mercredi 2 décembre 2009

Un racisme qui en cache un autre


Quand le monarque est en rupture de cartouches économiques, qu'il ne peut parader avec son bilan un peu court, il sort le fusil à pompe idéologique.

Le vide gouvernemental est ainsi fait qu'il faut constamment le remplir.

Au fur et à mesure que le roi des riches se refuse à regarder la crise et ses vrais effets en face (licenciements massifs, explosion du chômage et précarisation de la classe moyenne qui ne font que commencer), par sbires médiatiques interposés, il aide au développement du ressentiment populaire.

Il se base ainsi sur le plus petit commun multiple du genre humain et de son électorat (pourtant lui aussi économiquement amoché) : le rejet de l'autre.

Identité nationale, mariage gris... Autant de contre feux marketing bricolés à la va-vite à quelques semaines des régionales pour créer du bouc émissaire et récupérer des voix au seul endroit où L'UMP croit pouvoir encore en puiser : Le FN.

Ça et le thème de l'insécurité : Rien de bien neuf. La droite peut crier à la pauvreté de la grille de lecture de l'opposition, nos hommes du progrès, eux, sont scotchés un demi-siècle en arrière. J'ai bien peur pour l'UMP que, même avec sa passion pour la ré-interprétation de l'histoire, elle sous-estime un peuple à qui il doit rester un semblant de mémoire.

Les récentes polémiques le prouvent : Si ce gouvernement aime jouer de l'amalgame xénophobe façon nov-langue, il n'aime pas être choppé en flagrant-délit de racisme pépère.

J'en ai souvent parlé, on reconnaît le véritable homme de droite, (testé et vérifié à moult reprises) imbu de supériorité coloniale, à son indignation lorsqu'on le traite de raciste.

Il trimballe du cliché sur les arabes à longueur de journée, il aime avoir ses bons petits auvergnats, il a une image arrêtée sur "tous des dealers qui niquent leur mère et crament leurs allocations à fumer des joints en bas des cages d'escalier", il ne perd pas une occasion pour stigmatiser par l'humour gras ceux dont il jauge à la couleur qu'ils ne sont pas nés sur le sol français alors que leurs familles y sont depuis trois générations mais, attention, O grand dieu des blancs, il n'est pas raciste !

Et au fond, la majeure partie du temps, je le crois. Mais il en va du racisme comme de l'amour : Seules les preuves comptent.

Notre gouvernement, soutenu par un électorat qui n'aime pas qu'on lui dise qu'il est raciste, joue donc une partie perdue d'avance : Surfer sur la haine de l'autre sans la laisser éclater autrement que par les urnes. Ce qui promet pour son futur réseau social sur internet !

C'est ainsi que le résultat du référendum helvète à 57% pour l'interdiction des minarets gêne aux entournures nos UMP nationaux qui en une rafale transalpine prennent sur la tronche les détritus qu'ils balancent depuis des mois de leur Titanic électoral.

Le résultat suisse est formel : A partir du moment où l'on pose des questions qui sentent mauvais, faut pas être surpris d'obtenir des réponses qui puent.

Élus de l'UMP, si vous tenez à piquer des voix à l'extrême-droite, allez jusqu'au bout de votre revival opportuniste d'une France purifiée. En bref, assumez. Même l'ignominie demande du courage.

Pour les autres français, un peu moins blancs que votre classe dirigeante, rassurez-vous : Elle n'est pas raciste. Ségrégationniste, oui, mais uniquement envers tout ce qui n'est pas riche. Elle préférera toujours un pas-blanc riche à un de souche fauché. Le racisme anti-pauvre est la vraie marque du régime. Jour après jour, il nous le signifie : Lui et nous ne sommes pas du même monde.

Sa façon même de relancer ces thématiques putrides est la preuve de son profond mépris du peuple. Le racisme étant avant tout une problématique de cons.

Ce qui me rassure dans cette rengaine nauséabonde : Étant donnée la culture politique au sommet, à plus ou moins brève échéance, tous les français seront considérés comme des enfants d'immigrés.

Pauvres, en passe de le devenir, travailleurs précaires, carbone-taxés jusqu'au trognon, peu importent nos origines, nos convictions et notre couleur de peau, chacun de plus en plus en colère : Aux yeux du pouvoir nous deviendrons tous des terroristes.

