jeudi 5 novembre 2009

La France a peur (puisqu'on lui dit)


A l'heure du bilan, lorsque nos arrières petits-enfants commémoreront la chute du mur de l'immonde, il conviendra de ne pas oublier la contribution appuyée des médias d'antan.

Au premier rang en terme d'efficacité, les radios périphériques privées.

Votre rédacteur écoute de moins en moins ces antennes, les douches d'acide publicitaire et l'information orientée lui rayant l'oreille. Mais bon, la curiosité nourrit le blogueur.

En début de semaine à la mi-journée, heure de forte audience, sur le chemin de l’imprivatisable poste de mon quartier, je scanne les ondes par heil-pod et tombe sur une tribune offerte aux auditeurs d'une station populaire d'obédience luxembourgeoise.

Dans le prolongement d'un article du Figaro paru le même jour relatant les retombées positives de la vigilance citoyenne dans un lotissement de Grasse[1], et introduite par un reportage audio enjoué soulignant le "côté humain" de cette "expérience" qui "apprend aux gens à se parler" qu'"aucun citoyen ne conteste", s'ouvre une discussion décontractée sur les comités de surveillance baptisés "voisins vigilants" testées dans 4 départements et première étape indispensable vers la constitution de polices privées.

Une porte-parole du lotissement (diction claire pour voix ronde à réponses carrées) saisit avec une assurance et un rodage fleurant bon la préparation, les baballes que lui lancent des journalistes bien conciliants :

"- Je surveille les aller et venus [...] les voitures suspectes [...] les démarcheurs à domiciles [...] ceux qui n'ont à rien à faire là et je les signale à la gendarmerie."

Et le journaliste standardiste de s'interroger : "- Mais c'est pas un peu à la tête du client ? [...] il n'y a pas un risque de délation ?"[2]

Penses-tu Lulu.

" - Non, pas du tout, c'est de la prévention. [...] la délation ce serait est une dénonciation intéressée. " Répond la dame du bon côté de l'identité nationale.

Le mot magique de "prévention" est abondamment répété. Moi, pour un meilleur entubage, j'aurai opté pour l'expression "prévention verte" : Il y a probablement un bilan écologique positif quelconque (économie d'estafette ou de tazers) à tirer de cet auto-flicage.

" - Et vous avez obtenu des résultats ? " demande le passe-plat à carte de presse.

La voisine vigilante, pourtant parfaitement aguerrie à la promotion de sa petite police autonome, perd un peu de son aplomb. Sur deux ans, elle avoue n'avoir choppé qu'un VRP sans papier, expulsé dans un lotissement lointain. Mais les chiffres (collectés par qui ?) sont formels : Les cambriolages ont chuté de 20% dans le quartier. En attendant, je pari une castration chimique que, comme plus de 20% des habitants du quartier, sa vigilance citoyenne ne l'aura pas empêchée de se faire refiler au prix fort et par téléphone des Natixis par son fidèle conseiller financier (a.k.a l'escroc) jamais à court de réponse dès lors qu'il s'agit de trouver une parade à l'angoisse existentielle qui ronge le petit bourgeois : Que faire pour que mon pognon en trop, me génère, à moi et à moi seul, du pognon en plus ?

Mais attention Mamy sifflet s'insurge à la moindre insinuation journalistique d'un retour des "milices". Maréchal si tu les entendais, ces odieux journaleux ! Elle déploie le paratonnerre et nous tartine du "civique" et du "citoyen" sur tous les mots. C'est beau comme du Guaino.

Exemple :
"- Ce sont des lieux [nos pavillons à nains de jardin] qui sont souvent vides et qui peuvent attirer des cambrioleurs. Nous faisons ça [fliquer et dénoncer] par esprit civique."

Rappel :
Le vioque de droite (dont les conditions d'acceptation ne se résument pas à des critères d'âge et de fortune, bien au contraire) qui vit dans les régions chaudes, retrouve le goût et les vertus de la solidarité si, et seulement si, il s'agit de la sauvegarde de ses petites possessions et des villas secondaires de ses voisins riches convoitées par les pauvres parasites plébéiens, gitans, locataires et autres terroristes.

