mercredi 28 novembre 2012

Gloire à Jean-François Copé !

Je sais. Ecrire sur le feuilleton de l’UMP, c’est s’exposer à une obsolescence ultra rapide de son article. Pourtant au 11e jour des #FeuxDeLaDroite, il convient de rendre hommage à un personnage injustement méprisé: je parle de Jean-François Copé.

Je peux l’avouer maintenant: je souhaitais depuis plusieurs semaines, sans trop y croire, qu'il remporte l’élection interne à la présidence à l’UMP[1]. L'homme avait le potentiel et les casseroles pour accomplir de très grandes choses pour l’opposition. Et, vu le calibre de ses soutiens, sa présidence de parti nous garantissait de beaux moments de n'importe quoi. Les conditions foireuses de sa victoire sur le fil du rasoir et ses rocambolesques prolongations, ont dépassé mes espérances 

Depuis Jean-François n'en démord pas. Contre tous, il se cramponne à la tête d'un parti qui se désagrège moralement, et bientôt financièrement, sous les yeux affolés des éditorialistes. Voir un Calvi, un Barbier, un Giesbert ou un Mazerolle sans analyse cohérente, dépassés par le monstre de nullité qu’ils ont eux-mêmes propulsé là à force de dossiers et de couvertures débiles sur l'Islam, rajoute au délice. Même Eric Le Boucher est à deux doigts de prendre sa carte au PS

Car Jean François Copé, c’est avant tout une œuvre: Le dynamitage d’un parti de l’intérieur en moins d’une semaine et l'aptitude à provoquer un craquage du slip généralisé des lieutenants du premier parti d'opposition et devenant la risée générale.

Dernier rebondissement dans cette saga d’une ingéniosité narrative à faire passer un climax de The West wing pour un épisode quelconque de Chloé Magique: la remise en cause matinale par Jean-François de l’accord de paix arraché hier avec les dents par un Nicolas Sarkozy dont il ne manquait que le retour prématuré pour parachever le désastre à droite. 

Et mate la portée transcendantale du deal : Organiser un vote sur internet pour savoir s’il faut faire revoter les militants avec des bulletins papier. Ça c'est du putain d'enjeu au regard de la crise économique à laquelle les Français font face, le jour même de la publication de la hausse du chômage pour le 18e mois consécutif !

Voilà c’est fait. Copé a aussi ridiculisé Sarkozy, l'idole de son camp. Merci man.

Je vois désormais qu'on le lâche, que les plus grands philosophes de droite tel Mickaël Vendetta, ne se cachent plus pour le flinguer. Et là je dis stop ! Moi, blogueur de gauche, apporte mon soutien à Jean-François Copé et souhaite ardemment qu'il s'accroche à la présidence de l’UMP et se présente, dès maintenant tant qu'on y est, à la présidentielle de 2017.

Expédier l'UMP sous la barre des 10% n'est désormais plus un rêve impossible! Tiens bon Jeff!



[1] Le danger serait d'encenser Fillon en comparaison. A la différence de Copé, l'ancien premier ministre cache très bien son jeu. C'est en cela qu'il est bien plus dangereux.

8 commentaires:

StefG a dit…

Délicieux billet et judicieuse Vidéo (te la pique)

Anonyme a dit…

Les élections truquées à la direction du PS de Martine Aubry ont mené à une succession de victoires du PS.

La France de la guerre contre la démocratie, elle est autant au gouvernement que dans l'opposition, autant hier qu'aujourd'hui.

seb musset a dit…

C'est la défaite de 2007 + le bilan de merde de Sarkozy qui ont conduit à la victoire de Hollande. Le ratage de l'élection interne ont juste imposé que les primaires ouvertes soient un succès.

Nyantho a dit…

Article bien amusant, je n'ai toujours pas résolu l'équation qui pourrait mener Copé à l'Elysée donc tant qu'il s'accroche je pense pouvoir dormir sur mes deux oreilles.

Anonyme a dit…

"Les élections truquées à la direction du PS de Martine Aubry "

Réponse:

"Le ratage de l'élection interne "

———› retour à la même conclusion: " La France de la guerre contre la démocratie, elle est autant au gouvernement que dans l'opposition, autant hier qu'aujourd'hui."

Et il faut ajouter "autant ici qu'ailleurs."

Anonyme a dit…

en quoi crois-tu fillon + dangereux ? tu te vois avec copé (clan droite forte) président et la com' repartant de + belle sur les fegnasses, les étrangers, les assistés blablabla, car sarko a bien été élu en partie là dessus en 2007 ?

BA a dit…

Dimanche 2 décembre 2012 :

Fillon rejette la proposition Copé, le blocage se poursuit à l'UMP.

François Fillon a rejeté la proposition d'un nouveau vote à l'UMP en 2014, proposition que venait de lui faire Jean-François Copé dimanche soir lors d'une réunion publique à Nancy.

20h15 :

Copé regrette la réaction de Fillon.

La réunion publique de Nancy n'était pas achevée que les fillonistes annonçaient une fin de non recevoir aux propositions de référendum de Jean-François Copé et d'une nouvelle élection en 2014, après les municipales.

"En tout cas il ne sera pas dit que je n'ai pas fait preuve d'un grand esprit d'ouverture", a réagi Copé, la mine dépitée. "Je regrette de ne pas avoir été entendu. Ma porte a toujours été ouverte, ma main a toujours été tendue et elle continuera de l'être", a-t-il poursuivi en précisant qu'il ne voyait "pas le lien" avec la réunion du comité des sages que les fillonistes demandent.

Interrogé sur le possibilité d'autres propositions, Copé a expliqué : "je ne vois pas très bien lesquelles".

"Je ne connais pas beaucoup de gens qui, ayant été proclamé deux fois de suite, injurié comme j'ai été injurié, non seulement accepte de tendre la main mais propose que les militants votent par référendum pour la modification des statuts et accepte de remettre leur mandat en jeu à mi-mandat", conclut-il.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/02/97001-20121202FILWWW00207-cope-regrette-la-reaction-de-fillon.php

BA a dit…

Mardi 4 décembre 2012 :

Aujourd'hui, la droite a officiellement deux groupes différents à l'Assemblée Nationale :

1- Premier groupe : l'UMP a 122 députés. Leur chef est Jean-François Copé.

2- Second groupe : le R-UMP a 72 députés. Leur chef est François Fillon.

Pour visualiser les groupes à l'Assemblée Nationale, cliquez ici :

http://tempsreel.nouvelobs.com/bataille-ump/20121203.OBS1192/ump-ou-r-ump-ou-vont-les-deputes-ump.html