Faire front commun pour leur foutre une grosse branlée, ce serait peut-être ça l'identité nationale ?

[Update 02.12.09 21h00 : L'identité nationale UMP à la californienne :]


32 commentaires:

Anonyme a dit…

Projet de sondage du sommet :

Pour vous, les nègres et les bougnoules sont-ils :
- des sauvages
- des fourbes
- des violeurs
- des voleurs
- des frauduleux
- “j'vous emballe le tout ma bonne dame / mon bon monsieur ?”

Cioran a dit…

Ce serait plutôt l'identité internationale. Les nations n'ont-elles pas été crées (de toute pièce) justement pour diviser ? Diviser pour régner.

Il est évident que tant que le con pense que l'immigré est la cause de son malheur il ne verra pas que ce sont (au contraire) les pourris qui pompent la richesse de subtile façon (et pour construire le Dubaïland Ski Dome) en utilisant les travers d'un système qu'ils veulent à tout prix maintenir (et pour cause).

Océane a dit…

C'est une très bonne analyse. On oublie toujours que les classes existent et forment de véritables remparts entre les gens.
Par ailleurs on peut noter une vraie propension chez "les riches" à monter les pauvres les uns contre les autres en créant des catégories de bons pauvres et de mauvais pauvres: toujours diviser pour mieux régner.

Anonyme a dit…

billet à côté de la plaque..
les suisses ont raison.

seb musset a dit…

@anonyme > Je suis soufflé par l'argumentaire.

Anonyme a dit…

Il faut évidemment ne poser au peuple que des questions approuvées par les bien-pensants. Je reproduis sans vergogne un texte d'un commentateur (Damien) d'un article de Marianne, qui décrit bien ce qui se passe selon moi :

Cette affaire suisse agit vraiment comme un révélateur. Prendre connaissance des propos effarants de Daniel Cohn-Bendit invité dans le débat de l'émission suisse "infrarouge" >http://infrarouge.tsr.ch/<

A 7:15 "La majorité, c'est ça le problème des démocraties, n'a pas raison. (...) Il faut un peu arrêter ces histoires de majorités"

A 10:40 "Mais je respecte le peuple suisse, je demande qu'il y ait un grand débat et que le peuple suisse revote"

Pour Cohn-Bendit, qui traduit au fond le sentiment de tous ces grands bien-pensants qui de gauche ou de droite, prétendent faire le bien des peuples malgré eux, la démocratie n'est pas une valeur en soi, c'est quelque chose qui n'est valable qu'autant que cela reste dans les clous de leurs desiderata, de leur vision du monde, à eux notre élite qui sait.
Ce n'est pas une découverte, on en avait déjà une idée plutôt claire après le barnum du traité européen, et les injonctions faites aux Français puis aux Irlandais à très rapidement revoter, re-revoter s'il le fallait pour que le "oui" inéluctable et salvateur l'emporte enfin.

Intéressant dans la même émission comme est utilisé, par Cohn-Bendit puis par une élue socialiste du cru (Suisse), l'argument du "vrai débat" qui n'aurait pas eu lieu, ce qui explique le 'mauvais vote' du peuple, qui décidément reste toujours aussi stupide et ne sait pas ce qu'il lui faut tant qu'on ne lui pas expliqué ce qui est bon pour lui. Exactement comme pour le traité européen. La journaliste qui arbitre les échanges, se sentant certainement visée lorsque l'élue socialiste met en cause les médias pour expliquer l'absence des débats, rappelle pourtant qu'il y en eut de nombreux, pour lesquels -c'est assez cocasse- la même socialiste avait été invitée et n'avait pas daigner se déplacer.

Ca devient un mantra, "il n'y a pas eu de vrai débat", "il faudra revoter après qu'ait enfin eu lieu débat qu'il n'y a pas eu"...
Car pour qu'il y ait "un vrai débat", si je comprends bien ce qu'on essaie de me dire, il ne suffit pas qu'il y ait eu une étape de campagnes contradictoires, en faveur ou contre une mesure, et l'occasion d'échanges dans les médias entre partisans et opposants pour que le citoyen puisse se faire son jugement et peser le pour et le contre. Comme cela a eu bien lieu en Suisse.

