lundi 4 mai 2015

La tentation Toddophobe

"J'avais plein de copains dans cette manifestation" Emmanuel Todd, démographe, France Inter 04.05.2015

Quand Todd n’est pas content, il fait un bouquin scientifique. Là, il digère mal les manifestations du 11 janvier parce qu'elles annoncent le pire. Y-a-t-il été ? Non. Ai-je le bouquin de Todd ? Non. Mais selon sa méthode sociologique cela me suffit pour faire un petit billet sur lui et sa prestation matinale sur France Inter, visiblement supervisé par le coach en buzz de Nabilla.



En tant que manifestant du 11 janvier (marcheur statique en fait, et totalement conscient des limites de l’exercice), il me classe avec 4.5 millions de personnes dans la rubrique xénophobe potentiel, islamophobe en puissance, antisémite en devenir et pro-Maastricht évident. A écouter ici.

Je m'autorise donc, s'il le veut bien, un mini droit de réponse sur mon blog car cela n'en vaut pas plus.

Lui est-il passé par la tête que les personnes qui se sont rassemblés ce jour-là savent aussi se servir de leur cerveau et se sont posées deux trois questions, peut-être les mêmes que lui ? Lui est-il passé par la tête que certains avaient peut-être juste du chagrin, et qu'à un moment il faut laisser parler son cœur ? A-t-il seulement constaté qu'il n'y a pas eu un seul incident dans ce rassemblement monstre ? Lui est-il passé par la tête que beaucoup d’individus en ont marre de devoir se positionner pour ou contre telle ou telle croyance ? Que nous aurions aussi défilé si ce massacre avait été accompli par des Breivnik-like en représaille contre une caricature du Pape (intégrisme catholique par ailleurs bien plus souvent caricaturé que le prophète chez Charlie).

Je n’ai pas marché le 11 janvier pour la défense de liberté d’expression (même pas), même pas pour la mémoire des gars de Charlie. J’ai défilé contre la connerie (et poussée à l’extrême elle mène toujours à la destruction) et j’avais au moins un point commun avec tous les gens présents, un point commun essentiel et indispensable pour la bonne marche de la société : la volonté de vivre tranquille et en harmonie avec les autres. Todd appelle ça de l’égoïsme, une "logique d'exclusion" de la part de "post catho zombies". Si ça peut éviter des morts dans la rue et les éditos de Zemmour en boucle, cet égoïsme me va. Égoïste et post-catho peut-être, mais zombie pas envie.

OK Emmanuel, on ne se mobilise pas assez sur plein d’autres sujets sociaux, mais comparer notre atonie devant le chômage de masse et notre réaction spontanée face à la violence des extrémistes de la religion est digne d’un édito de site complotiste. Il n’y a jamais eu de mal à s’unir même pour une journée (c’est déjà tellement rare !) pour signifier par le nombre son rejet de la barbarie d'une poignée de crétins déshumanisé. Ils n'ont pas à dicter, ce que l'on doit penser, croire et dessiner.

On est comme ça nous les humains, on a parfois de la peine et de la colère d'être tué au nom des  croyances des autres.

22 commentaires:

David Burlot a dit…

Pour un peu, nous devrions nous repentir d'avoir marché. Merci pour ton résumé, j'avais la flemme d'écouter Todd.

Jacques Ambroise Glory a dit…

Donc je serais également xénophobe potentiel, islamophobe en puissance, antisémite en devenir et pro-Maastricht

Perdre La Raison a dit…

Brillant

Un partageux a dit…

Seb,

Tout d'abord on peut être en désaccord sans s'envoyer des noms d'oiseaux à la figure, sans supputer je ne sais quel travers plus ou moins ignoble chez celui d'en face. Et c'est ainsi que je t'écris. Je ne réponds pas à Todd ou sur Todd même si, ma famille venant de l'ouest de la France, je reconnais bien ce biotope d'origine dans les cartes et analyses de Todd et Le Bras parues il y a des années. (Je n'ai pas lu son dernier livre.)

J'ai été immédiatement très inquiet des suites des tueries Charlie et Hypercasher. Je l'ai écrit sur mon blogue au risque d'être mal compris. Et je l'ai été tant on a vu des réactions viscérales.

