mardi 6 avril 2010

Revue d'oppresse


Lorsque populations, professions et institutions commencent à montrer quelques libertés ou aigreurs à l'encontre de notre magnanime monarque, l'incompris se vexe et, avant de déployer les grands moyens, coûteux, salissants et pas flatteurs en terme d'image à l'extérieur, il hausse le ton, semonçant leçons et blâmant fort.


Petite revue d'oppresse marketing de ces derniers jours.
(Méthodes différentes suivant la clientèle ciblée mais similaires sur le fond)
:

1 / Prix cassés sur le terrain et tarifs de groupe : Terroriser les sauvageons.
Le 28 mars à été inaugurée sur le terrain l'application de l'article 222-14-2 du code pénal (loi contre les bandes). 110 personnes sont interpellées "pour rien" lors d'une manifestation anti-carcérale pas loin de la prison de la Santé, à Paris. (Manifestation pourtant déclarée en préfecture et sans débordements significatifs.)

Tu saisis la portée publicitaire de cette démonstration de force un poil abusive (abondamment relayée sur les sites contestataires mais pas trop sur les médias classiques) au lendemain du NSD, auprès de la clientèle concernée (le jeune énervé avide de rencontres urbaines groupées).


2 / Promo flash sur l'auto-censure : Calmer journalistes et blogueurs.
Dans cette époque flottante où le champion d'hier semble abandonné par des éditocrates ne se cachant plus pour le pourrir, où même la pravda publie des sondages qui sonne comme des injures, il convient de réaffirmer "qui c'est Raoul".

A une semaine du débat mal engagé sur les retraites, l'Élysée revient tout seul comme un grand sur "la rumeur" (ce buzz obsolète d'au moins dix jours) en suggérant avec insistance à la rédaction du JDD de porter plainte (grosso modo contre elle-même) pour « introduction frauduleuse de données dans un système informatique » (en langage de profane : bloguer).

En langage présidentiel cela s'appelle : "S'offrir à moindre frais un petit contre feu médiatique supplémentaire à fort potentiel victimaire sur fond de saloperie d'internet".

Soucieux de l'accroche au JT de Pernault, le conseiller monarchique numéro 72, Pierre Charon, chargé de com' sur l'affaire, hurle même au "complot". N'est-ce pas le propre des autocraties en perte de vitesse d'exceller dans le grotesque entre deux barbaries ?

"La peur doit changer de camp" maître chante Charon.

Derrière ces déclarations impubliables un 1er avril, tu perçois la nature première du message en direction des journalistes et autres blogueur : Bouclez-là ou Maître Herzog vous déchiquette au tribunal !


3 / Déstockage interne : Resserrer les boulons à la maréchaussée.
Plus sérieux, on touche là au hardware républicain.

Étrange histoire que celle survenue au commandant de gendarmerie Jean-Hughes Matelly.

Le fonctionnaire vient d'être radié des cadres (pire mesure disciplinaire possible) sur décret du Monarque pour avoir critiqué dans un article la fusion progressive de la gendarmerie et de la police. Entamée depuis 2007, la discrète fusion aura, entre autres, comme conséquence la fermeture de nombreuses gendarmeries au profit des commissariat de police. Les gendarmes sont tout simplement bafoués dans leur identité.

Là aussi, il convient d'en finir avec l'expression d'une pensée non autorisée, surtout lorsque celle-ci est de plus en plus partagée au sein du corps d'armée en question, risquant de cristalliser les rancœurs envers la hiérarchie.

Je vous conseille la lecture de "Gendarmes et citoyens" publication associative qui, en plus du forum internet du même nom, fait office de tribune d'expression pour la gendarmerie dans la mesure où celle-ci n'a pas le droit de se syndiquer.

On y lit :

« Et si Jean-Hughes Matelly n’était qu’un bouc émissaire qu’on abat pour faire un exemple et faire taire une grogne qui monte parmi les gendarmes maltraités par ces réformes incessantes, ces réductions d’effectifs ou ces coupes sombres dans les budgets. […] Pourquoi avoir attendu 5 mois (et les élections régionales) entre la proposition de sanction et la signature du décret qui l’applique ?"

Pas mieux.

Un autre gendarme est suspendu de ses fonctions pour avoir publié sur le même forum un poème de soutien à l'ex-commandant Matelly.

Cristallin message visant les collègues et primordiale missive dans une période réunissant tous les ingrédients d'une explosion sociale : On retourne vite en mode sourdine et on obéit.

