lundi 10 août 2009

La chanson de l'auto-entrepreneur

(Chant traditionnel français du début du XXIe siècle, ramené par un troubadour accablé à l'issue d'une tournée estivale dans les provinces reculées. Tempo : 140 bpm.)


Courageux auto-entrepreneur.
Tes enfants vont morfler,
quand tu reviens surexcité de ton chantier.
70 kilomètres de routes défoncées.
Tu croyais en avoir fini mais demain tu dois recommencer.
La patronne du jour veut que tu repeignes sa véranda en vert cassé,
Elle dit : "C'est comme ça si tu veux être payé !"

Fier auto-entrepreneur.
Grâce à ton monarque, tu es patron sans rien avoir dépensé.
Tu dis : "J'ai enfin le choix, maintenant je ne me lève que pour moi !"

Et tu démarres au quart de tour dès que le bourgeois claque des doigts.
Quelles que soient les conditions.
Pour toi : Plus de lois, pas de protections.
Taf sur taf sinon plus de maison,
plus de caddies remplis et pour les enfants, pas de Playstation.

Dynamique auto-entrepreneur.
Pour modeler le pays, il fallait juste te séduire.
Salarié, tu refusais la moindre heure supplémentaire.
Aujourd'hui tu te coltines enjoué 74 heures hebdomadaires.
Ton excuse : "Je ne suis pas imposé sur mon chiffre d'affaire !"

Au beau milieu de la France des propriétaires dans la misère,
tu le cries convaincu : "Je navigue dans le système !"
Le système, lui, se joue de toi,
trop heureux de te chasser de ses fâcheuses statistiques.

Triomphant : "Je facture 30 euros de l’heure !"
Mais quand, comme toi, ils seront 1 million,
avec bien moins ou bien plus de qualifications,
jusqu’à quels rabais descendras-tu pour rester dans la compétition ?

Déjà tu t’inquiètes :
"Dans le pavillon d’en face, un autre fait la même chose que moi !"

Frêle auto-entrepreneur.
A trimer comme un forçat, tu perds la santé.
Tes parents ont 70 ans.
Comme eux tu en parais 50.
Tu en as à peine 30.

Quand ton dos sera défoncé par le labeur,
rendu inutile et immobilisé dans la douleur,
Y aura t-il une cellule psychologique pour toi ?
Une aide à domicile, des soins remboursés ?

Exécuteur testamentaire de cette société de services dont tu ne profiteras jamais,
tu es pourtant bien placé pour le savoir :
Pour être servi, il faut de l’argent.

Pauvre auto-entrepreneur.
Si seulement tu pouvais mettre de côté.
Mais non, tout augmente : le coût de la vie comme tes temps de trajets pour rallier tes 1001 chantiers, espèce de pollueur !

Chacun matin dans les bouchons,
Tu te dis : "Le monde est mal fait.
Pourquoi les pauvres et les riches n’habitent pas aux mêmes endroits ?
Pourquoi les riches et les pauvres n’ont pas le même pognon ?"
Grâce à toi, leurs maisons ils en jouissent,
La tienne est un puits à soucis que tu rembourses aux banques qui te menacent de saisie.

Quand il te reste un peu de temps libre,
tu stresses pour ta déco.

Habitué à être le concurrent de ceux qui devraient être tes alliés,
tu convoites ce que veut le voisin qui lui aussi veut t’épater.
Tous comme un, un contre tous et tous en 806 pour aller bosser.

Ambitieux auto-entrepreneur.
Regarde plus loin que le bout de ton nez.
Ne vois-tu pas les grands lignes du tableau que tu dessines à l’encre de chine ?
Tu abandonnes sans broncher ce qu’il a fallu des années de lutte à tes ainés pour conquérir.
Tu perds tant mais tu tempères : "Je n’ai jamais autant gagné !"

