'emmerde personne

Paganini a dit…

J'ai tout de suite pensé à la vidéo du mec de chez orange en voyant celle de Jegoun. Quant aux tweets de journalistes, édifiant...

Arthur Hache a dit…

"Quel sera le fabuleux destin de la vidéo du journaliste homophobe et raciste ?"

Elle a déjà fait plouf.

On pouvait s'en douter à moins de vouloir voir (en réalité de chercher) des "militants du FN" partout.

Toutatis a dit…

Avec ces nouveaux procédés de flicage à base de smartphone on va pouvoir dénoncer à tout va. Même les auteurs de SF n'ont pas prévu ça (enfin si peut-être, j'ai pas tout lu).

le chafouin a dit…

Donc Nicolas J. publie une vidéo montrant un idiot raconter des bêtises dans un bar, en accusant ce type d'être un journaliste du Parisien (donc sans l'avoir vérifié), et les journalistes sont coupables de ne pas la diffuser? Trop rôle! Démonstration par l'absurde qui montre juste une chose : un blogueur de gauche, par ailleurs sûrement opposé à la vidéosurveillance, peut vous filmer et diffuser votre image sans votre autorisation, sans que ça ne choque aucun de ses amis bienpensants.

Par contre, si les journalistes osent s'interroger, ce sont des pourris.

Comique, non?

Reprenons. Le responsable du bad buzz, c'est plutôt le blogueur inconscient qui titre n'importe comment son billet.

Voilà, là on est dans la vérité.

Le reste, le parallèle avec une vidéo tout aussi pourrie, n'a aucun intérêt.

seb musset a dit…

@ArthurHache > Non, là pour une fois, il n'était pas question du FN. Mais enfin si vous en parlez, c'est que l'association d'idées suite aux propos du monsieur est possible.

@Lechafoin > Effectivement à classer dans "par l'absurde", mais néanmoins efficace. Et oui, il n'y aurait pas eu l'histoire de Viroflay, je n'aurai jamais relayé cette vidéo. Mais la vie des buzz n'a pas de mémoire, et rendez-vous bientôt pour une nouvelle vidéo de clash... sur d'autres sites.

@Toutatis > Oui, disons plutôt que c'est une société de la parano à laquelle nous contribuons tous. Dans la vidéo tt le monde se filme, et, précision, c'est le type à l'image qui a commencé à filmer et prendre des photos.

Alexis a dit…

Salut à tous,

D'abord merci Seb pour tes très, très bons articles. Voilà.
Fort rare que je commente sur un site. Depuis 2007 ça se compte sur dix doigts. Une des ces quelques dix fois, c'était chez Jegoun, justement, qui racontait ce jour-là qu'un mec, dans son rade préféré, avait pris discrétos (croyait-il) des photos des fesses de la serveuse, je crois, ce qui n'est certes pas bien malin, ni très probe et ne témoigne pas d'un esprit très affûté. Que fait Jégoun ? Il prend une photo du type, discrétos aussi et sans bien évidemment le prévenir, balance la dite photo sur son blog en disant en substance que "c'est-un-gros-pervers-malade-prévenez-vos-copines-et-la-terre-entière".
Je commente, pas de façon très agréable je le reconnais (mais j'étais bien énervé), en observant que prendre des photos d'un fessier, c'est vilain, mais que des fesses sont anonymes, contrairement à la tronche du lourdaud qu'il venait de mettre en ligne sur son blog en s'imaginant sûrement en brave redresseur de torts 2.0. Mon propos n'était certes pas très amène (je le traitais de balance); Jegoun m'a quant à lui réservé une réponse très aimable ("gros con", je crois), le genre d'apostrophe dont il gratifie souvent, j'ai constaté, certains de ses lecteurs qui osent le prendre à rebrousse poil. Pas l'impression que le débat soit le fort du bonhomme. Bref. Mais ses copains blogueurs étaient bien contents, tous derrière et lui devant, et pour ma part je n'ai pas insisté.
Désolé ce commentaire est long, mais je persiste à croire que balancer la tronche d'un mec (fût-il con, aviné, raciste, ce qu'on voudra) à la face du monde comme ça en se drapant dans sa bonne conscience de blogueur éclairé est d'une petitesse sans nom (et je suis poli); la différence avec le "cadre de chez Orange" c'est que précisément, on ne voyait pas son visage.
En plus ça ne sert strictement à rien à part à créer un buzz stérile. Jegoun aurait pu envoyer d'abord la vidéo au Parisien en demandant des explications, ça aurait suffi. Mais c'est un grand garçon, il fait ce qu'il veut.
Et puis autre chose : Seb (et d'autres) dénoncez souvent avec pertinence la caste des journalistes qui se tiennent les coudes en toutes circonstances, quitte à faire preuve de la mauvaise foi la plus assumée.
Faites gaffe à ne pas tomber dans le même panneau.
Amicalement,
Alexis

FalconHill a dit…

J'adore la conclusion, qui dit beaucoup de choses...

Bon dimanche

seb musset a dit…

@alexis > je crois que j'ai assez prouvé sur ce site que je n'étais pas fan de ce genre de vidéos. Genre pas du tout. Mais je ne suis pas plus fan des vidéos floutées et de tout ce qu'elle permettent par ailleurs (c'est au final encore pire).

Si cette vidéo peut faire réflechir la presse, et bien tant mieux. Mais ce ne sera pas le cas. Ce n'est pas "Le Parisien" qui m'a fait tiquer (d'ailleurs c'est une erreur de Jegoun d'avoir mis en avant cet aspect, et il s'est excusé) mais l'énonce du mot "journaliste" et le chantage que le mec en tirait. 1/ C'est tt de même révélateur de qq chose 2/ Ça m'a surtout permis un test grandeur nature qui s'est déroulé exactement comme je pensais qu'il se déroulerait : tir de barrage de journalistes un samedi matin à 11h sur Twitter (le moment le plus mort normalement).

Sinon, pour le "corporatisme" des blogueurs. Vu que l'on passe plus de temps à s'engueuler qu'autre chose dans les Left Blogs, il reste très relatif. D'autant plus que, et les journalistes aiment à le répéter, "blogueur n'est pas un métier"