Top Ad 728x90

30 août 2013

Et SFR créa la connexion raide

par

SFR réussira-t-il à battre le record de 50 jours sans connexion à domicile établi par le tandem Free / France Telecom l’an passé ? Avec déjà 33 jours au compteur, ça semble bien parti. Et tout ça pour un bouton probablement mal enclenché dans une armoire électrique. Je n’ai plus aucune connexion à domicile depuis la fin juillet, suite à des travaux d’"amélioration de ma ligne" (sic). A cette époque heureuse, SFR m'appelait encore pour me prévenir d'un petit désagrément qui durerait une semaine tout au plus et me serait remboursé illico sur la facture.

33 jours après, j'attends toujours la ristourne et le retour de ma ligne. 

Il est vrai que je le cherche aussi, j'habite une zone reculée où la main d'oeuvre est rare, l'activité et la demande faibles : Paris.

Si je me passe fort aisément de la télévision (en gain de temps et de concentration, c’est même assez fabuleux), en revanche avec mon Iphone en modem, je n’ai accès en gros qu’à un Twitter poussif, mes courriels, et cette plateforme de blog les jours de beau temps. 

J’en suis à cinq appels au SAV. Un me répondant "Bah on sait pas pourquoi", un autre "Houla, ça va prendre du temps", puis un "nos techniciens n'avaient pas la clé", une annonce non respectée de réparation dans la semaine, une promesse de remboursement sans suite et une réception effective de facture à 35.99 euros pour un service inexistant au mois d’août. 

Voilà donc à quoi on s'expose en optant pour la fibre de SFR au cœur de Paris en 2013. Et ce, au moment où la compagnie se vante sur tous les murs d’avoir la meilleure couverture 4G de la ville. (Rappel 4G pour les néophytes : c’est juste de la 3G qui marche).

J’avais quitté Free pour SFR pensant à avoir faire à des gens un peu plus compétents (enfin avec des effectifs en chair et en os quoi). En fait non, c’est pareil. Du matraquage publicitaire, une gestion qui ne suit pas derrière, un SAV téléphonique sympathique certes, mais en manque de données et un déficit de techniciens sur le terrain (le cœur du problème). C'est vrai que SFR est une petite PME qui débute et a besoin de nos abonnements pour pouvoir embaucher. Heureusement y a les 20 milliards du CICE, merci Mosco.

Le pire ce n’est que je n’ai même plus envie de passer à la concurrence, je sais d’avance que ce sera exactement la même chose à un ou deux euros près et que j’y serai traité pareil : de la chair à abonnement. 

Je m'interroge donc. Ne vais-je donc pas me séparer définitivement de ces escrocs et / ou incompétents et faire une croix sur le merveilleux monde de la connexion continue ? Après tout, y a plein de bons bouquins à lire gratos à la médiathèque et, ce billet en est la preuve, on peut bloguer depuis son Iphone.

Ce trépidant feuilleton du consommateur du XXIe siècle sera updaté au fil des événements.

[update 03.09.2013 / Au 37e jour toujours rien. Enfin si. Je découvre avec joie que SFR a donné mon numéro de mobile à CANALSAT pour me vendre une extension d'abonnement.]

[update 06.09.2013 / Effet blog, twitter bombing ou simple hasard, toujours est-il qu'au 40e jour : changement radical de ton. Je reçois enfin un appel me proposant un rendez-vous "au plus vite" pour le lundi suivant]

[update 07.09.2013 / Au 41e jour, un SMS de SFR me propose une clé USB de dépannage contre un chèque de caution à chercher en boutique le lundi suivant (le jour où ma connexion devrait être rétablie)]

[update 09.09.2013 / Au 43e jour, c'est réparé. La cause du problème : une première équipe est venue en juillet faire des travaux de maintenance dans l'immeuble, a déconnecté tout le monde et rebranché personne (Il est possible que les sous-traitants de SFR ne disposent pas des informations d'abonnement, le SAV me certifie en revanche ne pas avoir pu finir les travaux en juillet pour cause de non accès aux locaux techniques à cause du gardien en vacances). Le nouveau technicien (qu'il soit ici remercié) reconnecte sous mes yeux en 5 minutes. Dommage que cela ait nécessité autant d'appels, un étalage sur le blog et de mauvaise publicité sur Twitter pour en arriver là. J'attends maintenant les deux mois gratuits de compensation.]

