jeudi 10 novembre 2011

Ne pas se laisser contaminer

Genre : Film catastrophe. Coproduction internationale lourdingue.

Le pitch : Tu es mort quand tu t'endettes, tu es mort si tu rembourses, alors rembourse. 

Si vous avez raté les cinq premières minutes : Les politiques européens ont décidé de se couper leurs marges de manoeuvre en s'auto-forçant à s'endetter auprès des banques privées. Quarante ans plus tard, celles-ci contrôlent totalement les politiques et veulent récupérer les intérêts du pognon prêté. Elles commencent donc à sacrifier quelques dirigeants. Les autres, pris de panique, comprennent plus que jamais la nécessité d'impliquer et de culpabiliser les peuples en preuve de bonne foi envers les banquiers, dans l'espoir de calmer la colère du dieu Marché. C'est ainsi que, de concert avec les banques et les agences de notation, se développe le feuilleton télévisé quotidien du "triple A" auprès d'une audience formatée aux séries et émission aux règles abjectes et inhumaines de real-TV, ne croyant en rien sauf à l'argent. D'un pays exsangue à l'autre, la peur se propage. Nous reprenons le cours du film alors que les premiers ministres grecs et italiens sont invités à dégager par le dieu Marché pour faire place nette à de nouveaux programmes d'austérité. En embuscade, derrière ses montagnes de liquidité, le président chinois se demande qui il va bien pouvoir racheter à prix cassé ?

Notre avisSuccès critique de l'année 2011 et pourtant beaucoup d'incohérences de script. On ne comprend pas pourquoi, si ce n'est par manque de courage et d'imagination, les personnages principaux persistent à réitérer leurs erreurs face à des situations que l'on voit pourtant venir des mois à l'avance. Ne pas se laisser impressionner par des effets téléphonés et un mauvais jeu d'acteur. Le doublage français par Christophe Barbier, Jean Quatremer et Jean-Marc Sylvestre n'arrange rien.

Avis de l'office catholique : Il faut souffrir pour être belle.

8 commentaires:

Nicolas Jégou a dit…

Où est la télécommande pour changer le programme ?

Un partageux a dit…

Quand j'étais jeune les films cochons étaient seulement classés X. Mais on a fait de plus en plus cochon. Après la zoophilie et autres joyeusetés scatophiles on en est maintenant au triple AAA : c'est vraiment dégueulasse et faut avoir le cœur bien accroché.

Pour adultes pervertis.

gdec a dit…

si au moins on regardait ça un jour de tarif réduit... Même pas.

Mike Hammer Papatam Andropov a dit…

Un triomphe pareil dans les salles (de marché), ça va nous faire indubitablement de le suite (mais pas dans les idées).

BA a dit…

Vendredi 11 novembre 2011 :

Grèce : l'extrême droite au gouvernement, une première depuis 1974.

L'extrême droite est représentée par deux ministres dans le nouveau gouvernement grec de coalition, une première depuis le retour de la démocratie en Grèce en 1974 après la chute de la dictature des colonels, a indiqué un communiqué officiel vendredi.

Makis Voridis a été nommé ministre des Transports, et Adonis Georgiadis, au secrétariat d'Etat au Développement et à la Marine marchande.

robin a dit…

Encore un film d'épouvante avec des acteurs qui ont une tête de sadiques ! A quand un cinéma en adéquation avec le monde de rêves que l'on vit ?

nanou a dit…

En parlant de mauvais scenar, ce soir sur M6, ya une super emission sur la stigmatisation des pauvres et des malades qui osent prendre des arrets maladie
A voir absolument

stephane a dit…

La réalité sépasse la fiction !

Denisto explique bien la situation :

http://www.dailymotion.com/bistroducomplot#videoId=xm7stu

bon courage, a tous !