dimanche 11 janvier 2015

Pourquoi j'irai marcher dimanche en 10 raisons

1 / J'irai marcher parce que je suis en deuil.

2 / J'irai marcher pour montrer à ces pauvres mecs croyant nous terroriser que nous sommes des millions et qu'ils sont seuls (En espérant que ça bouge quelques fils dans la boîte à fusibles contrefaite qu'il leur sert de tête, et qu'ils aillent se bricoler un début de cerveau).

3 / J'irai marcher parce que je ne boycotte pas l'air sous prétexte que des hommes politiques que je n'apprécie pas respirent. Les récupérateurs ne seront que des points perdus dans la masse et j'ai bien plus besoin de ce moment qu'eux : je ne leur laisserai pas.

4 / J'irai marcher et ce ne sera pas spécialement un hommage à Charlie : j'irai marcher contre la barbarie et la bêtise. Vaste programme, mais si on commence à s'engueuler sur les modalités de départ, on n'est pas arrivé.

5 / J'irai marcher parce que rien, strictement rien, ne peut justifier les drames de cette semaine et que la réaction de certains m’inquiètent.

6 / J'irai marcher parce que, pour une fois, ce pays ne sera plus divisé qu'en seulement deux camps : ceux qui marcheront et ceux qui regarderont la marche sur BFM (et il est hors de question que je regarde BFM une minute de plus).

7 / J'irai marcher parce qu'il n'y a pas plus de menace religieuse que de suicide français. Il n’y a qu’une menace : l'obscurantisme, et cette semaine il n'y a eu que des crimes contre la liberté, l’intelligence et l'humanité.

8 / J'irai marcher en espérant que cela soit le début de l'esquisse d'une prise de conscience générale qu'il faut à tout prix sortir de cette spirale de l'absurde voulant réduire l'homme à sa nationalité, sa nationalité à sa couleur de peau, sa couleur de peau à sa religion, la religion à son expression la plus minable.

9 / J'irai marcher pour rappeler et me rappeler qu'il faut vite sortir de cet air du temps imposant que l'on doive se définir individuellement et collectivement par rapport à une religion, sortir de ce débat voulant imposer à tous la supériorité d'une religion sur une autre. La croyance est une affaire privée. Pouinbar.

10 / J'irai marcher parce que je n'ai pas eu les mots pour expliquer à mes filles comment, à côté de chez nous, des gens peuvent tuer d'autres gens pour des dessins, trucider des parisiens qui font leurs courses et des gardiens de la paix : des gens qu'elles croisent dans la rue, des activités qu'elles font quotidiennement. Je veux leur montrer qu'elles vivent dans un pays qui a encore deux ou trois principes, un pays où les gentils sont encore les plus nombreux.

9 commentaires:

Politeeks a dit…

je LIKE ! J'ai vu des gamins (18 ans) pleurer dans le tramway se demander ce qu'il allait se passer. C'était Mercredi soir,ça m'a marqué.
Et tu as raison il faut le dire aux enfants nous sommes dans un pays où les gentils sont les plus nombreux ! et donc veulent vivre ensemble contre les avis des moisis, qu'on doit réduire dans le LOL, la critique et s'il le faut la justice.

Bon moi je vais manifester avec des gens de droite et libéraux, par ce que le vivre ensemble c'est essentiel. Et le droit à la difference, au débat .

Isabelle a dit…

Eh bien au nom de la liberté d'expression je réclame le droit de ne pas marcher et de ne pas regarder non plus BFM tv.
Je regarderai le cheval sur Equidia life ou j'irai à marcher dans la foret de Fontainebleau.
Je suis triste infiniment triste pour Charlie Hebdo, pour Toutes ces vies gâchées.Pour TOUTES ces vies , ces 20 vies parties dans une déferlante de haine qui est qu'on le veule ou non notre monde.
Et j'ai peur. oui j'ai peur de l'avenir.
Mais au nom de Charlie Hebdo au nom de la liberté d'expression , au nom de la liberté tout cours je demande qu'on respecte mon droit de ne pas marcher.
Et aussi je demande qu'on arrête de faire de Charlie juste un journal de caricatures. Charlie(voir Planète sans visa de Fabrice Nicolino) c'était pour moi un journal anti nucléaire et de l'écologie pour nous pousser à sauver le monde pas à le détruire. Car foncer droit dans le mur ne sauvera rien, ni le monde ni la liberté d'expression.

Venise86 a dit…

Merci Seb... Cholois

marc jomords a dit…

pardon de cette question ingénue sans doute: pourquoi boycotter BFMTV?

Jeremy Berenger a dit…

@Marc : BFMTV : boîte à propag', boîte à intox, boîte à entretenir les trouilles, le conformisme et la docilité. Tu leur coupes le sifflet, tu sélectionnes toi-même ton info, et tu travailles à entretenir ton sens critique.

@ Seb : Excellent post ! J'y vais pour les mêmes raisons.

Fred Camino a dit…

Merci pour ce billet Seb!

Jeanmi a dit…

À humilier, un peuple, une ethnie, une nation on récolte toujours la barbarie. Le nazisme a poussé sur le substrat de l’humiliation du traité de Versailles. Pourquoi les otages occidentaux, décapités par des tarés, avaient les mêmes combinaisons orange que les prisonniers de Guantanamo ? N’y a-t-il pas là matière à réflexion ? La réaction de notre cerveau reptilien après la tuerie sauvage de Charlie hebdo est la vengeance aveugle sur tout ce qui porte un voile ou une barbe. Vengeance n’est pas justice et fort heureusement les Français ont pacifiquement réagi et de façon humaniste. A présent nous savons qui nous sommes et notre estime de nous-même est probablement remontée. Cependant la question que je me pose : Que feront les politiques de cet immense élan d’espoir ? Comprendront-ils enfin que si nos concitoyens se détournent des urnes, pour autant ils ne sont pas indifférents à la chose publique, au ″Politis″ ? Cependant ils sont épuisés de la corruption des élites et encore plus de leur morgue arrogante à notre égard. Les millions de citoyens descendus dans les rues pour affirmer leur attachement à la Liberté et à la démocratie sont capables de bien des choses. Aujourd’hui je retrouve l’espoir dans mon pays…

Jeremy Berenger a dit…

La marche de dimanche, à Paris, était à l'image de la Société telle qu'elle se vit, telle qu'elle existe actuellement, telle que nous avons contribué à l'accepter : d'un côté les élites de 50 pays, dictateurs compris, marchaient côte à côte, en circuit fermé et sous haute protection. De l'autre, la "France d'en bas" défilait dignement.

Je me souviens d'une visite du président américain Carter, dans les années 70, où aux côtés de Giscard, qui était un adepte de la marche urbaine et des bains de foule, il était venu serrer les mains de parisiens enthousiastes venus le saluer.

Ce n'était pas génial la société française sous Giscard, et on a beaucoup idéalisé les années 70, mais en comparaison, nous traversons des années de plomb.

Anonyme a dit…

je ne suis pas allé marcher pour une simple et bonne raison, je ne lis plus ce torchon depuis 2006, date à laquelle P. Val a publié les caricatures du journal xénophobe danois Jyllands-Posten dans C.H., toute la rédac à l'époque s'est couchée, qu'aujourd'hui l'on nous parle de liberté d'expression est une plaisanterie !