Non, "Le Vrai Débat", c'est une sorte de phase un peu magique de transition collective chez le peuple entre l'irrationnalité, les bas instincts, l'ignorance, et un état d'éveil, de lucidité qui coïncide avec le Bon Vote, le vote juste et éclairé. En fait, on ne sait vraiment s'il y a eu un "Vrai Débat" qu'à l'issue du vote : si le peuple a bien voté, alors on sait qu'il y a bien eu Vrai Débat, si le peuple a mal voté, c'est qu'il n'y a pas eu de Vrai Débat -ou que ce Débat a été "parasité" par telle ou telle vibration négative (au choix, évènement économique, intervention des mauvais esprits populistes, mauvais alignement astral)- et qu'il faut donc recommencer, se purifier du mauvais vote et essayer à nouveau d'accéder à cet état de conscience supérieure.

En fait, on fait semblant de croire que tout cela est encore de la politique, quand il ne s'agit au fond que d'une grand affrontement spirituel entre les Ténèbres et la Lumière. Encore heureux que nous ayons des guides vertueux comme Cohn-Bendit.

seb musset a dit…

@anonyme > J'appelle trop de mes vœux le référendum pour cracher sur celui-ci. Ils ont voté point.

Une seule chose est certaine : si tu poses ce genre de questions dans n'importe quel pays tu auras à peu de choses près le même résultat.

Ici nous ne sommes largement plus dans le domaine de la raison (ce n'es pas un hasard si cette thématique se développe systématiquement, côté politique, en temps de crise.)

Faux problème, et surtout aucune réponse. Qu'il y ait 30 minarets ou 3000 sans papiers en moins ne changera rigoureusement en rien le quotidien de 99,99% des Français.

Anonyme a dit…

Il n'y a plus qu'à accuser les Suisse de tous les maux et on a bon?

(on a le droit de stigmatiser les méchants Suisses: c'est surement génétique, et en plus ils sont blancs, aucun risque).

N'est-ce pas?

Un autre Séb.

Anonyme a dit…

A quand un sujet sur les marges des supermarchés et le protectorat dont bénéficient tous ceux qui s'enrichissent sur le dos des pauvres?

Concernant l'édition de ce jour, j'avoue que je ne me sens pas concernée par l'idée d'une branlée (terme typiquement masculin), ayant perdu mes envies de révolution le jour où j'ai obtenu un CDI et de quoi vivre plutôt que survivre grâce aux aides diverses de l'Etat. Je te rejoins donc dans l'idée de la "peur d'avoir moins".

Une remarque cependant : depuis que je lis ton blog, c'est la première fois que je te vois parler d'amour.

Ah, l'Amour.


Signé : une fille.

Anonyme a dit…

Il est vrai que la mise en avant de l' "identité nationale" ne sert qu'à masquer les problèmes sociaux et qu'on escamote ainsi la lutte des classes.
Il n'en reste pas moins que l'irruption d'une grande quantité d'étrangers souvent revendicatifs, voire revanchards est une préoccupation légitime pour la population, comme est légitime le souhait de ne pas être "colonisé". Je crains qu'encore une fois la gauche s'aliène une grande partie du peuple en méprisant cela. Elle a d'ailleurs commencé avec Martine Aubry qui réclame des revendications massives. La droite compte bien entendu là-dessus pour rester au pouvoir.

cedh007 a dit…

a anonyme
ton discours est puant et tout a fait dans l'air du temps. c'est a ce genre de rethorique que l'on voit que tu fais certainement parti des pseudo subversifs sauce soral. un zeste de gauche pour un gros tas d'extrême droite. ton discours aura au moins le mérite de plaire a nos élites qui n'ont de cesse de masquer le fiasco de leur politique social par le truchement du bouc émissaire.

Abdel a dit…

@Anonyme : Tu prends la Suisse comme exemple de démocratie, mais sais-tu que ce pays n'a donné le droit de vote aux femmes qu'en 1971 ?

Ou alors tu n'est juste qu'un exemple caricatural, parmi bien tant d'autres, de ces racistes bien pensants qui prétendent défendre les principes de la Démokracie ?

