mercredi 12 août 2009

Tu prendras bien une petite reprise dans ta gueule ?


Ami pauvre, n'écoute pas ceux qui, tournant à la coke ou au Figaro (mêmes effets constatés chez les lecteurs UMP), aux beaux jours des indicateurs conjoncturels à peine moins négatifs, squattent de nouveau les ondes de radio et les plateaux télé pour t'affirmer que la crise de la finance en 2009 n'était qu'un mauvais rêve.

Leur hit de l'été : Yippie, c'est la reprise !

Tu auras compris du fond de ta misère crasse, devant de ton plasma acheté en revolving, qu'il s'agit de leur reprise, qu'ils sont de retour, optimistes à la dérive sur l'océan sans entraves des juteuses carambouilles qui repartent comme en 40.

La crise financière est déjà finie pour eux, la crise économique ne fait que commencer pour toi.

Certes, ils ne s'adressent pas à toi mais visent la clientèle encore solvable qui lit Challenges, regarde LCI et vote qui vous savez.

En décodé, ils leur roucoulent un :

"A la bourse, on recommence à se gaver grave.
Si vous aussi vous voulez en croquer, contribuez à notre bonne fortune en achetant massivement nos titres avant que ça s'écroule à nouveau, ce serait cool merci !"

Un jour, il faudra penser à établir un code de déontologie du talk-show : A partir du moment où il possède une seule action, un expert en économie ne devrait pas avoir le droit de s'exprimer sur un plateau. A défaut, établir une signalétique.

Problème, la plupart de ceux que l'on entend dire tout et son contraire suivant l'actualité, travaillent pour des banques quand ils ne dirigent pas carrément des fonds de placement. Comprends que tes réalités, ils s'en balancent. Comme les acteurs de films à gros budget, ils sont en promo.


Toi le pauvre spectateur, ta problématique bien que différente n'en est pas moins corrélée à celle des joyeux experts. D'expérience... plus ils sont contents, plus tu dois craindre de nouvelles misères.

Toi, fonds de roulement du système bancaire, tu as déjà 12 crédits sur le dos.


Hier, sans te demander ton avis, ton état souverain a comblé les découverts des banques qui sous l'impulsion des mêmes experts spéculèrent sur ton dos et n'importe comment. Avec cet argent, ton monarque aurait pu améliorer ton existence, instruire mieux tes enfants, te soigner ou te loger décemment. Rien de tout ça, il a glissé à nouveau des jetons dans la machine à cupides.

Six mois à peine et voilà que les institutions merveilleuses provisionnent
le magot de leurs mercenaires (amis de nos experts, tout cela est un petit univers) : 1 milliard par ci, 20 milliards par là. Il est pas parfait le monde des immondes ?

Le 11 août, sur le plateau de C dans l'air, Marc Touati, Dg de Global Equities, hilare, te ressort le couplet patriotique : "Notre métier c'est de faire de l'argent. Si on en a fait pas, nos traders iront en faire ailleurs."

Plus tôt, ton monarque a agité éthique et moralisation. Bien sur, plus proche de Touati que de toi, il n'en pensait pas un mot.

Nouvelle euphorie des élites de la finance stratosphérique qui soufflent dans la bulle et insolvabilité grandissante des gens plus bas que terre, là-bas dans ta vraie vie.

Alors, il n'y a pas 36 solutions pour que tu arrêtes de subir les pandémies de grippe bancaire (parce qu'une par an, et dans ce concert de bonne humeur je sens que la prochaine est pour bientôt, ça commence à faire beaucoup) :

- La nationalisation des banques.
- ou, là tout de suite, à défaut de tout renverser, imposer à 95% bonus et parachutes dorés. (Il leur restera toujours mille fois plus qu'à toi, ce qui est largement assez.)

En bout de course, si les hystériques ne se remettent pas en cause, il nous restera l'extrême option :

- Le bûcher.


Entre deux pronostics féeriques sur le plateau de France 5, Marc Touati le sent bien. En cas de jacquerie, il prépare son alibi :

MARC TOUATI
Ah non, non... chez Global Equities ne sommes pas des traders... Nous ne faisons que vendre.*

La plus grande qualité de l'expert en économie, c'est d'anticiper les tragédies.

* à 19.45 sur la vidéo.

[billet updaté à 0.48, 13.08.09]

18 commentaires:

seb musset a dit…

Et participe au jeu concours :

Trouve Marc Touati sur l'illustration.

A gagner : Une promesse de Christine Lagarde.

Edelihan a dit…

Si l'on part du principe que l'on garde la personnalité des personnages de Groening, le personnage représentant Touati est Homer. Le présentateur des Simpsons peut être qualifié de stupide mais pas de corrompu.

Si l'on part du principe qu'il s'agit juste d'une illustration, Touati est le présentateur, puisque c'est lui qui a mené la barque durant la moitié de l'émission, et que "Homer" n'a que mollement contesté ses dires, pourtant hautement contestable.

