mercredi 6 juillet 2011

Pas de pitié pour les crédits

"Avec la crise, de plus en plus de ménages sont en grande difficulté financière. Entre janvier et mai 2011, les Français ont déposé plus de 106.000 dossiers auprès de la commission de surendettement, soit 12% de plus qu'il y a un an. Des difficultés de remboursement qui mettent notamment en péril le logement des ménages. Pour les aider à faire face à ces difficultés, la loi prévoit un garde fou: la possibilité de suspendre, jusqu'à deux ans, le remboursement des mensualités du crédit. Selon les informations d'Europe 1 ce lundi, les Français seraient de plus en plus nombreux à recourir à cette possibilité, qui de plus dispense du paiement des intérêts..."


C'est bien malin de vouloir rendre pénalement responsables les adolescents quand on passe l'éponge sur les conneries de leurs parents (pourtant à la source de cataclysmes économiques king-size).

Des "difficultés de paiement" ? Sans blague ? Pour rembourser des maisons achetées dix fois trop cher parce que M6 l'a dit, alors que les salaires sont collés au plancher ? La France des propriétaires, chef entrepreneur et redécorateur de son domaine à traites à qui le poulain avait promis dans le vide une défiscalisation des intérêts bancaires, vient pleurnicher maman loi quatre ans après pour avoir un report de crédit au motif que le logement du ménage est "en péril". Pauvre chou. C'est le moment d'y penser. 

Pourtant, bien illuminé était déjà le salarié qui, il y a cinq ans pouvait affirmer qu'il aurait aujourd'hui 1 / encore un boulot 2 / qu'il serait mieux payé ! Ceux qui n'ont pas les yeux plus gros que le ventre et se contentent d'un train de vie en rapport avec leurs revenus (c'est à dire d'une surface réduite et une hausse des loyers) apprécieront cette nouvelle mansuétude du législateur envers celui qui a une régie publicitaire à la place des yeux (car, vu et revu : un crédit; une fois que t'en as un t'en as cinq) et qui "n'a pas pu prévoir" qu'un troisième abonnement Heil-Phone pour le gamin allait compromettre son statut de propriétaire.  Quelle sera la prochaine étape ? Une hausse de la TVA pour les pauvres, histoire d'aider les classes moyennes à rembourser aux banques leurs crédits incohérents pour des baraques en papier crépon (mais avec decalcos Damido) ? Ou plus pervers encore ?

On me glisse dans l'oreillette que, à l'échelle de la dette publique, c'est ce qui se passe en Grèce

Entendons-nous, les endettés sont également des victimes d'un mécanisme, de banksters à la petite semaine, des sirènes cofinogesques aux paiements étalés supposément sans frais. Les endettés sont parfois même contraints à la dette (dans l'immobilier par exemple, avec des revenus équivalents, il est souvent plus simple de s'endetter sur 30 ans que de voir son dossier de location accepté). Il convient donc de dissuader ceux qui n'ont clairement pas les moyens, en premier lieu, de souscrire à des crédits. Par loi, par exemple, en interdisant, comme pour la cigarette ou l'alcool, la publicité pour l'emprunt toxique. 
(Combo concept d'une grande banque française : vente privée + crédit immo. Fallait oser.)

Inutile de préciser que nous prenons rigoureusement le chemin inverse et que dans le domaine de la bêtise économique, il est souvent bien simple de taper (trop tard) sur le méchant banquier (qui ne fait que son métier : capter ton pognon avant même que tu l'aies généré) que de regarder ses responsabilités en face. Avec nos boulimies d'avoir et notre indulgence complice envers "les facilités de paiement" servies sur un plateau par l'escroc, nous sommes aussi, à notre échelle, des criminels multirécidivistes.

Pour plus d'infos (et de fun), en toute objectivité, une seule référence...

3 commentaires:

Ju a dit…

elle est très bien, ta référence. JE plussoie !
A quand le prochain ?

sijbra a dit…

Une fois de plus, on trouve des pseudo-solutions aux conséquences du problème et non des solutions à l'origine du problème, c'est à dire le crédit irraisonné et vendu par les banques, le lobby immobilier, les pouvoirs publics et la plupart des médias qui posent rarement les vraies questions (consciemment ou pire inconsciemment).
A mon sens, il n'y a rien de pire que les fausses solutions qui font plus de dégâts à terme.
Merci pour ton travail. Un lecteur assidu de tes écrits.

WilnocK a dit…

Il faudrait que je refasse un sondage autours de moi, il y a 3 ans, aucun de mes proches en dehors de mes parents n'avaient de credits, j'ai aide au remboursemment des dernieres crances parentales, mais depuis le temps, je pense que des amis ont succombe au Cofinogisme et autre Cegelemite aigue. La prochaine bulle devrait arrive bientot (c'est tous les 5 ans ces trucs la, c'est comme les Tsunami, c'est regulier).
J'aime toujours autant tes ecrits