Paradoxal auto-entrepreneur.
Tu pestais contre Bush et l’Amérique.
Tu vas encore voter Sarko : Parait qu’à gauche c’est l’immobilisme.
Désormais tu ricanes en écoutant Besancenot et tu es sincère quant tu cites Sophie De Menthon.
Tu ne dis plus : "Je ne gagne pas assez, je suis mal traité !"
Tu affirmes : "Les entreprises sont trop taxées !"
Tu étais alter mondialiste, on pourrait te filmer pour un spot UMP !
Tu rêvais de décroissance, chaque lundi tu pries pour que les affaires recommencent.
Tu te pensais de gauche, pour la collectivité et la liberté,
T'es pas loin de penser que la collectivité c’est plein de feignants et que la solidarité c'est de la concurrence déloyale.
Quant aux syndicats ? Pas ça de chez toi.
En ton domaine, tu es seul roi.

Inventif auto-entrepreneur.
Tu as attendu 20 ans que la droite t’autorise à faire là où elle te dit faire.
Tu saisis souriant la bouée lestée de plomb qu’elle te jette avec ses slogans tout confort.
Réforme ou offre promo, tu es fasciné par les calicots affichant -50%.
Tu ne vois pas que le seul discount c’est toi.
Tout doit disparaître, tes revendications avec.

Citoyen auto-entrepreneur,
pas vraiment non.
Figurant de la démocratie, un dimanche tous les 5 ans,
acteur de seconde zone du marché le reste du temps.
Avec toi pas d'insurrection,
la paix sociale s’achète à la sueur de ton front.

Optimiste auto-entrepreneur,
à la grande joie de tes oppresseurs.
Dans ton bataillon, le nouveau régime fait un carton.
Sacrifié à l’exclusif bénéfice de la productivité,
esclave autorisé, juste bon à facturer.
Tu es content : "Je ne suis imposé qu’à 23% !"

Complice auto-entrepreneur.
Le monarque débarrassé de toi se gausse de ton abnégation.
Tu t’offres sur un plateau à ses amis les nantis,
qui s’impriment tout à tour billets de banque et papier Q à ton effigie.
Victime volontaire d’un crime parfait,
tu fournis ta force de ton travail et son alibi : "J’ai envie de bourgeoisie !"

Dépressif auto-entrepreneur.
Une bonne discussion ou un coup d’œil sur ta comptabilité
et tu finis par l’avouer : "Au fond, je n’ai pas le choix."

Dangereux auto-entrepreneur.
Tes enfants te regardent.
Quel modèle leur offres-tu ?
Tu rêvais d’une économie à la Marx, tu leur construis un monde social à la Mad Max.
Avec des auto-drivés comme toi,
Ils n’auront même pas besoin de dictateur pour filer droit.

Instinctif auto-entrepreneur.
Tu sens bien que ton pays est au bout du rouleau.
Tu espères qu’un jour les gens se réveilleront.
Tu n’as pas encore fait la connexion,
les autres c’est toi.
Mais toi tu es occupé.

Tu es ton auto-bourreau.

Alors, tu n’y penses pas trop,
ça fait chauffer le carafon.
Et tu regardes une émission de déco avant d'aller dormir.
Demain y a boulot.

8 commentaires:

nous tournons en rond dans la nuit... a dit…

Salut,
j'ai 24 ans je suis graphiste (et j'aime pas ça), après des jobs à la con (10h par jour à stresser et pondre des merdes), j'ai cru bien faire et me "libérer" en autoentreprenant...
Je me suis fait baiser (en même temps je l'ai cherché).
C'était la dernière étape, maintenant j'ai compris : je ne travaillerais plus, ni "pour moi" ni pour personne. C'est dur, car je m'sens seul, ma copine ne me suis pas, mes proches ne me suivent plus, j'ai pu d'argent, presque plus d'appart, pratiquement plus de copine, bientôt plus de voiture, pas de sécu, l'air paumé et un peu peur, mais pour la première fois, dans cette "abandon", j'ai l'impression de m'entrevoir...
Quand je serais vraiment au fond je remonterais comme bon me semble...
Merci Seb pour ton analyse et pour ton blog qui m'a permis (et c'est pas peu) de m'affirmer, envers et contre tout (ce qui me rend fou).
L'esclave qui brise enfin ses chaînes.
Christophe

delkend a dit…

Chris,
Bienvenu dans le déclassement et la clochardisation des conscients.