Les semaines et mois écoulés m'ont hélas conforté dans cette inquiétude. Je ne vis pas dans le "milieu centre gauche" gentillet de Todd. Alors je suis encore bien plus tranché que lui. Mon boulot me conduit à rencontrer des gens de tout le grand chaudron de notre société. Et ce que j'entends maintenant chaque semaine, voire chaque jour, fait froid dans le dos. Parce qu'il y a eu une libération totale de la parole. Les gens te disent ainsi tout de go que la grande mosquée (elle est tout près de chez moi) devrait être rasée, au nom de la laïcité, ou pour lutter contre la menace terroriste qu'elle représente. C'est cette banalisation du rejet des autres qui m'inquiète beaucoup.

On voit des gens ne cesser de jeter de l'huile sur le feu. Après le foulard (ma mère en portait un et n'était pas musulmane mais paysanne) voici que la jupe maxi, furieuse mode de mon adolescence, devient prohibée.

Nous avons à réfléchir à cette guerre civile de basse intensité. Je n'ai pas envie de voir une guerre de religion dont on s'approche à grands pas. Nous avons à éviter cette horreur.

Claus Taire a dit…

Merci pour votre témoignage. Et votre discret coup de gueule.

freddy F a dit…

je ne vais pas recommencer à raconter que comme bien d'autres je lisais hara kiri puis un peu charlie Hebdo et enfin plus du tout après 2005 à cause du traité européen et du sieur Val que je ne supportais plus. Donc c'est peu dire que là encore comme bien d'autres la mort de Cabu ou de Wolinski ne mettait pas indifférente. Ceci étant dit je ne suis pas allé manifesté pour ne pas mêler mes pas à d'autres avec qui je ne veux avoir rien de commun. Concernant les propos d'E Todd ils correspondent totalement à ce que je ressent. Il y avait plus du réac que du progressiste dans les rangs. Un seul exemple : croyez vous que les embrassades de certains manifestants aux policiers relevait d'un forme de solidarité envers les malheureux représentants de cette profession qui ont été assassinés ou plutôt un remerciement et un encouragement à la loi du Far West qui a été appliquée contre les assassins ? ces bonnes âmes trouvent la justice trop sophistiquée et trop indulgente. Il est difficile de ne pas lier les propos d' E. Todd avec ceux de P. Joxe à Arrêts sur images : il rappelle que cette islamophobie correspond à un mépris de classe,les personnes issues des anciennes colonies étant majoritairement sinon en majorité (?) reléguées dans la classe sociale la plus défavorisée. Je n'écoute plus FI mais il est fort à parier que C. Fourest a dû y recevoir un accueil plus amène. Il n'y a qu'à constater ce qui c'est passé sur le plateau de "on n'est pas couché " elle était applaudie, défendue par son voisin de table, par Ruquier et A. Cayron qui a eu l'audace de glisser quelques interrogations était presque désigné comme un suppôt des assassins.Tous ces sujets mériterait développement toutefois pour en terminer il me semble que la classe moyenne se détache inexorablement des classes défavorisées.Au fond rien de bien étonnant au temps béni de la pensée prémachée et du chacun pour soi

Gauche Decombat a dit…

j'ai failli écrire sur Todd. Et puis j'ai renoncé. je l'ai vu face à aram. Et je me suis juste demandé dans quel univers parallèle il avait basculé... je ne le capte pas. nous ne somme spas du même monde.

Gauche Decombat a dit…

@SebMusset : nous sommes d'accord : http://gauchedecombat.net/2015/05/05/oui-monsieur-todd-le-11-jnvier-jai-manifeste-moi-je-sais-pourquoi-et-je-vous-emmerde-cordialement/

Johan a dit…

Ce que je retiens, c'est que tu n'as pas marché pour ; tu as marché contre.

Hux a dit…

Merci à "Un partageux" de son long commentaire. J'ai participé aux deux rassemblements, le premier spontané avec plein de gens choqués, KO, sonnés et embétés d'être là. Le second parce qu'il fallait comme tu dis Seb marcher contre l'obscur, contre la connerie. Sauf que là, nonobstant les directives étatiques ubuesques, j'ai aussi marché avec pas mal de cons qui suintaient la haine derrière leurs étendards à la con et leur marseillaise imbécile. Même qu'il a fallu distribuer vite vite vite des paroles de Ferrat à chanter pour éviter des chants patriotiques trop marqués... Alors oui Seb on est cocu. Et Todd j'en ai peur ne fait que souligner à gros traits ce qui dort du coté de cette bête immonde qu'on est en train de réveiller. Cocus.

