vendredi 7 juin 2013

Pierre Mauroy et la retraite à 60 ans

Pierre Mauroy, premier ministre socialiste de 1981 à 1984, vient de décéder. Sous son mandat : la fin de la peine de mort, la cinquième semaine de congés payés et...la retraite à 60 ans .

A l'heure où l'on nous prépare gentiment à une nouvelle régression dans le domaine, (ré)écoutez une de ces dernières interventions au Sénat face à Eric Woerth lors de la bataille perdue d'octobre 2010. 

Espérons que ceux lui rendant hommage ce jour sauront s'en souvenir dans les semaines et mois à venir. (durée 7 mns)


Merci au blog de Claudine Lepage (j'ai eu du mal à retrouver ce discours)

2 commentaires:

Toutatis a dit…

Très bien cet article d'Acrimed.

Je voudrais illustrer de manière supplémentaire la stupidité crasse du journaliste moyen de la télévision (peut-être aussi de la plupart des autres) en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires :
le fonctionnaire moyen atteint le sommet de son grade entre 15 et 20 ans avant la retraite (les promotions juste avant la retraite sont rares dans la plupart des corps). Donc la moyenne des salaires (en € constants) des 10 dernières années, et probablement aussi des 25 dernières, est supérieure à celle des 6 derniers mois. Cela est dû à la faible progression (gel maintenant) du point d'indice. Donc a priori la prise en compte des 10 dernières années fera augmenter les pensions pour presque tous es fonctionnaires.

Un partageux a dit…

Merci, Seb, pour ce billet sobre où tout est dit.

En écoutant Pierre Mauroy je songeais à ce copain ouvrier qui n'a joui que quelques années de sa retraite. Avec la nouvelle version que l'on nous prépare, il mourrait au travail. Tout en mourant du travail puisque c'est un cancer professionnel qui l'a emporté.

Et regardait Pierre Mauroy un salopard qui devrait être en taule à perpète si on lui appliquait proportionnellement le barème alloué aux pauvres diables qui ont arraché un carambar à un épicier. Ça me fait hurler de voir Woerth dans le rôle du professeur de morale "puisqu'on vit plus vieux..."