mercredi 1 juillet 2009

TF1 : Laurence Ferrari montre tout


Aujourd'hui dans la vie des médias par Seb Musset : Comment reconnaitre un empire télévisuel en plein déclin ?

Le soir où il passe de l'information à l'infomercial.

Lundi. Accablé par un reportage en une du JT de France 2 sur les pauvres victimes de l'escroc Maddoff qui ne cherchaient qu'à faire un petit +10% à l'année avec leurs tonnes de pognon en trop, je fais une chose rare mais souvent instructive lorsqu'elle s'en tient au troisième degré : Je zappe sur l'édition de 20 heures de TF1.

Et là, choc.

Fini le farandole habituelle des reportages formatés et à l'idéologie légère comme du plomb qui, entrecoupés d'apnées et de regards sensuels de blonde platine, amenaient pépère aux marronniers de fin d'édition.

Prétextant les 60 ans du premier journal télévisé français, Laurence Ferrari animatrice dans la tourmente, se lève de son pupitre et nous annonce que ce soir elle va tout nous montrer.

Le révolution de la télé 2.0 se déroule à 20'16'' sur ce lien.

Pour que la première compagnie en vienne à casser le sacrosaint code guindé du JT, c'est qu'un rapport armageddonesque sur sa côte d'amour a du atterrir sur le burlingue du dirlo en crise. Après son spot publicitaire, à l'ambiance d'institut médico-légal, qui appuie sur fond de faux Boléro sur le côté "vous c’est nous et nous c’est vous on est tous dans la même barque" (triste contre-coup du ensemble tout devient possible : Une France moralement karchérisée, avachie devant son écran à regretter le bon vieux temps), TF1, à défaut de consacrer son temps d’antenne dédié à l'information à enquêter sur les dessous du karachigate, se fend d’un reportage de 20 minutes sur... TF1.

Ni une ni deux, je sors mon carnet pour ne pas perdre une miette de ce festival de flatterie fatale .

Dans le viseur : Laurence Ferrari qui marche dans les couloirs et lance un premier sujet au look d'épisode de 24 heures (compte à rebours, effets speciaux, sound-shaping et split-screen) sur la fabrication des reportages du JT.

(Cette gerbe d'images vous est offerte par le 20h.)

Nous y suivons un jeune journaliste et ses deux esclaves de la technique dans les coulisses d’un sujet sur… le remaniement de l’UMP et l’entrée de deux nouvelles têtes féminines dans le gouvernement. No comment. Ou plutôt si, j’aurais bien voulu avoir un sujet sur le choix du sujet à suivre dans ce sujet.

Les conditions de travail sont pénibles à TF1. Le cameraman se plaint :

LE CAMERAMAN (reconstitution)
" - Merde quoi, y a trop de cameramen, on est bousculé !"

Fâcheux cette concurrence. Sur un "common" du journaliste, l'homme à la caméra d'or repart en coup de "speed". Oui, on parle anglais à TF1. C'est in, super cool et over-hype.

LE CAMERAMAN (reconstitution)
"- Laissez-moi passer, ma Béta est plus grosse que la vôtre !"

Avec la tristesse d'un compte-rendu de Tsunami qui se serait étalé sur Boulogne-Bilancourt, le commentaire de la voix-off se morfond :

« - ...Et même en y mettant les formes difficile aujourd’hui d’obtenir une petite exclusivité. »

Le journaliste part sans son interview du nouveau ministre. Coco est malheureux. Sur qu'on était plus à l'aise pour poser son pied de caméra dans la cour de L'Élysée au temps de L’ORTF. (En fait, c'était l'Élysée qui posait son pied sur la caméra.)

TF1 boycotté par le gouvernement ? On peut faire de l'auto-promo et garder un minimum de déontologie, non ?

Non.

Suite du parcours : Montage, mixage, enregistrement des commentaires du sujet-cobaye. On explique à la France profonde qu’à TF1, on sait de quoi on parle. Le mot HD est répété en boucle et on sort la joncaille : Orgie d’écrans plats à l’image.

("- Le premier qui branche M6 est viré !" )

TF1, c'est le mouvement. Alors on court dans les couloirs, on sait pas trop pourquoi mais le président aimera. C’est au détour d'un sprint de porteur de cassette que le mot « satellite » est employé. C'est le prétexte pour lancer l'animation mappy de la mort qui tue Camion-régie / Tour TF1 et qui en mettra plein la vue à la France du dessous encore travaillée par cette question métaphysique :

" - Komenkifaizés pour bouger le Gros Bill dans le
Bigdil ?"

Mais pas trop de modernisme tout de même, le populo pourrait être déconcerté.

