samedi 2 mars 2013

Qui a lu Le Monde ne le lira plus


Chaque année, entre ses couvertures sur l'immobilier, les francs-maçons et l'impératif d'austérité, dans son aristocratique bonté et en attendant l'argent de poche de Googlela presse daigne verser une larme de ses millions de subventions publiques pour annoncer la mort des blogs pour cette année. 

Cette fois, ça se passe sur le site du Monde (oui oui, le canard qui était à moins une de disparaître en 2011) et ça s’appelle "Qui blogua, ne bloguera plus". Le journaliste, Olivier Zilbertin, se demande "qui consacre du temps à leur lecture" et livre en quelques lignes sa réponse: personne. 

Bon en fait, le court article en dit moins sur les blogs que sur les journalistes : "Autant de questions qui fâchent, et qui seraient de nature à mettre le feu à la blogosphère". Celle-ci étant vue comme un truc homogène, un effet de mode (plus de 10 ans quand même) fortement incité à l'euthanasie, mais dont le journaliste peut, en trois paragraphes, réveiller les forces assoupies pour faire le buzz et ramener, à la saison creuse, un peu d'audience sur le site mère. 

On doit être, à la louche, quelque part entre 15 et 20 millions de blogs en France. En admettant que chacun ait juste un lecteur unique par jour, selon les chiffres de l'OJD, cela surpasse de 60X le nombre quotidien de lecteurs payants du Monde (325.295 en 2011).

O.Zilbertin, lui, appuie l'argumentation de sa chronique d'une mort annoncée sur la baisse de fréquentation d'un seul blog (par ailleurs arrêté durant des mois). Celui de Thierry Crouzet, un ami écrivain m’ayant confié par ailleurs qu’il pensait que c’était précisément depuis qu’il avait un discours critique sur internet - vu sous l'angle de l'addiction dans son livre j'ai débranché - qu'il intéressait plus largement les journalistes.

Vil blogueur, mon petit exemple en vaut bien un autre. La lecture moyenne par billet augmente ici  d'année en année. Si je veux être plus lu, il ne tient qu'à moi d'écrire plus. Ouaip, on n'est pas loin du travailler plus pour gagner plus, sauf que je ne gagne rien. Ce qui, ne le cachons pas, finit par peser à un moment ou à un autre sur la production. La gratuité, "liberté" du blogueur, est aussi son talon d'Achille, un élément non négligeable de cette "lassitude" souvent évoquée par les fossoyeurs de blogosphère (par les mêmes s'insurgeant qu'un blogueur soit rémunéré pour la reprise de son texte sur un site de presse). 

O.Zilbertin évoque aussi le haut du classement des blogs Ebuzzing (ex-Wikio) où figurent de moins en moins de blogs. Olivier lirait les blogs avant d'écrire leur faire-part de décès  il y aurait appris que nous avons été une trentaine de blogueurs dans les 100 premiers du classement général à en claquer la porte à l’automne dernier pour les raisons qu'il évoque: ce classement de "blogs" mélangeait depuis quelque temps tout et n’importe quoi, du portail délocalisé à 60 contributeurs, à la déclinaison média jusqu'aux agrégateurs de news aspirant des contenus de blogueurs et bientôt Le Monde pourquoi pas ? Loin donc de l’esprit du "classement de blog" des origines.

O.Zilbertin pointe la "montée en puissance" des réseaux sociaux dans ce "processus" (la mort des blogs dans d’atroces souffrances, si t'as bien suivi). Tiens, en plus de comprendre les blogs de travers, il ne capte pas non plus Twitter.

1 / Twitter ou Facebook sont des variantes du blog[1]. Mieux vaut parfois un bon tweet qu’un article trop long (comme ce que je suis en train de faire). Tout le monde gagne du temps. 

2 / Parlons synergie : les lecteurs du blogs ne sont pas forcément sur Twitter, ceux de Twitter pas forcément sur Facebook etc… Les audiences ne se divisent pas, elles s'additionnent. 

