samedi 14 août 2010

La loi c'est bon pour les autres


On appelle ça la gagne. Christian Estrosi, l'auto-proclamé 'ministre des ouvriers" pour qui « la pause c’est de l’action », pour qui le prix du timbre "ça dépend", qui met du Q au service public, pour qui seul Eric Besson pouvait empêcher l'invasion de la Pologne en 1939 et qui, récemment, propose de réindustrialiser la France avec 25 emplois, vise le ministère de l’intérieur dans le prochain gouvernement.

Il brandit la flamme estivale du marketing sécuritaire de son président mêlant provoc' et hiérarchie entre bons et mauvais français. D’autant que localement ça ne peut pas lui porter préjudice : Le ministre pour qui le non-cumul fut un sacerdoce de courte durée est également Maire de Nice, ville la plus vidéosurveillée de France.

Dans une interview au JDD, le voilà donc qui veut sanctionner financièrement les villes n’appliquant pas les lois sur la prévention de la délinquance et l’absentéisme scolaire.

"Il est temps de former une équipe de France de la sécurité où enfin tous les maires assument pleinement leur responsabilité aux côtés de la police et de la justice".

"Les municipalités en infraction devraient avoir aussi l'obligation de publier tous les mois un observatoire de la tranquillité publique et, sous peine de sanction, de mettre à jour régulièrement leur CLSPD, le contrat local de la sécurité et de la prévention de la délinquance".

"Ceux qui ne s'y conformeront pas seront hors la loi".

Soit.

Précisions qu’il s’agit ici essentiellement d’un fichage. L’état sarkozyste, soumis à sa contradiction interne de réduction des effectifs dans la fonction publique, ne peut être partout. Il s’agit donc aux écoles et aux municipalités de faire remonter les listes de déviants. En cas de rafle, l’efficacité il n’y a que ça de vrai ! D’autant que les caméras de télé doivent être là une bonne heure avant pour la balance des blancs.

Mais bon, ne soyons pas un mauvais patriote et ayons l’estrosique soucis du respect des lois de la République. Comme lui, j'estime que c'est primordial pour une vie en société et le respect mutuel des petites gens et de leurs élus.

Il existe une loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain dite SRU qui, entre autres, oblige les communes de plus de 3500 habitants à la mixité sociale avec obligation d’un pourcentage de 20 % de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants.

Seulement voilà, à Nice le logement social représente 7.1 % du parc urbain. Voilà qui fait désordre pour une ville classée en mai dernier numéro un au top du mal-logement français. Alors, je sais que tout bon maire de droite (et malheureusement c'est loin d'être une spécificité de la droite, la deuxième ville étant Paris) aura une tonne d'arguments sur le fait que l'on "manque d'espace", que l'on ne peut rien contre le foncier et qu'un joker législatif sous forme d'article permet de se soustraire à ces obligations moyennant une amende représentant une goutte d'eau dans la fiscalité des communes fortunées, bizarrement les premières concernées. C'est souvent la seule hausse d'impôt dont les riverains s'acquittent sans rechigner[1].

C.Estrosi est à la pointe du concept de ghetto-ville ultra-sécurisée pour riches. La misère étant progressivement rejetée depuis des années hors des fortifications par la pression foncière (et son pendant : le désir d'"avoir plus grand à crédit" des classes moyennes appauvries), on pourra de plus en plus aisément pointer du doigt tout ce bas-monde là pour sa violence et son manque de civisme suivant les échéances électorales et les faits-divers du moment.

Encore faut-il correctement les ficher.

C'est donc dans un esprit de fichage, parce que la société est de plus en plus aléatoire et risquée dans les secteurs du logement et de l'enrichissement des ménages, (insignifiants aux yeux qui ont déjà des richesses et plusieurs habitations) que je fais remonter l'information :

Le maire-ministre ne respecte pas la loi.[2]


[1] et c'est ainsi qu'en guise de logements sociaux, on retrouve dans les villes les plus riches des appartements pour malades d'Alzheimer qui, pour leur confort, ont grand besoin d'habiter au milieu des zones d'activité là où le foncier est le plus élevé et où ils disposeront d'une surface réduite.

[2] Même si au passage, je précise que cette loi est maladroite car permettant aussi la ghettoïsation. Pour une véritable mixité sociale, il faut que chaque immeuble et chaque zone pavillonnaire aient un quotta obligatoire de maisons ou d'appartements à loyer modéré.

