vendredi 12 octobre 2012

L'Express et les femmes

Quelques outrecuidantes ont reproché à Christophe Barbier le sexisme de la dernière Une de L'Express.

Le patron à l'écharpe rouge s'est expliqué:
Dans un réflexe où le corporate le dispute à la testostérone, le rédacteur en chef de l'Express.fr, Eric Mettout, met le paquet et pousse plus loin l'analyse sur son blog. En fait, ce sont celles qui disent qui y sont. Et puis, les filles de Twitter (d'où la polémique est partie) auraient réagit bien plus violemment à la Une qu'au verdict de la cour d'assises du Val de Marne pour les violeurs en réunion de Fontenay-Sous-Bois. Alors camembert sur les accusation de sexisme à l'encontre de sa rédaction !

Affaire classée. Femme, tu es la bienvenue en Une de L'Express.

Toutefois, profitant d'un travail effectué sur un récent billet où je revenais sur les Unes du news magazine à partir de l'élection de Sarkozy en mai 2007[1] (date de la création du monde selon Christophe Barbier), je préfère t'avertir que tu devras te plier à quelques codes redondants pour "monter en puissance".

Il vaudra mieux:

- Etre compagne, passée ou présente, de président ou de candidat à la présidence, mais ne pas trop la ramener. Attention : possibilité de combo entre compagnes.

- Etre un "problème" au coeur d'un "système", ou tu manigances en cachant quelque chose et exerces ton influence (supposé plus ou moins implicitement que tu en as trop). Catégorie cumulable avec la précédente.

- Si tu n'ourdis pas de complot dans l'ombre du pouvoir ? Pas de panique. Enfile une blouse et sois  médecin ou infirmière. Note au passage l'originalité des titres, et que ce type de configuration permet de caser jusqu'à 6 femmes en couverture autour d'un mec en cravate, histoire de faire grimper les statistiques sur la parité.

- Tu n'est pas faire pour les ors de la République et tu n'aimes pas être blousée ? L'Express pense à tout et t'offres d'inspirer en Une fraîcheur et jeunesse histoire de rehausser graphiquement ses dossiers marronniers. Actrice ou mannequin recommandé, plus de 45 ans s'abstenir.

- Note que les plus coquines d'entre-toi peuvent opter pour la même formule, mais en version charme.

Bref. Compagne de président, manipulatrice, infirmière ou pack shot publicitaire, Femme, la Une de Barbier est à toi.

Et comme le conclue si bien Eric Mettout: 

"On se rend bien compte par contre que l'on ne peut pas dissocier ce critère "sexe" de ce qu'on lui associe de manière stéréotypée, du lien que l'on fait entre identité sexuelle et identité professionnelle / politique".

[1] Sur les 283 numéros qui nous séparent du 6 mai 2007, nous dénombrons 90 femmes en Une de L'Express, qu'elles l'occupent seules ou la partagent, en photo ou en dessin. (Accordons-nous une marge d'erreur de 5%, mais le décalage est saisissant).

15 commentaires:

zeyesnidzeno a dit…

Tu penses que tu pourrais trouver une petite place pour celle là?

zeyesnidzeno a dit…

Tu penses que tu pourrais trouver une petite place pour celle là? http://www.relay.com/Covers/Bigs/37667.jpg

seb musset a dit…

@Zeyesnidzeno > Je l'ai déjà placée dans un billet cette semaine. Ce blog est en train de tourner en vitrine de L'Express ;)

zeyesnidzeno a dit…

Haha ! Oui, vu.

Lledelwin a dit…

Oh Seigneur ! Ce twitt sur la montée en puissance des femmes s’exprimant par leur capacité à emmerder le président, ça illustre tellement bien un article lu je sais plus où sur la juste place de la meuf, dans l'ombre, qui influence le légitime détenteur du pouvoir, l'Homme !
Au passage, nous sommes heureuses d'apprendre que la Chancelière Allemande détient quelque puissance, nous sommes curieuses aussi d'apprendre si la version allemande de l'Express s'est fendu d'une couverture avec ces hommes qui emmerdent Merkel !

Le Parisien Liberal a dit…

you don't like ? don't watch ! ;-)

Jm Jundt a dit…

Barbier au lycee c'était j'en suis sûr le fayot du prof. au 1er rang, le petit rapporteur,bref un con.

Jm Jundt a dit…

Barbier au lycee c'était j'en suis sûr le fayot du prof. au 1er rang, le petit rapporteur,bref un con.

Le Parisien Liberal a dit…

meilleur moyen de lui faire faire fermer sa g***** et faire mettre la clef sous la porte à son journal : ne pas le lire.

omer a dit…

La parité progresse dans toutes les institutions, sauf dans celle du mariage où cette notion est vivement attaquée depuis quelques temps...

Arthur Hache a dit…

Non. Globalement, la presse allemande se régale aussi des histoires de Hollande et ses femmes.

En réalité la presse du monde entier en parle.

Il n'y a qu'en France ou la bobocratie de gôche essaie de nous faire croire que tout ça n'existe pas et qu'on a un vrai gouvernement.

Heureusement qu'il leur reste Sarkozy.

Arthur Hache a dit…

Ah bon? Vous situez la discussion politique sur ce blog au niveau lycée? Moi j'aurai dit collège...

lyly a dit…

Evidemment il a eu le droit à un splendide "C dans l'air" hier soir pour se justifier. D'ailleurs comme tous les autres intervenants étaient des femmes (incroyable!), Yves Calvi ne s’adressait quasiment qu'à Christophe Barbier en premier (et totalement pour les questions sms, c'est vrai quoi on est déjà bien gentil d'inviter des femmes, on va pas quand même pas leur donner autant la parole qu'aux hommes).
Et le sieur de toujours pas comprendre que de parler de problème d'autorité avec Angela Merkel et Cécile Duflot parce qu'elles n'étaient pas du même avis que lui et qu'il n'avait pas réussi à contraindre ces femelles était un propos machiste (si cela avait été des hommes, cela aurait été une différence de point de vue, pas un problème d’autorité)

seb musset a dit…

@lyly > Oui c'est le redoutable théorème de la boucle média. Toute critique de Christophe Barbier aboutit inexorablement à encore plus de Christophe Barbier sur les écrans.

Anonyme a dit…

Évidemment les pauvres petits tas de fientes libérales, le sexisme, ca leur passe carrément au dessus. Leur niveau de réflexion étant bien trop bas pour décoller de la fange dont ils sont faits. :-D