@++

asjacks a dit…

Ce n'est pas parce que vous n'etes pas d'accord avec anonyme que vous pouvez vous permettre de l'insulter. Vous comme moi n'avons pas le monopole du bien pensant. Elle dit ce qu'elle pense ou ce qu'elle ressent. (selon l'endroit où je me trouve je vois les choses sous un autre angle etc)
Il serait plus sage de dialoguer et d'essayer de convaincre, de faire comprendre ou de remettre ses propres idées en questions quant il le faut.
On se bat sur des faits de société alors que l'on devrait se battre (armes aux poings) contre une classe dirigeante qui n'a pour but non pas de nous rendre heureux ou de nous faire payer moins de taxes mais de nous conserver dans le meme etat de moutons de panurge, de décérébrés du bulbe afin non pas d'accepter mais de trouver normale notre avilissement quotidien. Nous sommes le parfait exemple de l'esclavagisme de pointe, affiné avec autant de subtilité par l'arrivé d'un nouveau president tous les 5 ans.

cedh007 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
cedh007 a dit…

a asjacks
il semble que tu n'ai pas vu a qui nous répondions ou que tu saches qui est anonyme pour dire elle. de plus,c'est fatigant ce terme générique de bien pensant,car non seulement,nous n'avons insulté personne,mais nous n'avons jamais prétendu détenir LA VÉRITÉ.
amicalement

Anonyme a dit…

Ces quelques échanges illustrent parfaitement la situation actuelle : la droite et Sarkozy n'ont aucun souci à se faire.
Une grande partie de la gauche considère comme "puante" toute revendication populaire d'appartenance nationale, avec les mesures défensives que cela implique. Elle s'aliène donc une portion décisive du corps électoral qui au mieux s'abstiendra.
La droite a alors beau jeu de mettre en avant cette question.
Le peuple doit en fait combattre deux sortes de libéralisme à la fois : celui qui prône la libre circulation de l'argent et des marchandises et celui qui prône la libre circulation des personnes.

stephane a dit…

Aujourd’hui ce que l’Europe, la France ont besoin, c’est de vitalité, de confiance. Vous voulez des recettes ? Elles sont simples, elles éxistent depuis la nuit des temps dans vos livres :
- D’abord menez une vie saine, alimentation saine, sans s’empiffrer tous les jours, de dizaines de produits toxiques, dont on a pas besoin.
- Ne pas gaspiller, donc ne pas sur-consommer
- Sortir à la campagne
- Eteindre la télévision
- Jeter votre portable
- Parler aux autres directement
- Donnez à la France des enfants
- Les éduquer dans l’honneur, les valeurs morales.
- Brûler la carte bancaire,et rembourser ses credits.
- Renoncer à l’usûre.
- Renoncer à la vie anonyme, et à l’égoisme, et s’entraider les uns et les autres comme l’on fait nos illustres ancêtres, François d’Assise, Therèse, Siméon etc..
Ainsi avec ça, vous avez une bonne partie des recettes pour faire exploser 100 fois tous les systèmes. Pas besoin de barricades, pas besoin de révolutions.
Arretez de croire que la revolution c'est sympa,soyez l'action, soyez le changement.

Debattre sur le système, les autres, etc… c’est bien, mais lorsqu’on en oublie l’essentiel, ou qu’on ne fait pas ce qu’il faut, alors ce sont les autres qui font l’histoire à votre place.

Voilà les amis ce que j’avais à vous dire.

Ne prenez pas ce que je viens de dire pour une insulte où une critique les amis. Souvent je m’aperçois que les gens qui critiquent vivent seuls, alors que leurs parents vivent seuls, isolés parfois dans les maisons de retraite, qu’ils ne visitent qu’occasionnellement. Et comble de l’horreur en général ces braves gens, qui critiquent à juste titre le systeme, ont des cartes bancaires , font des crédits ce qui quelque part discréditent leurs idées.

cécile a dit…

je ne résiste pas. le sujet si prête trop. avez vous-vu la campagne de consonoël de la fnac? un père Noël noir, genre gangsta rap fumeur de crack avec un cadeau-ghetto blaster sur l'épaule. tandis qu'un blanc de blanc petite lunette d'intello, fait le père noël pour bouquin. la nouvelle image y'a bon banania..

Tassin a dit…

@ stephane :

Bienvenue dans la simplicité volontaire :-)
Lisez le numéro de décembre de La Décroissance, il est passionnant.

http://www.ladecroissance.net/?chemin=journal

lambda a dit…

Ce n'est vraisemblablement pas la même raison qui a motivé le vote de tous les Suisses.
Certain on sans doute voté par xénophobie, cela ne fait aucun doute.