Vite un Tranksen. Enter Jean-Pierre Pernault.

(- Ça te dirait un Flunch ?
- Pas ce soir, j'ai crash d'airbus.)


JEAN-PIERRE PERNAULT (reconstitution)
" - Moi je suis un killer comme Mourousi, j’utilise pas de prompteur ! Parce que le 13 heures c’est pas un truc de blonde : c’est de l’info avec des burnes !"

Laurence Ferrari est au fond du sac. Dans une moue digne des grandes heures de voisin, voisine, tandis que le Frank Michael de la non-info de mi-journée s'admire les biscotos, en interne l'animatrice neurasthénique fait son mea-culpa :


LAURENCE FERRARI (reconstitution du plan de coupe du cerveau)
" - Pourquoi je suis pas restée à Canal au lieu de venir dans ce gourbis. En plus, on me jette des tomates dans la rue !"

Vite un peu soutien : Direction le plateau de Claire Chazal.


Les voir comme cela toutes les deux, côte à côte, copie-collée l'une de l'autre, ça me rend tout chose. Je n'avais pas ressenti un tel malaise depuis la vision des deux Van Damme dans Replicant de Ringo Lam. Chacun ses références, Pernault c'est les sabots moi c'est les tataneries de Jean-Claude (...et de Schoppenhauer aussi un peu).

Claire Chazal nous explique que la plus grosse révolution dans le monde de TF1 depuis les stock-options et la droite, c'est bien sur l’oreillette.

(- Ok d'accord pas Karachi...)

CLAIRE CHAZAL (reconstitution)
"- C’est tout petit. C’est bien pratique. Hi hi hi."

LAURENCE FERRARI (reconstitution)
" - Oh oui dis donc t'as raison, c’est rigolo... Et c'est quand que tu te casses ?"

CLAIRE CHAZAL (reconstitution)
" - Écoute beyatche, j'étais déjà dans la place que t'étais pas encore stagiaire à Imberbe Magazine. Alors, fuck off !"

Le montage est nerveux, constitué d'aller-retour avec la régie. Le dialogue est filmé en caméra portée. Grammaire TF1 : L’image bouge = vérité.

Retour sur ce qui était normalement le sujet de base : les 60 ans du JT. Succession d'images en noir et blanc et panégyrique des améliorations de l'information : Pierre Sabbagh > noir et blanc > journaliste > couleur > TF1 > animateur de non-actu > polémiques à deux balles > auto-flatulence en 3D. C'est sans appel, on capte bien le sens de l'histoire.

Après la télé de papy, retour sur un décor qualifié de "futuriste" et deuxième emploi du mot "satellite" qui "permettent d'émettre même depuis l'espace" (non, là c'est pas une reconstitution) mais aussi, et elle oublie de le préciser et ça c'est pas pro : De recevoir plein d'autres chaînes de la méchante concurrence.

Laurence Ferrari nous assure que "- Le monde de la télé a été bouleversé."

Tu m'étonnes : Tel que c'est parti, dans 2 ans Gulli va vous niquer.

Alors TF1 dégaine son arme favorite : "Les experts". Aujourd'hui "Les experts Boulogne" vous racontent comment sur TF1, à défaut de retranscrire fidèlement les réalités sociales basse-def de maintenant, on vous fera participer aux technologies Hi-tech de demain. C'est parti pour deux minutes de branlette geekoïde.

Un des experts précise tout fier : " - La télé de demain ce sera comme dans Minority Report."

Je veux bien le croire.

L'expert nous explique comment, grâce à une caméra installée chez le spectateur (j'aime !), celui-ci va pouvoir se passer de télécommande et que bientôt, pour changer les chaînes, il faudra qu'il bouge son corps. Moi j'appelle ça un retour en arrière mais bon, depuis mai 2007, à chacun sa définition du progrès.

Notons tout de même la prise de risque de TF1 : Parler d'activité physique à une audience composée aux deux tiers de grabataires.

Mais attention, le meilleur est pour la fin. Le commentaire souligne un point important pour mieux comprendre cet avenir à la Jules Verne dont TF1 est bien sur à l'avant-garde :

VOIX OFF DE L'EXPERT
"- Demain, le téléviseur sera connecté sur internet."

La vache ! Sans dec' ? Et tu crois qu'on pourra télécharger du Leforestier ?


VOIX OFF DE L'EXPERT
"- Pour le spectateur, cela permettra d'agir sur le programme lui-même."

Là l'expert touche juste : Depuis que je m'informe sur internet je regarde vachement moins les bouzaces orientées droite-tranquille de la une.

