dimanche 30 août 2009

Pauvre pomme


Demandons l'avis des anciens au sujet de la taxe carbone...

- "M'en parle pas, on est déjà assez verts comme ça !"
Te répondraient probablement, s'ils étaient encore en vie,
les petits vieux des années 50 à qui étaient destinées les recettes du "fonds national de la solidarité" que le peuple dans sa légendaire sagesse renomma prestement "cette p... de vignette auto qui augmente chaque année !"

Tu m'étonnes... Pauvres vieux, ils n'ont jamais vu la couleur du pactole fiscal censé garantir leur bonheur.


Alors 32,15,25, numéro vert complémentaire 300 euros par tonne rejetée : Si je n'ai pas encore compris ce que les entreprises vont concrètement payer pour cette fumeuse taxe carbone, j'ai bien capté que les ménages, notamment les possesseurs d'une voiture, eux, vont passer à la caisse.


Et oui, mon petit bonhomme en mousse qui t'es bien laissé sculpté à la mode du marché par une décennie de green-marketing. Toi qui par quête du confort, soucis de la nature, contrecoup d'une spéculation immobilière (sur laquelle l'état ce coup-ci ferme les yeux) habite loin de ton travail et ne peut vivre sans deux voitures. Toi qui commande dans une boite malaisienne des sacs poubelles spécifiques pour trois poubelles différenciées en plastique indestructible achetées sur ventes-privées.com ("a coz' ke cé - cher paske y a - de salariés"). Toi qui ne sachant trancher dans le différent existentiel t'opposant au voisin a choisi d'avoir les machines à Senseo ET Nespresso avec leur café en capsules d'alu au prix du caviar. Toi qui (un peu maso sur les bords quand même) est prêt à faire 40 kilomètres en 4-4 à traites pour te procurer à l'hyper du cap de consommation le dernier coffee-table-book d'Arthus-B. t'expliquant comment t'es vraiment qu'une raclure de ne pas sauver la planète :

Ce n'est pas consommer mieux qui pollue moins, c'est consommer moins qui pollue peu.

Alors te taxer sur tes émanations de carbone est-ce une solution à long terme pour sauver la planète ?
A moins que ce soit massif et général, bref que tous en prennent équitablement plein la gueule au prorata de leur richesse et de leur pouvoir de polluer, non.

Restons terre à terre. Dans l'immédiat, la taxe carbone
est une façon "bien vue" pour l'état de récupérer dans le portefeuille des particuliers une partie de son manque à gagner fiscal (par exemple sur cette taxe professionnelle supprimée en 2010, elle, uniquement payée par les entreprises). Elle permet au marché de vendre plus cher, aux mêmes particuliers, une nouvelle gamme de produits dont l'argument promotionnel numéro un sera qu'ils sont moins taxés.

Dans les deux cas, ces incontournables institutions qui t'imposent le bien de la planète pour prélever le tien, n'ont pas intérêt à ce que tu consommes moins. En green-mathématique, cela semble pourtant la seule piste viable pour stopper l'accélération du désastre annoncé.

Vert à moitié vide qui s'en tient à l'éco logique : Vendre et taxer les ventes (mais pas trop et pas trop vite, la taxe carbone étant une sorte de TVU indolore, taxe sur la valeur d'utilisation).

Aujourd'hui que le vert est entré dans le vif rentable du sujet (les classes moyennes), en attendant que les quelques milliards d'humains sur cette planète, rêvant d'atteindre notre embarrassant niveau de confort, prennent le relais de la surconsommation, ce vert là n'est plus discuté. La pollution mondiale n'est pas que de carbone et le monde ne se résume pas qu'à la planète.

Comme les petits vieux du siècle dernier avec leur vignette, je ne sais pas si notre environnement sortira fortifié par cette taxe. Les plus pauvres d'entre toi, financièrement et humainement, assurément non.

T
'apprendre à partager, à recycler, à échanger, à donner, en finir avec ta propension à la bourgeoisie de représentation, ta soif du dernier bidule à acheter à ces compagnies qui te produisent du toujours mieux s'avérant toujours plus vite obsolète ou défectueux : Est-ce vraiment dans le cahier des charges de ceux qui te vendent du "sauvetage de planète" ?


En complément, extrait d'une discussion filmée cet été au sujet de "Home"...


15 commentaires:

Homer a dit…

Ca semble clair et simple, et pourtant, certains des plus impliqués n'y comprennent rien. Va donc voir chez flèche, qui aborde ce sujet aujourd'hui, elle aussi > http://fleche.over-blog.com/article-35431969.html

stephane a dit…

Toujours la même question a ce poser :
"A QUI PROFITE LE CRIME?"

Sa eclaire vos lanternes ?

Mancioday a dit…

Bonne analyse. La taxe carbone n'est en effet qu'un nouvel impôt déguisé.

Stéphane a dit…

Bonjour,
Que dire ? Je découvre votre blog et cet article est criant de vérité, payer est loin d'être la seule solution pour moins polluer, mais comme par hasard, c'est ce qui a été choisi, comme d'habitude!

