mardi 20 novembre 2012

Copé: la victoire à la cool

Grâce à des contacts en interne, nous nous sommes procurés le courrier de remerciement aux militants de Jean-François Copé, élu sur le fil opaque, président de l'UMP.  


On s'est bien marrés, mais la suite risque d'être un peu lourde.

Articles connexes :

8 commentaires:

omer a dit…

Saluons comme il convient la victoire des nervis de Copé qui ont été plus efficaces que ceux de Fillon dans l'art d'améliorer les résultats électoraux...

Le Parisien Liberal a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Le Parisien Liberal a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Le Parisien Liberal a dit…

la victoire de Copé est une bonne nouvelle pour les centristes, libéraux démocrates

<a href="http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/11/cope-ne-laissera-pas-refaire-ludf.html>Copé ne laissera pas refaire l'UDF ? Vraiment ?</a>

seb musset a dit…

@LeParisienLiberal > Si j'en crois les commentaires ici et là, la victoire de Copé est une bonne nouvelle pour tout le monde sauf pour l'UMP.

Anonyme a dit…

Entre le PS qui est devenu "la gauche de la droite" et la droite qui devient l'extrême droite : la France est "gâtée" dans tous les sens du terme !

Le Parisien Liberal a dit…

oui et non, Seb, disons que l'auto sabordage de l'UMP fera marrer

BA a dit…

Jeudi 22 novembre 2012 :

UMP : Copé accuse le camp Fillon de tentative de putsch.

Jean-François Copé, dont l’élection à la présidence de l’UMP est contestée par le camp de François Fillon, a promis jeudi matin qu’il « amènera dans les heures qui viennent les éléments qui mettront fin à toute polémique et qui montreront, preuve à l’appui, des opérations massives, délibérées, préméditées de fraudes qui ont été organisées » pour l’empêcher de gagner, notamment en Nouvelle-Calédonie. Pour trancher ce contentieux électoral, il s’est par ailleurs dit prêt à « aller devant la justice », comme François Fillon l’a lui-même évoqué mercredi soir.

« Le comportement de François Fillon, c’est l’histoire d’un mauvais perdant qui vient donner maintenant des leçons de morale, sans jamais se les appliquer à lui-même », a fustigé Jean-François Copé au micro d’Europe 1. « Il espérait une victoire très facile depuis le début, comme le montraient les sondages, et en plus de cela ses lieutenants, pour la lui garantir quoi qu’il arrive, ont fait les choses pour organiser des votes conformes à ses souhaits dans certains endroits », a-t-il ajouté. « François Fillon sait pertinemment qu’il y a eu des fraudes (…) de son côté », a-t-il encore accusé.

« Nous sommes dans un état de droit (…), s’il faut aller au bout de la logique, à ce moment-là, il faut aller devant la justice comme il l’a évoqué », a poursuivi Jean-François Copé.

Il a en revanche clairement rejeté l’idée d’une médiation d’Alain Jupé, que réclame le camp Fillon. « Ce n’est pas à la bonne convenance de celui qui a perdu que l’on va décider de mettre à la place le président que souhaite celui qui a perdu », a-t-il répondu, dénonçant « un coup politique, pour ne pas dire un putsch ».