Comme ça fait déjà cinq minutes (une éternité en radio) que le tapis rouge est déroulé à la petite dame à la haine tranquille, le journaliste lui oppose un intervenant... d'accord avec elle : Un habitant (membre du conseil syndical) d'une résidence pavillonnaire du Val d'Oise qui va "penser sérieusement" à revêtir le kit du parfait policier en toc.

"- On va faire des rondes en voiture et des tours de garde !".

Le constat du Bronson des jardinières est clair, "il n'y a pas assez de police", sa conclusion cristalline "la meilleure citoyenneté, c'est de s'organiser et de pallier les défaillances publiques". Il en veut l'assoiffé de prévention. Entre la publicité pour siège de jakuzzi automatisé payable en trente-sept fois sans frais et deux pilules de DHEA, on astique déjà les tonfas made-in-china au pavillon du vieux gland.

Cette demi-heure en prime-time radiophonique, pour et par le peuple, sur les bienfaits de la police privée et de la délation (euh pardon : de la vigilance de voisinage et de la remontée d'information civique) se poursuit sans incidents majeurs. Nos deux chauffeurs d'opinion détendent l'atmosphère (un poil pesante pour qui a le sens de l'éthique et de la déontologie journalistique) à base de vannes à la Chuck Norris du style "les voisins vont vous faire la fête"[3] et se désolidarisent des propos d'un auditeur réactionnaire (comprendre celui qui est contre cette modernisation des mœurs) criant au revival de la collaboration à la française.

Pour l'honneur, un auditeur punching-ball de dernière minute rappelle que nous payons des impôts et qu'il s'agirait peut-être de mieux les utiliser (meilleures formation et répartition des policiers, augmentation des ouvertures des commissariats de proximité...) Bizarrement, son phrasé est moins fluide, son discours moins rodé, la qualité technique de la communication pas aussi bonne et il est repris tout le temps. Ceci expliquant, peut-être, un temps de parole plus court.

Bien sur, pas une seule fois ne seront évoquées les véritables raisons du débat : Les mauvais résultats sur le terrain du chantre de la logique sécuritaire. Une fois encore, le problème est pris à l'envers. Au lieu de soigner les causes, on débat de la privatisation des conséquences. La preuve par l'exemple radiophonique que même avec son karcher cassé, tant que la misère morale des proprios du jardin est caressée dans le sens du brun, ils en restent à rager sur l'herbe au lieu de blâmer (Nicolas) le jardinier.


"Moi je suis vigilant. J'ai mis un rottweiler dans mon jardin. On est pas des meurtriers mais on essaye de garder le bien qu'on a."
in "Les auditeurs ont la parole".
Sur le fond, précisions que si je ne suis pas un fondu de la maréchaussée mais j'admets qu'elle est nécessaire et à l'instar de Didier Super que parfois il y en a des biens[4]. En revanche, je vois de mon plus mauvais œil les débonnaires de la barbarie qui au nom de leur patrimoine (des insultes écologiques en béton pourri dans l'arrière-pays avec piscines de m'as-tu-vu) se prennent pour les garants de l'ordre, ne demandant qu'une carte blanche gouvernementale, un alibi, le plus petit dénominateur commun sous forme de menace diffuse, pour laisser éclater en toute sécurité morale et législative leur haine de l'autre [5].

Je bascule l'heil-pod en mode funk, songeant aux éventuels supplices anaux "civiques" et "citoyens" à "tester préventivement" auprès de certains récidivistes du gouvernement pour leur recalibrer les fondements républicains, et atteint enfin la poste pour déplorer sa fermeture définitive.

* * *

Le surlendemain, même station même principe mais rangé au rayon information. Aux aurores, autre pic d'audience, suite à l'invitation à la réflexion (bande-annonce législative) du Ministre de l'intérieur (et des auvergnats) sur l'éventualité d'une mise en place d'un couvre-feu pour mineurs de moins de 14 ans, c'est le choix de la station d'offrir une tribune sans aspérités journalistiques au maire d'une petite commune du Tarn qui a devancé "à titre expérimental" (ou promotion, à ce stade on ne sait plus très bien) les humides fantasmes de Brice.

Sont mis en avant par le maire VRP apparenté Modem que le couvre-feu "conforte l'autorité parentale", que "l'idée du ministre est bonne", qu'il "faut essayer, qu'il faut tenter" (c'est le progrès quoi bande de réacs libertaires à la con !) et, tout de même on y vient, que c'est "une société de sécurité privée qui a fait un travail de médiation" (comprendre : Des vigiles rapatrient par le colback les mômes chez eux.)

