dimanche 17 mars 2013

Braquage à l'européenne

C'est la nouvelle économique du mois. Mais bon, ici on préfère parler nomination de VRP divin et cataclysme météorologique (10 cm de neige en hiver). Sous la pression des bailleurs, l'Union Européenne a pondu un accord express avec le gouvernement de Chypre pour un plan de sauvetage de 10 milliards d'euros, avec à la clé une recapitalisation bancaire financée en grande partie par l'argent des déposants: une taxe de 6.75 % sur TOUS les comptes bancaires, 9.9% au-delà de 100.000 euros en dépôt 

Oui. La troïka innove et lance le bankrun inversé. Et la chose se met en place le week-end, au plus vite, avant l'ouverture des banques le lundi matin. Elle est pas belle la vie en Europe ?  

Certes, plus la moitié des comptes sur l'île sont des dépôts étrangers, et on ne pleurera pas à grosses larmes sur cette ponction sur l'argent de poche des CSP+ internationaux, sur les placements optimisés des gras rentiers anglais ou dans la tire-lire de convenance de la jet-set moscovite. A n'en point douter, ceux-là sauront faire face au désagrément. 

En revanche, le retraité chypriote n'ayant que 30 euros sur son compte pour finir le mois, se réveillera lundi matin avec une cagnotte allégée de près de 2 euros, au prétexte qu'il est coupable d'habiter dans un "paradis fiscal"[1]. Il est plus simple de taper sur une clientèle captive que de chasser les exonérations ou de traquer les fraudes fiscales. Qu'il est simple et agréable de cambrioler son propre établissement en local avec la bénédiction des plus hautes instances.

Les pays de la zone euro garantissent en théorie, les comptes des particuliers à hauteur de 100.000 euros en cas d'effondrement du système bancaire (directive européenne de 2008). C'est aujourd'hui ce même système qui, à Chypre, est "sauvé" en catastrophe et en catimini sur 48 heures, en volant dans les comptes des citoyens le pognon que l'UE est sensée leur garantir. 

Ce braquage à l'européenne est un signal d'alerte pour tous les particuliers possesseurs d'un compte bancaire dans la zone euro. C'est aussi la preuve supplémentaire que l'UE, non seulement ne perd jamais une occasion de jouer contre les citoyens qu'elle était supposée protéger, mais que, de surcroît, elle ne répond économiquement de rien. 

[1] Précisons lexicale qui a son importance: pour celui qui a de l'argent et un bon réseau d'influence, tout pays, même la France, peut être un "paradis fiscal". 

Articles connexes : 
- Bankster à la petite semaine
- Crimes et délits du banquier
- La ballade des banquiers heureux

11 commentaires:

Kris Paris a dit…

On se calme!

Tous les dépôts bancaires Chypriotes sont rémunérés à 4% pour les moins de 100.000 euros et à 6% au-dessus. Mieux que le meilleur des taux annuels de nos livrets A jamais vu de toutes notre vie. Pas étonnant que les Anglais se soient engouffrés dans cette aubaine!

Un peu comme si vous écriviez que c'était de la spoliation que l'Etat fasse des prélèvements sociaux sur des livrets fiscalisés.

Bref, la fin des paradis fiscaux = justice fiscale pour tous !

seb musset a dit…

Un argument de plus pour la séparation des activités de dépôt et de spéculation ;)

FilipeUPR a dit…

Après un tel article, je serais honoré de votre signature sur ma pétition Mr Musset.

http://article50.wesign.it

Politeeks a dit…

Hop comme le précédent : en fouillant on trouve des PDF avec ces taux de rémunération de 5 ou 6 % pour des sommes laissées en banque.

la question à se poser : quels sont les produits financiers dont les rendements qui permettent de rémunérer à 5 ou 6% (voir plus) des fonds dans l'UE ?

Donc les banques chypriotes rémunèrent a 5 ou 6% des fonds. Elles ne le font pas gratuitement, et doivent donc demander 1% de plus pour elle bien sûr. Faut bien qu'elles vivent non?

