vendredi 15 mai 2009

Hertz et la location des cerveaux


On vous l'a dit, on vous l'a répété, la crise c'est comme la TNT-HD : Faut s'équiper en conséquence, sinon vous n'allez plus recevoir d'images !

Gentil cadre de Hertz tu l'as bien compris. A hauteur de 2 sur 3, toi et tes collègues avez accepté de vous soumettre à la logique de l'entreprise en difficulté. C'était pas obligatoire, même pas fortement conseillé, limite interdit par la loi. Non non, il aura suffit de quelques beaux discours avec Kir et tapes dans le dos, la peur de la récession, de la perte du job et de la clochardisation et hop, tu as accepté de diminuer ton salaire de 7%. C'est beau tant de solidarité avec le marché.

(ci-dessous : Un cadre de chez Hertz apprenant sa baisse de salaire.)
Ton boss l'humaniste a dit : mais non en aucun cas il n'y a eu de chantage au licenciement.

Quand le micro lui fût tendu ta belle équipe de fayots a répondu : Oh bah si le patron s'est baissé de 25% on peut bien le faire de 7.

Bien sur en off tu admets connaître l'arithmétique patronale.

Soit A et X étant deux revenus distincts : A'pdg (même avec variable à -25%) = X'cadre par 1500².

Tu t'autorises à penser, pas trop fort au cas où ton cerveau serait sur écoute, que quand même ils abusent. Pas grave : Toi, le philosophe de la machine à café, tu n'es pas dupe. Mais bon à quoi ça sert de gueuler ? On risquerait de t'entendre.

Gentil cadre, tu viens de baisser ton froc au nom de celui qui t'exploite. Et le plus beau, c'est qu'il n'a même pas eu à te forcer la main pour te faire payer de ta poche cette solidarité corporate, à toi qui est prêt à dénoncer au 115 le premier SDF qui s'approche un peu trop près de ta Nissan jaune poussin (occase interne achetée -15% à ton patron, trop ta fierté).

Je ne t'en veux pas pour ce que tu es. C'est ainsi. Tu fais le bonheur d'M6 et même si tu m'accable, grâce à toi j'écris.

Non, je t'en veux pour ta couardise, pour cette exemple dégradant que tu montres aux autres, les experts en pwofitation qui avec des mous comme dans ton genre n'ont aucune raison d'arrêter leurs abus. Mais aussi aux salariés individualistes de ton acabit encore plus bas sur l'échelle des salaires, baisés éternels qui ne voient pas plus loin que le bout des programmes de Télé 2 semaines qui ne manqueront pas de subir le même baratin de solidarité bottom-to-top. Sauf que chez eux les conséquences seront bien plus douloureuses.

(ci-dessous : en avant-première la photo de l'employé du mois chez Hertz en Juin 2010.)

Et, surtout, je rage contre l'exemple que tu donnes aux plus jeunes dont le devenir salarial est encore plus "discount" que la bouffe dégueulasse de chez King-Beurk que, là aussi, tu acceptes de gober et de faire gober à ta famille, parce que bon c'est la crise (et qu'il faut que tu bien que tu économises quelque part pour te payer ces jeux de console qui te permettent de décompresser du stress du boulot sur ton plasma en revolving).

Et la, avant d'aller pointer, tu me réponds, fort de la bonne conscience de celui qui a la propagande gouvernementale avec lui :

- Ah oui mais Monsieur Musset, la conjoncture est dure. Vous ne pouvez pas comprendre, vous n'êtes pas salarié !

Dieu m'en préserve. Quand je constate les ravages que provoquent un salaire mensuel garanti sur l'imagination, l'estime de soi et les ambitions, je crains que ce ne soit pas avec ton genre de nigauds volontaires que la bataille pour une vie meilleure* se gagnera.

Bien sur gentil cadre de Hertz, malgré ta sottise, tu pourras quand même compter sur moi dans 6 mois, lorsque tu recevras à ta grande surprise ta lettre de licenciement en solidarité avec les marges habituelles de l'entreprise, et que tu auras besoin d'un coup de main pour séquestrer ton patron et hurler aux médias que vraiment c'est rien qu'un méchant !

(ci-dessous, une cadre de chez Hertz recevant son plan social. )

Pour ce qui est du labourage des cadres français avec leur consentement j'en ai parlé ici. Quant à la baisse généralisée des salaires qui pend au nez de tous les salariés s'ils ne s'agitent pas un peu plus au lieu de gueuler sur les syndicats, j'en ai parlé là.

* merde, pourvu que le slogan soit pas déposé par une manque de la grande distribution.

14 commentaires:

Bearimprint a dit…

Le problème n'est, effectivement, pas que la "direction" de Hertz est osée faire ce genre de proposition. La connerie (parce qu'il n'y à pas d'autre mots) est du coté des cadres et, comme le dis Seb, demain des simples salariés.

Suffit de laisser faire pour que toutes les entreprises s'engouffre dans ce genre de propositions.
J'en sais quelque chose puisque nos patrons (3 associés) nous on demandés, récemment, si nous étions prêt a que l'on nous baisse (baise, je dirais) les salaires pour garder tout le monde et éviter de mettre les derniers arrivés à la porte.

Bon, on est pas 3000 non plus et c'est vrai que lorsque l'on est un tout petit groupe c'est surement plus facile de faire bloc.

Donc la réponse à été claire et net: Niet.

Ah, je sais, aucune compassion pour nos nouveaux camarades... Mais yen a marre d'être pris pour des cons.
- Primo, si nos 3 associés baissais leurs prétention mensuels, il y aurait même de quoi embaucher.
- Deuxio, Ras le cul que l'on nous agite toujours les mêmes chiffons. C'est du même acabit que lorsque l'on veut nous faire avaler des lois liberticides. "Quoi ? vous n'êtes pas prêt à tout faire pour le bien de votre famille ?!!"
Et bien non, ducon, sinon demain ce sera quoi ? Une camera dans le cul pour être sur que je ne fait pas du trafic de drogue ?

Bref, cela en serait risible si ca n'affectait que hertz mais je crains la gangrène sous peu.

Et pour ceux qui se disent, encore, que ce n'est pas si grave, nous verrons bien dans quelques mois, quand ils se feront viré, et qu'il toucheront leurs indemnités à hauteur de leur dernier salaire (salaire amputé bien entendu).

Ma femme étant comptable, je peut vous assurer que c'est une des voie à envisager (C'est elle qui à remis les pendules à l'heure à ceux de mes collègues qui hésitaient, en se disant que ce n'était pas si grave).

Et si demain la boite ferme ?
Et bien elle fermera et on se démerdera autrement.

Baisser son froc n'apportera qu'une seule chose: Se faire enculer.

pilulerouge a dit…

Lisez ça, et vous comprendrez peut-être ce que le mot "solidarité" signifie pour une entreprise du XXIème siècle :
http://www.lesechos.fr/info/france/4860971-partage-du-profit-le-rapport-cotis-pointe-le-poids-croissant-des-dividendes.htm

Picchu a dit…

je sors encore une fois du sujet mais le bandeau "sarkozy je te vois" c'est de toi Seb ou bien ?

seb musset a dit…

un complot surement. ;)

seb musset a dit…

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090515.OBS6965/crier_sarkozy_je_te_vois_conduit_au_tribunal.html?idfx=RSS_notr&xtor=RSS-17

Vincent a dit…

En ce qui concerne la tag, on a trouvé les coupables..
Ce sont les anarchistes de l'ultra gauche nazi téléchargeuse de Bruel du post.

Je cite, à la fin de l'article "Sauf avec Dati!" Cela rime bien avec le nom taggé par ces derniers sur ce très respectable blog.

L'enquête est bouclée, dormez sur vos deux oreilles braves gens.

stephane a dit…

Toujours aussi justa dans l'analyse, mais quelle noirceur, pourtant tu as raison, c'est sa le pire !

chocolate a dit…

Hello seb'

J'adore tes trois dernières fictions .. Une odeur ironique lovecraftienne version : France embourgeoisée du début du siècle

kamil

Anonyme a dit…

Arf ! Je sors du sujet :
Marrant l'image subliminale à l'ouverture Mr Durden !


Outremeuh

hobiWANkenoBIT a dit…

Ca y est le règne des fourmis à (plus ou moins) forte bourse décline, l'exponentialisation, se logarythmise, et change de polarité, c'est le début du cycle descendant.

Comme dans tout cycle économique descendant, c'est la guerre. Une guerre moderne puisqu'elle est devenue psychologique, mais une guerre fait toujours des morts, c'est ce qu'on appelle "une purge naturelle du système". Celui qui a le plus beau tank survivra mieux, s'il ne se fait pas trop repérer par les radars (médias), enfin, comme ils lui appartiennent cela ne se sera pas trop difficile ... autant dire regardez à 2 fois celui que l'on vous montre à la tv (kerviel n'est pas votre lincheur mais bien le linché, par exemple), car c'est celui qui le montre qui se sert de vous comme arme grâce à son viseur. (special remix du proverbe "quand le sage montre la lune, sarko lui met un doigt" :))

Mathématiquement, c'était prévisible, il y a le temps en abscisse et la matière en ordonnée, la matière étant limitée, la croissance obligée (c'est nico qui le dit : c'est vrai un point c'est tout !) le plafond est vite atteint (capacité de production supérieure à celle de l'absorption). Alors, on peut jouer à trouver de nouvelles combines (subprime, consommation à crédit) afin de reporter dans le temps, mais cette chute était prévue, prévisible. La fin de l'histoire l'est aussi et si l'on se laisse faire, elle sera plutôt tragique.