Quelle meilleure propagande pour une privatisation progressive de la police (bah oui c'est un service public comme un autre) et un auto-flicage généralisé (l'un servant la productivité de l'autre) qu'une clientèle apeurée par son ombre ou un élu prêt à manger à tous les râteliers pour s'assurer un autre mandat ? Aucune, le gouvernement l'a bien compris et laisse faire la com' en mode autonome.

Et le journaliste de conclure "en tous les cas on a compris que l'exemple fonctionnait."

Tu m'étonnes Elton.

A l'heure où il est fréquent de tomber à cerveau raccourci sur le grand méchant internet, penchons nous sur ces radios...

D'un côté, une information virant vite à l'édulcoration positive des projets gouvernementaux les plus liberticides et ouvrant sans retenue ses micros aux bêta-testeurs du tout sécuritaire.

De l'autre, des programmes autoproclamés de "libre antenne" constitués de témoignages d'auditeurs dont on ne sait rien et qu'il faut croire sur parole, permettant aux stations de se dédouaner d'une analyse fastidieuse et / ou politiquement embarrassante tout en passant pour des humanistes.

Question : Au nom de la démocratie des auditeurs et pour confirmer l'extrême décontraction gouvernementale, le retour de la peine de mort sera t-il validé par textos surtaxés dans les "Grandes Gueules" ?

Réponse : Probable.


[1] oui parce que cette fausse nouvelle destinée à sonder la nature des oppositions et préparer les opinions vient des Alpes-Maritimes, Toute accusation de stigmatisation d’une catégorie de citoyens et d’un certain électorat ne serait que caricature comme ils disent à la radio.

[2] Au sujet des fortes potentialités de dérapage des comités de vigilance citoyenne : La Zona.

[3] Mouahahaha !

[4] Hormis un rocambolesque épisode sur tournage, à base de cow-boy trépané de la police locale (privée ?) de Neuilly sur S. à l'époque où un roitelet de maire aujourd'hui monarque bananier "expérimentait" ses méthodes de gestion préventive, je n'ai pas trop eu à en souffrir.

[5] Votre rédacteur a été cambriolé une fois. Il habitait alors en zone pavillonnaire. li s'avère que le coupable était le fils du voisin.

27 commentaires:

stephane a dit…

Ca devient vraiment craignos.

Ont y va pas ont y est !
1984 et Brazil reuni.

stephane a dit…

Nous ne pouvons que constater, malheureusement, que notre société se dirige progressivement vers une dictature avec la complicité involontaire des plus pauvres de notre pays.
Devenir apatride me paraît de plus en plus tentant. Après réflexion, non il est préférable de chasser ces imposteurs.

Denis a dit…

Salut,

voir aussi cela dans le même genre :

http://veilleur.blog.lemonde.fr/2009/11/05/un-logiciel-pour-denoncer-vos-collegues/

guillaume.grouzelle@orange.fr a dit…

Tu touches là le le secret du pouvoir actuel : la peur.
Le salut viendra d'hommes et de femmes sereins, conviviaux, intelligents, accessibles, qui savent se reconnaitre entre eux et travailler ensemble.
....

VLG a dit…

Une preuve supplémentaire verifiant la fameuse loi des 20 ans de retard de la france sur les US.

Bientôt on va avoir doit aux gated communities...

mrsclooney a dit…

ta note me fait penser à ce que j'ai écrit mardi suite à la lecture d'un article de Serge Portelli...et bon je ne finis pas mes phrases :^)
et sinon j'ai vu Didier SUper en concert avec mon fils et ses copains et comment dire.... ??! :) bon ils se sont éclatés

Didier Goux a dit…

Ah oui, c'est terrible, hein ? Voilà plus de vingt ans que les politiques, de droite comme de gauche (mais de gauche plus), et tous les ceusses qui font l'opinion et la bonne pensée répètent au bon peuple que les agressions, les violences, les menaces, les cambriolages, les cramages de bagnoles, c'est DANS LEUR TÊTE. Que ça n'existe pas. Et que si ça existe, de toute façon c'est mal de "stigmatiser" les malfrats qui les mettent en coupe réglée parce que c'est pas de leur faute, c'est à cause DU CHÔMAGE et aussi DU RACISME !

