jeudi 21 mars 2013

Allocations piège à cons


Le clou de la restriction budgétaire frappé au marteau du "bon sens" offre le meilleur angle de tir pour dézinguer des acquis décrochés de longue lutte sous les applaudissements de ceux qui vont en payer la facture.

Nous apprenons dans un récent sondage Ifop du JDD que "deux Français sur trois" seraient favorables à l'idée de réduire ou de supprimer les allocations familiales au-delà d'un certain niveau de revenu. Ça tombe bien: on nous répète inlassablement qu'il faut économiser des milliards de partout. 

Et là tu me dis "- Supprimer les allocs pour les plus hauts revenus, quelle bonne idée !". 

A priori oui. Sauf que non. Derrière l'apparente justice, piétinant au passage le principe d'universalité, se cache la plus libérale des logiques.

Admettons que l'on supprime les allocations aux plus hauts revenus. Donc ça leur fait une belle jambe. Leurs mômes continuent à aller dans les meilleures écoles, à partir en vacances dans les plus beaux endroits, n'ont aucun problème de garde.

En revanche, est ainsi crée un paysage de l'allocation familiale divisé entre riches et pauvres. Les "pauvres" deviennent une catégorie d'état encore plus identifiable, puisque dissociée. Ce point est primordial, il conditionne la suite tant au niveau comptable qu'au niveau symbolique. L'intérêt budgétaire n'est pas tant de supprimer les allocations aux plus riches que de taper dans le gros de la caisse: les 90% en dessous que chacun tend à appeler classes moyennes, mais que dans un souci de cohésion je nomme peuple.

Avec un seuil de ressources pour toucher des allocations familiales se pose le problème de l'endroit où fixer le curseur (le sondage ne dit rien à ce sujet). Une fois celui-ci décidé, disons 3500 euros par mois pour un couple, il est suivi dans la minute des aigreurs de ceux justes au-dessus de la zone plancher. Et un an après la réforme, Ifop te ressort le même sondage des "deux Français sur trois", selon ce bon vieux travers de l'époque voulant que, au lieu de défendre la gamelle commune chacun trouve qu'il y en a trop dans celle du voisin. Le principe d'universalité ayant été défoncé une première fois, il devient encore plus simple pour le gouvernement, celui-ci ou un autre ("non-responsable du bilan désastreux") à chaque nouvel impératif budgétaire (et il nous en tombe trois par semaines) de baisser, palier après palier, le seuil de ressources pour bénéficier des allocations. 

Ainsi, les allocations sont progressivement réservées aux très pauvres avec le flicage et la stigmatisation qui va avec (tandis que les riches, allocs ou pas, sont toujours peinards). Puis au bout de quelques années d’affaissement du seuil, un "réformateur pragmatique" arrive et conclut, toujours plein de "bon sens", que puisqu'elles ne concernent que les très, très, très  pauvres, les allocations familiales ne sont qu'"une trappe à pauvreté". Elles sont donc "inutiles et contre-productives" et il faut les supprimer. Même que "deux Français sur trois" sont OK. Circulez y a plus rien à voir.

Tu peux appliquer cette méthode (sensiblement la même que celle à l'oeuvre depuis des décennies dans les pays d'inclinaisons libérales) dans l'enseignement public, la santé ou les retraites. Toujours selon le même principe:
- Marteler l'impératif budgétaire sur les ondes (avec argument massue: les autres pays l'ont fait), 
- En appeler au bon sens populaire (en ratiboisant toute autre analyse), 
- Surfer sur le flux sans fin des rancoeurs individuelles,
- Faire des conséquences de la réforme d'un acquis social la cause de son dysfonctionnement et ainsi justifier son éradication ou son basculement définitif dans le secteur marchand.  

Il y a une chose formidable, mais mal vue, qui s'appelle l’impôt sur le revenu. Que les allocations familiales entrent dans les revenus imposables, OK, mais en ayant un impôt bien plus progressif (cette vraie grande réforme fiscale dont on a jamais vu la couleur). Les plus riches continueraient de toucher des aides, mais celles-ci seraient ponctionnées en retour pour ce qu'elles sont pour eux: un revenu supplémentaire et non indispensable. 

