vendredi 14 mars 2014

La voiture, cet obscur objet du mourir


Paris ce matin. Reprenons notre souffle et résumons...

Une brume ouatée s'installe à la journée dans les rues, une cloche à carbone d'un dégradé de jaune gris marron est plaquée sur la capitale, on ne voit plus la tour Montparnasse depuis le Trocadéro, les yeux piquent, les gamins toussent, ça éternue partout, mon chat a gerbé trois fois, les automobilistes seuls en berline stoppent toujours sur les passages piétons en bloquant les intersections.

5e jour de pic de pollution à Paris, dans la Région Nord et à Lyon. 

Au 3e jour, le Maire de Paris annonçait la gratuité des Vélib (pour les abonnés si j'ai bien compris, dans le genre annonce inutile, ça se pose là, d'autant que l'activité physique soutenue est déconseillée dans le même temps).
Au 4e jour, Airparif nous apprenait que l'air de Paris était plus pollué que celui de Pékin.
Au 5e jour, le ministre des Trucs écologiques consent enfin, en accord avec le président de la Région, à la gratuité des transports en commun pour le week-end. (On aurait pu y penser dans la veille du premier jour d'alerte en début de semaine et, peut-être s'économiser 5 jours à suffoquer aux premiers rayons de soleil suivant six mois de pluie, mais non : souffrance, cancer du poumon et recettes des PV pour défaut de présentation du titre de transport, y a que ça de vrai !).
Les écoles annulent les activités en plein air.
Les individus ayant des troubles respiratoires sont incités à rester chez eux, tandis que ceux qui pètent la forme en 4X4 peuvent continuer à rouler.
Nous allons bientôt recevoir des consignes de la préfecture de Police pour ne respirer que d'une narine et des contraventions pour avoir osé marcher dans la rue lors d'un pic de pollution...

Il parait qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Soyez assurés que, en matière de pollution, depuis des années l'on ne prévient rien et que l'on ne guérit que dalle. Soyez assurés que nous continuerons à passer par tous les stades de l'inutile et de l'absurde pour ne pas éradiquer le problème à la source de nos maux de tête, mais aussi des milliards de bénéfices défiscalisés de Total et de quelques décimales de croissance nationale : cette putain de bagnole individuelle !

J'apprends chez l'ami Politeeks qu'un projet de circulation alternée en cas de pics de pollution annoncé par le gouvernement il y a quelques mois est passé à la trappe.

J'apprends dans Le Monde que "le remplacement de tous les véhicules particuliers diesel par des véhicules essence (norme Euro) permettrait d'abaisser de 25 % à 35 % les émissions de particules fines et de 35 % les rejets d'oxyde d'azote en région parisienne.

En me bouchant le nez, j'entends d'une oreille les poujadistes du volant et autres "la voiture n'est pas responsable de toute la pollution". Je vis à Paris depuis un certain nombre d'années déjà, je fais très clairement la différence olfactive entre un jour avec voitures et un jour sans voitures (et c'est pire encore dans certains coins de banlieue). La conclusion, sans appel : ça pue.

Il s'agirait que ce gouvernement ait enfin le courage de passer un signe fort pour responsabiliser les citoyens sur les dégâts causés sur la santé publique par leurs voitures. A une autre époque, on l'a fait avec succès sur la sécurité individuelle (l'obligation du port de la ceinture de sécurité a à peine une quarantaine d'années et a drastiquement fait chuter le nombre de morts sur les routes). Une telle révolution des comportements individuels, un vrai bouleversement de société pour sortir du tout-voiture, ne peut s'accomplir que par la mise en oeuvre d'un bouquet de mesure incitatives mais aussi, obligatoirement, coercitives.

Que le gouvernement se moque de la santé des Français pour leur fourguer à crédit quelques voitures de plus passe encore, mais mon chat bordel !

Illustration : @meteo_cperson (BFM) Vue de Paris ce matin à 300 mètres de hauteur. Le ciel est pourtant bleu.

Articles connexes :

16 commentaires:

Politeeks a dit…

à voir le seul reportage utile sur ITELE: les pédiatres et pneumologues qui signalent hausse des visites de parents avec enfants. J'attend le reportage aux urgences.

Là on ne voit pas les poujadistes qui couinaient contre la supposée menace LBGTaaaay contre les enfants s'agiter, non ils défendent leur droit sacré à polluer en toute liberté.

Anonyme a dit…

Le problème c'est que le pétrole brut contient toute sorte d'hydrocarbures (plusieurs dizaines) et qu'en le raffinant on obtient toujours approximativement les mêmes proportions d'essence et de gazole. Si le gazole était interdit et l'essence autorisée il y aurait certainement un gros problème pour écouler le gazole nécessairement produit en même temps que l'essence.