Edelihan a dit…

Suite : La réponse était peût être uniquement visuelle. Le présentateur a la même coupe que Touati, la même forme de visage, etc... Reste 15 ans de différence d'âge apparante.

Dagrouik a dit…

Nous n'achetons rien, nous ne faisons que vendre.

Rien que ça mérite un coup de pelle. Ca prouve que touatti se fout de la gueule du monde.

Le bucher n'est pas compatible avec la lutte contre le réchauffement climatique, tu devrais plutôt penser à ma méthode copy-left à base de machine à 99euros et de 16 gentils cochons.

Edelihan a dit…

@Dagrouik : il n'y aura de toutes façon pas assez de matières premières.

http://www.marianne2.fr/Remuneration-des-traders-Lagarde-oublie-de-regarder-ailleurs_a181755.html

leo tisserand a dit…

"Nous n'achetons rien, nous ne faisons que vendre". Voilà, donc la nouvelle phrase écrite en gros au-dessus de mon petit bureau. Ça me fera l'été qui s'enfuit.

Ce qui n'est pas dit, c'est que c'est "nous" qu'on vend, mais jamais n'achète.

Pour le reste (et quel reste !) "les 10 signes de la reprise" selon Le Figaro, quel bel article d'enfumage.
Mais c'est bientôt la rentrée, y'a un message à faire passer : retournez consommer, les gueux ! Ça peut marchotter. Et pourquoi ? Parce que si tu as gardé ton emploi, qu'autour de toi, personne n'est "tombé" dans le chômage, il est de première importance de faire passer ce message. L'impact est bien souvent psychologique. Beaucoup, parce que, "on" a martelé (ils aiment ce verbe, le journalistes ..) "C'est la crise, c'est la crise, c'est la crise !" ont moins dépensé, consommé qu'à l'accoutumé, se disant que, laissons passer l'orage.
Si maintenant, les mêmes leur disent : "L'orage est passé !", et ... martèlent ce nouveau message, alors, celui, celle, ceux qui ne sont pas touchés par la crise (de près, de loin) retourneront consommer. Et puis c'est la rentrée. C'est bientôt les fêtes de fin d'année, on ne va pas quand même pas conclure cette 2009 dans la morosité, les gens ? .. Bref, la crise est toujours là (on attend la seconde couche, en gros) mais le Figaro la joue psychologique. Il faut voir, aussi, quel est le profil de base du lecteur du Figaro : pas vraiment un chômeur, ni un précaire de compétition. Ceci expliquant cela ..

Slovar a dit…

Salut Seb

Les économistes sont des gens qui sont capables de prédire, définir et condamner des modèles sans jamais avoir créé une seule entreprise ...

C'est magique non ?

Romuel a dit…

la raison pour laquelle il ne faut pas attendre des economiste de predire l'avenir:

L'economie en elle meme, ses fonctionnement, lois et principes (c'est pas le meme mot sous synonyme ça?) est simple a comprendre.
Seulement, en l'appliquant a la realité, il y a tellement des comptabilité differentes a prendre en compte qu'au final cela devient ingerable. Tout au plus peut on souligner des tendances, mais pas grand chose d'autre.

kmouhoubi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
kmouhoubi a dit…

L'économie n'est pas une science, c'est une imposture.
Voir à ce sujet un article datant de 2005 sur mon blog : http://k.mouhoubi.free.fr/monblog/?p=54
On y parlait déjà de "mathématiques financières", vous savez, ces élucubrations pseudo scientifiques qui ont mis l'économie mondiale à genoux...
Vous voulez que je vous dise ? L'économie c'est la cancer de notre temps !
Il faudra bien lui faire un sort, celui réservé aux religions...
Oui il le faudra bien si nous voulons être libre, enfin libres !

Romuel a dit…

imposture, c'est vite maché quand meme.

Tenir l'economie dans un menage, cela n'a rien de sorcier. Ou meme dans un p'tit bazar, ou encore en tant que travailleur independant, c'est pour soi, donc cela va tout seul (pas facile a tenir, surement, mais je veux dire qu'on peut facilement comprendre ou on en est)

Tirer des prevision economique sur la productivite generale (autrement dit le PIB) esperee d'ici les 12 prochains moi parce qu'on a glissé des pots de vins aux employeurs pour limiter le licensiement, CA c'est une imposture.

Je prefere juste que l'on fasse la nuance.

Enfin, en me relisant, je me trouve un peu sec et froid. En esperant d'en etre excuse...

seb musset a dit…

@leo @dagrouik > J'ai retrouvé le passage exact et updaté. Ça sonne moins bien mais ça dit la même chose.

Le reste de l'émission est du même tonneau. Manifestement il avait passé une bonne journée.... de vente.

BA a dit…

La complicité entre le monde politique français et les banquiers éclate chaque jour davantage.

