lundi 15 novembre 2010

L'antimatière

 

Défilé de rutilantes berlines aux vitres teintées dans la cour de L'Elysée comme dans le générique de "Champs-Elysées", bandeau "alerte info" pour signaler que non "Jean-Louis Borloo ne s'exprimera pas aujourd'hui", suivi en moto de cortèges ministériels coupant la circulation de Matignon au palais du Monarque (300 mètres de distance), image coupée en 4 directs comme dans "24 heures chrono" (sauf qu'ici il s'agit de 8 heures d'ennui avec de gros plans continus sur les portails dorés des différents ministères), répétitions de l'aube à la nuit de la même litanie journalistique sur l'insoutenable suspens autour du casting se décidant dans le secret des salons de la République.

La popularité du Monarque est tellement basse que celui-ci a besoin de recréer de toutes pièces l'euphorie d'un soir d’élections (gagnées) pour produire les images nécessaires à son feuilleton du pouvoir. Et de l'euphorie, sur les chaînes d'information continue, je n'en avais pas vu autant depuis le soir du 6 mai 2007. On critique souvent le JT de la première compagnie, ce n'est rien rapporté au spectacle offert par les chaines d'"information continue" en ce dimanche de "remaniement" ministériel. 
(du suspens.)

(de l'action.)

(de la tension.)

(des envoyés spéciaux de l'impossible.)

(des "cliffhangers" en série.)

Victoire dans la défaite : "il" a encore monopolisé l'espace d'information et les rédactions des chaines d’information continue. Machines à recycler l'antimatière monarchique avec symboliques images du "clinquant" et du "mouvement", avec ses "révélations" au compte-goutte estampillées "alerte" ou "exclusif" tuant l'analyse, elles ont encore brillé par leur totale soumission à l'agenda médiatique du Roi, le précédant même de plusieurs heures, esquivant pour l'occasion le reste de l'actualité mondiale, la mascarade du G20 et, plus près d'ici l'incendie meurtrier dans un foyer de travailleurs immigrés

Bien sûr, la majorité des français se contrefout de cette non-information. Au contraire elle contribue à l'écoeurer encore un peu plus de la politique, au-delà du blogueur masochiste, la clientèle visée étant le vieil électeur UMP qui en aura pour son argent. 

L’ÉLECTEUR UMP
"- T'as vu Maman, ils travaillent même le dimanche !"

Résultat de ce non-évènement : rien ne change, il ne peut en être autrement. Hormis la présence d'un troll king-size en charge d'internet et l'arrivée du storm-trooper au tourisme, le gouvernement n'a bien évidemment rien de révolutionnaire. La parité escroc / potiche est assurée.  

(20h15, diffusion du dernier épisode de la saison : la révélation.)

C'est ici que j'ai envie de citer un de nos maîtres à penser l'information qui devait rager de ne pas faire partie du ballet dominical de la communication de palais :"Quand Internet court après le buzz et que l'information officielle court après internet, le buzz devient de l'information officielle."

A demain pour de nouvelles images de la comédie du pouvoir.

8 commentaires:

Emma Indoril a dit…

La vidéo est terrible !! on ne dira jamais assez le mal que les années 80 ont fait en toutes matières.

La France, donc, c'est des plumes dans le cul, normal pour un peuple qui a un coq comme emblème !

Gildan a dit…

Du CNN à la française...Je regardais itv mais depuis la rentrée je ne supporte plus...
Hier...pathétique...même Audrey n'en peut plus!
:)

FRED BOULLET a dit…

Super la photo "Claude Néant présente l'antimatière" !!!

Denis a dit…

Je ne suis pas sûr que rien n'a changé. Les départs de Borloo et de Morin sont des mouvements éminemment tactiques, me semble-t-il, en direction d'Europe Ecologie et du Modem. Quant à Villepin, il perd toujours un peu plus de ses cadres.

Voir voie Militante.

Rafo a dit…

Borloo ovationné comme une rockstar au sortir de l'Elysée, c'était vraiment surréaliste.
Pour paraphraser notre hôte qui usait déjà de cette formule au sujet du vol Rio-Paris : "des heures et des heures de direct avec de la non-info".
Les chaînes dites "d'information" sont vraiment devenues des carpettes à politicards. Et comme le disait Coluche il y a pourtant un bon moment (comme quoi, ça a vachement changé) : "Les journalistes ne croient pas aux mensonges des politiques, ça les empêche pas de les répéter".

Stéphane Laborde a dit…

C'est navrant toute cette mascarade. Comment, connaissant l'histoire et ses mauvais rôles, peut-on être aussi abruti au point de les endosser sciemment ?

Alors que des circonstances exceptionnelles, historiques, appellent à une révolution de l'ensemble du système démocratique et économique, que l'occasion est rêvée pour des visionnaires imaginant une mutation de civilisation pour entrer dans l'Histoire, des politiques dont ce devrait être l'objectif premier, ne savent que reproduire des schémas mortifères.

Il faut que se lève une aspiration nouvelle ! C'est trop long !

Anonyme a dit…

Et pendant ce temps, Pascal Nègre...snif, non, c'est trop triste :

http://www.youtube.com/watch?v=fatNS2bpmxs

Bientôt un feat avec les jeunes populaires ?

Plus sérieusement, tu pourrais nous faire un billet de fond sur l'inadaptation patente des propagandes 2.0 à la sauce frédéric lefèbvre ? Parce que je pense qu'il y a des éléments positifs à retirer du constat que la com' affiliée au gouvernement et aux capitalistes va inexorablement toucher un point de rupture, un moment clé où, en contradiction avec le réel, elle va finir par s'effondrer sur elle-même en produisant l'effet exactement inverse de celui escompté...

Lebreton a dit…

Si on écoute l'entretien du Président de la République, on entend :
« Et Jean-Louis Borloo un jour rentrera… rendra d’autres services à la France »

Le Président n'aurait-il pas promis le poste de Premier ministre à M. Borloo en cas de victoire (après un ralliement de dernière minute de celui-ci !) ?

Vous pouvez consulter la vidéo sur le blog de l'association pour une démocratie directe : « ET SI M. BORLOO ATTENDAIT D’ETRE PREMIER MINISTRE… EN 2012 ! »

Cordialement