[update 10.09.2013 / SFR m'annonce que l'ensemble de l'immeuble sera reconnecté dans la semaine.]

29 août 2013

Pourquoi c'est Fillon qu'il nous faut !

par

Il nous faut retourner aux valeurs simples et actuelles,
Il nous faut de la proximité,
Mais il faut en finir avec la promiscuité,
Il nous faut de la ruralité,
Il nous faut en finir avec la lutte des classes,
Il nous faut des polos Lacoste pour tous,
Il nous faut des tables à brunchs dominicaux en osier et le charme discret d'un château sarthois pour nos congés de fin de semaine,
Il nous faut ordonner au jardinier de tondre les cinq hectares de pelouse,
Il nous faut des adolescents habillés comme dans les années 80,
Il nous faut des espadrilles mauves et un homme vierge de tout pouvoir,
Il nous faut un souverain proche du peuple, sage et responsable, qui saura faire face à un état en faillite et ne causera pas 600 milliards de dette supplémentaire en un quinquennat.
Il nous faut l’équilibre,
Il nous faut Fillon.


Illustration : Paris Match de cette semaine

28 août 2013

Le retour de l'attaque des retraites

par
Cotiser toute une vie pour ne jamais en profiter. N’est-ce pas là au fond la vision de la retraite parfaite (enfin pour le marché) ?

Pas la peine de reprendre mes billets de 2010 sur la réforme des retraites de l’UMP de changer les noms et de republier, ce tweet de Jean-Marc Ayrault datant du 10 septembre 2010 en pleine mobilisation contre la réforme suffira pour saisir l'ampleur de la déception et de la colère.


L’annonce de cette énième réforme des retraites par le Premier Ministre est évidemment une arnaque pour le travailleur dans la droite ligne des précédentes.

Arnaque. 43 ans de cotisations lorsqu'on décroche un premier véritable emploi à 26 ans en moyenne, ça nous conduit à 69 ans pour obtenir une retraite à taux plein, à la condition de ne pas avoir connu de période de chômage (Hi-Hi) et de ne pas être dégagé à 56 ans du "marché" (âge moyen aujourd'hui constaté). Cotiser plus longtemps parce que, parait-il, nous vivrons plus longtemps (oui Marty, je l’ai vu avec ma Delorean !), veut tout simplement dire, chers lecteurs, que beaucoup d’entre vous, spécialement les moins de 30 ans, ne toucheront jamais de vraie retraite comme vos parents (oui les mêmes qui gardent leur abattement de 10% sur l'IR). 

Arnaque. L’espérance de vie avancée comme argument magique est le résultat de gains passés (notamment de la diminution du temps de travail, la généralisation des soins remboursés), et ne peut en aucun faire l’objet de projection sérieuse. Spécialement dans un contexte ou de plus en plus de Français rechignent à se faire soigner faute de budget, et ou l’on peut attendre 5 ou 6 heures aux urgences pour se faire recoudre sa tête ouverte (vu cet été). De plus, on ferait mieux de parler d'espérance de vie en bonne santé. Et là, les chiffres font mal, surtout pour les ouvriers (dont la santé défaille en moyenne à 59 ans). 

Arnaque. Puisque les meilleures années avant d’être perclus de rhumatismes sont précisément entre 60 et 67 ans, et que ce sont également les plus pénibles pour travailler.

Arnaque. Prétendre régler le problème des retraites en 2035, le jour où l'on annonce une nouvelle hausse de la baisse de la hausse du chômage, c’est moyen pour la crédibilité.

Arnaque. Le "coût du travail" (qui n'est que de la richesse décalée pour l'entreprise) n’est pour rien dans cette histoire. Ou plutôt, le problème est pris à l'envers. Augmentons les salaires et les cotisations suivront (Et en attendant on vivra mieux). D'après l’INSEE, en 30 ans les salariés récoltent 9.3% en moins de toutes les richesses produites en France, soit 100 milliards d’euros allant par an dans la poche des actionnaires. Il y a peut-être un début de piste là non (enfin je veux dire pour un gouvernement socialiste) ?

Arnaque. Nous parlons d’un déficit d'environ 20 Milliards d'euros en 2020. Oui, 20 milliards. Précisément le montant de la  somme que le Ministre des Finances, criant aujourd’hui au « ras-le-bol fiscal », à donné aux entreprises via le Crédit d’impôt Compétitivité Emploi en le ponctionnant sur le pouvoir d'achat des français. Oui. Au nom de la "compétitivité" alors que certaines entreprises bénéficiaires du cadeau ne sont même pas soumises à la concurrence, et que l'on appris cet été dans le Journal Officiel qu’il n’y aura aucun contrôle de l’utilisation des fonds. Oui parce qu'au départ c’était pour créer des emplois.

