dimanche 18 janvier 2015

Mécréants unissez-vous !

Je parle rarement religion sur ce blog. Je m'en moque complètement. Au sens premier, c'est du domaine de l'incompréhensible pour moi. Hormis d'un point de vue artistique, parfois immobilier, ou en ce qu'elle anime certains de mes contemporains, la religion est hors de mon champ de considération. Je crois en rien. Vraiment. Le rien, ma certitude : on en vient, on y retournera. Et c'est ce rien qui, précisément, rend la vie précieuse.

A défaut de "tuer Charlie" (7 millions d'exemplaire quand même), les terroristes auront au moins réussi ça :  depuis quelques jours, il n'y en a de nouveau que pour la religion sur les ondes : "Et comment faire pour les traiter à égalité ? Et comment faire pour en parler à l'école  ? Et comment ne pas choquer les croyants ?"

C'est oublié, un peu vite que 35% des Français sont athées et se contrefoutent des religions, divinités, papes, prophètes et gourous. 

A la base, je n'ai rien contre la religion. C'est plutôt cool ce fan club censé faire le bien, prônant le partage et l'amour de son prochain. Sauf que, en remontant au plus loin du bouzin, on peut suivre les religions à la trace du sang qu'elles ont versé par tonneaux. Leur histoire est parsemée des pires massacres, de guerres interminables, de domination des foules et d'asservissement de la femme.

D'année en année, depuis le 11 septembre 2001, le religieux reprend ses aises dans le débat médiatique hexagonal comme une évidence (catholiques, juifs, musulmans : il faudrait appartenir à une chapelle, à défaut se positionner pour ou contre l'une d'elle). Dans ce débat, par définition fermé à l'athée, les religions se renforcent les unes les autres. Le "menace" d'un Islam fort copieusement branlée par la presse de droite depuis des années ? Mais c'est du pain béni marketing pour l’Église catholique en perte de vitesse (en y injectant au passage du marqueur civilisationnel de type France = Chrétiens). Le vrai danger d'extinction pour une religion n'est pas le culte d'en face, mais l'absence de foi. Le vrai danger pour les autorités religieuses, c'est le non-croyant : le mécréant.

C'est lui qui, après le 11 janvier, devrait faire entendre sa voix plus que jamais, expliquer que nous sommes dans une République LAÏQUE qui ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte.

En décodé : Liberté de croire, mais pas d'emmerder la collectivité avec sa croyance.

A lire, ou relire, l'édito sur la laïcité dans le dernier Charlie Hebdo.

16 commentaires:

Politeeks a dit…

je LIKE , et encore seuls 30 a 40% des gens se disent religieux suivant diverses etudes.

Mais tu aurai pu mettre des twitts accusant les athées de détruire la religion .

romain blachier a dit…

France pas égale chrétiens forcement mais chrétiens égale pas cathos non plus ;)

Fred Camino a dit…

Ouais, je sens aussi que les religieux vont se sentir encore plus fort après la tuerie de Charlie. On la sent bien venir l'auto-censure.

Charles a dit…

Vous savez, on pourrait faire le récap des massacres effectués au nom de la "civilisation" ou de la démocratie. Et ça ne serait pas bien plus joli joli que ceux faits au nom de la religion.

Mais comme toujours, il y aura deux poids deux mesures. On ne va quand même pas mettre sur le même plan les atrocités des religions commises pour conserver leur pouvoir et le propager et les bienfaits apportés à coup de guerres, de massacre et d'esclavage pour répandre la bonne parole de la démocratie et du monde civilisé, non ? Et pourtant, c'est strictement le même mécanisme et la même chose.

Abdel Housni a dit…

La journée de "Je suis Charlie" a terminé avec un président de la France dite laïque dans une synagogue, avec le dit président coiffé d'une kippa et qui s'est fait sermonner par un premier ministre criminel.

