jeudi 14 février 2008

A GRAND CENTRAL STATION

A Grand Central Station, j'observe le balais des petits vieux en déambulateurs customisés qui matent les culs moulés des jeunes touristes japonaises. Ce n’est pas qu’il y a plus ou moins de vieux qu’en France, c’est qu’ici ils sont toujours occupés à quelque chose. Soit qu’ils travaillent - un des door men de mon hôtel flirte avec les 90 ans - soit qu’ils s’activent physiquement - 1 joggeur sur 2 dans Central Park à plus de 60 ans -.

Ils ne sont pas comme en France, retraités dominants et toujours dans le chemin des autres comme embarrassés de leur temps libre, déprimés face à leur manque d’imagination quant aux nouveaux produits à consommer pour "faire jeune" et polluant idéologiquement leurs enfants.

Les Etats-Unis c’est un pays où les vieux sont économiquement et philosophiquement contraints de rester jeunes, La France c’est un pays où les jeunes sont, pour les mêmes raisons, déjà vieux à vingt ans.

3 commentaires:

Thomas a dit…

Tu observes les Etats Unis avec une admiration pour des choses tres douteuses. J'y habite, personnellement, et je ne suis pas sur qu'il faille se rejouir de trouver de vieux epouvantails seniles pour t'ouvrir la porte a WalMart, ou qui bossent au McDo avec les jeunes. Si c'est comme ca qu'il faut finir sa vie, no comment.

Thomas a dit…

Attention, je ne dis pas que c'est mieux en France, plutot que c'est la merde partout. Apres entre une merde a la fraise et une merde a la framboise... question de gout, fais-toi plaisir.

seb musset a dit…

Absolument d'accord avec toi Thomas, pas d'admiration dans mon regard mais un constat à un moment précis des dommages collatéraux du libéralisme. Je suis loin d'être Sarkoziste, mais savoir que l'ambition professionnelle des trois quart des jeunes étudiants français est d'être fonctionnaire : c'est glaçant.
Si j'avais à choisir entre la jeunesse névrosée et sans ambition d'un étudiant français dont le seul espoir est d'arriver à la retraite sans trop d'embuches et la vieillesse, certes pas forcément joyeuse, mais active et alerte d'un de ces "working papys" à temps partiel, qui sont les seuls à philosopher un peu, relativiser et élever un peu le niveau des conversations dans ces genres de magasins...à ton avis que choisirai-je ?