jeudi 23 février 2012

Assommer l'assistance d'assistanat

Hier soir sur France2, dans un nouvel effort pour diviser les français, en promettant de payer un peu (mais vraiment un peu) plus les pauvres avec l’argent des plus pauvres (selon le fameux théorème : "c’est de la faute du mec à 900 si celui à 1000 ne gagne pas 1200, comme cela ça leur évite de réaliser qu'ils vont tous les deux finir à 0" établi par les plus grands théoriciens du foutage de gueule) notre président-candidat, à la pêche aux nouilles, a encore parlé à deux reprises d'"assistanat".

Je suis comme lui. Je n’aime pas ce mot. Pas pour ce qu’il est censé représenter (à la fois une masse menaçante de parasites, un mécanisme favorisant la paresse et un gouffre à thunes responsable des malheurs du monde), mais juste pour sa forme. "Assistanat" sonne comme une maladie vénérienne hautement contagieuse, résultats d'un abandon coupable dans le vice. 

Là où l’on devrait parler sans détour d’"assistance" (même sans entrer dans le détail des multiples mécanismes de solidarité dont chacun peut, et va, bénéficier à un moment de sa vie), la droite néolibérale a opté pour le martèlement d'un vocable dévoyé de son sens initial désignant la fonction d’un assistant. 

L'usage mot "assistance" poserait problème à la droite. Il le replacerait au coeur d'un de ses paradoxes (une des lignes de clivage entre réactionnaires et libéraux que la droite tente au contraire d'unir). Comment valoriser, plus ou moins explicitement, les valeurs chrétiennes et les racines catholiques de son électorat, tout en éradiquant des mécanismes d'assistance (ce qui est la feuille de route de notre Glorieux) alors que ce mot, à l'instar d'une bonne douzaine de ses synonymes, est plus ou moins encore attaché à la religion ? 

"Assistanat", vocable tampon, permet également d'éviter d’utiliser directement les termes "paresse", "profiteurs" ou "abus", mais tout est dans le non-dit. Avec son usage répété, le mot générique et  chargé d'un nouveau sens, diffuse lentement l'idée qu'il y'a déviance là où il y’a simple mise en œuvre de la solidarité (preuve à mon sens de la grandeur d'un pays). Bref: faire le bien c'est le mal. Et le mal est une maladie qui nous détruit à petit feu. Éradiquons les malades, pour nous sentir mieux. CQFD de "La France forte".

Comment expliquer autrement qu'un mot qui désignait un poste d’auxiliaire en vienne à devenir un marqueur de stigmatisation, régulièrement jeté en pâture au JT par un Président censé unir son peuple? 
J'ai connu mon président plus audacieux. Il y'a bien d'autres populations s'abandonnant aux mécanismes déviants à stigmatiser. 

On pourrait parler de la salariose. Il faut en finir avec ses salariés sous-productifs, confits dans leurs habitudes pépères de RTT et ne travaillant que 35 heures par semaine.

Et que dire de la locatite? Il faut en finir de ces pauvres qui refusent de s'endetter sur 30 ans pour devenir propriétaire d'un 40m2 et qui bloquent la croissance des banques et de Bouygues.

Quoi de plus désastreux que l'écoliqueIl faut en finir avec ce système d'enseignement pour tous quasi gratuit. Une instruction, ça se mérite.

Sans parler du péril des périls: le prurit retraital. Il faut en finir de cette multiplication des retraités payés à rien faire. Une retraite, ça doit se mériter chaque jour de la vie. Allez hop, des travaux d’intérêts généraux pour les plus de 62 ans. Et  M'sieur Pujadas à 79 ans on est encore jeune, on peut facilement cumuler des petits boulots.

Je te laisse chercher ces nouveaux éléments de langage pour aider Le Glorieux dans sa campagne du clivage, de la redondance des promesses déjà trahies dix fois, des valeurs pour cacher le bilan et des stigmatisations avariées. Laisse tes propositions dans les commentaires. Nous transmettrons.

Pour ma part, en bonne tumeur de la compétitivité française[1], je repars en vacancer


[1] def: humain qui a besoin de se reposer.

13 commentaires:

Mike Hammer Papatam Andropov a dit…

Excellent billet ! (en plus il va dans le même sens que mon commentaire chez Nicolas)

sivergues a dit…

Bernanos écrit :( Pour rencontrer l'espérance il faut être allé au-delà du désespoir. Quand on a vu jusqu'au bout de la nuit on rencontre une autre aurore ). Pas la moindre chance avec les animaux gris qui ravagent la planète : rat, souris, moineau,moustique, l'homme occidental ?

Claribelle a dit…

C'est comme avec les écolochieurs, ça suffit comme ça !

