mardi 9 juin 2009

Lettre à l’homo-spectatus


Homo Sapiens, permets-moi à mon tour de te tutoyer puisque tu es un et indivisible.

Vois-tu, le service public new-age peine à me satisfaire. Lundi soir dernier, n’étant pas vraiment emporté par son nouveau documentaire à la thématique sociale des plus chaudes sur l’actualité, « Ces français qui gagnent au loto » (diffusé à 20h30 dans le cadre de la collection « Bling-bling ou pas, les crotteux restent des crotteux »), j'ai décidé de participer à mon tour à la communion et me suis tapé son, ton, notre "Home" vu par Yann Arthus-Bertrand dit YAB. C'est à ma connaissance le premier film documentaire totalitaire et, cocorico, il est français ! Comme tu fais là où on te dit, tu l'as plébiscité vendredi dernier sur France 2.

Marketing mondial et sortie planétaire simultanée, multi-supports et quasi gratuit pour que le monde s'émeuve à la même heure : Le film dont tu es l'acteur principal, et où l'on ne te voit presque jamais autrement que par les traces au sol de tes méfaits, fut diffusé du Champs de Mars à Moscou en passant par le net et les principales chaînes de télé. Bref, une promotion de type effort de guerre que tu a subi sans broncher puisque aucune chaîne ne s’est encore aventurée à te projeter un documentaire en prime-time sur les ravages sociétaux de la pollution publicitaire.

Je n'avais pas d'illusion sur le contenu du produit de la nouvelle gamme PPR. En 10 ans de pérégrinations dans les pavillons en béton surchauffés de ta France du milieu, j'ai déploré les influences des émissions de YAB sur ton état mental, ta sensibilité artistique et ta perception des choses.

Le coffe-table-book « la terre vue du ciel » est souvent posé en évidence dans ton salon entre l’encens et les décalcos. C’est pour toi à la fois le gage d’une vie saine, ecolo friendly, et un marqueur de connivence supplémentaire : Un truc pas clivant qui fait débat à la machine à café dans les limites du politiquement inoffensif. Parions même que ton patron reprend parfois les clichés copyrightés du sage YAB dans les plaquettes internes de l’entreprise pour illustrer ses annonces de plans sociaux.

Dans ton environnement climatisé à l’année, orné de ton 4X4 pour la frime, de la 308 pour madame et du mini-quad pour Mattéo, dans cet Eden pour gadgets toxiques produits dans des sweatshops à 30 jours de cargo, dans ce palace de la pollution où tu vis bien ta bio-attitude à coup de crédits, gare à celui qui t’affirme que sa vie en marge de la surconsommation et des bouquins de YAB pollue moins que la tienne !

Il y a des mythes comme ça, Dieu ou Tarantino, qu’il ne vaut mieux pas ébrécher dans certains milieux. Tant pis pour toi, j’y vais.

D’abord un peu d’histoire via une anecdote people dont tu es également friand, le gros livre de YAB recouvrant plus souvent qu'on ne le croit un gros Closer qui tache.

J’ai croisé YAB il y 10 ans, au hasard d’un passage chez un ami commun. Il est charmant. Pour ce qui est de la sincérité de son engagement écologique je ne peux me prononcer, le photographe ayant occupé 99% de notre temps de parole à parler nouvelles technologies, caméras numériques et longueurs de focales. Je ne peux toutefois croire qu’à ce degré d’investissement personnel et constatant l’œuvre accumulée, l’homme soit cynique ou mal intentionné. Te voilà donc rassuré, je n'en veux pas à ses intentions mais à sa façon de les exprimer.

Venons-en au film et dressons quelques constats de cinéma :

Home est vertigineux. Tu seras d’accord : Déconseillons de le prendre à ceux qui n’aiment pas l’avion.

Toujours dans la distance des grands décors, l'ode à la nature joue de tous les artifices, des fondus enchaînés les plus léchés aux ralentis les plus fluides sans jamais te mettre en perspective dans ces paysages autrement qu’en t’accablant à l'audio de toutes les responsabilités.