Notons au passage que ce sont les journalistes (presse / tv / radio) les plus friands de tweets et qu'ils aspirent à profusion ces contenus ayant le triple avantage d'être courts, déjà écrits et pas par eux (c'est plus safe au niveau des opinions). Je suis parfois cité dans la presse, à la télé ou à la radio pour des tweets rédigés en trois secondes et, quasiment jamais, pour mes articles de blog m'ayant pris des heures[2]. Mais chut, O.Zilbertin va encore écrire que "le débat citoyen semble s'étioler sur internet" et Joffrin brailler que tout ça, c'est la faute au web réducteur de la pensée.

La vérité, c'est que beaucoup de journalistes méprisent les blogs (sauf lorsqu'il s'agit de faire leur promo ou de remplir leurs propres sites avec du contenu à prix cassé). Mieux que ça, sans que je m'explique rationnellement pourquoi, il les craignent et donc les souhaitent annoncent régulièrement morts. Je dis "blog", mais on peut étendre cette défiance aux réseaux sociaux et, pour les cas les plus désespérés, à internet dans son ensemble.

Les blogs vont et viennent, se régénèrent, meurent, naissent, se regroupent, au rythme des humeurs et de la vie de chacun, car ils sont "dans la vie". Qu'ils aient 1 ou 1 million de visiteurs. La  question la plus urgente à se poser pour un journaliste du Monde n'est pas celle de la date constamment repoussée des funérailles de cette concurrence qui n'en est même pas une, mais bien quel lecteur du Monde le lira encore demain?

Plus grand monde ne paye déjà plus pour ça, si j’en crois les impressionnantes pertes du journal ces dix dernières années.

21 commentaires:

OZ a dit…

Vous faites toute votre démonstration sur un présupposé: que je me réjouirais du déclin des blogs. Le seul problème c'est que c'est exactement l'inverse, je déplore l'inquiétante érosion du débat citoyen, confisqué par les marques, les médias traditionnels etc... Comme c'est écrit dans ma chronique. Je ne peux donc pas répondre plus à votre billet puisqu'en quelque sorte il ne s'applique pas à mon texte et à la théorie qui est la mienne. Par contre je suis tout à fait disposé à m'entretenir avec vous sur le sujet de sorte que vous pourrez constater, sereinement, que nos points de vue ne sont surement pas aussi éloignés que ce que vous dites.
Très cordialement dans tous les cas.
Olivier Zilbertin.

Politeeks a dit…

coucou Monsieur Zilbertin , votre Wordpress sur nom de domaine à votre nom qui diffuse de la saloperie selon Google ? Vous en dites quoi ?
http://www.neuneu.org/i_m_dying

seb musset a dit…

@ OZ > Mais je suis la sérénité même. Je suis mort tellement de fois, ça calme son homme.

@ Politeeks > Ceci dit, parait que je me trimbale 15 cookies sur ma home page.

Fred Camino a dit…

Monsieur Zilbertin a un profil de blogueur débutant, il faut l'aider à connaitre la blogosphère visiblement.

romain blachier a dit…

http://www.romainblachier.fr/2013/03/blog-zilbertin.html j'ai apporté moi aussi ma pierre.

Mais bon... c'est abusé de prendre UN blog pour en faire une généralité, de plus sans visiblement connaitre l'histoire de ce blog la.

achan a dit…

"sans que je m'explique rationnellement pourquoi, il les craignent"

La crainte sourde du journaliste pour le blog et l'internet en général a la même origine que l'aversion du moine copiste pour l'imprimerie ou celle du cinéma pour la fiction télé a ses debuts: la soudaine contestation d'un monopole. Alors que pendant longtemps pour se faire entendre du plus grand nombre il fallait être journaliste ou avoir leur oreille, l'apparition d'internet fait que la plèbe peut écrire ses propres textes, son opinion, ses analyses et les publier très largement pour un coût modique puis recevoir les réactions des lecteurs. Horreur entre toutes: tout un chacun peut juger sur pièce et voir qu'il existe des quidams capables de faire bénévolement des analyses autrement plus pertinentes que celles des journalistes les mieux payes (l'absence de conflit d’intérêt y étant sans doute pour beaucoup).

Se voir contester l’accès quasi monopolistique a la parole publique, voila ce qui angoisse les journalistes, hommes politiques, intellectuels médiatiques, et qui explique leur positionnement majoritairement critique a l’égard d'internet, soutenu par des arguties sans queue ni tête qui n’embarrassent que leurs auteurs.

