mardi 6 novembre 2012

Ce jour où la gauche a augmenté la TVA

Ainsi en ont décidé les oracles après avoir lu dans les entrailles de ce rapport Gallois attendu tel Paul le Poulpe pour déterminer les grands axes à même de sortir la France de son supposé "manque de compétitivité". 

Alors qu'il faudrait supprimer les niches fiscales, taper le capital et augmenter les salaires, ce gouvernement fait l'inverse et annonce un crédit d’impôt de 20 milliards d'euros pour les entreprises (sans condition d'effectifs, donc directement dans les poches des grands groupes qui croulent sous les bénéfices pour une imposition déjà ridicule). L'ardoise est financée par une réduction des dépenses publiques et, en totale contradiction avec les promesses encore chaudes et l'ADN de la gauche, par une augmentation de la TVA dés 2014 de 19.6 à 20%, soit l’impôt le plus injuste puisqu'il impacte proportionnellement plus les petits revenus. Il est précisé par le premier ministre que le taux de TVA baissera sur les produits de première nécessité passant de 5.5% à 5%. Chouette alors.  

Mais attention, le gouvernement "exigera" de "la transparence" avec les grosses entreprises (houla elles tremblent), alors qu'elles ne payent déjà pour la plupart plus d’impôt en France dans la plus totale impunité et que la fraude fiscale de leur côté, rien que sur les cotisations et la TVA, tourne déjà dans les 40 milliards par an.  

Sans pour autant partager les analyses de droite, et en se basant sur le passé, hormis les prix, ces mesures ne vont rien faire évoluer du tout. Des cadeaux aux grosses entreprises, on ne fait que cela depuis 30 ans. Si la croissance doit être tirée par la consommation interne, pas de mystères: il faut des consommateurs et d'une façon ou d'une autre payer plus les salariés. Et ce n'est pas avec une hausse de SMIC de 6 euros, un salaire moyen à 1600 face à des loyers à 1200 que l'on va y arriver, sans taper fortement dans le dur de ce que personne ne veut toucher: la rente.

Une fois de plus, les lobbies ont bien bossé. De l'intoxication médiatique du "coût du travail" répétée à longueur d'ondes par les sbires de la bonne parole libérale (alors que rapporté à sa productivité notre pays a un des coûts du travail les plus faibles d'Europe) à la tétanie d'un gouvernement abandonnant la question économique à ces fossoyeurs, la machine à perdre est enclenchée. 

Car entre l'UMP dans la compote de ses pains au chocolat et de son accablant bilan, et maintenant ce pouvoir flageolant, face à la colère qui monte j'en connais une qui se frotte les mains dans son coin en silence. 

Merci pour l'effort.

30 commentaires:

GdeC a dit…

Tiens ? les leftblogs se sont réunis ce matin et ont décidé de taper sur le gouvernement, c'est ça ? Bon, sans plaisanterie maitnenant, bon billet : même colère.

korama a dit…

En 2017 ça va être sanglant, et j'ai peur du résultat du premier tour... si ce n'est du second.

cdg a dit…

"un salaire moyen à 1600 face à des loyers à 1200 que l'on va y arriver"
Voila ou le choc de compétitivité devait aller: faire qu on puisse se loger au meme prix que des allemands (c est moins cher et de meilleur qualite)
Mais vu qu on prevoit un Duflot pour remplacer le Scellier, la fin de la subvention a la rente immobiliere n est pas encore d actualité

Sinon le probleme a plus long terme, qui n est pas resolu par le gouvernement, c est l explosion des depenses. que ces depenses soient financees par une cotisation sociale, la TVA la CSG ou une taxe tartempion ne change rien. Si on ne fait rien pour endiguer leur augmentation, on aura le meme probleme dans quelques temps

Anonyme a dit…

Avec une gauche comme ça, on n'a pas besoin de droite....

seb musset a dit…

J'ai oublié de préciser dans le billet. Hausse de la TVA à partir de 2014.

