lundi 9 novembre 2009

Le vent de la liberté (saveur pomme)

Malgré la crise secouant le bloc occidental, ces années-là les happenings révolutionnaires à dimension multinationale, répondant à la soif de consommation de peuples aux certitudes malmenées, se répandaient translucides et cubiques de capitale en capitale.

La rumeur enflait depuis des semaines, relayée par les stratèges du marketing. Dans la ville lumière l'ouverture serait prochaine. Ce n'était plus qu'une question d'heures.

Le second samedi du mois de novembre, Paris céderait à son tour au vent d'émancipation planétaire.

Bravant les risques de grippe A et les bourrasques glaciales, la veille au soir les plus épris de liberté convergeaient vers la porte du Louvre arborant tee-shirts et tatouages à la gloire du sauveur.

Vers minuit, au pied du mur, furent installées des barrières de sécurité. La foule se résignait de bonne grâce. Pas question de forcer les horaires ou d'outrepasser les règles marchandes : Tous en ligne ils attendraient. Tous en ligne ils feraient partie de l'évènement dont ils parleraient la gorge nouée à leurs petits enfants. Tous en ligne ils s'acquitteraient de l'objet par carte de crédit à débit différé. Une fois rentrés chez eux, tous en ligne, ils échangeraient leurs impressions sur cette exceptionnelle communion.

Les attachés de presse (qu'on appelait encore à cette époque des journalistes) se précipitèrent (comme ils l'avaient fait la semaine d'avant avec le block-buster post-mortem de Michael Jackson) pour interviewer les précurseurs du suivisme. Un tel engagement spontané de la part de la jeune génération se devait d'être gravé pour l'éternité de l'information continue à dominante publicitaire.

20 ans après, les témoignages n'ont rien perdu de leur intensité :

"- Heu, moi je viens pour le tee-shirt"

"- Steve Jobs, c'est mon dieu"

"- Bah moi, je suis là, parce que c'est unique quoi. C'est magique parce que c'est unique et parce qu'il faut être là."

"- On va enfin être un pays moderne en harmonie avec le monde."

"- C'est comme quand j'étais devant mon plasma pour le lancement de la TNT, je pourrais dire que j'y étais !"

S'en suivrait une longue nuit et une température proche de zéro particulièrement rude pour les nerds les plus frêles et les compagnes de geeks.

Vers 6 heures du matin, ils étaient plusieurs centaines.
Frigorifiés ou néophytes, tout le monde ne pouvait suivre la puissance référentielle des historiens de la marque. Et pour cause : Certains n'y connaissaient rien en informatique, n'étant même pas équipés des appareils labellisés par le régime à la pomme. Ils subissaient sans mot dire les anecdotes de rebootage, de migrations victorieuses d'OS et de suprématie du système. Même s'ils se contentaient d'un heil-pod d'il y a six mois, désormais totalement obsolète, ils resteraient fidèle à la marque et aux valeurs de transgression et d'élitisme qu'elle véhiculait.

"- Moi je suis là pour le tee-shirt gratuit à tirage limité." S'écriait l'un d'eux, tout fier, devant une camera retransmettant en direct ses ambitions révolutionnaires.

A 7h15, les vopommes à tee-shirt rouge chargèrent la foule pour l'encourager et la divertir, distribuant sucreries et cafés.

A 8h02, sous la pression populaire, les gardes reçurent l'ordre d'établir une première brèche dans le dispositif et un premier millier d'individus pénétra dans la pyramide de verre, anti-chambre illuminée : Purgatoire avant l'eden cube, et accessoirement porte d'entrée du plus grand musée de France.

La pénible attente de la dernière ligne droite fut trompée par de nouvelles discussions enfiévrées.

"- Houah t'as vu c'est Vincent Cassel !"

"- Et là-bas, les gars du Petit Journal : On va passer à la télé !"