Bon point, en devenant des ' "home"less persons 'on polluera moins..

Pour le poème: excellent; j'en connais qui sont attirés par cette voie ça leur donnera à réfléchir.

Louis a dit…

Excellent, vraiment excellent. Bravo.
(je viens de chez Jef !)

Denis a dit…

Bonsoir,
Quel texte, des vérités absolues et une très belle musicalité.

C'est sur c'est trop risqué de se mettre a son compte. Faut rester salarié pour pas trop travailler et garder de l'énergie pour critiquer (toujours positivement ...).

Denis

nicolas a dit…

@Denis
"C'est sur c'est trop risqué de se mettre a son compte. Faut rester salarié pour pas trop travailler et garder de l'énergie pour critiquer (toujours positivement ...)."
Et le top du ponpon serait aussi de rester salarié avec un statut d'auto entrepreneur !
C'est en train de se développer a vitesse V... C'est affligeant !
EX:

http://ousontlestrentenaires.over-blog.com/article-31432074.html

http://www.mylittlebuzz.com/?post/Pr%C3%A9carit%C3%A9-et-d%C3%A9rives-du-statut-d%E2%80%99auto-entrepreneur-!-1215

http://www.e24.fr/economie/france/article108074.ece/Auto-entrepreneur-les-derives-d-un-statut.html

@seb
Pour ma part, je trouve que la création du statut d'auto entrepreneur est une bonne initiative... malheureusement, techniquement bâclée et mis en place avec des pieds de cul de jattes !
Donc, je souscris à ton raisonnement, même si tu es déprimant ! :)

Grégoire a dit…

Seb, j'aime bien ce que tu dis parfois, mais là force est de constater que tu n'as rien compris.

Ou peut-être as-tu préféré ne pas comprendre, ca donne l'occasion d'écrire un truc joli.

Tu ne connais visiblement rien au monde du BTP, moi non plus tu me diras. Mais passons, ce n'est pas important.

Tu ne connais rien non plus aux auto-entrepreneurs, tant pis.

Ce qui me gêne le plus, c'est que tu prennes les gens pour des cons.

Pour des cons incapables de se gérer, pour des cons incapables de vendre des prestations de qualité à bon prix, pour des cons incapables de gagner assez d'argent pour pouvoir se reposer le week end.

Le bourgeois claque des doigts pour sa veranda ? L'auto-entrepreneur a le droit d'être un bon négociateur.

Il y aura trop de concurrence? Ceux qui font du bon boulot s'en sortiront toujours, c'est valable dans tous les domaines.

Il est taxé à 23% ? Il ne paye pas d'impôts en fin d'année.
(A propos, ta crédibilité gagnerait à ce que tu étayes ce genre de remise en question avec des informations économiques plus avancées).

Tu pestes parce qu'en France on a enfin le droit de faire comme dans de nombreux autres pays. Aurais-tu pesté si on n'avait pas eu le droit de le faire ?

Ca fait des milliers d'années que les travailleurs indépendants existent Seb, ce n'est pas une invention complotiste de l'UMP.

Je ne suis pas de droite, je suis anti-sarkozyste et auto-entrepreneur.

J'ai doublé mon salaire et je travaille moins. J'ai le sentiment de m'être libéré de mes chaînes.

Je pars en vacances quand je veux, je reste trois jours de plus si ça me chante. Je traîne au lit si je veux.

Je suis maître de mon projet. Je m'y investis avec plaisir et passion parce que c'est le mien. Je suis fier de ce que je fais. je le fais bien.