Surnagent dans la confiture de superbes plans dont les plus réussis sont paradoxalement ceux illustrant les méfaits de tes activités de groupe. Tu me diras : A 3 kilomètres de hauteur, une marée noire c’est vachement photogénique. Le moche est beau, on a vu meilleure dénonciation. La preuve par l’amour des images que l’on peut être un très bon photographe et un cinéaste exécrable.

Homo-spectatus, tu ne le sais peut-être pas mais notre Home est le fade remake des deux premiers films d’une trilogie [1] tournée il y a 30 ans par un moine reconverti en cinéaste, Godffrey Reggio [2]. Tu me diras : Normal, notre Home est produit par Luc Besson, inventeur d’une charte cinématographique dont l’œuvre de John Carpenter a, entre autres, subi les frais : « J’attends 20 ans qu’on oublie les films dont j’étais fan quand j’avais 20 ans. Je les copie sans classe et sans demander la permission et, en bon néo-conservateur de l'imagination, j’attaque en justice ceux qui osent me copier. »

Malheureusement, Home ne souffre pas la comparaison avec les films de Reggio [3] puisqu'il ne répond pas de la catégorie « cinéma » mais de celle du spot télé. La deuxième partie du film (après la crainte, les solutions) est une bande promotionnelle pour les futurs gros business de la green economy, de l’éolien à la géothermie en passant par le commerce équitable. Est-ce ma déformation professionnelle mais sur un plan de centrale énergétique propre, je fus pris d’une violente envie de rajouter le logo Areva en bas du cadre ? C'est qu'il m'arrive de participer encore à ce genre de films institutionnels pondus par les services com’ et budgets à la Ben-Hur des multinationales les plus polluantes. Leur finalité est d’endormir aux AG les petits actionnaires dans ton genre : "Voyez comment qu'elle est bonne pour la nature notre dernière génération d’incinérateurs et notre nouvelle gamme de centrales thermonucléaires à émulsion de protons liquéfiés !"

A la différence des films de Reggio, ton Home ne peut se passer de mots. Là où Reggio te résumait en 5 minutes avec poésie et prises de vue inventives, l’intégralité du message (film+série+bouquins) de l’œuvre-à-plat de YAB, Home te sculpte les sens à la massue.

Devant la divine hauteur des paysages qui les rend souvent illisibles, sans la psalmodie du YAB le film serait incompréhensible.

Et YAB est du genre insistant. Aussi terrorisé par le futur de notre planète que par un silence de plus de 10 secondes dans sa bande-son, il te martèle son message : La terre est un miracle qui ne te mérite pas. Il enfile ses perles de larmes sur le collier du lieu commun via un commentaire d’une indigente débilité (allant parfois jusqu’à se contredire [4]) dans les genres :

Philosophique :
« - D’où venons-nous ? » (- Qu’est-ce ça peut te foutre, t’es des RG ?)

Pratique :
« - Où est le carbone qui remplissait le ciel ? » (- Dans ce petit village perdu dans vallée de Naranda en lisière des forets du Touand-Choung, accessible en 2 jours de pirogue, et que l’on appelle : Dantonku.)

Agraire :
« - Les sols sont de moins en moins cultivés. » (- et il n’y a pas qu’eux… ce qui devrait t’inquiéter.)

Autre fondamentale différence avec les films de Reggio : Lui parfois filmait en plans serrés les visages humains lardés des stigmates de leurs vies de chien. Chez YAB, il faut attendre je crois 1h10 pour enfin voir un homme seul comme toi. Petit point noir perdu dans un paysage du tiers-monde, rescapé de la palette graphique qui court apeuré par l’hélico.

"A nous d'imaginer la suite", à moi de vous la montrer :

Avec YAB, spectateur et créateur ne sont pas au même niveau. Lui est en safari pour les dieux avec la thune à Pinault. Il capture les paradis perdus avec son matos dernier cri et réussit à te convaincre qu’il lui faut continuer à être le seul à en jouir en vrai
[5] sinon pour nous, pour toi, pour lui, tout sera foutu. Ce qui tombe bien au fond, puisque t’avait pas d’argent pour te payer le billet.