Mais on oublie aussi une autre très bonne raison d'interdire les minarets. Et ce, parce que nous avons oublié que nos sociétés ont été le lieux d'une longue lutte anticléricale victorieuse au terme de laquelle la société civile a reconquit les libertés essentielles dont nous pouvons nous prévaloir aujourd'hui (avant qu'elles ne disparaissent).

Aujourd'hui nos sociétés ont à faire face à une nouvelle vague de puritanisme religieux qui veut imposer sa morale aux autres (l'exemple des caricatures est parfaitement parlant) ce qui en plus a le très grand désavantage de redonner des ambitions à nos propre allumés de la vraie religion qui possède la vérité vraie et la vraie bonne morale...

Donc. Je trouve en quelque sorte normal que certaines personnes n'ai pas envie d'être réveillé à 5 heures de matin par le "muesime". Et que Simplement, en dehors de toute considération de race, il est bon de calmer les abrutis de peur qu'ils prennent trop confiance en eux.

cedh007 a dit…

c'est faux dans le cas de la suisse lambda,les suisses rendent de grand service au vatican,comme mettre a leur disposition des hommes de troupes ou garder leur pognon. alors,on ne peut pas dire que tous les pays d'europe se sont battus pour que les cléricaux nous lâchent la grappe. cette histoire de minaret semble plutôt être un exutoire pour une suisse qui a peur de perdre sa prospérité.

lambda a dit…

Si demain des croyants qui exercent simplement leur liberté de culte viennent s'installer à coté de chez vous et construisent par exemple ça :
http://madmegblog.blogspot.com/2008/11/mandarom-shambhasalem.html
Serez vous tenté par l'idée de raser leurs merdes cosmo-planétaires ?
Vous traitera t-on de racistes pour autant ?
Que ce soit une clocher, une statue de bouddha, un minaret ou une statue du mandarom je trouve essentiel que les croyants se fassent discrets. On sait où mène la course à celui qui à la plus grosse et ces monuments n'ont d'autre fonction que de montrer sa puissance réelle ou supposée.
Il est évident que sans des lois strictes pour calmer tous ces allumés cela ferait longtemps qu'ils se seraient entretués.
Donc, pour la paix civile et la préservation de la beauté du paysage je suis pour l'interdiction de la construction de tous nouveau monument exubérant, extravagant et autre symbole religieux ostensible.
La loi suisse pêche donc sur un point, elle n'est pas assez générale à mon goût. Et c'est ce qui lui donne ce coté indéniablement puant.

lambda a dit…

Si demain des croyants qui exercent simplement leur liberté de culte viennent s'installer à coté de chez vous et construisent par exemple ça :
http://madmegblog.blogspot.com/2008/11/mandarom-shambhasalem.html
Serez vous tenté par l'idée de raser leurs merdes cosmo-planétaires ?
Vous traitera t-on de racistes pour autant ?
Que ce soit une clocher, une statue de bouddha, un minaret ou une statue du mandarom je trouve essentiel que les croyants se fassent discrets. On sait où mène la course à celui qui à la plus grosse et ces monuments n'ont d'autre fonction que de montrer sa puissance réelle ou supposée.
Il est évident que sans des lois strictes pour calmer tous ces allumés cela ferait longtemps qu'ils se seraient entretués.
Donc, pour la paix civile et la préservation de la beauté du paysage je suis pour l'interdiction de la construction de tous nouveau monument exubérant, extravagant et autre symbole religieux ostensible.
La loi suisse pêche donc sur un point, elle n'est pas assez générale à mon goût. Et c'est ce qui lui donne ce coté indéniablement puant.

cedh007 a dit…

la lecture que tu donnais du referendum suisse,a mon sens,n'a rien a voir avec l'émancipation face aux religions. perso,je suis athée et n'ai aucune sympathie pour les religions. mais la,le problème est très diffèrent,il faut voir qui a proposé ce referendum et dans quel contexte le débat c'est déroulé. depuis quelques années,il y a une dérive raciste et une vision exiguë du monde de la part des suisses. les modalités pour devenir suisse sont quasi inatteignables,a moins d'être milliardaires. il y a une montée évidente,dans toute l'Europe même,d'une fuite en avant d'une classe politique qui n'arrive pas a faire face aux multiples demandes sociales et cherche a faire endosser a un certain type de population ses échecs. il suffit d'entendre andré valentin,maire ump de goussainville pour comprendre ou l'on veut amener notre peuple. parce que si on lit entre les lignes de son racisme caricatural,on comprend qu'il dit en fait,je n'ai pas de projet,pas d'ambition pour ma municipalité et n'en ai rien a battre des gens qui ne votent pas.

