mardi 28 décembre 2010

Le noël du fan et du naïf


C'est noël, le fan et le naïf se retrouvent au pied du sapin avec un verre de vin chaud et, même si c'est un peu tôt, des voeux d'alternance pour 2012 plein la tête.

Le Fan lui tend un paquet-cadeau. 

LE FAN
- C'est pour toi.

LE NAÏF (déballe son paquet rose)
- Oh merci c'est gentil... Bon à propos, DSK se présente ou pas ?

LE FAN
- Plus il se présentera tard, mieux ce sera. S’il quittait la présidence du FMI maintenant, Le Monarque utiliserait cela contre lui : « déserter en pleine crise, c’est irresponsable !».

LE NAÏF
- En même temps, comme tout le monde le lui reproche... d’être au FMI.

LE FAN
- Je sais... c'est un sale boulot mais quelqu'un doit s'y coller. Les gens oublient qu’il n' y est pour rien. Ce sont les pays qui décident comment appliquer les plans de rigueur. 

LE NAÏF
- Ouaip, va faire voir ça chez les Grecs tu seras bien accueilli… 

Le naïf a enfin déballé son paquet : un manuel d'initiation.

LE NAÏF
- Oh  ! "Bluff, gains et martingales : tout savoir sur le poker". Merci man, je ne joue pas mais c'est sympa... Tiens j'ai ça pour toi.

Le naïf lui tend à son tour un livre dans un paquet rouge.

LE NAÏF 
- Tu sais ce qu'on dit... Il attendrait d'en savoir un peu plus sur la tournure des évènements en Europe pour se présenter ou non, parait que y'aurait des effluves de fromage qui pue dans la clim' des agences de notation. En attendant, partout où je vais, on me parle chômage, obscénités salariales à la hausse et à la baisse, intolérables situations de mal-logement et, malgré les déceptions passées, flotte encore l'espoir que les socialistes se mobilisent sur ces sujets. Même si je ne te cache pas que leur attitude au moment et après la bataille des retraites est... déconcertante. Tu sais, c'est marrant : les mêmes me parlent de plus en plus de Mélenchon.

LE FAN (déballe son paquet rouge, probablement un livre)
- Oui, oui Mélenchon...  Les électeurs du Front de Gauche se reporteront sur le candidat socialiste au second tour. Toi aussi tu y viendras. La détestation de l'autre est plus forte que toi.  Il est drôle  Mélenchon à demander si on appellerait à voter pour lui au second tour : ça n'arrivera pas.

LE NAÏF
- Le mépriser ouvertement comme cela : en plus de prendre en otage ses électeurs, c'est leur indiquer que les socialistes ne bougeront pas d’un cheveu la ligne actuelle...  Autrement dit : pourquoi s’embêter à ne pas décevoir la gauche alors qu'il y a tant d'électeurs de droite à récupérer ? Pas mal le calcul.

LE FAN
-  Il a le beau jeu Mélenchon. Il a compris un truc : l’époque est porteuse pour celui qui joue la carte des "petits contre les gros". Il est brillant, mais ça manque un peu de sérieux tout ça, m'enfin. 

LE NAÏF
- Oui, tu as raison les gens sont chiants avec leurs revendications, leurs injustices, leur colère toussa.

LE FAN
- On ne dit pas les gens. C'est du populisme. Les gens, ils aimeraient bien que l’on augmente les salaires mais ils le savent que c'est impossible. Où trouverait-on l'argent ? Ils sont raisonnables les gens. T’inquiètes, quand il se présentera y’aura des surprises de gôche pour les gens.

LE NAÏF
- Ah… donc DSK va se présenter.

LE FAN
- Ah euh mais non… ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit.

LE NAÏF
- Et internet ? Tu sais qu'il est encore plus détesté que Le Monarque sur Internet ?

LE FAN
- Oui mais les attaques sont grossières… Notre homme est la meilleure défense anti-Monarque. Il ratisse large au centre et c'est ça qui compte.

LE NAÏF
- Et l’extrême droite, t’y as pensé ?

LE FAN
- Si le FN monte, c’est surtout un problème pour la droite.

LE NAÏF
- T’es bien sûr de toi. Tu n'as pas peur que… 

LE FAN
- Aucun risque. Au fond les gens se moquent de la politique et de qui sera le candidat socialiste

LE NAÏF
- C’est vrai. Ce qui compte c'est de les persuader qu'il ne peut en rester qu'un.  Et puis l'important c’est le programme hein… D’ailleurs le programme…

LE FAN
- Bah… euh… ça se construit…

LE NAÏF
- Comme le candidat quoi...

Le fan termine de déballer son cadeau.

LE FAN
- Oh les mémoires de Jospin en coffret deluxe avec miniatures intégrées de l'urne, de l'isoloir et du bulletin de vote non utilisé ! Merci.... fallait pas.



3 commentaires:

Tassin a dit…

Ça faisait longtemps que je m'étais pas senti si "Naïf" !

MHPA a dit…

Le réaliste :
- Mal barrée (ou engagée d'une façon déroutante), cette histoire !

BA a dit…

Les contribuables sont des cons.

Démonstration :

WikiLeaks 17/03/2008 : "Le problème actuel est l’insolvabilité des banques".

En mars 2008, six mois avant la crise, le gouverneur de la Banque d’Angleterre savait que les banques étaient en situation d’insolvabilité.

La méthode qu’il préconisait pour tenter de résoudre le problème a été suivie à la lettre.

Un des télégrammes dévoilés par Wikileaks concerne la situation financière des banques au mois de mars 2008.

Soit six mois avant la crise financière de 2008.

Vous trouverez le document en question à la fin de ce billet.

Il révèle que le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, savait que les banques étaient dans une situation d'insolvabilité certaine, pour ne pas dire totale.

Pour y remédier il prônait deux actions conjointes : tout cacher aux yeux du public, et refinancement des banques par les États.

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/wikileaks-17-03-2008-le-probleme-86409#commentaires