Et comme YAB à quand même une fâcheuse tendance à te prendre pour un gros blaireau et que 80 minutes de discours lénifiant ça ne suffit pas : Il le conclut par une ramée de textes accumulant les constats les plus lourds :

« - La banquise a perdu 40% de son épaisseur en 40 ans » (- si tu le dis...)

« - 1 milliard de personnes ont faim » (- moi même j'ai une petite dalle.)

« - 4 milliards d'individus subissent en mondovision les bouses à Besson » (- on m’avertit que ce banc-titre n’a pas été retenu.)

" - Il pourrait y avoir 200 millions de réfugiés climatiques avant 2050." (- voila qui va contrarier l'autre Besson.)

Arrivent enfin les dernières séquences et pour ceux d’entre toi qui se demanderait encore 'tain quand c'est que Vin Diesel il arrive dans l'histoire ?, la thèse est explicitement énoncée. Homo-spectatus t’es qu’un gros fumier qui gâche tout alors bouge ton cul et consomme propre ! (et arrête de télécharger illégalement Taxi 4).

Subjuguer par les images, t’assommer par la litanie en se servant du moindre prétexte statistique invérifiable pour te culpabiliser, toi, le spectateur complice du désastre merveilleux : Home c’est l'Apocalypse Now malgré lui des temps nouveaux version cocooning, l'annonce d'une guerre soft déclarée contre l'humain. Au passage, on t’aura fait pour un tarif discount la promotion des nouveaux far-west économiques du développement durable dont tu seras, encore, le consommateur. On t'aura également introduit sur fond de travellings mous, cette idée si humaniste que les hommes sont trop nombreux sur notre home. On voudrait te faire consentir aux futurs sacrifices de certains membres de ta collectivité, de toi peut-être, que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Par temps de scepticisme généralisé, il faut des croyances, du divertissement fédérateur, des émotions planétaires et des peurs. YAB te propose les 4 à la fois et en plus il te permet de tester le HD de ton super HOME-cinema made-in-china que tu as acheté à crédit chez PPR auprès d’un vendeur aujourd’hui licencié.

Mais bon, on est chez YAB : L’homme n’est pas un sujet, c'est un problême.

Alors bon, oui la planète est en danger mais Home est chiant comme une tombe (bien fleurie).

Je suis très inquiet : Quels enfants va t-on léguer à la planète, si on laisse le divertissement de masse aux mains d'Arthus et Besson ?



[1] Koyannisqatsi et Powaqqatsi étaient produits par le modèle marketing de Luc Besson : George Lucas.

[2] Des trois films de la trilogie Qatsi celui ayant pour thème "la guerre civilisée" dont la propagande par l'image est la grande alliée, Naqoyqatsi, n’aura pas inspiré Yann Arthus Bertrand.

[3] Non vraiment, de l’œuvre de Reggio dans Home il ne reste à la rigueur que quelques notes pompées à Glass, et de celle de Glass, quelques autres notes maladroitement puisées dans la partoche de « The Hours ».

[4] Pleurant à la fois sur les villes qui se construisent dans le désert et dix minutes plus tard sur les villes qui se construisent au bord de la mer.

[5] Interview du photographe-réalisateur chez Morandini le 6/8/2009 : « - Devant ce succès, on va faire un Home 2 »

15 commentaires:

tsmsi a dit…

Très bon... merci.

stephane a dit…

A mon avis dans la meme ligne 100% manip NWO que ZEIGEST avec plein de belles images en HD.

C’est VOUS les pauvres citoyens qui êtes fautifs , VOUS qui n’avez pas où peu d’autre choix , que de subir le système NWO mis en place !

Bien entendu les multinationales n’y sont pour rien, les politicos non plus … Si l’on en arrive la , c’est uniquement a cause la soif insatiable de consommation de notre humanité…

Pendant que l’on monte des écrans géants pour diffuser ce film certains meurent de faim dans l’ignorance …

“HOME” ,ou comment stigmatiser la populace !!

En plus SARKO a trouvé que le film était BON ... ça y est la MESSE est dite…

Couper le son sa fait un bel album photo!!! plus besoin d’acheter un cadre numérique à 100 euros

tassin a dit…

@ stephane

Les industriels et les politiques sont des citoyens consommateurs aussi.
Le vendeur d'un produit inutile ou nocif n'est pas plus fautif que celui qui l'achète en connaissance de cause.

Un peu facile de toujours reporter la faute sur les autres, ça permet d'éviter de remettre en cause ses habitudes.

Anonyme a dit…

@stéphane : Vues du ciel, même les pyramides paraissent plates.
@tassin : tu sous-estimes ta servitude.

Très bonne critique Seb !

Ce YAB est un danger pour la planète, comme tous ses collabos d'ailleurs. En plus d'avoir effectivement abatardi la musique de Glass et le message de Reggio, cette opération est un lavage de cerveaux planétaire dont tu as bien résumé les objectifs :

- culpabiliser / affaiblir / terroriser l'humain et canaliser ses rages et souffrances sur un ennemi commun : lui même. En pleine crise financière, prenons aussi la crise écologique en pleine face pendant qu'on y est!! elle a aussi l'avantage de durer des siècles et d'être facilement manipulable.

- une gigantesque campagne marketing, une pub version grand format pour promouvoir le business des futures technologies estampillées "vertes".

- contribuer à faire germer dans les esprits l'acceptation d'une gouvernance mondiale au nom de la sauvegarde de la planète par ceux-là même qui l'ont pillée et saccagée.

- couvrir la voyoucratie industrielle et technologique, redorer son blason, pérenniser le système.

- ces images esthétisantes contredisent le discours, et comme le pouvoir des images est supérieur à tous les autres et que la narration de ce bon vieux YAB est laborieuse et soporifique, le message retenu en fin de compte sera de tte façon indigent et confus.
---
Ce film est comme l'arbre qui cache la fôret, la plus grosse escroquerie de YAB est d'avoir escamoté l'autre visage de la destruction et de la souffrance : celui de l'être humain, le moins politiquement correct de tous.

Anonyme a dit…

@ stéphane: tes arguments sur ZEITGEIST qui serait 100% NWO m'intéressent... tu peux en dire plus ?

tassin a dit…

@ anonyme :

J'ai beau prendre un peu de recul par rapport à ce que tu avances comme critiques, je vois plus YAB comme un décroissant qu'un "croissantiste vert". Je l'ai toujours entendu tenir un discours du type "consommez moins" plutôt que "achetez des bananes bio, une prius, une pompe à chaleur et triez vos déchets et vous sauverez la planète".

Je suis d'accord pour dire que l'instauration d'un régime éco-fasciste à tendance mondiale est un danger, mais ça viendra de la droite une fois au pied du mur de la crise écologique/énergétique, pas des altermondialistes/décroissants.

Qu'en penses-tu?

pjan a dit…

Vendredi dernier
Je passe prendre un bouquin à la F... (magasin qui vend plein de choses dont des livres et qui appartient à PPR).

et que vois je à l'entrée du magasin ? HOME!!!
sur un plasma géant de 3m de large (ou 4, j'avais pas ma règle)
arborant une belle étiquette affichant le prix écologique de : 69.990,00 euros.

J'ai eu presque envie d'acheter le DVD à 5 euros mais finalement non.
Si j'avais eu 70.004,00 euros en réserve j'aurai surement craqué.

tsmsi a dit…

@ stéphane : même question qu'Anonyme sur zeitgeist, peux tu nous en dire plus ?

Anonyme a dit…

@ pjan: cette nature entrevue à travers même le plus bel écran reste l'apanage des pauvres. Aujourd'hui, 50% de la population mondiale vit dans des villes.... comment ces gens pourraient-ils vouloir sauver la planète alors qu'ils n'en profitent même pas et n'ont plus de réel contact avec la nature ?

@ tassin : je ne connais pas l'oeuvre de YAB mais HOME ne me donne pas envie de la connaitre. Tout ce que je sais de lui c'est ce film et ce qu'il a dit dans le 'débat' qui a suivi sur France 2 : faudrait consommer moins de viande, ne pas acheter de portable tous les 6 mois, développer les énergies 'vertes'...etc, un peu light tout de même pour un décroissant. Il ne me parait pas être un mauvais bougre, il m'apparait juste comme un enfant perdu dans un monde qu'il ne comprend pas, un enfant triste parce qu'on lui a cassé son jouet, la planète. YAB ne pose pas les bonnes questions, notamment: pourquoi a t'il fallu attendre 200 000 ans pour commencer à vendre des panneaux solaires ? mais la réponse ne serait pas politiquement correcte.