C’est bon de rire parfois.

Bon. C’est pas tout ça, mais on se retrouve dans la rue le 10 septembre prochain (oui comme la date du tweet du Premier Ministre).

Articles connexes :

26 août 2013

Débaptisez-moi !

par

Mes chers lecteurs. L'Eglise catholique est au taquet. 

Je reçois il y a quelques jours un courrier du diocèse refusant de me radier des listes de baptême comme je l'ai demandé, avec les formes, deux mois plus tôt.

"L'acte ne peut [...] être rendu illisible ni effacé" me précise le courrier laconique avec ajout d’une jurisprudence pour mieux décourager le candidat à l'apostasie de persévérer dans sa requête.

Au mieux, dans sa légendaire générosité et son infinie tolérance, l'administration catholique me précise qu'elle peut inscrire une mention en marge (que personne ne peut consulter, il est précisé. Donc pourquoi ne rien barrer sur la liste puisque personne ne peut la consulter ? Les voies du diocèse sont impénétrables.).

Le diocèse prétend alors que je n'ai rien précisé de mes motivations. Et pour cette raison, il me faut recommencer la demande.

On m'avait pourtant dit au catéchisme (oui ça aussi on m'a forcé) : "tu ne mentiras point".

Ma demande d’apostasie a été faite dans les règles et, après vérification de l'original, voici les motivations qui y étaient jointes :

« En soutenant les manifestations homophobes contre l'égalité des droits qui ont eu lieu en France, l'Eglise a activement participé à la recrudescence de l'homophobie ces derniers mois. Les déclarations outrancières des représentants de l'Eglise n'ont pu qu'encourager la multiplication des agressions homophobes, notamment celles du Cardinal Barbarin,qui n'hésite pas à comparer le mariage homosexuel à l'inceste.

Sur les 37 associations qui composent le collectif a-confessionel “La Manif Pour Tous”, 27 relèvent de la sphère chrétienne, quand 32% sont fictives, sans même une inscription au Journal officiel. Les financements dont dispose ce collectif sont considérables : en une seule publicité dans le journal Le Monde, 138 000€ ont été dépensés, plus que le budget annuel de l'Inter-LGBT, elle-même qualifiée de “lobby gay” par les partisans de “La Manif Pour Tous”. Ces financements, notamment à l'appel de ces associations chrétiennes, sont autant d'argent qui aurait pu servir aux plus pauvres et non à des manifestations de haine.

Pour toutes ces raisons, je vous demande par la présente de radier mon nom et toute autre donnée me concernant du registre des baptêmes et de tout autre fichier manuscrit ou informatisé que vous détiendriez. Cette lettre fait office de décision définitive, il est donc inutile de me demander une quelconque confirmation."

L'église veut une raison, c'en est une sacrée non ?

Donc je résume. 

1 / On me baptise à 6 mois sans me demander mon avis. 
2 / L’Eglise collabore à cet abus de mineur
3 / On me met sur une liste ou je suis comptabilisé comme « catholique » alors que je n'ai pas le tiers de la moitié d’un début de croyance, et que l’organisation « Eglise » ne s’apparente pour moi qu'à une secte légalisée
4 / La secte refuse de me supprimer de leurs effectifs alors que même chez Facebook, pourtant pas des enfants de chœur, on peut supprimer son compte. 
5 / On me demande de justifier mon refus d'un enrôlement que l'on m'a imposé enfant.
6 / On refuse ma raison.

Bref, vente forcée, comptabilité d’escroc et une mauvaise foi sans nom au service d’une procédure de radiation plus compliquée qu’un désabonnement d’opérateur téléphonique.

J'ai envie de blasphémer sévère.

PS : Prochainement. Je vous raconterai mes vacances sur la côte, les sonneries de clochers intempestives, et la façon dont un groupe de catholiques est venu m’accoster sur la plage pour me proposer un cours d’initiation à la Bible pour mes enfants. Rien de bien grave, si ce n’est que des jeunes auraient fait la même chose avec le Coran, ça se retrouvait illico en une de tous les journaux avec une déclaration de Manuel Valls dans la foulée.

Articles connexes : 

Top Ad 728x90