Et au bout de 20 ans, quand ces mêmes gens décident de prendre en main leur propre sécurité, puisque plus personne ne veut le faire, revoilà les mêmes ceusses qui se mettent à pousser de petits cris horrifiés et surexcités à la fois, comme une pucelle devant son premier braque.

Sans même parler de l'autre dément qui parle de dictature et de devenir apatride (ce qui est impossible, comme chacun sait).

Vous êtes tous tombés sur la tête, mes pauvres enfants : vous assistez simplement à la conséquence (au début de conséquence...) de ce que vous refusez de voir depuis un quart de siècle.

On n'a pas fini de rigoler, je le pressens...

Tassin a dit…

"c'est à cause DU CHÔMAGE et aussi DU RACISME !"

Rajoutez "Ghettoisation", précarité et vous êtes dans le vrai.

Tot a dit…

Non mais la video iwatch c'est une parodie rassurez-moi ?

Anonyme a dit…

Comme disait mon grand-père: "On ne récolte que ce qu'on sème".

Il a bon dos Sarko. La gauche est anti-flic depuis...1968.

Un autre Séb

ZapPow a dit…

Non, ce n'est as une parodie. C'est un programme tout ce qu'il y a d'officiel du LAPD (Los Angeles Police Department).

Le site :
http://www.lapdonline.org/iwatchla

seb musset a dit…

@Didier Goux > Je suis pas loin d'être d'accord sur le constat. Il n'en reste pas moins que "la prise en main" est également vouée à l'échec (avec au passage de la casse supplémentaire)et une dévalorisation du vrai policier (enfin à leur place je le prendrais comme tel).

@Tot > Ce n'est pas une parodie. Pour avoir séjourné à Los Angeles en 1993 après les émeutes, j'ai testé l'efficacité des polices privées. Sans voiture au début et, simple piéton dans des quartiers où rigoureusement personne ne marchait j'étais régulièrement arrête et questionné. D'où coup : j'ai pris une voiture. La criminalité n'a pas baissé, mais les accidents de voiture ont du augmenter. Le genre de détails qui vous forge l'image d'un pays.

Anonyme a dit…

Quand je lis Didier Goux j'ai l'impression de me retrouver sur fdesouche, en plus soft.

Cela dit je suis assez d'accord avec lui...

stephane a dit…

Les Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ».
Ils sont soumis à :
- Une monnaie d’occupation ;
- Des journalistes d’occupation ;
- Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ;
- Des collabos financés et au service de "l'élite" ?

Pour asservir les foules on reconnaît les méthodes digne de Talleyrand :
- « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice, la misère, les maladies, les épidémies, les conflits, les guerres, les famines, etc. »
Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus.

Didier Goux a dit…

Tassin : ah oui, pardon : j'oublie toujours la ghettoïsation et la précarité ! Chuis trop con, moi...

Stéphane : votre sens de la nuance vous honore...

stephane a dit…

Laissons le temps régler la chose. l'empire communiste s'est bien effondré d'un coup, alors que la censure et les exactions étaient légions. Jamais personne n'aurait cru possible que cela arrive.

et pourtant.

maintenant, c'est l'empire néo-capitaliste qui s'effondre. les néo-staliniens comptent leurs heures et le monde s'apprête à basculer dans un nouvel arrangement, avec un retournement complet des pouvoirs.

si les 19 et 20e siècles furent l'âge des guerres impériales, les 21e - 22e siècle seront l'âge des effondrements des nations et des révolutions mondiales.

la 3e guerre mondiale, sera celle du peuple contre les tyrans. enant d'une nation mourante, à destination d'un monde mourant, ça ne m'étonne pas du tout.


maintenant, c'est l'empire néo-capitaliste qui s'effondre. les néo-staliniens comptent leurs heures et le monde s'apprête à basculer dans un nouvel arrangement, avec un retournement complet des pouvoirs.

si les 19 et 20e siècles furent l'âge des guerres impériales, les 21e - 22e siècle seront l'âge des effondrements des nations et des révolutions mondiales.

la 3e guerre mondiale, sera celle du peuple contre les tyrans.

Anonyme a dit…

>>une dévalorisation du vrai policier
Ouai c'est vrai ça, remontons leur le moral !