Allez. Soyons positifs. Comptons sur le gouvernement pour nous annoncer un truc bien, absolument pas truffé d'effets indésirables.

Articles connexes :


14 commentaires:

Politeeks a dit…

l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Fred Camino a dit…

Salauds de pauvres.

Artur a dit…

Bonnes intentions, mauvais résultats c'est effectivement un bon résumé des politiques socialistes. Seb, je ne comprends pas en quoi piétiner l'universalité est une logique libérale. Au contraire, ils sont favorables à la flat tax, suppression des niches fiscales, mêmes règles simples pour tout le monde et non usines à gaz règlementaires.

seb musset a dit…

@Artur > Bah si quand même un peu, même si libéral est un concept plus large. Disons que c'est la fausse bonne idée et que je ne la considère pas spécialement "socialiste". Mais bon, je sens que l'on ne va pas y couper. Reste à voir comment cela sera encadré. Quant à la flat tax, c'est également une fausse bonne idée: 15% sur 1000 euros, ce n'est pas du tout la même chose en termes de pouvoir d'achat restant que 15% sur 1 million.

Toutatis a dit…

On trouve ça sur le net:
"A Singapour, les aides à la natalité sont réservés aux plus aisés, et les aides à la stérilisation aux plus pauvres..."

Stephane Laborde a dit…

On sent bien là que sebmusset converge doucement vers la compréhension du revenu de base.

Le RdB est Universel, Inconditionnel, Cumulable.

Il ne crée donc aucune distinction possible devant la Constitution entre des hommes libres et égaux en droit.

Il ne permet donc pas de liguer 2/3 contre 1/3.

Il ne permet que de voir la nature de ce qui est le contrat social véritable et la nature de ce qui n'est absolument pas.

MHPA a dit…

Belle démonstration de ce glissement progressif subtilement amené qui finit par un pain dans la gueule.
A un peuple, il faut une vision, disait l'autre, là il n'aura qu'un coup de pied au cul pour le faire basculer dans sa tombe.
Très juste.

Le Parisien Liberal a dit…

juste pour préciser : comme tu écris "Derrière l'apparente justice, piétinant au passage le principe d'universalité, se cache la plus libérale des logiques."

NON ! La logique libérale, c'est pas d'allocation familiale.

Cessons d'associer le libéralisme à tout et n'importe quoi.

seb musset a dit…

@LeParisienLiberal > Lis jusqu'au bout c'est exactement ce que j'écris : au final du processus, plus d'allocation pour personne.

Le Parisien Liberal a dit…

c'est même pas ca. Le truc, c'est qu'on dit que l'allocation familiale est versée pour couvrir un cout, le cout de la famille.

Question : pourquoi de l'argent public (celui pris à des cotisants) vient sanctionner/compenser/indemniser le résultat d'un comportement privé ? Faire des enfants est une décision indiviuelle, il me semble.

seb musset a dit…

@LeParisienLiberal > C'est ça le problème, vous ne pensez qu'en terme de coût et d'individu seul au monde. On peut voir les allocations familiales aussi comme un investissement. Faire des enfants, au-delà du choix personnel, c'est in fine faire des salariés, des travailleurs, des entrepreneurs qui vont générer à leur tour de la richesse et rembourser au centuple ce qui a été donné.

Don Cormanno a dit…

Seb : Ce qui revient au même ; aider à "financer" le développement de la famille dans sa sphère privée dans le seul dessein d'en faire des salariés/entrepreneurs avec pour postulat le remboursement au centuple de cet investissement me parait être profondément "libéral" économiquement et philosophiquement parlant.

Au fond, les allocations familiales s'inscrivent dans ce formidable bouillon illusoire que l'on appelle orgueilleusement, la solidarité.

cathy matos a dit…

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministre_des_Affaires_Sociales_et_de_la_Sante_Marisol_TOURAINE_UN_CALCUL_PLUS_JUSTE_DES_ALLOCATIONS_FAMILIALES/

cathy matos a dit…

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministre_des_Affaires_Sociales_et_de_la_Sante_Marisol_TOURAINE_UN_CALCUL_PLUS_JUSTE_DES_ALLOCATIONS_FAMILIALES/