Ankalogon a dit…

En France tous les trois jours un homme dégomme sa femme et, pendant ce temps les avions Dassault-Bloch pulvérisent des vies en Afrique à tour de missiles et de très gros calibre.
Toute la France devrait être dans la rue, au moins pour ses bonnes femmes. Rien que dale. Juste des couinements pour Charlie. Bravo, les lois à venir, vous les avez bien mérité.

Christophe D a dit…

Réaction émotive, typiquement de celles qui sont exploitées pour faire passer en urgence des lois prêtes depuis des mois...
Pas de billet sur la surveillance des populations, rien sur une loi infâme, totalitaire... mais tout colère contre Todd...
Bien vu Valls... un coup d'avance... de la bonne ouvrage, laissons-les se friter avec Charlie...
Et d'oublier de comprendre que la sociologie traite des grands nombres, des tendances, de l'histoire des peuples et de leurs interactions...
Pas des états d'âmes des victimes des médias...

Klaus Toujours a dit…

Charlie est vexé, veut pas s'entendre dire qu'il marche à coté des ses pompes, et que s'il continue comme ça, il les aura même plus pour courir.




Anonyme a dit…

Todd oublie que les premières victimes de ces fous sont... les musulmans :

http://www.manifeste.org/imprimer.php3?id_article=308

Juan Sarkofrance a dit…

très beau billet. +1000

Fabien a dit…

Globalement, je suis d'accord avec ce blog. Mais pour 11/1, au fond de moi, ce défilé sonnait faux. J'ai le sentiment que nous payons une immigration sans intégration. D'ailleurs, l'immigration n'est-elle pas une volonté libérale de mise en concurrence des peuples? Alors, me ranger derrière les gouvernants à l'origine de cette cascade de décisions prises pour le bien de l'élite économique et notre malheur à tous, je ne pouvais pas. Le problème est bien la récupération par le politique qui a été faite de ce drame et non le drame lui-même. Et c'est bien qu'il reste des intellectuels comme Todd pour prendre du recul et ne pas se soumettre à une pseudo moralité qui nous vient d'en haut.

Anonyme a dit…

Je regrette de n'avoir as eu connaissance de la manif spontanée du 7 janvier au soir, place des Terreaux à Lyon.
J'ai décidé de ne pas manifester le 11 quand j'ai vu apparaitre des "je suis Charlie" sur les emplacements de pub et la récupération politique : défiler avec Collomb le maire de Lyon, non merci !
Ceci dit il ne me serait pas venu à l'idée de condamner ceux qui ont marché ce jour-là !

pilulerouge a dit…

Manifestation purement épidermique, et émotionnelle. La seule question qui devrait vous travailler les ménages c’est : « Comment en est-on arrivé là ? ».
_
Largement récupérée, et avec talent, par la ploutocratie. Se réfugiant derrière le "pas d'amalgame", cet acte de guerre civil religieux, qui valide le choc des civilisations dans notre pays, est devenu un combat contre le racisme. Alors même que ce déversoir à haine qu'est devenu "ce journal" Charlie Hebdo, n'a eu pour autre fonction que de faire monter les tensions.
Dans un pays où la désacralisation du religieux est en phase terminal ; un nouvel évangile s'impose, le "progrès". L’antiracisme, l’immigration de peuplement, la repentance éternelle, l’égalitarisme, la liberté d’expression ou les droits de l'homme, en sont la substance et viennent remplir ce vide spirituel. C’est au nom de ces valeurs, que les acteurs politiques, économiques et médiatiques ont marché comme un seul homme contre la barbarie. Voici leurs commandements.
_
C’est au nom des droits de l’homme, et du droit d’ingérence que nous avons armé et donné le pouvoir aux fanatiques religieux en Lybie. Kadafi avait largement contribué à la libération de Mandela et construisait la future monnaie pour émanciper l’Afrique : le dinar-or…Remplaçant un homme autoritaire, surnommé en son temps « le roi des rois », qui achetait la paix tribale dans toute la région, qui avait fait de la Lybie un pays sans dette, et avec un des meilleurs niveaux de vie de toute l’Afrique, par un massacre de 60 000 civils, un pays dévaster, l’or et les ressources pillées par les multinationales occidentales…
_
C’est maintenant, par centaine, que ces pauvres gens, viennent mourir pour rejoindre les côtes poreuses d’une Europe pompier pyromane. Mais quelle aubaine cette nouvelle chaire à canon du libéralisme sans frein. Ces déracinés, qui ont tout perdu pourrons bientôt être exploités dans les chantiers navals, le bâtiment, la restauration… Mais, dans une province Européenne comme la France, qui possède un taux de chômage inégalé, et un effondrement social, politique, ou économique avancé, l’immigration de masse un temple qu’il est obligatoire de vénérer.
_
C’est au nom de l’antiracisme institutionnalisé, que toutes critiques face aux logiques néocoloniales, au dumping social conduiront à un procès en blasphème : « Le racisme », « La xénophobie ». Ces organismes vident d’adhérent sont subventionné à coup de million d’euros par les mêmes qui ont accepté de signer un chèque en blanc pour déverser les bombes et les armes, garantirons que le peuple ne réfléchisse pas trop en dehors des clous. La fonction de l’antiracisme étant bien sûr d’interdire tout débat, et de recyclé une misère provoquée, en un futur bulletin de vote.
_
C’est au nom de l’égalitarisme, que ces centaines de victimes, devenu réserve de voix, se verront octroyer des subventions, des soins, un logement, des nouveaux lieux de cultes dans un pays au bord de l’implosion. C’est donc au nom de l’égalité qu’ont violera les principes fondamentaux de la séparation de l’église et de l’état, le refus du communautarisme, la laïcité, une justice équitable…
_
C’est au nom de la liberté d’expression que les mêmes biens pensants, valident toute la logique guerre, immigration, exploitation, moralisation et finissent par insulter ce qui restait à ces peuples désœuvrés : leur croyance. C’est aussi au nom de la liberté d’expression que l’on évince les rares journalistes, écrivains, ou politiques qui osent toucher aux nouveaux commandements de l’ordre moral.
_
Et pour finir, ce sera au nom du droit de mémoire, que l’on étudiera dans 10 ans dans les manuels scolaires d’histoire, que le peuple de France est un pays de racistes et de barbares qui a bombardé la Lybie et provoquée d’immenses souffrances. Les instigateurs de cet énorme gâchis humain seront là, bien sûr pour garantir la morale républicaine.

