lundi 30 novembre 2009

En quête d'action interdite au cœur des preuves exclusives

M6, un dimanche soir de 2011. Bernard De la Volardière nous présente un nouveau numéro de "En quête d'action interdite au cœur des preuves exclusives".

BERNARD DE LA VOLARDIERE
Cette semaine, découvrez une émission choc et sans tabou sur un milieu secret : Un univers agité, hostile, bassin de toutes les maladies, sources de toutes les dérives où les polémiques et les frictions ne manquent pas :

"Délinquance infantile, immersion au cœur de la bataille des crèches"

* * *

Le reportage. Musique d'ambiance : Thème d'angoisse sorti de la B.O du Silence des agneaux ou d'un autre film à base de psychopathe mangeur d'organes.

VOIX OFF
Dans une banlieue française comme tant d'autres, voici l'établissement "Sainte Karima" de sulfureuse réputation, un établissement animé et sous haute tension.

8 heures du matin. Les premiers parents insouciants abandonnent leurs enfants. Moyenne d'âge : 23 mois.

Tandis que le personnel inexpérimenté et en sous-effectif déroule les barbelés séparant les différentes sections, déjà les premiers bambins improvisent une course de tracteurs dans l'allée de service.

L'ambiance est bon enfant. Mais ici tout peut dégénérer en un clin d'œil. Jets de canards en plastique, invectives, lancés de biberons : Le réfectoire est le théâtre d'affrontement entre les bandes rivales de la section des chenilles et de celles des papillons bleus.

Ces bandes sont le cauchemar du Capitaine Flamme. La BOC, brigade d'observation des Crèches, est sur le pied de guerre.

9h39. C'est un appel Babyphone anonyme qui donne l'alerte. Des enfants sont en groupe autour du château en mousse. Ça sent la bagarre.

LE CAPITAINE FLAMME
Allez les gars ! 5 ou 6 gamins entrain de crier, on y va !

VOIX OFF
En veille derrière la table à langer, tant que la rixe n'a pas débuté, le capitaine Flamme préfère ne pas intervenir. Mais très vite, les jeunes armés d'animaux de la ferme en modèle réduits se massent autour des poufs Winnie l'Ourson. Les chefs de la bande, appelons-les Rachid et Mouloud, qui à moins de deux ans marchent déjà, profitent d'un moment d'inattention de l'innocente Marie-Cécile pour lui chaparder un cahier de rébus Dora l'exploratrice.

La réaction de la BOC est immédiate.

LE CAPITAINE FLAMME
ON CHAAAARGE !

VOIX OFF

Jeunes et policiers en décousent à coups de Lego et de Lacrymaux. Rachid et Mouloud sont interpellés et n'opposent aucune résistance. Le calme revient.

Ces éclats de violence sont devenus la particularité des crèches, au point d'en devenir les points les plus chauds de la jeunesse française. Face à l'insouciance de parents des cités voisines aveuglés par leurs parcours professionnel, encadrés par un personnel illégal, souvent inexpérimenté et en sous-effectif chronique, des centaines de milliers d'enfants y transitent chaque jour.

Le personnel de la crèche Sainte-Karima est constitué d'une seule employée en charge de la cuisine, du nettoyage, du change des 37 gamins et de la lecture des contines.

Par peur des représailles, l'employée (une sans-papier d'origine roumaine) témoigne floutée. Sa voix sera modifiée. Son expression étrangère et son vocabulaire étant compliqués à identifier nationalement, nous sous-titrerons ses propos :

MARUSCHKA Z.
Miséricorde, la tache qui m'incombe est surhumaine. Il m'est impossible d'en accomplir plus sans risquer l'œdème de Quinke.

VOIX OFF
Au cœur de la crèche, les affaires de la délinquance sont florissantes : Deals de compote, fraudes à la tétine, vandalisme sur peluches, dégradations sur les murs à la craie pastel, coloriages débordant des lignes....

LE CAPITAINE FLAMME
Ces incivilités coûtent cher à la collectivité !