Anonyme a dit…

Depuis le temps que tu défends le PS en croyant que c'est un parti de gauche !
Combien te faudra t'il de preuves que libéral c'est libéral et c'est tout sauf de gauche ?

seb musset a dit…

@anonyme On va fouiller les décisions. On trouvera surement des trucs biens. Là c'est juste le premier ressenti ;)

Apollodore a dit…

Bon cela reste un augmentation bien inférieure à celle prévu par l'UMP. C'est du crédit impôt et non de l'abaissement de cotisation. Rien à voir avec la TVA sociale de Sarko. Le gouvernement reste prudent. Il faut tout de même rappeler que les revenus du capital seront désormais imposé au même titre que le revenu du travail. C'est une première et je m'étonne que cela soit ignorer dans votre texte. Il s'agit de passer la zone de turbulence en favorisant la reprise de confiance. Ce sera très difficile de faire une révolution fiscale si l'on ne retrouve pas un signe positive de relance de la croissance et un contrôle de l'endettement. C'est dur. Je préfère tout de même faire cet effort sous la gauche. Il nous faudra 10 ans. Ne cédons pas aux extrêmes.

Guéric Aldrict a dit…

Excellent billet comme souvent. A titre personnel je ne suis pas étonné, on ne devait rien attendre d'autre d'un GvT de centre gauche.

On peut toujours essayer de se rassurer en se disant que ca aurait surement été pire si on avait laissé la droite 5 ans de plus...

De plus en plus j'en viens à me dire que E Chouard a raison... Tant que nous n'exigerons pas une autre constitution (citoyenne cette fois) nous continuerons à nous faire enc.... en complète impunité.

Politeeks a dit…

on va fouiller, regarder dans les détails, mais en tout cas une chose est sure : on nous a menti pendant la campagne.

On est loin du libéral que certains dénoncent (c'est tellement facile et beau dans un commentaire: les libéraux sont chez contreproints.org pour se donner une idée) , mais ça reste une tromperie de l'équipe gouvernementale qui s'ajoute au mensonge sur le lutte contre les niches fiscales dès cette année.


Rosa Elle a dit…

Très bon ressenti, comme toujours.
Je suis en train de lire les détails du rapport Gallois, je prépare un billet sur son diagnostic des problèmes, et il manque de gros bouts.
Si cela ne va pas dans le bon sens, il faut le dire.
Et effectivement, on ne parle pas du soutien qu'apporte à notre économie la demande intérieure, qui est aux abonnés absents...
Je suis effarée du peu de données chiffrées et des références qui appuient le rapport.
Mais on va attendre, de toute manière, Sarkozy aurait fait tellement pire...

Anonyme a dit…

peu surprenant ; les gouvernements de droite prennent des mesures de droite !

Arthur Hache a dit…

Après six mois de paralysie, c'est un quart de mesure qui ne fra pas illusion six semaines.

Ce à quoi on assiste, c'est à l'inéluctable, puisque cette dois, ce ne sera pas comme en 1981 ou en 1995. Il n'y aura pas de croissance américaine miracle pour tirer la Frabce de la gabegie du "socialisme dans un seul pays".

Et mieux vaut croiser les doigts que ce ne soit pas Romney demain que Hollande doit d'appeler pour le féliciter de sa victoire. Merkel sera contente de le faire. Mais pour cette gôche de bobocrates, la purge va être sévère.