Horreur: certains livrent des

mario m a dit…

il faut que tout le monde comprennent qu'agir pour ses propres intérêt et non pour ceux du peuple en entier (nos ennemis déclaré compris)conduit tout le pays dans le gouffre et c'est toujours la même chose tout le monde souffre à la fin.il faut essayer de faire comprendre à tous que nous serons tous bien si à tout les niveaux de la société on essaye de convaincre qu'il est de notre interêt á tous de stoper les olligarchies bureaucratique puis ensuite les autres olligarchies. N'en avait vous pas ras-le-bol de ces con qui arrêttent jamais de nous séparer et faire croire qu'il y á une rivalité pour justement la creer.patron-employé équipeA-équipeB musulman-crétien-juif français-étranger.alors que la vrai rivalité c'est plutôt ce qui sont con et méchant qui nous mène depuis la nuit des temps de catastrophe en guerre et ceux qui sont intéligent et gentil.Pensez il ne peut y avoir personne sur terre qui agit mal en sachant qu'il agit mal,il croi eouvrer pour une bonne cause alors il ne faut pas dire engagont nous á les punir mais plutôt á essayer d'expliquer et convaincre pourquoi c'est pas bien ce qu'il font il faut pas attaquer mais aider vous auriez pu naitre dans une famille completement raciste comme je l'aurai pu aussi mais il est absurde de ce faire punir sans avoir une chance de comprendre et si une personne et méchante car elle aime faire du mal il faut l'aider aussi car c'est une personne qui a une maladie psycologique elle peut en guérir.Je sai qu'il est difficile de ce défaire de l'hypnose de la télé qui nous donne indirectement mais constament des ordres"détestez-vous les un'les autres" mais sachez qu'il faut une grande révolution international mais sans verser de sang(je sai que votre subconcient formaté par les média film et autres vous dit qu'une révolution ya forcément de la violance mais non on peut faire sa sans couper la tête du roi et lui montrer dans quel bonnheur sa nous à amener pour qu'il arrete ses complot).même les personnes qui voudrer me voir disparaitre peuvent rejoindre mes pensées si les personnes qui sont sencé me faire taire adhere à mes idée alor là un monde bien comme notre cerveau n'en soit capable d'imaginer est possible

DM a dit…

En 2007, un billet d'humeur du monde, signé du littérateur et critique de jazz Francis Marmande, annonçait la fin prochaine de Wikipédia, une mode passagère qui ne devrait durer que quelques années.

Wikipédia a maintenant 12 ans. En revanche, Le Monde a été plusieurs fois annoncé au bord de la faillite et ne doit son salut qu'aux investissements d'industriels dont le magnat de l'Internet Xavier Niel.

Toutatis a dit…

Je pense que les blogueurs qui sollicitent des dons devraient indiquer le montant total reçu le mois précédent. C'est ce que fait par exemple Panagiotis Grigoriou

http://greekcrisisnow.blogspot.fr/

seb musset a dit…

Vrai. Février : 0 euro. (mais c'était un mois de 28 jours)

Elie Arié a dit…

Ne faut-il pas faire une différence entre les blogs "solitaires" et les blogs hébergés sur un média "classique", auquel ils doivent l'essentiel de leur audience? Juan reconnaît que ses mêmes articles sont beaucoup plus lus sur son blog hébergé par marianne.net que sur son blog d'origine, qui existe toujours.

Elie Arié a dit…

Je suis frappé par le fait que les blogueurs de même tendance se lisent beaucoup entre eux, et finissent par constituer une sorte de secte...

Mais n’y a-t-il pas là le risque de création d’une sorte de « pensée unique de tous les blogs », si chacun est influencé par ce qu’écrivent les autres blogueurs?

