samedi 20 juin 2009

Les retrocom' du président


Cette fois, la presse va devoir s'arrêter de papillonner d'une polémique à l'autre pour s'ancrer dans l'investigation et demander des comptes !

Le gouvernement anglais avait ses affaires de notes de frais,

Berlusconi avait ses photos-témoignages litigieux.

Ça y est, la France du tout-en-haut à enfin l'opportunité de faire son grand crapule-out : Notre nation tient enfin son scandale d’état !

Le pitch :
"Une affaire de retro commissions foireuses sur fond de trahison(s) qui finit dans le sang et qui implique un premier ministre et deux présidents."

Fin connaisseur du genre humain, le comité de rédaction limité à moi-même a décidé de reconstituer les grandes lignes de ce feuilleton plus foutraque que "Lost", plus cynique que "West Wing" et qui devrait faire un tabac dans vos quotidiens cet été : "The Karachi Connection".

Les noms des protagonistes ont été changés pour préserver l'anonymat des magouilleurs.

1er ACTE : JUIN 1994, MATIGNON. Le petit salon, INT.CLAIR-OBSCUR

(Nos protagonistes sont confiants.)

TECKEL TEIGNEUX, ministre du budget.
" - Monsieur Balablanc, j’mise sur vous. Vous serez le prochain parrain. On va le ratatiner aux élections le bouffeur de pommes. Aplati qui va être ! Dynamité façon puzzle ! "

EDDY BALABLANC
" - Certes, je l'entends ainsi. Mais il tient encore le parti. Alors il nous faut du pognon, beaucoup de pognon."

TECKEL TEIGNEUX (visant la promotion interne à la prochaine table ronde des affranchis)
" - J'ai pensé à tout M'sieur Balablanc. Y a de la vente de sous-marins à l'armée pakistanaise dans les tuyaux. C’est du juteux, on marge à 15% là-dessus. On monte une fiduciaire au Luxembourg et à nous les retro commissions ! J'pourrais mettre Jean-Loup ABORLOO là-dessus, un avocat spécialisé dans la carambouille de haute volée.
"

EDDY BALABLANC
" - Nous n’avons pas le temps d’attendre. Dites aux Pakistanais de nous avancer la valoche de biftons. Aucun risque de mon côté : Les huiles du Quai du Point-du-Jour me mangent dans la main. La partie est déjà gagnée."

TECKEL TEIGNEUX
" - M'sieur Balablanc, vous êtes le meilleur, le plus beau, un vrai wise-guy. Bien sur que vous allez gagner. Allez hop, on va tout casser !"


* * *

MAI 1995 : INTERMÈDE FÂCHEUX
Contre toute attente, EDDY BALABLANC perd la main et c'est JACQUOT LA POMME qui est promu parrain.

* * *

2e ACTE : JUIN 1995, ÉLYSÉE. Grand salon. INT.JOUR.
(Nos protagonistes sont galvanisés.)

DOM DE VIP, conseiller particulier aux affaires pourries du président
" - Bon y a cette histoire de commissions à régler aux pakistanais pour 3 sous-marins… Oserais-je vous rappeler que ce business a été monté par ce traître de TECKEL TEIGNEUX ? Oui je l'ose."


JACQUOT LA POMME

" - BALABLANC et LE TEIGNEUX ont voulu me niquer et je vais pas non plus payer pour les ardoises des anciens tauliers. Allez hop, on arrête d'arroser les pakos et je bloque la thune des judas. C'est le V de Vendetta que je fais avec mes doigts mon p'tit Dom."

* * *

3e ACTE : 2001, PAKISTAN, MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. INT.NOCTURNE INDIEN
(Nos protagonistes sont mécontents.)

GENERAL 1
" - Les Français se moquent de nous ! On relance, on relance et toujours rien !
"

GENERAL 2

" - Il va falloir se faire entendre cette fois. Allez hop, frappons un grand coup !
"

* * *

4e ACTE : KARACHI, PAKISTAN, 8 MAI 2002, EXT.JOUR
3 jours après la réélection (toujours contre toute attente) de JACQUOT LA POMME, attentat à la bombe contre un bus avec à son bord 11 ingénieurs français travaillant pour les arsenaux d'Etat DCN (dealer d'armes pour la nation quoi.)

Nos protagonistes sont morts.

Thèse alors dans l'air du temps : Ben Laden a encore frappé. L'attentat ne sera jamais revendiqué.

* * *

5e ACTE : 2009

La persévérance du caïd finit par payer, TECKEL TEIGNEUX est le nouveau parrain du bouclard depuis 2 ans.

19 juin : Dans la foulée de l'annonce aux familles des victimes par les magistrats de l'abandon de la piste Al-Qaida, le site Media Part envoie la première salve. de révélations sur "l'affaire". Interrogé à Bruxelles sur la question, le parrain nous offre en deux minutes l'étendue de sa gamme de comédien avant de lâcher un sincère, poignant et littéraire :

"- Non pardon, hein, je ris pas du tout parce que Karachi c’est la douleur de familles et de trucs comme ça… mais… qu’est-ce que vous voulez que j’aille répondre là-dessus." (vidéo en bas de page)

C'est vrai que mêlant à la fois "les tontons flingueurs" et "les barbouzes" avec son canevas à la "San Antonio", la farce pourrait être risible si le casting n'était pas composé des plus hauts représentants de la République, dont la cupidité et les turpitudes ont peut-être conduit à la mort 11 français.

Alors la "fable grotesque" s'arrêtera t-elle à ces quelques haussements d'épaules ?

Espérons que les plus grands médias s'acharnent à démêler ce nœud de vipères avec la même force qu'ils déployèrent pour expliquer le crash mystère du Rio-Paris.

Soyons optimistes : Dans cette affaire là, nous avons déjà bien plus d'indices, de témoins encore en vie et de pistes cohérentes...


6 commentaires:

Gwendal a dit…

Bien vu Seb !
Chacun appréciera à sa juste mesure le cynisme du chef de l’état et son énervement très mal dissimulé…
Tien ! Ca me fait penser… La réticence admirable, et admirée, de Chirac à ne pas emboiter le pas aux ricains dans leur croisade irakienne serait à examiner sous un autre angle si celui-ci savait qu’Al Qaida n’était pour rien dans l’attentat de Karachi… Non ?

Vincent a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Vincent a dit…

Bravo! espérons qu'il y ait encore quelques journalistes courageux.
Plus je te lis et plus je me dis que tu devrais avoir une tribune dans un hebdo indépendant.
Continue, au plaisir de te lire

stephane a dit…

Salut ! Seb excellent !

Nicolas Sarkozy aime à répété aux stars de cinéma qu’il adore qu’il fait le même travail qu’eux… cette interview est l’un de ses rôles les plus accomplis.

Les Guignols de l’info en chair et en os!

Miles a dit…

Encore plus tordant de le mater après avoir coupé le son :)
En ce qui concerne les scandales d'Etat, on avait déjà Elf...

JEA a dit…

Bravo SEB'
Je découvre votre Blog à partir d'un lien de MediaPart...
Les dialogues façon Tarantino/ Francis Blanche sont bien torchés = on RIT !....jaune, on a la banane? symbole de notre République.... car "TaloNéon" et MAM vont demander au pote Francis B. de nous couler une belle chape de béton sur ce pot de pus = "Requiescat in pacem"
Aprs les 11 de Karachi, Enterrement de 1ère classe en cours => and now, Page de PUB!
= "Merci Roc-Eclerc!"
J.E.A de Toulon