Benoit Desvignes a dit…

Mon second a fait quasi une crise d'asthme hier soir, on se pose des questions, c'est la première fois.. et pourtant on n'habite qu'à Troyes.. Paranoïa?

@politeeks, oui, on se demande où sont cachés tous les fervents défenseurs des enfants en ce moment... Peut-être se disent-ils qu'une bonne cure de particule ça va les immuniser pour la prochaine ballade en poussette sous les lacrymos des CRS?? :-)

Anonyme a dit…

Décryptage complémentaire : http://yannickrumpala.wordpress.com/2014/03/13/derriere-le-voile-de-pollution/

cdg a dit…

La circulation alternee est une stupidite. Les grecs avaient essaye a athenes. resultat aucun changement, tout simplement car les gens vont soit truander soit acheter une 2 emem voiture (une avec un numero pair et l autre impair). Dans le pire des cas, ca va meme empirer les choses car la seconde voiture sera probablement un tacot polluant juste pour les jour de polution

La solution: comme a Londres: peage urbain.
Autre solution (revolutionnaire en France): faire que les entreprises et l etat arrete de tout mettre a paris. Apres tout Berlin, Berne ou Washghinton ne sont pas les plus grosses villes de RFA, suisse ou USA

Sinon c est bien beau de taper sur les voitures mais il faut aussi ameliorer l offre. Ce qui veut dire investir dans les transport en commun (et donc augmenter les impots des parisiens) et faire que ceux ci ne soient pas regulierement en greve, faire sauter le monopole des taxis

Alex a dit…

Si tu ne fais pas partie des personnes fragiles ou à risque et que tu n'en a pas dans ton entourage immédiat, tu vois la pollution comme une brume assez légère, elle ne te pique pas et ne te fait pas tousser. Du coup, tu ne t'en rends pas vraiment compte avant de tomber sur une annonce dans le métro qui prévient de la gratuité jusqu'à dimanche (c'était vendredi matin). Le pic de jeudi, plus élevé que Pékin, tu es passé à travers sans t'en apercevoir, la visibilité au bureau était assez habituelle. Tu as continué à faire du sport comme un cadre qui se voudrait jeune et dynamique, respirant à pleins poumons, et puis vendredi ça se dégage bien, il y a toujours du soleil et tu as envie d'en profiter.

Alors oui, tu as un peu mal à la gorge depuis lundi, mais dimanche, tu as trop profité de soleil et tu as du prendre un peu froid. Et puis la semaine prochaine, il paraît qu'il va pleuvoir, alors tu veux en profiter encore, aller faire ton footing dominical dans un parc. Et là, un léger doute pointe le nez. Est-ce bien prudent ?

Mais cette pollution, elle est finalement assez invisible à part aux endroits où la vue est dégagée, et dans ton quotidien de métro/boulot/apéro/resto (on est un peu bobo) tu n'en vois pas trop.

La grenouille dans son eau tiède, elle se dit que finalement, il y fait meilleur que dans l'eau froide.

Axe du Mâle a dit…

Question insoluble que celle posée par la bagnole, à quoi s'ajoute un trafic aérien et maritime exponentiels induits par la mondialisation. C'est l'organisation de la civilisation qui serait à revoir à l'échelle planétaire, toute activité humaine étant centrée sur la mobilité, travail, commerce, loisirs. Celui qui n'a pas de moyen de locomotion à l'heure actuelle est condamné à la marginalité et à l'isolement, où qu'il se trouve. Ce que vous allez parvenir à réguler ici ne le sera pas dans la ville, la région, le pays, le continent voisin.


Ou on invente la téléportation et le problème est réglé, ou on décide de prendre des mesures drastiques et vu le rapport défiance/crainte parfaitement immature que les gens entretiennent aujourd'hui à l'autorité, l'on crée les ferments d'une guerre civile dont le seul enjeu sera de recouvrer les "libertés" ainsi restreintes.


Le piège de l'expansion économique s'est refermé sur les populations par ailleurs entretenues, dans les pays industrialisés, dans une immaturité propice à la consommation addictive. Tout se veut désormais ludique, les loisirs et les pratiques consuméristes s'apparentent à une gigantesque cour de récré, les bagnoles ressemblent de plus en plus à des jouets, les baraques sont emplies de gadgets à la Playtine de Jacques Tati et les gens communiquent entre eux et se distraient avec d'autres gadgets inspirés du cinéma d'espionnage (smartphone, drones, bientôt
Google lenses). Ces conneries-là il faut bien les produire quelque part et les acheminer avant de les vendre, et en amont, ancrer dans la tête des gens des besoins dont humainement on peut aisément se passer. Mais tout est conçu pour qu'on ne puisse plus se passer de ces besoins factices, phénomène qui a pour contrepartie une exclusion qui n'est plus aujourd'hui seulement sociale mais numérique et de la mobilité. Quiconque ne peut sur l'heure répondre aux sollicitations numériques d'autrui ou se rendre d'un point à un autre dans les délais impartis est irrémédiablement nexté.