Sophie et Paul a dit…

La taxe carbone, c'est payer pour polluer. Plus on est riche et plus on a le droit de polluer.
Maintenant vous savez pourquoi il vous disait de travailler plus pour gagner plus, c'était donc bien pour payer plus.

CoachDom a dit…

La taxe carbonne, c'est en teneur la taxe sur la vie.
Chaque être vivant animal ou végétal absorbe de l'O2 et rejette du CO2 par la respiration.

Donc conceptuellement, taxer l'émission de C02, c'est taxer la vie.

En outre, le CO2 n'est pas un problème écologique et ne présente pas de menaces.

Les pesticides, les insecticides, les ogms, les millions de molécules chimiques utilisées dans notre alimentation, notre environnement sont eux des menaces sur l'équilibre écologique de la planète !

La sur-consommation, la périssabilité, la non recyclabilité des produits sont d'autant de source de pollution qui ont des effets bien plus spectaculaires sur notre planète que les 0,0375 % de co2 contenu dans l'atmosphère.

Le dogme du CO2 est le nouveau dogme des scientistes à la botte de AL GORE. Qui lui s'enrichit avec son fond d'investissement sur le nouveau marché des accord de Kyoto, Accord qui en teneur financiarise le C02.

A quand la crise des subprimes kyotoique ??

Quand l'intelligence sera-t-elle aussi bien répartie que la connerie d'aujourd'hui ?

Dom a dit…

@ CoachDom : très bien dit.


" Elle permet au marché de vendre plus cher, aux mêmes particuliers, une nouvelle gamme de produits dont l'argument promotionnel numéro un sera qu'ils sont moins taxés " (Seb Musset).

Tout est dit.

Nous aurons assisté à la naissance du capitalisme vert (parmi bien d'autres choses merveilleuses encore à venir...)

Dom a dit…

Consommer moins passe par produire soi-même (pour soi-même) davantage.

Ca demande un effort de reconversion, individuellement, auquel nous ne sommes guère préparés.

C'est la question de la "réappropriation des moyens de production", à l'échelle individuelle.

Ne doit-on pas commencer par faire pousser ses salades ?

(pour ne plus avaler celles qu'on nous vend)

@ Seb : je trouve vraiment ton fond d'écran trop sombre ;-))

Byers a dit…

Je proteste contre CoachDom.
Le système terre n'est pas dimensionné pour être submergé par du CO2 en l'état actuel des choses. En effet, les productions de CO2 naturels (hommes, animaux..) et artificiels (transports, industries...) augmentent alors que les consommateurs de CO2 (forêts) décroient. Il en résulte un surplus. Ce surplus provoque des dérèglements et une modification du système terre. Modification en bien ou en mal? Vraissemblablement en mal. Et puis c'est facile de dire :''l'homme émet du CO2 donc le CO2, c'est super génial''. Pas très scientifique tout ça.
Concernant la taxe carbone. Perso je suis pour. En effet, on a fait les porcs pendant des décennies à polluer sans culpabiliser, sans anticiper pour organiser un changement dans nos modes de vie. Et maintenant, il va falloir passer à la caisse. Assumer les mauvais choix du passé.
P.S. : seb, essaie de changer l'arrière-plan du blog car il est trop sombre effectivement.

Miam a dit…

Bonjour
je suis d'accord sur le fond, notamment que c'est la décroissance le plus important pour l'écologie..Etc.
Par contre, je suis contre le fait de dénigrer l'alimentation bio.
Pour moi la connerie c'est l'agriculture intensive, les pesticides à fond la caisse, les OGMs etc.
Manger bio, même si ça coûte plus cher.. (ce qui est faut si on soutient les paysans locaux => AMAP... et pas les big supermarchés), c'est important pour notre santé.. L'idéal étant de faire pousser soi-même.
La permaculture est par exemple un mouvement très intéressant pour un meilleur futur.

Tassin a dit…

Miam > Tu as raison, mais actuellement le bio qu'essaye de te vendre le système néo-libéral c'est des kiwi bio venus en avion d'israel, des pommes bio à 4€ le kg en provenance du mexique (vérifie dans ton supermarché).
Il vaut mieux manger local que bio, local ET bio étant bien sur l'idéal.

Attention aussi à ne pas se laisser emporter par le bio, tout n'est pas rose dedans. Par exemple pour produire 1kg de céréales en bio il faut 2 fois plus de fioul qu'en intensif!!! L'agriculture raisonnée est une bonne piste également de ce côté.

Gyom a dit…

Salut,

Moi je viens apporter mon gros bémol :)

Oui sur le fond, oui sur pleins de choses, l'écologie est devenu un business etc.
Je suis un écolo fini et pourtant votre discours ne me plaît pas.
Pourquoi?
Passer son temps à dire aux gens, vous n'y etes pour rien, ce sont les riches, les chefs, les patrons, le gouvernement etc est aberrant selon moi.
Pour empecher le citoyen lambda de changer son comportement y'a pas mieux : "C'est pas moi c'est le capitalisme, moi je dois rien changer, rien payer, le problème c'est les autres, toujours". Or la société, c'est moi. Le système j'en fait partie. Et oui si le problème est surtout social, ce n'est pas que dans les rapports de riches/pauvres, patrons/salariés, pouvoir/citoyens ! C'est aussi et surtout dans le rapport citoyen lamba/citoyen lambda, et dans le rapport citoyen lambda/environnement.