Finalement, peut-être que l’avenir sera dans la fusion de tous les blogs de même tendance dans un blog unique tenu par plusieurs blogueurs aujourd’hui isolés…et ça s’appellerait un journal…

seb musset a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
seb musset a dit…

@Elie Arie > Faut arrêter avec le mythe des blogs qui doivent leur audience aux "médias classiques". Oui, un lien dans un article X sur un média classique apporte du trafic au blog d'origine.(et encore le TT doit etre au mieux à 10%)

Dans les autres cas de figure, ça n'apporte qu'une audience marginale aux blogs (à moins de publier et d'être repris ts les jours et de devenir "une marque"). Ce qui est paradoxale puisque souvent les sites de presse viennent justement chercher des blogueurs qui sont déjà un peu des "marques".

En revanche, le site qui héberge, lui, fait tt de suite du hit (mais encore, tt dépend de la mise en page et de la mise en valeur)

Pour la "secte des blogueurs", je dois être un contre-exemple. Je lis plus d'opinions opposées aux miennes que les blogs de ma sensibilité. En revanche voir les potes et échanger des idées et des liens, oui, mais ça c'est la vie.

Pour "le journal". Vendredi a bien tenté de faire cela en 2009, et je pense que ça se refera d'une façon ou d'une autre.

Mais là non plus, ce n'est pas ça qui tuera les blogs isolés.

Elie Arié a dit…

@ seb.musset

Les chiffres que donne Juan, c'est 1 000 visites par jour pour un article sur son blog personnel, 2 500 pour le même article sur marianne.net.

seb musset a dit…

@ElieArie > Il est logique que Marianne fasse plus de clicks qu'un blog, mais on parle alors de l'audience de Marianne pas de celle du blog car le retour du lecteur du site vers le blog d'origine est très faible.

Seules exceptions : quand les sites ne reprennent que le début du texte et envoie sur le blog (façon revue de presse). La d'accord ça profite aux blogs.

Donc, tant que les sites ne rémunèrent pas les blogueurs qu'ils reprennent, au moins au forfait, ils se font avoir (spécialement s'ils ont beaucoup de lecteurs). Mais bon c'est un autre débat maintes fois abordé ici ;)

J'ajoute qu'on ne parle jamais de l'audience qu'envoient les blogs et les twitts aux sites de presse. Je serais curieux d'avoir les chiffres.

Heck Lennon a dit…

> Si je veux être plus lu, il ne tient qu'à moi d'écrire plus. Ouaip, on n'est pas loin du travailler plus pour gagner plus, sauf que je ne gagne rien. Ce qui, ne le cachons pas, finit par peser à un moment ou à un autre sur la production.

Justement, il serait peut-être bien de regarder les options possibles pour mettre en place un système simple de micro-paiement, du genre qqs centimes ou dizaines de centimes l'article, avec juste le début de chaque article en accès libre.

seb musset a dit…

@Hack Lennon > Bonne idée. Si j'entame quelque chose dans le domaine, ce sera plutôt un objectif de don avec un décompte mensuel. We'll see.

seb musset a dit…

Ah... merci Anne ;)

Denis Dona a dit…

ce qui suit est de Desnos (08/02/44) (sur un sujet certes bien plus profond que ce qui nous occupe ici)
« Ce que j'écris ici ou ailleurs n'intéressera sans doute dans l'avenir que quelques curieux espacés au long des années. Tous les vingt-cinq ou trente ans on exhumera dans des publications confidentielles mon nom et quelques extraits, toujours les mêmes. Les poèmes pour enfants auront survécu un peu plus longtemps que le reste. J'appartiendrai au chapitre de la curiosité limitée. Mais cela durera plus longtemps que beaucoup de paperasses contemporaines. »
ps: bravo et merci Seb (je me permets)

Cédric Moreau a dit…

C'est amusant que vous citiez Thierry Crouzet, personnage que j'ai découvert il y a une semaine à l'écoute d'un podcast [1] de Stéphane Laborde, que j'ai lui-même connu suite à mes investigations sur le revenu de base [2] il y a un an grâce à un commentaire hasardeux (ou pas ?) d'un aimable abonné sur le site du Monde [3].

Je croyais presque les sources d'informations quasi-infinies sur Internet, force est de constater qu'il y a quand même quelques grands influents.

----

[1] http://monnaielibre.creationmonetaire.info/
[2] http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0
[3] Je ne me rappelle même plus du sujet. Par contre, cette personne payait 15€/mois son abonnement ... ça se paye la liberté d'expression sur Le Monde.