Pauvre France.

Anonyme a dit…

Emmanuel Todd n'oubliera jamais que les "premières" (cad les plus nombreuses) sont les musulmans. Il sait très bien ce qu'est l'hypocrisie de la politique. Et de la récupération.
ceux qui_ont manifesté avec honnêteté n'ont rien à voir avec les politicards.
Nous n'avons pas à être a&ssassinés au nom de l'islam. Pas plus qu'au nom des racines chrétiennes de l'Europe. Ou de nos liens avec les Etats-Unis. Nous avons le droit de vivre LIBRES. et SO LI DAI RES.

des pas perdus a dit…

Certes, il n'y a jamais eu de mal à s'unir, mais en rentrant de la manif, je me disais que si on avait été autant en d'autres occasions, on aurait tué la régression sociale dans l’œuf... sans doute parce que les CSP +, voire CSP ++, ont intégré le discours et les politiques néolibérales qui les touchent moins moins violemment que les autres classes sociales et qu'elles sont tranquillement restées chez elles à l'époque.

J'estime que si on fait abstraction du côté provoc de Todd, il n'a pas fondamentalement tort.

Anonyme a dit…

Seb, j'ai été content de voir que Todd pouvait faire sens pour tous ceux qui comme moi, bien qu'habitués des manifs, ne sont pas allés à celle du 11 janvier. Je te souhaite une super bonne Loi Renseignement. Merci quand même pour ton blog.

vincent a dit…

J'avoue qu'Emmanuel Tood, de son propre aveux, est assez émotif et se laisse emporter. Ça lui donne un comportement pas toujours agréable dans les débats. Sur la forme aussi, on peut lui reprocher l'utilisation du mot valise 'islamophobe'. Cela dit, je recommande cette vidéo avec Alain Badiou, qui permet de développer (https://www.youtube.com/watch?v=PEjQ653L8gk)

Ce que Todd critique, c'est cette espèce de montée idéologique contre la religion d'une minorité, laquelle d'ailleurs ne forme pas forcément un groupe bien homogène et défini : les musulmans, ou encore l'islam (vu qu'on verse dans l'idéologie). Ce qui est aussi mis en lumière, c'est le mélange de tous les problèmes, et la position du gouvernement qui n'arrange rien. Au f

J'étais assez mal à l'aise à la sortie de ce slogan de pubard "je suis charlie". Je suis humain, je suis outré qu'on tue pour des dessins, qu'on abatte un homme à terre, etc... Mais "je suis charlie", ça ne veut RIEN dire. Et se glorifier de choses creuses, c'est dommage : on cherche encore à nous détourner de problèmes autrement + réels et prosaïque (chômage...)