mardi 19 décembre 2006

MAIRIE CRISSE MEUSSE > PARIS EN DECEMBRE, LE BILAN

Sur les maréchaux sud-est reliant la porte de Montreuil à celle de Charenton, j’assiste au désolant spectacle d’une capitale vieille et sale : Trottoirs boueux où s’entrechoquent dans les frissons vagabonds, petits cadres méprisants qui rentrent du boulot et laissés pour compte. Plus loin, un plus chanceux, un adolescent, tabasse une copine à l'arrêt de bus. Certains s’insultent, de tous âges. D’autres, avec moins de courage, se jettent des regards haineux. L’endroit, jadis glorieux, n’est qu’un cloaque méritant sa désinfection.

Tout ce que m’offre à voir Paris, cette réunion d’humains se pensant plus vivants parce que sérrés - alors que plus sérrés, nous ne sommes que plus puants - me fait pleurer.

Et quelle météo !

Aucun commentaire: