vendredi 4 juillet 2008

FETE NATIONALE : QUELQUES RESERVES

Hier place de l’hôtel de ville, J’ai vu une icône devenir un people.



Je sais pas vous, mais je sens que l’on va en bouffer du "bonheur de la liberté de la femme courage".

N'accablons pas notre président : au moins pour une fois, il n’y est pour rien. A quelques jours près, il aurait même du arrêter précipitamment son pèlerinage annuel chez Mickey.

Quelle joie de voir les rédactions parisiennes paniquer ! Tout de même, quelle idée de se faire libérer de sa détention au tout début des grandes vacances des journalistes !

Surtout, Qu'Indrig ne fasse oublier Edvige, la nouvelle création française votée dans la bonne humeur par une assemblée débonnaire : Le ficher d'identification des mineurs SUCCEPTIBLES de troubler l'ordre public ! Liberté chérie, j'écris ton nom en prime-time dans le journal TV !

4 commentaires:

pillulerouge a dit…

Cela durera juste le temps d'une récupération politique. D'ailleurs la garde rapprochée de Monsieur le Président a commencé le travail. Et puis ça tombe plutôt bien, car ça évite aux journalistes de parler des mauvaises nouvelles qui s'accumulent; et cela au moment où le moral des ménages est historiquement bas. Je suis toutefois heureux de la libération de l'ensemble des otages (et oui il n'y a pas qu'Ingrid) et j'ai une pensée pour les 2000 autres otages qui sont restés.

Anonyme a dit…

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a estimé lors d'une visite au Québec que Nicolas Sarkozy n'était "absolument pour rien" dans la libération d'Ingrid Betancourt...

Et oui, pour les moutons qui suivent la pensée unique, il est dur d'entendre que l'influence de Sarkozy ne traverse pas les continents au point de libérer une otage par une armée étrangère ... car déjà avec sa propre armée, il a réussi à se la mettre à dos en quelques jours.

Romuel a dit…

Sur le coup j'aurais pas a me fouler pour chercher, merci :P!

Je sais pas pourquoi, mais le coup de la reforme pernicieuse, je m'y attendais

bye ;)!

Claire a dit…

Un train peut en cacher un autre, qui lui même peut en cacher un troisième... A part les mineurs, il y a aussi les personnes qui ont des responsabilités sociales, politiques, religieuses...

Bref les opposants à Not' Bon Roy ne vont pas tarder à être fichés.