Cop watch :
http://resistons.lautre.net/spip.php?article337

Anonyme a dit…

arretez de flipper comme Ça ! la mort n est qu un passage...

la vraie vie c est apres

Didier Goux a dit…

Mon cher Stéphane, afin de prendre toutes mes dispositions, j'aimerais savoir ce que vous prévoyez pour les 23 et 24e siècles, ça m'arrangerait...

Monsieur Poireau a dit…

Pour la première partie de l'article, je trouve qu'il est toujours bon pour le moral d'avoir des loisirs !
:-))

[Ça fait peur ! :-) ].

seb musset a dit…

Tiens ça commence :D : http://www.lepost.fr/article/2009/11/06/1778534_elle-imagine-que-son-voisin-se-masturbe-et-alerte-la-police-tout-faux.html

Anonyme a dit…

C'est l'horreur; et la vidéo est à vomir ! Y'a pas à dire une belle époque s'annonce !
Bientôt dénoncer son voisin mal stationné permettra de récupérer des points sur le permis !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je ne suis pas convaincu que la constitution de "commité de vigilance" soit les prémices de l'avènement des polices privées. La raison est simple: pourquoi l'Etat se priverai-t'il du dernier rempart contre sa population ? Malgré la tendance néo-libérale qui secoue l'Europe (je rapelle que la dérégulation à tout va de l'ensemble des aspects de la société n'est pas un fait franco-français, mais est attisé par la Commission Européenne), je pense qu'il y a là une différence majeure entre les conceptions française et anglo-saxonnes du rôle de l'Etat.

Je vous rejoins cependant totalement dans votre inquiétude car j'y verrais plutôt les prémisses de milice, avec toutes les folles possibilités s'offrant pour plonger le pays dans la guerre civile. Car quoi, lorsqu'on aura fini de saigner la zone euro, faudra-t'il bien y mettre autre chose, et remodeler l'ensemble à grand coup de doctrine du choc. Mon scénario préféré ces temps-ci ? Le voici: une bonne guerre de religion sur fond de Reconquista contre la troisième (ou quatrième ou peu importe) génération de mal-vivants ayant fini par se convertir à l'islamisme le plus radical parce que de plus en plus rejeté par leur propres pays (que leurs parents doivent être heureux de cette régression !). Ils sont combien ces "français de l'immigration"?
Mais pour déclencher ce genre de festivité, dans un état policé et de bonne moralité comme le notre, il faut des milices pour faire le sale boulot. On en profitera aussi pour faire la peau à tous ces salauds d'athées.

J'objecterai également à l'emploi du concept de retour au pétainisme car c'est pour moi le genre d'argument qui ne fait pas avancer le débat. Il serai plus pertinent de commencer par le fait que les français dits "de souche" se sentent trahis par une politique immigrationniste ayant débuté sous Giscard (ne l'oublions pas !), continué par tous les gouvernements de gauche comme de droite, dont le seul but était et reste de maintenir les salaires bas et non de compenser un déficit de main-d'oeuvre ou encore ouvrir l'horizon culturel de la France. Les autres raisons menant au gâchi actuel pourraient remplir de nombreux débats, parmis lequels les effets désastreux du néo-libéralisme et le rejet par l'Etat de ses responsabilité sociétales. Je trouve d'ailleurs remarquable que la situation n'ai pas encore explosée pour de bêtes raisons raciales.

Ainsi donc, il me semble qu'avant de jeter la pierre aux pauvres français livrés à eux-même dans le tourment néo-libéral, devrions-nous justement nous rappeler de l'ensemble des valeurs qui nous ont sorties du pétainisme, puisque vous le citez.

Mathieu a dit…

Edito du Vincennes info Novembre 2009 :
La sécurité n'est pas q'une affaire de police ni de caméra : c'est un défi collectif.

Anonyme a dit…

et comme la société est déliquescente, ça promet de belles perspectives...

des petitx vieux thunés pépères, qui protègent leur quartier, les miséreux autour qui veulent leur part du gâteau, et des cantres de pouvoir surprotégés.

Et bien sur, flicage de tout ce beau monde...

Lechuck a dit…

J'ai du mal à croire que nos "amis" français puisssent à ce point tomber bas. Pour l'instant peu de gens sont prèts a s'adonner à la délation. Mais dans un futur (très) proche ... Qui sait ?

Igor a dit…

La vidéo Iwatch me fait vraiment penser à une adaptation moderne d'un clip de recrutement de la gestapo...