Anonyme a dit…

A la lecture de votre article je suis effaré qu'on puisse encore voir les choses comme vous. Ainsi accorder des crédits d'impôt aux entreprises revient à faire des cadeaux à ces grosses sociétés qui n'en paient (certes) déjà pas beaucoup. Mais QUAND EST-CE que vous allez comprendre que l'économie française ne se résume pas aux sociétés du cac40? Quand allez vous comprendre que ce sont les sociétés qui fournissent des emplois au pays, et que dès lors qu'il y a emploi, il y a salaire, donc pouvoir d'achat (et oui, même un smic vaut mieux qu'un rsa), cotisations donc recettes pour l'Etat et dépenses moindres car moins de prestations sociales à verser? Quand allez-vous vous sortir du crâne vos vieux clichés, qui consistent à penser que les sociétés ne sont bonnes qu'à verser chaque € de trésorerie supplémentaire en dividendes?
Avec des marges un peu plus confortables nos entreprises pourraient au contraire se permettre plus facilement de créer des emplois et investir dans l'innovation, dont on parle tant.
Et vous avez l'air de mettre en doute les problèmes de compétitivité des salariés français, or vous êtes parmi les premiers à chialer dès lors qu'une usine ferme ou délocalise. Vous avez l'air d'oublier que l'on vit à l'aire de la mondialisation, et que les gens et les capitaux sont libres, libres de circuler et de s'établir où bon leur semble, et de partir des pays où les conditions sont les moins favorables (on peut le regretter mais c'est ainsi, désolé de vous polluer avec ma "bonne parole libérale", c'est la façon dont le monde fonctionne, même dans les pays communistes).
Arrêtez de penser qu'on peut régler tous les problèmes par de la dépense d’État. Ce sont les entreprises qui sont à l'origine de l'emploi, du pouvoir d'achat, de la croissance et de l'innovation.
Et quand vous parlez des lobbies médiatiques avec leur "intoxication du coût du travail", certains auraient bien aimé justement qu'ils arrêtent de lécher le fion des socialistes et de se pencher sur ces questions pendant les élections présidentielles, et non pas 6 mois après.

Rafo a dit…

Petit aparté :

@Anonyme 00:48:00 :

SMIC = Pourvoir d'achat
mais
SMIC != Pouvoir d'achat du SMICard car tout est englouti dans les "dépenses obligatoires", à savoir loyer, factures et impôts.

Du coup, ben RSA = pouvoir d'achat aussi, et toujours pas du SMICard puisque c'est la collectivité qui compense la différence, notamment pour le loyer (allocation logement).

Il est intéressant de souligner que le besoin de se nourrir, encore plus vital que celui de se loger, n'est pas subventionné par la collectivité, lui. Peut-être sera-ce le cas un jour.

Une allocation logement ne sert pas à "assister" le (sub-)SMICard, mais à assister le propriétaire immobilier qui, sans cela, ne pourrait louer à prix d"or son taudis.

Anonyme a dit…

Avec un SMIC ou moins le pouvoir d'achat est quasiment proche de zéro. Ce n'est pas ce qu'on peut appeler un pouvoir d'achat. De plus, on considère mal le problème. Il est complètement absurde d'attendre que les con-sommateurs veuillent bien dépenser le peu d'argent qu'ils ont et qui en général, après les dépenses nécessaires, leur sert plutôt à acheter des choses inutiles. Tant que l'on considèrera les individus comme des vaches laitières et qu'on ne raisonnera pas différemment, on n'est pas prêt de résoudre le problème. Quant aux socialistes, ils ont décidé il y a longtemps d'appliquer les mêmes principes et trahi la gauche. Rien de neuf sous le soleil.

StephG a dit…

Lu les conclusions du truc (parce que 72 pages, je n'ai malheureusement pas le temps). Voilà à peu près ce qu'on pourrait en retirer, dans une sorte de Cut-Up à la William Burroughs :

Investissement/ consensus/ système allemand bien plus efficace/ adaptation entreprises à évolutions conjoncturelles/ souplesses nouvelles/ employabilité accrue/ capacité d’adaptation, réactivité/chefs d’entreprises demandent souplesse/ plus de mobilité et de capacité d’adaptation/ Pacte négocié il y a 60 ans ne fonctionne plus/ bâtir nouveau pacte social/ clé incontournable de la compétitivité/ reconquête de la compétitivité/ efforts/ remise en cause des situations établies/ esprit d’entreprise/prise du risque.

Et j'en ferai pas un billet parce que ça me gonfle et que ça sonne pas assez bien. Bonne journée.

Arthur Hache a dit…

@StephG

Bien vu.

Programme de la droite pour les cocus de la gauche.

En plus il va rater, évidemment.

Jamais il n'y a eu un tel lendemain d'élection présidentielle dans la Vème République.

Arthur Hache a dit…

@Politeeks

Sans oublier l'énorme mensonge "moi président je renégocierai le traité de Merkel"

Anonyme a dit…

Ces politiciens sont tous de la racaille pour finir.
Je vais déchirer ma carte du PS et ne plus jamais voter pour ces trous de balle.
Si les français veulent continuer à se faire empaler tant pis pour eux.
La seule chose que je ferai dorénavant c'est du prosélytisme pour les idées d'Etienne CHOUARD : le tirage au sort de nos dirigeants.