Le phénomène de pollution que vous décrivez dans votre article, Seb Musset, vu de mon bled de Haute-Provence où déjà, le pékin prend sa bagnole pour faire cent mètres qu'il parcourrait plus vite à pied, est la bande-annonce de l'épisode suivant, dont on verra le prologue d'ici deux ou trois ans : le déplacement du problème vers les zones non-habitées, la néoruralité 2.0, ou extension du domaine de la névrose collective vers les campagnes, avec le retour sur le devant de la scène du bon vieux leurre du télé-travail, coche que notre vieux pays sclérosé a déjà maines fois raté.

Pardon d'avoir été si long...

Toutatis a dit…

ça me parait bizarre cette soudaine préoccupation pour la pollution de l'air. Je n'ai pas l'impression que la circulation automobile ait augmenté ces 10 dernières années (je parierais même pour une baisse, étant donné la crise). Et tout à coup une grosse paranoia, alors que les années précédentes, rien.

Anonyme a dit…

Je compatis pour le bestiaux, ! Le chat est la plus belle invention de la Nature. Totalement amoral, mais tellement attachant. Ceci dit, habiter paris à moins de 100 k€ par an, c'est du vice ! Certains n'ont pas le choix, je compatis, là aussi.

Catpower

Abdel a dit…

Je vis en Allemagne et il y a les vignettes d' emmisions : vert et jaune sont autorisés dans le centre , les rouges interdites.

C'est couleur dépendent de la norme de pollution Euro.
Les allemands vendent les voitures au vignette rouges aux etrangers dont beaucoups de francais car ils ne peuvent rouler dans les centre villes.

Le souci est qu' il faut une voiture recente ce qui pénalisent les pauvres :

http://www.tuev-nord.de/de/umweltplakette/vignette-ecologique-allemande-fr-103105.htm

Anonyme a dit…

A Londres, péage pour les bagnoles.

La France a trop investi dans les lignes TGV au lieu d'améliorer les transports en commun classiques.

En Allemagne, il y a une taxe annuelle par voiture, celle des diesels est le double de celle des essences.



Toutatis a dit…

Ce soir des infos bizarres sur TF1 (on me dira que c'est TF1, mais je crois qu'ils ont péché leurs infos ailleurs, dans des "sources autorisées"). Pour résumer, 50% de la pollution à Paris serait due au diesel, 50% de la pollution partout serait due à l'agriculture (épandage d'engrais, j'avais jamais entendu parler de ça avant), et 50% de la pollution à Paris viendrait d'Allemagne, en raison notamment du charbon qui aurait tendance à remplacer le nucléaire.

Tassin a dit…

"Allemagne, en raison notamment du charbon qui aurait tendance à remplacer le nucléaire. "

Mythe propagé par les médias et largement démonté par les gens qui connaissent un peu de domaine de l'énergie.
Je pense que le lobby Français n'est pas pour rien dans la propagation organisée de ce mensonge.

Anonyme a dit…

A ce propos, heureusement que les vents dominants dans notre beau pays viennent plutôt de l'ouest...

Anonyme a dit…

A tous ceux qui répètent que la voiture n'est pas vraiment polluante en ville, voici cet article des Echos, pas vraiment un support "écolo-gaucho", "ayatollah vert" et j'en passe

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/dossier/0203377439395/0203380495826-dans-les-villes-le-principal-pollueur-est-la-voiture-657821.php

Anonyme a dit…

Bon, alors, moi j'ai des informations plutôt très intéressantes :


"La pollution de l'air responsable de 7 millions de décès en 2012"

C'est pas mal, mais je suis certaine qu'on peut faire encore mieux !


"Le diesel, un carburant "cancérigène" "

On est au courant depuis X années et on n'a rien fait.


"La pollution de l'air est désormais le facteur environnemental le plus important affectant la santé", estime-t-elle. Et "tout le monde est touché, que ce soit dans les pays riches ou dans les pays pauvres."


Moi, ça me rappelle certains films d'anticipation et je ne serais pas surpris qu'on soit bientôt forcé de circuler en protégeant nos petits poumons de masques filtrant les particules mortelles. C'est encore mieux qu'au cinéma : là on vit les choses en vrai. La classe !



"Les maladies les plus fréquentes développées par la pollution de l'air, rappelle l'OMS, sont les maladies pulmonaires, les maladies cariovasculaires et les cancers."

Bah, il suffit de manger cinq fruits et légumes et d'avoir une activité physique régulière (mais pas lors des pics de pollution)

Sinon, on vit dans un monde fantastique et la vie est belle. Et vive le capitalisme !


source :

http://www.bfmtv.com/planete/pollution-lair-responsable-7-millions-deces-2012-740043.html