10h00, le rideau de fer fut officiellement levé. Cohue générale. Les vopommes en rouge reçurent l'ordre du bouillonnant manager d'acclamer par des holas la foule libérée. Les tee-shirts publicitaires numérotés et empaquetés dans une pyramide en plastique furent distribués par les souriants sbires ornés d'Heil-pod.

Malgré les budgets faméliques, l'attente trop contenue se transforma en une frénésie d'acquisition de coques et de gadgets estampillés du logo fruité. Oubliée la pauvreté des références proposées, la foule, chien fou sans collier, achetait au prix fort tout et n'importe quoi, le plus souvent des produits manufacturés pour une bouchée de pain dans des sweat-shops loin des regards : Le gros du prix tenant aux frais engendrés par les campagnes publicitaires à l'origine de l'hystérique matinale.

Très vite, à l'instar des autres succursales bondés de la marque, régnait dans l'heil-boutique une étouffante condensation concentrationnaire à couper au couteau. Encore plus vite, ceux qui avaient attendu toute une nuit devant le mur, attendraient encore aux caisses. Telle était leur destinée, patienter pour le produit parfait à bel emballage.

La nuit tombait, ils sortaient du magasin d'empire avec leurs heil-sacs génériques. Fatigués, meurtris mais victorieux, les supporters s'écrièrent d'une seule voix:

" - Le PC c'est ringard !"

Ils étaient heureux. Le manager encore plus :

"- Tant que les cons se comportent comme des crétins, on a pas fini de se faire des marges d'enculé."

C'était il y a 20 ans, le 7 novembre 2009. Ce jour marquait d'une pyramide en plastique blanc remise en vente dans l'heure sur le réseau, la chute des utopies.

22 commentaires:

dedalus a dit…

tu sais quoi il y a pire. par exemple cet abruti qui pour ettoyer so clavier utilise u peu de lave-vitre pour que ça aille plus vite. résultat deux touches mortes. pas grave il a etedu dire qu'u apple store avait ouvert à Paris. va aller s'acheter le ouveau clavier bluetooth. marrat ça faut faire la queue pour etrer. ties lui refilet ue pyramide e carto avec u t-shirt dedas. merde pas ecore reçu le ouveau clavier. ha c'est aujourd'hui l'ouverture du store. était passé à travers l'ifo. au mois il est joli le t-shirt.

mais saurez-vous deviez quelles touches de so clavier sot HS... et qui est l'abruti

;-)

Nicolas a dit…

Tiens ! Un blog geek.

Mire a dit…

"Seb Musset, c'est mon dieu!"

Signé: Un fan d'Apple, mais encore plus épris de liberté

Anonyme a dit…

...se répandaient sous forme translucide...

seb musset a dit…

Merci pour la faute... Tapé dans l'urgence (PC bien sur)

Rafo a dit…

On assiste à peu près à la même chose devant l'entrée, puis dans des Galleries Lafayette lors de l'ouverture d'une période de soldes.
Et à part ça, la crise, c'est pas plutôt dans la tête ?

Gwendal a dit…

Je me demandais ce qui pouvait m'envoyer tant de monde... Je comprends mieux maintenant.
L'analogie est savoureuse mon cher Séb. Sissi, je goutte !

Le coucou a dit…

Marrant, navrant… Heu… j'ai un mac… et, heu… toutes les touches marchent, chez moi (mais je ne cherche pas à nettoyer). :-))

Monsieur Poireau a dit…

Ça marche avec toutes les fêtes consuméristes, les mêmes images de pingouin le jour J des soldes. La société de marché, ne l'oublions pas est le paradis des commerçants !
:-))

[Cela dit, on peut acheter du Mac ailleurs et c'est une très bonne machine !!! :-)) ].

abdel.h a dit…

Pas ma le "coup de gueule" contre Apple, je partage entièrement ton avis Seb et d'ailleurs même au niveau ils n'ont rien d'innovant, tous ce qu'ils font au final c'est du marketing et de la surtaxe pour des produits passables.

Hors sujet sinon, je suis tombé sur ce lien durant ma lecture du soir. Un peu de fraîcheur sur France2 (pour une fois...), respect à M. Francois Cluzet.

http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=24200

Peace.