Dernier épisode de cette complicité : le trio Eric Woerth-Florence Woerth-Daniel Bouton.

Dans la France d’en-haut, la complicité entre les ministres et les banquiers confirme que la politique actuelle n’est qu’une politique destinée à enrichir les riches, et à laisser les pauvres se démerder.


http://www.bakchich.info/Daniel-Bouton-le-guere-du-golf,08429.html

stangrof a dit…

Bonjour, pourquoi le bûcher? c'est beaucoup trop doux comme chatiment. Je propose la réintroduction de la roue. Cela leur laissera le temps d'expier! :-)
On peut toujours réver mais si ça tourne mal, ils seront partis depuis longtemps.
A bientôt

penseesephemeres a dit…

Acide et divinement rédigé selon moi. J'adhère! Bonne continuation, jeune homme, vous venez de gagner un lecteur sans promesses

seb musset a dit…

Réponse du jeu : il y avait un piège, il est les deux.

Bon joueur, voici le cadeau : une promesse de croissance toute fraiche par Christine Lagarde

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/social/20090813.FAP8472/croissance_au_2e_trimestre_un_chiffre_clairement_positi.html

kmouhoubi a dit…

@Romuel : Quand je parle d'imposture je pèse mes mots.
Les croyance sur la main invisible du marché tu appelles ça comment ? moi j'appelle ça une imposture ou une religion, c'est la même chose après tous.
L'économie actuelle s'appuie sur un certain nombre de postulats qui n'ont rien de scientifique.
Ces postulat relèvent plus de la croyance ou de la spéculation intellectuelle que de la science.
Les sociologues qui sont eux des scientifiques, contestent souvent ces postulats mais ont les catalogue alors de "penseurs marxistes" ou "d'altermondialiste"...
Cette doctrine économique a ses grands prêtres, choses étonnante ces gens n'acceptent que très rarement le débat d'idée tant leur certitudes sont fortes...On est en pleine pensée magique.
Voilà pourquoi je parle d'imposture.
La science émet des hypotheses qui doivent être vérifiables par n'importe qui où qu'il se trouve dans l'univers...l'économie vous dit que les choses sont ainsi et vous êtes priés de vous taire, là est la différence entre la science et l'économie...

BA a dit…

Etats-Unis : des nouvelles du secteur financier.

Les faillites bancaires s’accélèrent aux Etats-Unis.

Colonial Bank, dont les dépôts s’élèvent à 20 milliards de dollars, est la 77ème banque à disparaître cette année.

http://www.lefigaro.fr/societes/2009/08/17/04015-20090817ARTFIG00164-les-faillites-bancaires-s-accelerent-aux-etats-unis-.php

Etats-Unis : des nouvelles du secteur non-financier.

Hausse spectaculaire du nombre de faillites aux Etats-Unis.

Le nombre de faillites a bondi de 38 % d’avril à juin 2009 aux Etats-Unis, montrent des documents publiés par l’administration judiciaire, signe que les particuliers et les entreprises ont payé un lourd tribut à la hausse du chômage et au gel du marché du crédit.

Au total, 381.073 procédures de faillite ont été ouvertes au deuxième trimestre, 15 % de plus que lors des trois premiers mois de l’année, 38 % de plus que lors de la même période l’année dernière.

Plus de 16.000 entreprises ont déposé leur bilan d’avril à juin, un chiffre sans précédent depuis le deuxième trimestre de 1993.

La hausse des faillites de sociétés a grimpé de 64 % par rapport à l’année dernière et le placement sous la protection du "chapitre 11" a plus que doublé au cours des six premiers mois de 2009 par rapport au premier semestre 2008.

Parmi les procédures les plus retentissantes, figurent celles de Chrysler et General Motors. "Nous assistons à une hausse sensible des mises sous protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites dans le secteur des petites entreprises, des sociétés traditionnellement à l’abri des tempêtes économiques", souligne Jack Williams, enseignant à la Georgia State University.

Il estime que fin 2009, 1,4 million de procédures de faillite auront été ouvertes, un chiffre inédit depuis 2005, année lors de laquelle un nombre record de particuliers s’étaient placés en faillite avant l’entrée en vigueur d’une nouvelle législation.

Les dépôts de bilan, explique-t-il, ont toujours un décalage d’un an par rapport au rebond de l’économie et il s’attend donc à une augmentation du nombre des procédures.

L’Etat le plus touché est celui du Tennessee où l’on recense 8,1 faillites pour 1.000 habitants, plus du double de la moyenne nationale qui s’inscrit à 3,9 pour 1.000.

http://www.zonebourse.com/informations/actualite-bourse/economie/Hausse-spectaculaire-du-nombre-de-faillites-aux-Etats-Unis-1-13228311/

Christine Lagarde réagit : « Ah ben … voilà voilà voilà … c’est-à-dire que … euh … toutes ces informations confirment que la crise est finie. »

Merci, Christine.