VOIX OFF
Pour tenter d'enrayer le problème en complément de la vidéo-protection, les agents de la BOC renforcent leurs rondes.

11h30.

A l'approche du repas, les esprits s'échauffent. Le capitaine Flamme et ses hommes se dirigent dans les section des libellules. Un indic de grande section leur a signalé une escroquerie au crouton de pain.

Un jeune est appréhendé mâchouillant un morceau de pain alors qu'il a officiellement fini sa purée poulet-brocoli.

LE CAPITAINE FLAMME
Bon bah alors là on le fouille pour voir s'il n'a pas d'armes sur lui... Tiens Bingo ! Qu'est ce que je vous disais !

VOIX OFF
Un des hommes du Capitaine Flamme sort des poches du fraudeur une cuillère en plastique de dix centimètres. Le capitaine soupçonne le tricheur d'être le maillon d'un réseau de plus grande envergure.

LE CAPITAINE FLAMME
Là on est sur du lourd. Cuillère en plastique, paille, hochets, nounours magique, décalcomanies : Il a l'air inoffensif mais ils est organisé. Je suis certain que si on fait une perquisition chez lui, on trouvera toute la panoplie du trafiquant de jouets de fabrication chinoise.

VOIX OFF
Et ce n'est pas tout. Dans le casier du jeune, on trouve aussi du lait concentré sucré non déclaré, et donc nous soumis à l'impôt : Un délit auquel le capitaine est de plus en plus souvent confronté.

LE CAPITAINE FLAMME
C'est de l'évasion fiscale ni plus ni moins.

VOIX OFF
Ramené dans la cellule du local à poubelle qui sert de commissariat de fortune à la BOC, l'interrogatoire se poursuit, avec difficulté.

LE CAPITAINE FLAMME
Alors cékikila amené ? Tu vas parler dit !

MALCOLM X. (jeune délinquant flouté à peau noire)
Areuh beuhha gabouh...

LE CAPITAINE FLAMME
C'est le principal problème qu'on a avec les étrangers : Ils parlent pas notre langue.

VOIX OFF
Devant les réponses évasives du fraudeur, le ton monte.

LE CAPITAINE FLAMME
Tu vas avouer oui où je demande au procureur de t'emmener dans la grotte de la sorcière qui mange les petits enfants !

VOIX OFF
Le jeune tente alors une manœuvre à laquelle la BOC est rodée : Le hurlement suivi de pleurs hystériques.

MALCOLM X.
Maman ! Je veux ma maman !

LE CAPITAINE FLAMME
Bon allez : 24 heures de mise en examen, ça va t'attendrir.

VOIX OFF

Le capitaine aurait bien remonté la filière mais c'est le travail de ses collègues des douanes. De plus, il a un impératif de résultat de la part du ministère de l'intérieur. A l'approche des élections, le président a fait de la question de l'insécurité infantile, une de ses priorités. Il faut dire que les statistiques des cinq dernières années ne sont pas brillantes. Dans les crèches, les vols à l'arraché de jouets sont en progression de 1774 %, les diffamations en hausse de 2420 %, les crachats, vomis et cacas intempestifs, eux, explosent littéralement.

LE JOURNALISTE
Certains disent que en réduisant drastiquement les effectifs de l'encadrement de 350%, le gouvernement a créé les conditions du chaos dans la crèche.

LE CAPITAINE FLAMME
Kiki dit ça ? Des gauchistes utopistes sûrement. Moi je sais pas, je fais mon boulot sans me poser de question. Les commentateurs commentent, moi mon boulot c'est d'agir alors j'agis, chacun son métier. Tout ce que je peux vous dire, c'est que notre budget n'a pas été revu à la baisse. Regardez donc : Un Taser tout neuf !

VOIX OFF
Le Capitaine et ses hommes sont fiers de nous exposer leur arsenal clinquant : Pistolet à décharge électrique, casque à pointes et grenade défoliante. Avec ça, les délinquants en culotte courte n'ont qu'à bien se tenir.