M'enfin, après cette pseudo analyse nostalgique, prenons un peu de recul :

- pour qu'il y ait du mieux il faut du moins bien
- le système oscille
- quand le bas est atteint, on remonte
- quand le haut est atteint, (bon là je laisse finir :))

Conclusion 1 : nous sommes arrivés à une mauvaise place dans le temps et c'est à nous de nous battre pour nos enfants (tels les grands parents en 39 45 pour leurs enfants), reste à cibler contre qui (ça se fait au quotidien comme bien dit dans un billet ci dessus)

C2 : restez dignes

C3 : Réfléchissez

C4 : Agissez

C5 : continuez à télécharger ! (c'est déjà une bonne action)

C6 : Négociez tout (ne lâchez rien - comme dit dans la vidéo) cela n'aboutira peut être pas, mais le fait d'ulceriser les ennemis paie à long terme

C7 : Vous bossez en milieu productif, soyez improductifs. (quelques recherches sur le net s'impose afin d'apprendre les 100 manières de moins bosser :))

C8 : quand votre boss vous parle répondez lui systématiquement "mouais", effet garanti ! (sinon un petit "admettons")

C9 : Volez ciblé (le sabordage est légitime quand le commandant du navire fait ses choix contre le bien de son équipage)

C10 : Faites vous tatouer sebmusset.net sur le front :)

C11 : Faites du black

C12 : Arrêtez de fumer

C13 : Achetez le bouquin de seb (euh au fait pour mes 15%, seb, c'est toujours ok ?)

C14 : si vous bossez, soyez cool, ne vous énervez pas pour rien, cela pourra servir le moment voulu. Idem ne signez rien, contestez toute évaluation en écrivant "sous réserve" ou "évaluation intéressante malgré son incomplètude" (formalisez vous des garanties en prévision d'un futur entretien de licenciement)

C15 : mattez les vidéos de seb en continu, matin, midi et soir.

C16 ; commencez par demander à vos proches de mettre la main sur le coeur lorsque nico passe à la tv ou que son nom est évoqué, effet garanti sur ceux qui l'apprécient encore (force est de constater que ça en amène quelques uns à réfléchir)

C17 : n'oubliez jamais que ceux qui cautionnent sont au courant de votre situation et qu'ils savent que leur situation est dûe à la votre (complémentarité)

C18 : bon je retourne bosser... au black ;)

>> Jolies citations dans ces commentaires
>> Seb, ton dvd, à quand sur les news group ? (cf C5 et C6 :))

Avec une lichette de cordialité,

hobiWANkenoBIT

Ce message ne constitue pas une incitation à la violence et n'a de seul but que d'apporter une petite pierre à la réflexion...et bon, si y'en a un qui peut choper le dvd de seb et le mettre sur un ng ;)

Gwendal a dit…

Bonjour Seb !
Qu’avons-nous vu dans cette histoire ? Ni plus ni moins que l’utilisation d’un vieux truc qui est le transfert de culpabilité. Prenons une direction qui tient absolument à conserver les marges bénéficières de ses investisseurs… Celle-ci est consciente des effets de la crise sur lesdites marges et reste persuadée que de toute façon, tôt ou tard il faudra en passer par un dégraissage massif pour palier au problème. Plutôt que de procéder aux licenciements que la logique libérale leur impose, sachant que l’époque est à la grogne et qu’un mouvement social serait pire que tout, ils décident alors de faire croire à une partie du personnel qu’elle détient la solution… Et que si elle n’accepte pas un (petit) sacrifice, ceux-ci porterons sur leurs frêles épaules de cadre la responsabilité des licenciements à venir. Le cadre de base, soumis à la pression de ses subalternes (car lui la ressent vraiment, contrairement à la direction), ne peut alors que s’exécuter…
Mais en faisant cela, le pauvre cadre stressé, n’a pas conscience qu’il vient alors d’endosser l’habit du bouc émissaire… Car dans six mois, lorsqu’il faudra vraiment licencier à tour de bras et fermer des agences, le message de la direction sera alors : « Voyez ! Vos cadres ont fait un effort, certes ! Mais pas assez ! S’ils avaient consenti à un plus grand sacrifice nous n’aurions pas été obligés de nous séparer de vous ! Au revoir m’sieurs-dames !

La ficelle est pourtant grosse, mais il est difficile de refuser de s’y agripper.

Vincent a dit…

http://www.libemarseille.fr/henry/2009/05/-je-lance-en-pointant-lindex-vers-les-policiers-sarkozy-je-te-vois-.html

Anonyme a dit…

excellent et tellement vrai pour y avoir bosse ! jem le salarie de l an 2010 c est cela n est ce pas big chairman from usa ? et les moutons de cadres qui suivent a trappes ! honteux ! aucun n est couillu ! ts ont la trouille pas de happy end tt le monde au chomdu ds qq mois !

Anonyme a dit…

alors nanard fier de toi ? tu es ds qq mois a la retraite mais tt de meme tu y penses chaque matin en te rasant ? a ce que tu as fait ttes ces annees t en foutre pleins les poches et en foutre pleins dehors ! mon petit doigt m a dit que certaines nuit tu cauchemardais et si tu etais alle trop loin pour plaire a chairman cheri ! pas facile d etre dg ds ce monde de bruts hein !? calme toi tu seras toi aussi remercie ! et plus vite que tu ne crois ! lol ! bonn retraite penses a tt ca juqu a ton dernier souffle !