10 commentaires:

des pas perdus a dit…

C'est le digne héritier d'un ancien ministre de VGE et ancien de Nice, un certain Jacques Médecin...

facouille a dit…

Cela ne s'arrête pas là, les services de M. Estrosi mettent aimablement à disposition le futur PLU à des sociétés privées. Celles ci peuvent alors spéculer tranquillement sur les terrains qui seront constructibles, le PLU étant connu d'eux seuls.
L'accès est assez simple, via une URL que je n'ai malheureusement pas...

madame.b a dit…

"Pour une véritable mixité sociale, il faut que chaque immeuble et chaque zone pavillonnaire aient un quotta obligatoire de maisons ou d'appartements à loyer modéré".

Et aussi de logements accessibles/équipés pour les handicapés.

tueursnet a dit…

Balle de 2012

On ne comprendra jamais rien à nos mythomanies, si on ne fait pas appel à la mythologie.
La réalité est un poison. Le remède c’est l’imagination.
Nous sommes toujours déjà en 2012 et au lieu de confier notre destin aux mêmes pantins, on va faire appel à un seul et unique électeur :
Le président de la République actuel pour désigner lui-même son successeur.
Il y aura trois prétendantes au trône, trois déesses pour convaincre son altesse.
Héra : déesse de la puissance
Athéna : déesse de l’intelligence
Et Aphrodite : déesse de la délivrance.
On aura droit grâce à la bonne volonté de notre Roi à un débat télévisé entre les trois, diffusé en direct sur tous les continents.
Le moment venu, chacune revêtue de ses plus beaux atours va laisser tomber son masque et montrer son vrai visage pour dispenser sa majesté de tout vilain discours.
Héra, c’est Martine.
Athéna, c’est Marine.
Et Aphrodite c’est Marianne sous les traits de Jean-François Kahn.
Et après avoir longuement médité sur l’avenir qui attend les français, notre président se lève, et au lieu de trancher, décide de se retrancher… déchire sa pièce d’identité et renonce une fois pour toutes à sa nationalité !

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%202012

Rafo a dit…

De quoi il se mêle celui-là ? Il n'a donc rien à gérer dans son cabinet, qu'il a besoin d'empiéter sur les plates-bandes d'Hortefeux ?

Ah mais c'est vrai, il n'a aucun pouvoir. Les décisions qui concernent l'industrie (enfin le peu qu'il reste) en France sont prises à Bruxelles. Idem pour l'agriculture, les finances, la santé, etc...

Du coup, ben le gouvernement se recentre sur le seul domaine sur lequel son pouvoir n'est pas (encore) entre les mains de la Commission Européenne : la sécurité intérieure. Et là, on peut dire qu'ils y mettent tous une énergie et un zèle des plus virulents. On a pas fini d'en bouffer de la délinquance et du fait divers en une de la presse (ça, c'est à l'attention des retraités qui votent UMP), de la sanction pour ceci ou cela (ça, c'est à l'attention de tous les autres).

Je n'attends plus rien de cette classe politique qui ne fait rien parce qu'elle ne peut rien faire, ayant tout abandonné à Bruxelles et remuant les bras pour faire croire qu'elle peut faire quelque chose.

Ils font semblant. C'est une véritable comédie qui devient de plus en plus insupportable.

Je n'ai jamais vraiment eu d'élan patriotique, que je trouvais un peu ringard mais là ça commence vraiment à me chauffer les oreilles de voir à quel point la France ne sert plus que de paillasson à Bruxelles et à Wall Street, avec la complicité de gouvernements successifs qui se laissent piétiner et qui, pour ne pas perdre la face, tapent très fort sur les plus vulnérables, les désignant coupables de tous les maux de la société.

BA a dit…

Une nouvelle casserole pour Eric Woerth ? Cette fois, ce serait la déclaration de revenus...

Le ministre du Travail semble traîner une nouvelle casserole.

En 2008, en pleine campagne municipale à Chantilly, Eric Woerth sollicite auprès d'une banque un prêt de 6.500 euros sur huit mois. Jusque-là, rien d'anormal.