C'est la croyance dans la France des croyances : Insulter, taper, discriminer le faible qui peut pas réciproquer, alias le musulman...et en plus le méprise du haut de nos valeurs profondément humaniste (j'étouffe).

Alex a dit…

Par un heureux hasard je lis ce billet après Cavana "Haut les cœurs, les mécréants !" http://www.humanite.fr/haut-les-coeurs-les-mecreants-562994

"Sachons au moins nous reconnaître entre nous, ne nous laissons pas submerger, écrivons, « causons dans le poste »"

Je m'interroge, est il temps "d'entrer dans l'histoire", créer un parti ? autre chose ?

Klaus Toujours a dit…


Elle a bon dos la religion, et je ne vous parle pas de celui de la laïcité en particulier, droit comme un I, tout remonté, il attend le gilet pare-balles que lui confectionne en cuisine ses thuriféraires pressés d'entamer le deuxième round.

La religion, c'est la loi, que vous parliez islam, christianisme ou laïcité (oui, oui c'est une religion, dans le sens d'une manière de faire société, avec ses prescriptions, ses interdits, ses adeptes tolérants et ses barjots), il s'agit toujours de doctrine visant à établir des règles de conduite valable pour tous et toutes.
Sachez que le seul remède/antidote
qu'on ait trouvé à la connerie en religion (et pas qu'en religion d'ailleurs...) s'appelle l'alphabétisation de masse, que la montée de l'illettrisme (qui n'est pas exactement la même chose que l'analphabétisme, allez voir, vous savez lire:) est le véritable signe des dangers qui nous guettent.
Ça craint très très fort, le contexte européen est extrêmement foireux, la seule institution qui tient encore malgré les fuites et avaries, c'est l'école et la transmission de la liberté de conscience par l'instruction de ses moyens.
Ça va faire bizarre à certains de retourner à l'école mais c'est ça ou la Kalash, il n'est pas trop tard.

seb musset a dit…

@Abdel > Oui, cette présence avec la kippa dans la synagogue est une erreur (qui va à l'encontre de la séparation de l’Église et de l’État) évoquée plus haut. C'est vrai qu'il est compliqué après de parler laïcité quand au plus haut sommet, ce n'est pas respecté.

En même se pose la question, d'un point de vue pratique, de comment rendre hommage aux victimes etc...

@Klaus > On est d'accord. Je crois qu'avant tout nous vivons des drames de la connerie. La religion n'est qu'un support. Pour l'école, ca craint. Les classes sont de plus en plus chargées, les profs de moins en moins payés... Il faudrait également se pencher sur les programmes télés, la présence des parents (tout se joue d'abord là).

Anonyme a dit…

Aucune entreprise humaine n'est sans tâche. Mais il ne faut pas oublier non plus ce que le fameux "Dieu est mort" a entraîné avec lui. Matérialisme total, rationalisme, perte de la barrière morale qui pousse à protéger les plus faible : nazisme et stalinisme étaient profondément anti religieux.

chris De Nice a dit…

On peut avoir la foi sans pour autant se revendiquer d'une religion. Un chrétien n'est pas forcément un farouche catho ou protestant. Ceci-dit, bon article.

Klaus Toujours a dit…

à Seb > Devenir citoyens en somme ?

Abdel Housni a dit…

Chacun d'entre nous est tous conditionné à sa manière par la culture dominante, l'école, les parents, l'interprétation qu'on nous vend de la religion, les médias, etc.

Pouvoir ou avoir les moyens de le reconnaître et l'admettre est déjà un début et c'est aussi très rare...

Le monde actuel est profondément injuste et ca ne va pas en s'améliorant.

Je suis croyant et donc optimiste par défaut. Malgré mes préjugés à l'égard de la France (je ne suis pas francais).

J'espère malgré tout en les invidus et aussi que de tout cela il y aura un grand bien qui ressortira.