J'aime TOUS les aspects de mon travail.

Si ca marche bien, les statuts évolueront et je deviendrai automatiquement un patron capitaliste, quelle horreur!

Ton poème est con et arrogant.

Lesinistre a dit…

Grégoire

C'est loin d'être con... bien au contraire, je pense que Seb s'adresse aux gens sans grandes compétences qui formeront le gros des auto-entrepreneurs et qui se feront massacrer.

Quelle est ta profession/ fond de commerce ? Je parie que c'est un truc bien spécifique.

D'après pas mal d'économistes, on ne peut marger sans trop se fouler que si on a des compétences spécifiques et recherchées, et dans un secteur peu concurrentiel. Par exemple, les informaticiens les avocats d'affaire, les consultants, les formateurs dans des domaines ciblés (les normes ISO dans la santé pour un de mes potes, il est le seul à faire ça dans tout le bassin chamberien), les artisans compétents, etc... bref, touts ces personnes sont peu nombreuses, donc peu de concurrence, et ont des compétences recherchées. Elles peuvent donc marger et ne pas trop travailler. D'ailleurs, tout ce beau monde n'a pas attendu cette loi pour se mettre à son compte, il y a suffisamment de manières détournées de le faire. Ils formeront au mieux 10% des auto-entrepreneurs. Pourquoi ?

Parce que le problème est que ce projet d'auto-entrepeneur est destiné a des personnes au chômage et sans grande qualification. En clair, ils feront des boulots peu qualifiés, sans grande expérience, car facilement accessibles. En clair, ils seront nombreux, donc forte concurrence, donc compétition pour les clients, et résultat ils devront bosser comme des dingues et/ou baisser le tarif de leurs prestations.

Eric DELORME a dit…

Oui lesinistre (brrr quel nom..)
Oui Gregoire,
Oui Christophe,

il faut savoir lire en effet la visée du nouveau statut offert qui n'invente rien d'autre qu'une profession libérale indépendante "pour tous". Il ya deux façons de lire comme toujours puisque tout semble être fait d'opposés !

tous liberaux, c'est une proposition de pure "droite" mais est-t-elle vraiment plus diabolique qu'une proposition de pure gauche ?

Encore faut-il connaître le sens qui compte derrière, non ?

Tous des salariés serait donc le pied, Seb ? Ca dépend du grand patron, ça dépend de l'Etat.. C'est possible mais alors je veux Bouddha, je veux le Christ comme patron sinon, crois-moi, il y aura tôt ou tard arnaque, mon frère !!!!

et tous des libéraux? surtout pas !
Là ça dépend de la Justice. Ce qui devrait être l'élément fondamental d'une droite noble, si on y reflêchit bien..

Mais ni le Grand Etat ni la grande Justice n'existent - avant l'arrivée d'un Libéré (de nos visions étroites) en tout cas !

Et il faut donc savoir d'abord entendre son coeur, le sens de sa vie et ne surtout plus JAMAIS servir une cause qu'intérieurement on sait ne pas être la sienne.

Après ? Les uns s'enfonceront dans le libéralisme exploiteur (10000 ans que ça dure, y a des coriaces), d'autres dans le libéralisme honnête souvent alors à petite échelle pour rester "indépendant" et en accrod avec ceux qu'on sert. D'autres seornt salariés de boites pourries et tairont leurs remords, d'autres auront trouvé la coopé ou la société d'équilibre où tout est en accord.

Jusqu'au jour où.. un nouveau venu ou un nouvel avénement arrive et détruit l'équilibre.. ou le complète..

Qui peut dire où est l'enfer tant qu'on ne l'a pas vécu ?

Christophe, tu t'es sauvé à temps. mais que de souffrance, cela me transperce. Je souhaite vivement que cette liberté te donne la paix de ne surtout pas voir tout en gauche-droite, noir-blanc, salarié-libéral.
Mais en humain, en vie et en beauté d'être.

Longue route à chacun !

Eric