Un nouveau spécialiste nous promet :

LE NOUVEAU SPÉCIALISTE QUI PROMET
" - Cela va nous permettre de nous immerger dans l'information."

Au moins ça nous changera, parce que là depuis 20 minutes on est gavé de grosse propagande corporate.

On nous fait miroiter des fonctions tactiles, des écrans (et des programmes ?) toujours plus plats, des animateurs virtuels et grâce à la miniaturisation, on nous promet qu'un jour on aura enfin la télé avec soi partout, tout le temps.

Pour que, plus jamais, aucun bout de ton cerveau ne reste indisponible.

Pour finir, Laurence Ferrari nous raconte avec ses petits bras la différence entre le 4 /3 et le 16 / 9.

Peine perdue : Mon père ne comprendra jamais rien.

Comme pas mal de spectateurs de TF1, de peur qu'on lui fauche, il en est encore au stade où il enferme sa Téléfunken de 1973 sous clef dans le meuble prévu à cet effet. Alors le 1664 machin et la hache-blé, faut pas trop l'emmerder avec ça sinon il lâche le chien.

A trop vouloir étaler sa modernité, TF1 qui célébrait les 60 ans du JT a tout juste réussi à me confirmer qu'elle ne sait faire de l'info que pour les plus de 75.

Et encore... Toute cette agitation en 3D sur fond de canicule a du provoquer quelques infarctus chez les moins vaillants.

" - Alors M'sieur Bolloré, vous achetez ou pas ?"

" - Je sais pas.Je vais réfléchir encore un peu..."

9 commentaires:

labilbe a dit…

Excellent billet, bravo !

abdel.h a dit…

Merci pour ce bon article,

C'était bien rafraichissant !

@++

stephane a dit…

Plus vrai que nature ! parfait pour me donner envie de jouer au ball-trap avec ma TV.

Franck a dit…

la replique de la jeune winneuse a l'ancienne winneuse "hi hi, c'etait rigolo, de se retrouver tout les deux sur le plateau"...
j'me suis demandé quand une hache, une grenade ou autre allait "voler"

elle nous gratifie d'une magnifique rime en "O" !

ca montre aussi qu'elles ont l'air de se voir super souvent. (pourquoi, ca, on ne le saura jamais, meme si ca se devine)

enfin, tres sympa l'article, ca m'a meme donné envie d'aller voir ce report.. truc, cette pub moisie d'auto-promo

Franck

BA a dit…

Le premier palais volant de Nicolas Sarkozy livré vendredi 3 juillet à Villacoublay.

Cette fois, c'est fait. Le premier des deux Falcon 7X acquis par le ministère de la Défense pour la flotte gouvernementale sera livré à l'armée de l'air par Dassault vendredi 3 juillet. Il arrivera à l'aéroport militaire de Villacoublay dans la foulée.

L'information est conservée plus secrètement que le code de la bombe atomique, et ni les armées ni le constructeur Dassault n'ont accepté de la confirmer au Point. Nous pouvons préciser que le deuxième appareil du même type sera livré dans un an, chaque avion étant facturé environ 50 millions d'euros, aménagements spécifiques compris. Ces derniers sont notamment des équipements de communication protégés, le reste des aménagements intérieurs n'étant pas précisé.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, précisons que le Falcon 7X est une merveille d'avion, ce qui se fait de mieux au monde en aviation d'affaires.

http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-07-01/info-le-point-fr-le-premier-palais-volant-de-sarkozy/1648/0/357364

Gwendal a dit…

Bravo ! Tu m'as bien fait rigoler sur ce coup là !

Miles a dit…

Excellent!! Ton meilleur billet depuis ... ouhlà, moi et les dates! lol Je me suis bien marré!! ;)

Aka 75 a dit…

J'ai arreté de regarder TF1. Mais maintenant ce qui me fait plaisir c'est son cours de bourse.

Allez faire un tour. C'est l'effet Sarkozy. Le plongeon sans discontinuité depuis l'élection.

BiBi a dit…

Salut Seb Musset,
Sur TF1, BiBi a retenu ceci dans la presse (Le Figaro):

«TF1 doit rester une chaine populaire, ouverte à tous et à tous les genres, qui rassemble le plus grand nombre et dont les 2 piliers sont l’information et le divertissement. Peut-être devrions-nous mettre plus d’impertinence dans les programmes ? On y travaille».

Le propos est de Nonce Paolini. Im-per-ti-nen-ce ! Oui, tu as bien lu.

Voilà donc une première suggestion de BiBi à Axel Duroux, nouveau venu dans l’impertinente Maison : faire du KarachiGate le feuilleton de l’été pour concurrencer «Plus Belle la Vie».

A bibientôt