Merci et PAIX à tous

Jeremy Berenger a dit…

Etymologiquement parlant, religion veut dire relier (du latin religare), littéralement vivre ensemble dans la reconnaissance de l'existence d'un dieu et du système de valeurs, de la morale inspirés par ce dieu. La religion est un mélange astucieux d'irrationnel (je crois sans voir) et de système politique. Mais non seulement la religion n'a jamais réussi à relier les gens, et l'Histoire nous le démontre, mais ses implications politiques se sont toujours révélées meutrières ici (Irlande), discriminatoires ailleurs (aux Etats-Unis, on ne saurait élire un qui ne serait pas en mesure de jurer sur la Bible, exit donc les candidats non chrétiens).
En France, nous avons choisi le camp de la laïcité. Mais c'est une laïcité toute relative sachant que les tenants et les aboutissants des religions composent un électorat qu'il ne faut pas froisser, et des lobbies dont il convient de s'allier les faveurs. De même, dans une république elle-même érigée en religion, où les libertés d'expression (qui est en fait toute relative), de culte, de pensée, d'association sont brandies comme un étendard et font partie d'une espèce de Décalogue, on ne saurait interdire le port du tchador, qui signe l'asservissement de la femme par une religion, sans interdire aussi le port de la perruque chez les femmes juives pratiquantes, qui a la même signiication, et sans interdire le port visible de la croix chez les chrétiens. Le principe de laïcité est rendu impossible par l'application de l'idéal républicain tel que nous le concevons, idéal dont par ailleurs, on a vérifié ces jours-ci que les grands principes d'équité, d'égalité des chances, de non-discrimination sont des vues de l'esprit. Et là je rejoins Valls, pour qui je n'ai aucune espèce de sympathie, quand il prononce le mot d'apartheid. L'emploi de ce terme n'est pas un écart de langage mais l'expression d'un éclair de lucidité.
Fermeture de la parenthèse.
La mécréance doit être cultivée par tous les mécréants que nous sommes, mais à l'égard aussi des religions sans dieu, des religions rationnelles que sont les idéaux républicain et démocratiques, dès lors qu'ils sont trahis par ceux-là mêmes qui affirment les défendre. Parti unique, carriérisme politique, électoralisme, politique économique calamiteuse qu'il n'est jamais question de soumettre à la critique, discriminations tous azimuts, justice arbitraire, sans omettre l'aveuglement d'un certain électorat qui évoque la "foi du charbonnier"... Autant d'aspects qui ne sont pas sans appeler, de la part du mécréant, cette attitude critique qu'il adopte à l'égard des religions fondées sur l'irrationnel.

DoDeDie a dit…

Et soudain je me suis souvenue pourquoi j'aimais autant ton blog et tes écrits... Merci :)

beru a dit…

"Le rien, ma certitude : on en vient, on y retournera. Et c'est ce rien qui, précisément, rend la vie précieuse."

Rien de plus à dire !....enfin à écrire :)

yazan a dit…

Je ne sais pas si le pire danger pour une religion est le non croyant ou le non pratiquant... Perso, je vois beaucoup de gens se disant croyant (sait on jamais des fois que le paradis existe) mais ne mettant un pied a la messe que pour les mariages et enterrements... Les eglises se vident sans avoir besoin de l'athéisme pour ce faire...sans doute que cela signe le décalage permanent entre l'église et la bible? (Je ne parle ici que de la religion que je maîtrise, ayant été comme beaucoup baptisé de force a l age de 4 mois...)

Mais sinon oui... Dieu n'est qu'un concept... et la science a suffisamment progressé pour que le monde n'aie plus besoin de ce dieu pour être ce qu'il est... (mon billet sur le sujet: http://lebruitdesbottes.com/article/dieu-la-science-prete-a-trancher ).
Alors... quand j'entends certains politiques parler de guerre de civilisation en opposant cathos et islam... j'enrage... ce ne sont la que d'irresponsables connards!!!