La pause détente est de courte durée. 14h10. Le capitaine et ses hommes repèrent un attroupement suspect à proximité de la salle de sieste. Des jeunes qui préfèrent jouer bruyamment plutôt que de passer cette période digestive à écouter avec leurs camarades le dernier album de Carla Bruni, imposé par décret ministériel au programme des crèches françaises pour l'endormissement des plus petits.

LE CAPITAINE FLAMME
M'sieurs dames, police. Papiers 'siouplait.

VOIX OFF
Devant le manque de réponse assimilable à une insulte à agent de l'état dans l'exercice de ses fonctions, une fouille au corps est opérée par les hommes de la BOC. Le fruit de la collecte fait froid dans le dos.

Crécelle, Schtroumpf grognon, cubes en bois à forme carrées : L'attirail du petit anarchiste en herbe.

LE CAPITAINE FLAMME
Comment t'explique ça, hein ! Un râteau vert ? C'est quand même pas pour se faire des sandwichs !

VOIX OFF
Parmi les interpellés : Des gamines. Ce qui n'étonne plus les hommes de la BOC.

LE CAPITAINE FLAMME
Vous savez l'après-midi, les mioches savent pas quoi faire alors ils trainent à jouer dans la crèche. C'est le désordre. Et à cet âge-là, c'est vite incontrôlable.

VOIX OFF
A peine a t-il eu le temps de finir sa phrase qu'un des voyous s'enfuit à quatre pattes.

LE CAPITAINE FLAMME
Vas-y serre-le, serrre-le !

VOIX OFF
Trois hommes de la BOC maitrisent virilement l'individu, tandis qu'un quatrième l'asperge de gaz paralysant. Du moins le croit-il.

UN DES HOMMES DU CAPITAINE
Oh pétard ! Kika remplacé mes lacrymaux par une bombe de crème chantilly ?

VOIX OFF
Les collègues éclatent de rire. Un peu de malice ne fait pas de mal. La facétie allège l'atmosphère plutôt tendue à laquelle nos héros anti-crime se confrontent au quotidien.

UN DES HOMMES DU CAPITAINE au talkie
Zebra 3, ici Les Experts Toy's are Us, envoyez un tchou-tchou à salade couloir nord. On a coincé une bande préméditant un coup.

LE CAPITAINE FLAMME
Ils devaient vouloir détourner les petits vélos rangés sous le bureau de la directrice pour les envoyer dans les pays de l'Est. Un classique du grand banditisme

VOIX OFF
Direction la cellule de garde à vue. Avec les arrestations du matin, ils sont désormais 17 à s'entasser dans le local à poubelles.

LE JOURNALISTE
C'est pas un peu dur comme condition de détention ?

LE CAPITAINE FLAMME
Pensez-vous : C'est rarement leur première garde à vue. C'est malheureux mais on les arrête une fois par jour en moyenne. En fait, la prison c'est leur vraie garderie. Nous on peut rien faire d'autre. On est là pour les arrêter, alors on les arrête.

VOIX OFF
Hurlements, jets de couches sales... C'est vrai que la faune des sauvageons a de quoi effrayer.

LE JOURNALISTE
Vous n'avez pas peur qu'ils développent une certaine amertume envers l'autorité et qu'ils deviennent violents ?

LE CAPITAINE FLAMME
Vous savez c'est d'abord une question d'éducation. Y aurait surement des contrôles à faire et des enquêtes à mener chez les parents, mais c'est pas notre juridiction. C'est malheureux mais on les récupère comme çà. Nous on est là pour les arrêter, alors on les arrête.

VOIX OFF
Dans le hall d'entrée, la jeune Ingrid, récente recrue de la BOC, use de techniques plus humaines pour décrocher des informations afin d'endiguer sur le phénomène des bandes qui a pris une tournure inquiétante depuis quelques mois.

INGRID
Brian, si tu dénonces celui qui t'as donné le xylophone, je me débrouille pour alléger les charges. Peut-être même qu'on pourra t'avoir une sucette.

VOIX OFF
17h10. Le soleil se couche sur la crèche Sainte-Karima. Au terme de sa journée de prévention, La BOC a procédé à 32 interpellations. Autour d'une grenadine bien méritée, le capitaine et ses hommes font le bilan.