Parmi les documents demandés par la banque : une déclaration de revenus. Et c'est là que ça coince.
Le ministre (qui s'occupait alors du Budget) "n'a pas déclaré d'impôts sur le revenu", assure Médiapart.

Eric Woerth "a certifié gagner seulement 3.000 euros par mois, et avoir comme revenu disponible à peine plus de 100 euros mensuels", ajoute le site Médiapart qui a pris sa calculette et estime qu'entre son salaire de ministre et ses indemnités de maire, Eric Woerth touchait "au moins 16.000 euros par mois".

On est donc loin des 3.000 euros par mois qu'aurait déclarés le ministre-maire.

La banque étudie alors le dossier du ministre et en déduit qu'il "dispose pour lui-même de 112 euros par mois pour vivre", selon Médiapart.

L'établissement n'ira pas plus loin dans ses recherches et accordera sans problème l'emprunt demandé.

[...]

Mais, m'objecterez vous, on est en janvier 2008, il doit parler de ses revenus de 2006, quand il n'était pas ministre !

Et quand bien même ce serait le cas, il y a quelque chose qui "ne colle pas".

En effet, non seulement, Éric Woerth perçoit 2.400 euros par mois en tant que maire de Chantilly, depuis avril 2005, mais il occupe, du 19 septembre 2005 au 19 juillet 2007, le siège de député de la 4ème circonscription de l'Oise.

Et, à cette date, jusqu'en 2007, un député percevait 5 257,78 euros par mois, plus 157,73 euros d'indemnité de résidence, plus 1 353,88 euros d'indemnité de fonction défiscalisée.

Donc, en admettant qu’Éric Woerth se soit basé sur ses revenus de 2006 pour faire sa demande de prêt, il aurait dû déclarer plus de 10 000 euros de revenus mensuels, non ?

Pourquoi ne déclare-t-il que 3000 euros ?

Et comment, en gagnant plus de 10 000 euros mensuellement, peut-il être non-imposable ?

Source : Le Post.fr

Monsieur Poireau a dit…

Mais selon quel principe faudrait-il qu'un ministre applique la Loi ? Il est bien au dessus de cela, voyons !
:-)

BA a dit…

Woerth et le Crédit agricole : Mediapart persiste et prouve.

Eric Woerth et le Crédit agricole ont remis en cause l'exactitude des documents publiés par Mediapart, et qui montrent qu'en 2008, le ministre, candidat aux municipales, avait fait une fausse déclaration sur ses revenus et ses impôts lors d'un emprunt sollicité auprès de sa banque.

Mediapart maintient ses affirmations, publie les documents qui font preuve et précise comment il les a obtenus.

http://www.mediapart.fr/journal/france/160810/woerth-et-le-credit-agricole-mediapart-persiste-et-prouve

BA a dit…

Pour lire la demande de prêt d'Eric Woerth, le document est à cette adresse :

http://iledere.parti-socialiste.fr/2010/08/16/quand-eric-woerth-declarait-a-sa-banque-vivre-avec-112-euros-par-mois/

On peut lire :

" Total revenus : 3000 euros ".

" Revenu disponible après impôts sur le revenu par mois et par personne : 112 euros ".

BA a dit…

Eric Woerth dénonce sa «lapidation médiatique».

Eric Woerth nous a reçus samedi dans sa mairie à Chantilly (Oise). Dans son bureau ouvert sur l’hippodrome, il affiche une solide combativité. Reposé après une trêve estivale à Chamonix (Haute-Savoie), il prévient : « Je suis en forme olympique. » Mais il reste visiblement affecté par deux mois et demi d’attaques ininterrompues.

« C’est un peu une chasse à l’homme, comme il existe ici des chasses à courre. Sauf que c’est moi qui joue le rôle du cerf, commente-t-il avec une certaine résignation. Je suis un dommage collatéral des écoutes sauvages d’un majordome (NDLR : celui de Liliane Bettencourt). Je subis depuis deux-trois mois une sorte de lapidation médiatique assez impressionnante. »

http://www.leparisien.fr/politique/eric-woerth-denonce-sa-lapidation-mediatique-30-08-2010-1047658.php

L'Iran a Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort par lapidation.

La France a Eric Woerth.

Chaque pays a les martyrs qu'il mérite.

Woerth, tu n'as pas honte de parler de lapidation ?

Tu n'as pas honte par rapport aux femmes qui sont lapidées ?