Quant au régime éco-fasciste planétaire, présenté comme la solution à tous nos problèmes et dont la mise en place se fera probablement avec le soutien de partis écologistes tels EE, je suis sûr qu'il était prévu de longue date. Il avait juste besoin de la mise au point de certaines technologies, notamment en matière de contrôle climatique/armes sismiques, pour faire de l'éco-terrorisme à l'échelle mondiale et convaincre la majorité des habitants de cette planète de son absolue nécessité. Ce régime en profitera au passage pour faire un peu de ménage, avec l'aide de la biologie notamment, peu importe l'ampleur de la catastrophe, si les esprits y sont préparés, elle sera accéptée, et étouffée au besoin.

stephane a dit…

pour les anonymes :

je parle en mon nom:

Zeitgest est un mouvement interressant, car il permet a certains d'etre sensibilisés a l'autre realité de ce monde.
Il permet aussi a d'autre de commencer un cheminement en direction de l'eveil, et pour cela, je respecte le mouvement.
Malheureusement, en approfondissant l'on se rend rapidement compte que Zeitgest est une manipulation.
L'objectif du mouvement est simple: "Casser la croyance en Dieu". Ceci etant en accord total avec la futur nouvelle religion new age que nos intriguants essaient de mettre en place. Plus de Dieu, plus de regles, le regne de la matiere et de son prince...

En relisant la lettre de A.Pike a mazzini : il est ecrit :

« Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoqueront un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur, montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement. Puis tous les citoyens, obligés de se défendre eux-mêmes contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner son adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »



Sur le coup c'est sur que j'ai trouver cette video formidable (zeitgeist), mais avec le recule, c'est vrai que :
1 les moyens techniques sont l'oeuvre de professionelles (j'ai été intemittant, Un financement certain dans les vidéos prouve que ce mouvement est soutenu par des gens puissants.
2 ca fait bien bourrage de crane

... A suivre

stephane a dit…

et ...
Sur la page officielle :
http://thezeitgeistmovement.com/French/home_fr.htm


Citation:
la science, la nature et la technologie (plutôt que la religion, la politique et l'argent) détiennent les clés de notre développement personnel, non seulement en tant qu'êtres humains, mais aussi en tant que civilisation, à la fois structurellement et spirituellement.


Hmm pas un peu bizarre de mettre dans le même sac nature et technologie, et de dénoncer la religion et la politique qui sont deux des activités intellectuelles humaines les plus anciennes ?? Bizarre pour un mouvement "spirituel".

Citation:

Notre étude nous a amené à conclure que le manque est une des causes les plus importantes de l'aberrance du comportement humain, tout en conduisant, par d'autres moyens, à des formes complexes de névrose.


Ahaa.... le 11 septembre, le FMI, c'est le manque qui les a produits... c'est original !

Citation:
Une société réellement saine d'esprit, qui est consciente de ce que nous sommes et comment nos systèmes de valeur sont créés, considèrerait la personne et chercherait à apprendre les raisons derrière ses actions violentes. Cette information irait ensuite dans un département de recherche qui réfléchirait à comment faire en sorte que de tels comportements ne se reproduisent plus, et ceci à travers l'éducation.


Tiens c'est vrai que ça a des relents de Sarko, et même de "meilleur des mondes".

Citation:
La religion, avec son fondement dans la foi, est le roi de la distorsion, car il revendique savoir quelque chose de définitif à propos d'un sujet aussi complexe et insaisissable que les origines de l'espèce humaine, et c'est tout simplement impossible dans un univers émergent (en développement).


Ahaaaa... et la science et la technologie, tant aimés qui doivent nous montrer la voie, ils ne prétendent pas détenir les clés de l'origine de la vie, manipulant les gènes et clonant à tout va ?