LE CAPITAINE FLAMME
Sur un effectif de 37 gamins, je dirai que c'est une bonne journée. Moins bonne qu'hier mais pas mal quand même.

VOIX OFF
Les premiers parents sont de retour. Excédé de devoir encore s'acquitter de la caution (équivalente à une journée de salaire moyen) pour sortir son petit dernier du local à poubelles, le père de [Mouloud] confesse son désarroi :

LE PÈRE DE [MOULOUD]
Je lui en collerai bien une à ce petit con ! Mais bon maintenant avec l'interdiction de la fessée : y serait capable de porter plainte !

LE JOURNALISTE
Alors Capitaine Flamme : 60 euros par gamin libéré, vous avez pas l'impression d'être des collecteurs de taxes pour le trésor public ? La prévention de la délinquance c'est un business lucratif en temps de crise ?

LE CAPITAINE FLAMME
Oh vous savez nous on est là pour arrêter, alors si vous posez trop de questions je vous arrête. On touche juste une petit commission. Les temps sont durs à cause des sans papiers qui nous piquent notre boulot et toussa, alors ça fait pas de mal. Et puis, on réinvestit beaucoup pour la prévention. Tenez, l'année prochaine on se fait livrer des camions à eaux avec canons à ultrasons et parait même que des milices vont venir nous épauler.

VOIX OFF
L'apéritif est de courte durée. 18h30. Il est l'heure pour les hommes de la BOC de se rendre dans les autres crèches de la ville, récupérer leurs enfants à eux. En espérant qu'aujourd'hui tout se sera déroulé sans heurts.

* * *

Retour sur la plateau.

BERNARD DE LA VOLARDIERE
Voilà, c'est la fin de notre numéro qui, je l'espère, aura contribué à vous donner l'image la plus inquiétante possible de la jeunesse de France et retranscrit l'abnégation quotidienne des héros de la BOC.

La semaine prochaine à cette heure ci retrouvez Valérie Damido pour un Déco and Co spécial prison (parce qu'une détention préventive ça peut être long autant en faire un moment cosy).

Nous, on se retrouve dans 15 jours pour un Zone exclusive au cœur de la jet set spécial pourquoi les patrons du CAC 40 méritent d'être payés double.

12 commentaires:

cedh007 a dit…

il ne faut pas se voiler la face,il y a une campagne de racisme contre (essentiellement) les maghrébins d'une gravité extrême,orchestré par des politiques incapables de faire face a la crise sociale que nous traversons,tout ça mis en musique par des médias qui font leur choux gras avec la peur et le catastrophisme. entre banlieues,histoires de burka,quelques mecs avec un drapeau algérien sur le dos après un match de foot,le vote suisse sur les minarets,etc,etc.......je ne pense pas dire une connerie en disant que cela rappelle les années 20 ou 30 en Europe,avec les conséquences dramatiques qui s'en sont suivies. tout ça n'est que pur scandale et je suis sur que certains d'entre nous devrons prendre la route de l'exil. tout ça ne s'arrêtera pas la,on verra des diatribes haineuses et mensongères contre les homos,ce qui a déjà commencé avec marine le pen,qui cherche a tout prix a faire l'amalgame entre pédophilie et homosexualité,après ils ouvriront la chasse aux mecs dit associables,comme tout ceux qui tentent de penser par eux mêmes,etc,etc. tout ça est lié et fait froid dans le dos. le mot fascisme n'est pas de trop dans cette affaire.

Anonyme a dit…

Re le Sinistre

Tout à fait, cedh007.