On n'éduquera pas les gens à ne plus balancer tout par terre, à vendre leur 4X4, à mépriser leur environnement au quotidien, en leur disant "On vous dit d'acheter des iphones et pleins de produits plus polluants les uns que les autres, mais vous n'y pouvez rien, on vous les vend donc vous achetez mes pauvres enfants, c'est normal ne culpabilisez pas pour ça"

Arretons de passer ce problème du coté des gens de pouvoirs, c'est le meilleur moyen de conforter Mr Dupont dans son mépris quotidien de l'environnement en allant crier que c'est pas sa faute car il achète ce qu'on lui dit et que rien n'est sa faute.

Ce genre de discours ignore complètement l'incroyable ignorance de la majorité des gens sur l'importance de leur propre comportement.

Donc au lieu d'etre alarmiste et restons sur les vraies solutions : "Arrêtez votre consommation aveugle, changez radicalement vos habitudes, et oui commencez par consommer bio et local, ce n'est ni une tendance bobo, ni un geste inutile (comme bcp l'interpréteront en écoutant cette vidéo)"

Pour terminer je dirai que les discours de révoltés ne font pas plus avancer le schmilblic.
Entre le type qui me dit mange bio et paye ta taxe carbone et l'autre qui me dit le bio c'est qu'une mode ou ca changera rien et vas manifester contre la taxe, tu m'étonnes que "la masse" bouge toujours pas ses fesses.

Tassin a dit…

A mon avis tu es passé à côté du sens de ce message. La vidéo de Seb est plus un message de décroissance que de consumérisme.

Ça parle de l'écolo business. Du capitalisme vert. Qui te dit "Pour sauver la planète, achetez tel produit". C'est la récupération de l'écologie (qui est une remise en cause du système productiviste) par les productivistes eux-mêmes! Comme le dit très bien Seb, la dynamique à prendre c'est moins consommer, réutiliser, récupérer. Pas substituer un produit polluant par un autre neuf moins polluant sans changer de mode de vie matériel. Avec le discours tenu par les "vendeurs d'écologie" aujourd'hui on en arrive à des choses aberrantes du type : "Soyez écolo, achetez une nouvelle voiture". Cherchez l'erreur...

La vraie écologie ce n'est pas "sauver la planète", c'est "sauver l'Homme"! Et cette donnée change tout car ça implique que l'écologie c'est du social! Le néolibéralisme, avec sa compétition et son matérialisme à outrance de ces 40 dernières années a tué à la fois les relations humaines et submergé les gens dans le consumérisme.

Anonyme a dit…

re : le sinistre

Le plus fort est que grâce à la pollution ambiante, l'espérence de vie des plus jeunes est revue à la baisse, surtout s'ils n(ont pas de pognon...

Certes, le écolos du marché aiment éclater les décroissants -tout simplement parce qu'ils ont besoin de vendre pour faire leur thune), mais de toute façon il y aura de plus en plus de décroissants... pourquoi ? parce qu'ils n'auront pas le choix, vu qu'ils auront de moins en moins et bosseront comme des tarés.

Messounette a dit…

Je ne peux m'empêcher de rejoindre Gyom lorsqu'il lâche son bémol.

Tout d'abord, parce que je crois que le fait de réfléchir à ce qu'on consomme, en se limitant par exemple aux produits bio et locaux, amène naturellement à une décroissance de notre consommation. Exemple : ai-je vraiment envie de manger des avocats du Brésil dans ma salade ?

Peut-être que la décroissance n'est pas suffisamment affichée par les écolos car elle va à l'encontre de tout ce qu'on nous a dit ces derniers siècles. Mais c'est aussi qu'il ne faut pas créer des clivages inutiles qui diminuent la portée du discours : qu'on soit de droite ou de gauche, tout le monde peut (doit?) devenir écolo.

En vous écoutant, j'ai l'impression que nombre de défenseurs de la taxe carbone disent la même chose que vous... peut-être en positivant un peu plus... Et au point où on est de cette société qui merdoit dans un monde qui se dégrade, je pense qu'il est plus productif de se dire : ok, qu'est-ce-que je fais à mon niveau ? plutôt que : pinaise, mon voisin, il fait n'importe quoi.sion que nombre de défenseurs de la taxe carbone disent la même chose que vous...en positivant plutôt qu'en critiquant. Et au point où on est de société qui merdoit dans un monde qui se dégrade, je pense qu'il est plus productif de se dire : ok, qu'est-ce-que je fais à mon niveau ? plutôt que : pinaise, mon voisin, il fait n'importe quoi.