Qui a dit que ce pouvoir sectorisait la société et divisait les citoyens ?
Au contraire, il traite dans ce même esprit de tolérance des gens aussi divers que jeunes manifestants, gendarmes et journalistes (et ce ne sont là que quelques catégories prises au hasard de l'actualité de la dernière semaine). Certains d'entre eux, apparemment de plus en plus nombreux, ont ce fâcheux point commun d'être un minimum critique envers cette glorieuse et altruiste action politique au canon à eau hydropulsée...

... et de ne plus le taire.


Ce qui, derrière les intimidations, est plutôt une bonne nouvelle.

Sur le même sujet :
- La France a peur (puisqu'on lui dit)
- Culpabiliser et angoisser (ou pas)


Illustrations :
- capture d'écran du site Elysee.fr
- capture d'écran du film "They live" de John Carpenter (1989)

9 commentaires:

Guyb a dit…

Rhôôô tu tires sur une ambulance là !

Un peu plus d'empathie serait de mise actuellement. Parfois j’ai presque de la pitié pour notre président parce que je me rends compte que ses valeurs et principes !?... Bah il y croyait vraiment !

"Etonnant non ?"

stephane a dit…

Ca fait qq temps que nous sommes en dictature de serpent (dixit Michel Onfray)

BA a dit…

La Française des jeux et le PMU vont devoir subir la concurrence du clan du Fouquet’s. Le gouvernement vient de détruire le monopole de la Française des jeux et du PMU pour favoriser les amis de Nicolas Sarkozy.

Parmi les meilleurs amis de Nicolas Sarkozy, 5 sont directement favorisés par cette nouvelle loi sur les jeux :

1- Bernard Arnault, président de l’entreprise du luxe LVMH.
2- Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret.
3- Martin Bouygues, PDG de Bouygues, premier actionnaire de TF1.
4- Stéphane Courbit, ex-président d’Endemol France.
5- Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière.

Le 6 mai 2007, ces 5 personnalités étaient invitées au Fouquet’s par Nicolas Sarkozy pour fêter son élection.

Lisez cet article :

Les principaux opérateurs.

http://www.leparisien.fr/economie/les-principaux-operateurs-06-04-2010-875532.php

Stéphane Laborde a dit…

Oui à tout, sauf que sans pointer précisément ce qui fait la véritable oppression, à savoir la monnaie, la dette, et les taxes, et y apporter une révolution de nature, en la redéfinissant proprement, toute rébellion est vouée à l'échec.

Cela revient à vouloir taper sur le bâton, plutôt que de stopper le bras qui le manie (et qui peut à volonté changer la couleur du bâton, sa forme, et sa composition).

Rafo a dit…

@BA : Balkany devait sûrement déjà diriger tous les tripots du 92 alors ça changera pas grand chose pour lui, si ce n'est qu'il aura plus besoin de soudoyer les ripoux du coin :)

@S.M. : La tournure de phrase "La peur doit changer de camp maître chante Charon.", si elle est intéressante, a plutôt l'air de révéler une inversion entre deux mots, non ? :)

ZapPow a dit…

"La peur doit changer de camp."

C'est donc qu'elle est dans leur camp.

Inquiétant, ça : un chien qui a peur est un chien dangereux.

seb musset a dit…

@Guyb > Oui, moi aussi presque... Mais il est bon de faire le point de temps en temps. D'autant que je suis bien de l'avis de @Zappow : ces réactions sont plus inquiétantes que jamais (pas pour ce qu'elles tentent d'imposer mais pour ce qu'elles révèlent de la nature jusqu'au boutiste d'un pouvoir sourdingue)

Abdel a dit…

Salut,

Je ne veux pas paraître comme un empêcheur de tourner en rond mais les gens (travailleurs?) sont vraiment beaucoup trop divisés (légende de la classe moyenne vs classe pauvre, débats inter-intra-communautaires, secteurs public vs privé, etc...) pour que l'on puisse imaginer une sortie de tunnel

Pendant ce temps-là dans une autre France bétonnée :
http://islamogauchiste.blogspot.com/2010/04/passage-tabac-et-ecran-de-fumee.html

Ce qui nous ramène au silence ou plutôt au masquage médiatique habituel, mais jusqu'à quand ?


ps : désolé si je dévie un peu du sujet.

@++

Rouge Le Renard a dit…

Pour l'année 2009 la France est considérée à la 43ème place du classement mondial sur le critère de la liberté ! Après le Surinam !...
Cela selon Reporter sans frontière ici :

http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2009,1001.html