Pour ma part, je penses qu'il est temps de retirer son blé des banques, acheter de l'or et de l'argent (en ces temps pourris, je le rappelle, ce sont les seuls trucs dont les fondamentaux sont bons, et en plus c'est pas cher pour l'instant, même Seb Musset devrait en acheter quelques pièces) et revendiquer ma lointaine ascendance arabe pour me faire une petite place au soleil, loin de Sarko et des veaux qui ont votés pour lui...

pilulerouge a dit…

Voilà la bonne vieille recette de la droite décomplexée, sortie tu placard avant un scrutin régional. En ingrédients principaux, le sentiment d'insécurité, un cacheton de viagra patriotique couleur bleu blanc rouge (certified by Eric Besson), et un bon supo sarko pour bien faire dodo. Quel courage notre beau Naboléon, de monter en première ligne pour ces élections. Il faut dire qu'il sera difficile de faire pire que la dernière fois.


@anonyme

"Pour ma part, je penses qu'il est temps de retirer son blé des banques, acheter de l'or et de l'argent"

Pour ma part c'est déjà fait.

Toutes les futures grandes puissances (ex :Inde, Chine, Russie) se ruent vers l'or et les matières premières (lingots, achat de mines, carrières, cuivre, zinc...). Ex : le gouvernement chinois vient de demander à tous ces citoyens d'acheter de l'or. La production de pièces aux U.S.A,et en Europe n'arrive plus à suivre. Contrairement à ce qui est dit dans les médias, l'augmentation du cours de l'or n'est pas seulement spéculative. Il témoigne de la total perte de confiance des peuples envers le système (économique, politique, médiatique). Beaucoup, on compris que le bouquet final ne va plus tardé. Plus l'or augmente, plus le dollar s'approche de la sortie. Nous assistons sans mauvais jeu de mot à une révolution doré. Malgrés toute les magouilles des banques centrale qui fond tourné la planche dollar comme jamais, de la propagande sur la reprise économique, la défiance se couvre d'un parapluie doré avant l'orage.

Ncall a dit…

sert-le sert-le ou serre-le serre-le?

Anonyme a dit…

re le sinistre

Pur l'instant je suis à l'étranger, mais dès que je rentre en France, je m'occupe de ces formalités... reste à savoir comment on peut acheter de l'or et de l'argent par l'intermédiaire de sa banque, ou si il y a des commerces spéciaux pour ça.

seb musset a dit…

@Ncall > Merci pour la correction.

pilulerouge a dit…

@anonyme
"reste à savoir comment on peut acheter de l'or et de l'argent par l'intermédiaire de sa banque"

Pour moi, la C.E à purement et simplement refusé de m'en vendre et ils ont tout fait pour m'en dissuadé (c'est pourtant, historiquement, leur rôle). J'ai donc acheté auprès d'un comptoir spécialisé. Il faut compté environ 2% de commission à l'achat puis à la vente + l'impôt à la revente. L'envolé est telle qu'au bout de 2 semaines j'avais déjà compensé le coût de l'opération (ex : il y trois semaines "Napoléon 20f" 137 euros piéce, aujourd'hui plus de 150 euros). Je vous laisse faire le calcul! Féfiez vous des lingots or, un énorme scandale à éclaté, montrant que les USA on fourré des milliers de tonnes d'or au Tungstène et revendu une partie sur le marché international. N'acheter surtout pas de l'or sous forme papier car les banques ont vendues 50X plus d'or que se qu'ils ont dans leur coffre. J'ai avant tout acheté pour mettre ma famille à l'abri, pour échappé à l'inflation, et parce que je n'ai plus confiance dans le système bancaire.

@seb
Désolé pour le hors sujet.

Anonyme a dit…

re le sinistre

je suis au courant pour les lingots au tungstène, et pour l'or papier.

Et ça pue aussi du coté des lingots argent. La JP Morgan est mouillée là dedans.

Par contre, je ne sais pas où je peut trouver de comptoirs spécialisés à Lyon et à Paris, ou encore à Budapest... si quelqu'un a des infos sur ce sujet, je suis preneur !!!

pilulerouge a dit…

Moi je suis aller là (paris): http://www.ccopera.com/

Anonyme a dit…

Intéressant...

Manque de Pot, je ne passe pas sur Paris avant un bon bout de temps, mais merci quand même.

S. a dit…

tu as encore la télé?!

Anonyme a dit…

Pour quoi faire, entendre Pernaut sortir ses conneries ?