Arthur Hache a dit…

"les idées d'Etienne CHOUARD : le tirage au sort de nos dirigeants."

Ah! Ah! Ah!

C'est pas des idées. C'est le degré zéro de l'idée que la Grèce a inventé la démocratie, ce qui est complètement faux. Au mieux, ils ont inventé le mot.

seb musset a dit…

Ok sur tirage au sort mais en petite quantité et surtout au niveau local.

Pour le vote Hollande, je ne regrette absolument pas mon vote. Ni fanatisme, ni défiance aveugle. Quand c'est pas bien, je le dis c'est tout.

Anonyme a dit…

La TVA permet de faire contribuer consommations importées, mais là le problème de la TVA telle qu'appliquée est qu'elle n'est pas compensée par une augmentation des minimas sociaux pour les bas revenus et par une baisse de l'impôt sur le revenu pour les revenus médians, donc elle risque bien de faire chuter la consommation d'une bonne part de la population. Cette mesure est incomplète :

http://alternatives-economiques.fr/blogs/godard/2012/07/16/tva-avec-compensation-pour-les-plus-pauvrescmpp/

Anonyme a dit…

D'ailleurs la TVA actuelle sans baisse d’impôts directs des revenus bas-médians et augmentation des allocs pour ceux qui ont des trop bas revenus pour payer des impôts est inéquitable, donc pourquoi la gauche est infoutue de la réformer par les compensations ci-dessus ?

Anonyme a dit…

Parce que cette mesure sert déjà à compenser les diminutions de charges sur le travail. Il s'agit bien d'une mesure visant les gains de compétitivité et non pas la taxation supplémentaire des importations par la TVA.

ice a dit…

Aller se plaindre maintenant de ce dont "on" vous avait prévenu dès les primaires, c'est fort de café. Comment garder surtout de la crédibilité ?... La critique est tellement facile sur un gouvernement déjà en ambulance mais c'est avant qu'il fallait agir. Fallait peut être y penser, aux autres au lieu de suivre servilement les "votes utiles" et autres conneries du genre.
Alors, les billets dans ce style, merci de les garder et de faire son autocritique.

Anonyme a dit…

"Les outils de redistribution sont l'impôt sur le revenu, et les prestations sociales sous condition de ressources (allocations familiales, allocations logement, etc.) La TVA est faite pour remplir les caisses de l'Etat et financer les services publics. On peut l'utiliser pour compenser les baisses de charges sur les salaires, comme cela a été fait. Et si l'on pense en France que la distribution des revenus est injuste, il faut jouer sur l'impôt sur le revenu et les prestations sociales."

http://www.atlantico.fr/decryptage/non-tva-est-pas-impot-plus-injuste-explications-francois-ecalle-gerard-thoris-537579.html?page=0,1

seb musset a dit…

@Ice > T'as lu les commentaires ? JE NE REGRETTE PAS MON VOTE HOLLANDE, NI D'AVOIR FAIT CAMPAGNE POUR LOUI. SI C'ETAIT A REFAIRE, JE REFAIS EXACTEMENT PAREIL.

Ceci étant posé, je ne suis pas dans le fanatisme ni dans le rejet systématique. Quand c'est bien, je l'écris, quand c'est mal je l'écris aussi. Si ça te défrises, va lire ailleurs si j'y suis.

Anonyme a dit…

Quel est l'intérêt de ce genre de blog ? Ah si leurs auteurs pouvaient cesser leurs jérémiades et passer à l'action ...

lyly a dit…

Je suis déçue de cette vision trop simpliste: il suffit juste de calculer. 500 euros HT de dépenses à 20% par mois cela fait 2 euros d'augmentation soit 12 euros par an très largement compensé par la baisse de la tva sur l'alimentation.
Et qui une fois les mensualités, le loyer, la santé, l’énergie, les transports déduits peut déjà se permettre de dépenser 500 euros ht par mois tous les mois? Surement pas les pauvres smicards que vous évoquez ni même le 1600 euros moyen.