Citation:
De ce fait, le seul "gouvernement" pouvant réellement exister est la Terre et ses ressources. À partir de là, toutes les possibilités peuvent être évaluées. C'est pourquoi une unification de tous les pays est nécessaire, car l'information la plus importante que nous pouvons posséder en tant qu'espèce est une évaluation complète et très détaillée de ce que nous avons sur cette planète.


Hmm bon bé c'est clair, ils nous refont le coup de "prolétaires de tous les pays, unissez-vous !", le nouvel ordre mondial pour la paix et la santé d'Attali...

Citation:

De la même manière que vous examineriez les ressources d'une acre de terre pour voir ce que vous pourriez y faire, c'est de ça dont nous avons besoin qu'il se passe avec la planète dans le but de développer ce que nous sommes capables en tant qu'espèce, une ressource pure.


Hmmmmmmmmmouiiiiii donc il s'agit de considérer la Terre comme une ressource qu'il faut évaluer précisément pour l'exploiter au mieux ???


ça fleure bon le FACHISME DOUX DU DEVELOPPEMENT DURABLE tout ça...

je préfère de très loin le projet de Paul Ariès, et d'ailleurs ce mouvement Zeitgeist me fait penser à la "disparition du moi au sens freudien" dont parle Ariès dans cette excellente vidéo vers 59'50 :
http://www.dailymotion.com/video/x2ll1s_paul-aries-contre-les-sarkozysmes_politics

tassin a dit…

"la mise en place se fera probablement avec le soutien de partis écologistes tels EE"

C'est donc bien ce que je disais, ça se mettra en place à cause de "croissantistes verts". EE n'a rien de décroissant. Ils proposent des mesures intéressantes (revenu maximal, rénovation massive du bâti, interdiction des OGM...) mais sans perdre de vue la sacro-sainte croissance du PIB. Ce qui est antinomique avec écologie.

CQFD

Anonyme a dit…

Merci Stéphane pour ces précisions. Ce qui me rend sceptique concernant Zeitgeist est effectivement sa forme, qui fait clairement, comme tu le dis, bourrage de crane, et sa structure, notamment la première partie sur les religions me laisse perplexe. Les 2ème et 3ème parties allaient déjà de soi me concernant. Et que penser de ce message aux relents sectaire qui conclut le premier film....

Concernant le projet VENUS présenté comme une possible solution par Zeitgeist, je reste aussi très perplexe, ne partageant pas la vision futuriste glacée/déshumanisée de son créateur Jacque Fresco d’un monde où la technologie règnerait en maitre.

Merci pour cette vidéo de Paul Ariès (un vrai décroissant !), passionante ! notamment la dernière partie où il résume bien la dynamique actuelle voulue par l’hyper capitalisme libéral, à savoir : créer un monde de grands enfants sans identité collective ni individuelle, déssécher nos espérances/l’esprit de révolte, dénaturer/desespécer l’humain, profaner le sacré et sacraliser le profane, passer de la logique de la passion à la logique de l’intérêt.... un vrai tournant dans l’histoire de l’humanité donc, confirmant ce que j’avais déjà pu observer autour de moi, cette "disparition du moi au sens freudien", bref, des hommes qui deviennent, à leur insu, des coquilles vides dont la seule dimension et valeur est économique. Une dynamique d’autant plus dangereuse qu’elle est devenue, avec la mondialisation, un mouvement majoritaire quasi naturel, la décroissance étant devenue presque contre-nature selon ses dires.

MariR a dit…

Bonjour, la question qu'il faut aussi peut-être se poser: "Si on commence à diffuser un film de cette façon au niveau mondial, quel sera ensuite le thème proposé? La vaccination obligatoire à cause de dangers X Y Z ? Et ensuite la puce sous-cutanée?...Est-ce que ce film ne prépare pas le monde à ces diffusions de masse pour toutes sortes de propagandes?"


Pour éviter de me répéter:
http://mariereveuse.over-blog.com/article-32302994.html

http://mariereveuse.over-blog.com/article-32349414.html

Bon weekend!

seb musset a dit…

@Mari R > Tout à fait d'accord avec vous. C'est ce que je laisse entendre dans l'article.