Top Ad 728x90

9 mai 2018

Solitude du cycliste con en sa station

par
Enfin ! Échoué en solitaire en ce jour de pont non-avoué à la station en bas de chez moi, il trônait là, humble et vert anis, sèchement rangé dans son rack comme un toast oublié dans son grille-pain disjoncté.
En près d'un an d'interminables travaux, d'absence de service, et dysfonctionnements divers, j'ai perdu l'automatisme du geste. Mais le Velib c'est comme le vélo : ça ne s'oublie pas. Carte au poing, nourri du naïf espoir d'une mobilité urbaine à prix réduit, je m'élance aérien et majestueux, quoi qu'encore troublé des conséquences digestives d'un Mojito frauduleux trop vite avalé la veille, vers la station aride.
Tout s'annonce bien, je n'ai besoin d'appuyer qu'a trois reprises sur le bitoniau pour que l'écran m'indique une possibilité de prise de cycle. Je passe donc ma belle carte Metropole-Velib-Smovengo-HidalgoDemission sur l'écran LCD de type Gameboy-Tetris-1989 prévu à cet effet. Au terme des trente secondes de moulinage réglementaires, il m'affiche enfin un - Go ! - aussi inhabituel qu'encourageant. Prenant bien soin de ne pas être regardé et d'ainsi ne pas attiser les convoitises ("- Oh Putain l’enculé de sa mère, il a réussi a avoir un Velib : vite attrapez-le !"), je tire l'air de rien sur l'engin vélocipédique à indicateur de vitesse intégré et verrouillage électronique centralisé plus connu dans nos lointaines provinces par-delà la frontière interdite de la Porte d'Orléans sous le nom de "vélo". C'était trop beau, l'objet me résiste, j'insiste et je sens monter dans mes veines le vinaigre de cette colère qui pousse parfois les plus gauchos-metrosexuels d'entre nous à hurler la pire prose de réac en pleine rue et révéler ainsi à la ville blasée le timbre testostéroné de leur voix la plus masculine possible, quelque part entre Arnold et Willy : 

"- PUTAIN DE BORDEL DE MERDE A LA CON DE VELIB DE MERDE QUI ROULE JAMAIS, CASSE LES COUILLES CHIER !"

La prise de position est suivie d'un petit coup de pied, discret mais efficace, dans la roue arrière de la carcasse bloquée du truc cher et inutile dont j'aperçois sur l’écran qu'il me décompte du temps d'utilisation. La morale de cette histoire qui me met en jambes pour la journée sera : Velib,ce n'est pas parce que vous en voyez encore qu'ils fonctionnent parfois.


28 janvier 2018

Jawad et la lol barbarie

par
PTDR, MDR, Des barres ! Oui oui il est rigolo le neuneu. Trop fort. On se marre bien avec Jawad Bendaoud et les retranscriptions du procès du logeur des terroristes qui ont tué 130 personnes et en ont blessé 410 autres au Bataclan, au Stade De France et aux terrasses des cafés parisiens en novembre 2015.

Et dire que nous sommes les premiers, citoyens de première classe internationale, à se moquer d’un Trump dangereux parce qu’abruti. Alors oui le Nabilla de la tuerie de masse est si drôle, de l'essence à buzz, du générateur de mèmes... Et grâce aux live tweet des journalistes, en oubliant son CV de criminel quand on rappelle systématiquement le sien à Bertrand Cantat dès qu’il s’exprime publiquement, le procès de Jawad devient le premier exercice de lol justice en temps réel, un nouveau genre entre BFM et Rires et Chansons. Drame sur le drame, vu la débilité de l’époque et le capital sympathie que le truand emmagasine : il y a désormais un risque non négligeable que Jawad Bendaoud devienne chroniqueur chez Cyril Hanouna. 

A la question du moment : La naïveté de Jawad Bendaoud est-elle feinte ou non ? J’en rajoute une autre : Est-ce que cela doit changer notre regard ? Soit ce type est assez naïf (mais adulte responsable jusqu'à preuve du contraire) pour ne pas s'être rendu compte qu’il hébergeait des terroristes et c’est très grave. Soit ce type savait, a fermé les yeux, et il nous manipule depuis le début et c’est très grave. Dans les deux cas, sous la forme de nos ricanements cons, lui bénéficie maintenant de notre complicité.
 

Top Ad 728x90