Ca me rappelle ICESAVE la banque de droit Islandais en NL et UK avec des taux voisins. C'est elle qui a mis l'Islande en défaut (cf litige résolu à son avantage devant tribunal européen hors UE), et qui a conduit à ce qu'elle renégocie le taux d'intérêt du aux créanciers après voir finalement payé 2/3 de la dette ...

C'est donc encore une fois un piège à gogo ! ça fonctionne N années. Jusqu'à .. l'explosion.

Et là BOUM, une banque a une exposition grècque dangereuse. La BCE ne veut plus lui fournir de liquidités , et voilà l'appel au secours a l'UE/FMI.

On ne se demande pas aussi pourquoi ces banques chypriotes ont des bureaux en Russie ou Ukraine.
Certains dans l'UE ont demandé une enquête sur le blanchiment, par ce que Chypre est connu pour ça.

Ensuite quel est le % de citoyens dans un pays comme Chypre qui a 100 000 € de fonds sur un compte rémunéré ? ça fait beaucoup comme patrimoine dans un pays ou le pib par habitant est de 28K pour 41k en France.

C'est un paradis fiscal dans l'UE. Après quel sera le % de citoyens "volés" d'un an d'interets dans une bulle spéculative.



Politeeks a dit…

je rajoute en effet : la séparation des banques serait une solution Seb... sur le papier.

Mais là ce sont des comptes rémunérés pour GRAND PUBLIC. Ce qui veut dire que toi , tu peux prendre un vol pas cher, aller la bas et ouvrir un compte avec un dépot en espèces, l'alimenter avec tes revenus par virement SEPA depuis ta banque Française etc.. On est dans l'UE : libre circulation des capitaux n'oublie pas.

Voilà le genre de produit qui serait à la limite des séparations: est un compte de dépot de revenus du travail ? ou un truc spéculatif ?

seb musset a dit…

@Politeeks > Il existe des moyens de rémunérer des comptes avec des placements en béton armé. Mais évidemment, ce ne sera pas du 5 ou du 10%. Elle est là la folie. On mélange les 2, et hop quand ça pète on dit "zut désolé, c'est trop emmêlé".

romain blachier a dit…

Il faut rappeler que l'impot sur les sociétés est la bas de 10%...et que ni la droite au pouvoir depuis peu ni les communistes qui alternent avec eux n'ont jamais rien changé à ces situations de paradis fiscal, désarmant l'Etat de nombreuses recettes.

Politeeks a dit…

oui, Romain : donc on peut dire que pour sauver un paradis fiscal et des banques locales on va leur demander un peu plus d'un an d'intérêts... avec selon diverses sources 1/3 de fonds russes dans le lot.

seb musset a dit…

Une fois encore, le com de CDG a ete bouffé, le voici :

CDG
"Quel aurait été l alternative: sauver les placements des mafieux russes avec l argent du contribuable allemand ?
mettre en place des impôts supplémentaires a Chypre et baisser les prestations comme en grece ?

Si tu n as que 30 € sur ton compte, payer 6% soit 1.8 € pour éviter une cure d austérité qui te coûtera bien plus me semble une bonne opération

PS: séparer les activités de dépôts et d affaires ne change rien. Ce qui a plante les banque chypriote c est l effondrement de l etat grec (certes prévisible). et il n y a pas si longtemps, placer son argent dans des obligations d état était considéré comme sur et donc c est ce qu on proposait au guichet d une banque de dépôt via les divers placement financier maison "

>>> Ça se défend. Comme j'ai dit, dans l'idée faire payer les riches c'est bien. Cette saisie sur compte ouvre juste un précédent plus qu'un inquiétant (et l'attitude des peuples est observée à la loupe, crois-moi).

On va probablement, je l’espère, s'orienter, vers un seuil de dépôt à partir duquel il y aura saisie.

Toutatis a dit…

Je pense que les Russes pourront récupérer facilement ce qu'on leur vole. Ne pas oublier qu'ils fournissent une très grande partie de l'approvisionnement en énergie de l'Europe.

dan_y44 a dit…

http://dany44.blogspot.fr/2010/12/der-siebente-kontinent.html