@++

Océane a dit…

Oui, on peut facilement le réarranger pour la sortie de Harry Potter 12, ou de la PS8, c'est exactement ça: donner de la légende marketé à prix de ouf' pour un peuple en délire qui croit acquérir l'unique !

Anonyme a dit…

re le sinistre

Après tout, l'iphone est fabriqué en Chine, amis c'est marqué dessus "designed par apple" ! Perso j'en ai pas, ce bidule, on dirait un rasoir électrique...

Tout ces gens vont s'en doute pleurer quand les banques feront ce que les banques américaines font en ce moment : augmenter leurs taux d'intérêt sur les découverts, els cartes de crédit, que tu payes en retard ( 30% !) voir à l'heure...

en ce moment, y a pas trente six choses à faire : arrêter de dépenser pour des choses d'une utilité douteuse, et thésauriser dans les matières premières (argent pour les pauvres, or pour les riches)

seb musset a dit…

@Oceane > tu as bien compris qu'il ne s'agissait pas d'une attaque de Mac, mais bien d'une critique de comportements addictifs de chacun d'entre nous prompts à gueuler sur les injustices mais qui nous soumettons de bonne grâce aux produits, aux logos, à l'idéologie, d'entreprises de macs'.

Anonyme a dit…

Moi je me suis acheté un blouson hier à BABOU bin il est trop bien!!!

Anonyme a dit…

comme tout cela est lourd....

Anonyme a dit…

C'est comme le fait de commander un cd ou un dvd sur "à ma zone" 6 mois avant sa sortie.
Jamais compris le but....Même les animaux ne font pas des trucs aussi cons. Ils ne font rien de con d'ailleurs.

Un autre Séb.

schteff a dit…

@Rafo > Oui, on a déjà vu des comportements identiques lors de l'ouverture des soldes. A la différence près que la motivation première n'est plus la recherche de LA bonne affaire, qui reste quelque chose de concret car directement relié à notre porte-monnaie. Qu'est-ce qui a donc bien pu motiver tant de gens (Plus de 10000 personnes, ai-je lu quelque part ???) à venir braver le froids pendant des heures pour quelque chose d'aussi insignifiant que l'inauguration d'un magasin ? Les allusions à la religion ne manquent pas sur la toile...

Anonyme a dit…

Thought the same :

http://www.youtube.com/watch?v=CZGIn9bpALo

http://www.youtube.com/watch?v=WL2l_Q1AR_Q

Hakim

Cioran a dit…

Je ne vois qu'une solution : napalm.

Lechuck a dit…

Aujourd'hui oser la différence Apple est considéré comme un anti-conformisme. Porter un jean's slim l'est également...

ma grosse paluche a dit…

Quand je vois ces images ...

ça me rappelle cette foule qui s'était précipitée avec la même frénésie aux portes d'Eurodisney il y a une vingtaine d'années.

ça me rappelle ces images qui passaient au JT il y a plus de vingt ans, où on voyait
des milliers de "fans" dégénérés dormir dans des sacs de couchage devant les FNAC pour acheter le dernier opus de Mickael Jackson en prime time.

ça me rappelle ces millions de personnes qui se sont bousculées dans les premiers macdo français...

ça me rappelle ces crétins qui s'agglutinaient devant les cinémas à chaque fois qu'un nouveau blockbuster ricain "chérie j'ai re-agrandi le bébé" était à l'affiche.

En une seule expression, ce que ce mouvement m'inspire c'est :

"Années quatre-vingt".

Et les années quatre-vingt, c'est ... ? c'est ... ? c'est quoi ?

...c'est ringard !

J'aimerais expliquer à la "génération Tapie" (celle des pré-trentenaires qui se croient dans l'axe de la modernité en essayant de revivre la jeunesse à papa), que justement, la meilleure façon de vivre avec son époque, aujourd'hui, c'est justement de chercher à fuir l'hégémonie du marché et surtout des grandes marques !

Lechcuk a dit…

Merci