cedh007 a dit…

un petit rappel pour ceux qui n'auraient pas vu ce brave mister valentin:

http://www.dailymotion.com/video/xbcs4z_andre-valentin-derape_news

Olivier a dit…

C'est grâce à Oskar Freysinger et à l'UDC qu'un vérou capital a sauté et parmi tous les commentaites de ce blog personne ne fait référence et j'ajouté aussi lors des débats sur Infrarouge, le talent et les rhétorique de Freysinger est très inspirant quand vous observé les opposants comment ils réagissent, ce gars-là donne des idées comment il faudrai leur parler et çà change du conformisme habituel de la télévison française. Il a fallu un sujet comme les minarets qui relèvent de manière flagrante du malaise du système déconnecté de la réalité et de sa démocratie à la faux culs. Même si j'approuve le résultat cela ne changera rien à construire de nouvelle mosquée.

bloupbloup a dit…

faut remettre les pieds sur terre mon gars, ton discours de bobo gaucho est à la ramasse face à la réalité de la rue, un conseil : arrête les spliff et bob.. ça sera mieux pour tes neurones.

Anonyme a dit…

Le pseudo débat organisé par Sarko et sa bande d'immondes au sujet d'une identité nationale non ils n'ont absolument rien à branler est bien sur une nouvelle arnaque pour électeur frontiste mais pas seulement. Les humanistes transis qui jouent à se faire peur en se la jouant "rafle du Vel d'Hiv" sont partie prenante de la comédie. Le calcul du Nain Diabolique est de les faire geindre d'autant plus fort qu'ils sont moins nombreux à etre immigrophiles que leurs ennemis immigrophobes. Simple question de calcul : en braillant comme des anes ,les premiers sont sensés pousser les seconds dans les bras de Sarko. Les pleureuses bénévoles qui redoutent de perdre le remède à leurs problèmes existentiels en jouant les "justes" ,les assoces qui vivent grassement de fonds publiques tout en bafouant de la loi et les négriers qui profitent du poids social des immigrés ,clandestins ou pas, pour faire pression sur les salaires n'ont pourtant pas à s'inquièter. Selon les organisateurs de la mascarade il suffit pour etre français d'adhérer à certaines valeurs comme la tolérance ,le métissage et autres conneries auxquelles il est obligatoire de faire allégeance dés l'école primaire. Toute voix discordante est de toute façon interdite de débat pour cause de xénophobie. Le simple fait d'émettre des doutes quant aux bienfaits du substitution de population en cours est un motif d'exclusion du débat et gare au vilain petit canard qui réussira à glisser sa quenelle lors d'un débat entre gens civilisés : il verra aussitot s'abattre sur sa carcasse les foudres de lois liberticides aux applaudissements des tartuffes se prétendant défenseurs de la libre expression.

Anonyme a dit…

@Anonyme 10:48
Bien pour le lien tv suisse.

Pourquoi Cohn-Bendit ne demande pas une "revotation" à propos de notre président "bien-aimé" ?
Peut-être qu'il lui plait.

Sur le fond, la ligne de démarcation est le TCE.
Hors, il était Pou(voi)r.
Neb.

Monsieur Poireau a dit…

Merde, il va falloir convaincre les bourgeois que la classe ouvrière est du même peuple qu'elle ! C'est pas gagné !
:-))

Acheron a dit…

salut seb
qui suis-je ?
né 1957 a paris,école,armée,vie sociale jusqu'en 2009 en France

RÉPONSE
un alibi électorale depuis 52 ans

Rerdine

GF a dit…

La racine de raciste est race. Les races n'existant pas. Le problème est forcement autre. L'autre. Par exemple: le nouveau mec de ton ex fiancé (qui t'a largué):un sale con qui roule en porsche. Ou bien: ton voisin qu'en a une plus grosse que toi ou bien...ou bien...
A la manière de Prévert, en y agrégeant l'objet de vos petites névroses, je vous invite à allonger cette liste...dont je redoute qu'elle soit sans fin...