Brassus a dit…

Stop à l'assistanat patronal, stop aux subventions à dassault qui ne prend pas la peine de chercher à vendre ses rafales puisque l'armée française est obligé de lui en acheter et que c'est notre président qui fait le VRP pour lui aux frais de la nation. Il y a à mon avis plus d'assistanat patronal que d'assistanat populaire.

Brassus a dit…

erratum : l'armée française est obligée....

Anonyme a dit…

http://www.liberation.fr/politiques/01012391726-quel-est-le-patrimoine-des-candidats-a-la-presidentielle

Hors sujet mais peut t on m'expliquer comment arrivent ils à payer aussi peu d'impôt ?

Hollande -> 5217 € pour 8300 € brut de salaire mensuel
Le Pen -> 1746 € pour 6200 € mensuel
Pas d'info sur Sarkosy ni Melenchon

Avec ma femme on arrive à payer 6000 € d'impôt en ayant 5000 € mensuel à 2 en moyenne.

pupuce a dit…

anonyme du dessus : méga problème de riche. subventionne un pauvre, t'auras une niche fiscale.

seb : owi owi cancérisons la machine, métastasons, croissons et multiplions, même, c'est de la résistance populaire que naîtra le caillou dans l'engrenage.
^^

(je m'en retourne cancériser aussi, même en bouffant des patates c'est meilleur que tout le reste)

Anonyme a dit…

Merci pour cette intéressante analyse sémantique. Orwell aurait peut-être apprécié. Les mots sont importants, ne l'oublions pas. N'oublions pas non plus notre devise et les trois mots qui finissent en "té". Ces mots aussi ont un sens, bien différent de Travail, Autorité, Responsabilité, Famille, Patrie. (notons que ceux qui ont les plus grands pouvoir sont ceux qui échappent le plus facilement à leurs responsabilités), mais les ficelles sont bien grosses et les Français bien trop intelligents. Indignons-nous et soyons solidaires car comme le disait un jour quelqu'un : ensemble, tout devient possible. Vivement qu'on soit libéré du monarque. Ca commence vraiment à bien faire.

Anonyme a dit…

encore un billet pertinent merci pour ces lignes et bonne contin signée une assistée qui taf à véolia en attendant de trouver un logement!!! ironna

Claribelle a dit…

Réponse à Anonyme de 15h31

Pour Le Pen, les 1746€ d'impôts sont mensuels soit 20952€ annuels !
(On peut supposer que Mélenchon, également député européen, paie les mêmes impôts).

Pour Hollande, malgré ses 8300 € mensuels, entre la partie "indemnités" non imposable et quelques niches fiscales bien choisies, il ne paie a priori que 5217€ par an !
Bayrou paie à peu près la même chose avec 3000€ de moins par mois.
On aimerait connaître ce que paie notre président avec plus de 18000€ mensuels bien que nourri, logé, blanchi !

Pourritures d'Occidentaux sois disants éclairés et évolués a dit…

" owi owi cancérisons la machine, métastasons, croissons et multiplions "

Je vous rejoins sur ce point chère précaire assistée, tout aussi cancérigène que vous soyez, et tout aussi Infecté que je le suis, nous sommes des cancers, qui tôt ou tard reviendront.

Comme des sournois après la chimio libérale tina. Les cancéreux du rsa vont devoir faire des travaux d'intérêts généraux. Bientôt ce sont les cancers-humains retraités, après pourquoi pas les cancers-humains-enfants qui passent leur temps qu'a s'amuser à l'école, et puis les cancers-humains-handicapés mentaux.

Ce n'est pas temps sarko qui est a blamer que ceux qui acquiescent ses idées débiles pour toujours plus stigmatiser les pauvres. J'en connais et je suis obligé de les fréquenter.

Certains veulent la merde. Ils vont en bouffer en sens propre. Évitez les restaurants dans toute la France les larbins du libéralisme et autres grosse merde de droite, on sait jamais, un précaire islamo-soviet-sidaïque pourrait bien vouloir partager un peu de lui même avec un courageux travailleur de la france forte. Droitards de merde, bouffeurs de merde.

cybfil a dit…

Bravo Seb....
et que dire de la "fumorite", cette gangrène qui a vue le jour après l'interdiction de cloper en lieux public... Les entreprises perdent de précieuses heures de rendement...!!! Faut Taxer l'esclave qui clope pendant le boulot!!
Pace Salute fil.

BulletinSecret a dit…

J'ai découvert ton blog il y a peu de temps et des billets sont de très bonnes qualités et pertinents.

Sur mon blog, je vais essayer de synthétiser le revenu des candidats et leurs impôts payés !