vendredi 1 novembre 2013

Le Pen : La barbe, la "bourde" et le buzz


Hier matin sur l'antenne d'Europe 1Marine Le Pen, présidente du FN, a émis des réserves sur la récente libération de quatre otages français

En effet, après trois ans de captivité par AQMI, les ex-détenus ont eu l'idée (séditieuse entreprise pour le moins anti-patriotique) de descendre de l'avion à Villacoublay sans bouteille de Beaujolais  sous le bras, ni chapelets de saucisson autour du cou comme c'est l'usage en Gaule depuis la création des Hauts-de-Seine par Jeanne d'Arc (si si, je l'ai lu dans Valeurs Actuelles).

Pire encore. Certains des terrori, euh ex-otages, étaient affublés d'une barbe. Oui mesdames et messieurs, une barbe : comme l'auteur de ce blog, Carlos, le chanteur, et Dieu le père ! Pire, d'autres plus suspects portaient un chèche. Madame Le Pen apprécie peu ce laisser-aller vestimentaire quand on passe à la télé devant des millions de Français. D'ailleurs, question barbier, elle préfère quand c'est propre et net, et qu'il n'y a aucune équivoque possible. 


Il ne fallait pas plus que cette suggestion d'otages devenus musulmans (puisqu'il s'agit de cela en toile de fond) pour que les médias embrayent toute la journée sur, je cite, "la bourde" de Marine Le Pen. De la Une du Monde dans l'après-midi, le "dérapage" dérape jusqu'au JT de 20h du service public où il sera traité avant le cas des otages eux-mêmes. 

(commentaire du journaliste : 
""Elle casse le consensus". En vous remerciant.)

Keep calm et reprenons les choses dans l'ordre :

1 / Il n'y a pas plus de "dérapage" que de "bourde".
Sous-entendant qu'il y a islamisation des otages, Marine Le Pen, s'adresse d'abord à son électorat.
Qu'il s'agisse de l'électorat acquis :
- Le xénophobe de base, excédé par la "normalisation" du FN, qui a besoin que le parti lui redonne sa dose quotidienne de peur du mahométan.
- Le comploto-timbré, bercé un peu trop près de la télé, en sevrage depuis sur Facebook. 
Qu'il s'agisse de l'électorat potentiel :
- Scoop : une bonne partie de la droite n'aime quand même pas trop la barbe et les chèches.

2 / Avec cette sortie matinale, la présidente du FN, évoluant avec agilité dans son biotope médiatique, sait qu'elle occupera les ondes durant 24 heures (voire 48 avec le jour férié). L'information continue n'est qu'un feuilleton dont flemme et pyrotechnie sont les deux piliers narratifs : Marine Le Pen fournit les épisodes. Au final, ses messages codés, ou pas, atterrissent invariablement en tête des JT (à deux doigts de lui organiser une cellule de soutien psychologique pour son "dérapage").

3 / Car, Madame Le Pen, s'offre également la possibilité d'une seconde séquence, dite du remords, où elle pourra s'expliquer, interpréter l'incomprise, dupée, forcément, par des médias "qui cherchent toujours la petite phrase" (qu'elle leur donne à chaque fois).

4 / Avec le pitch de Homeland lu le matin même dans TéléZ, la chef du FN, réussit donc à parasiter une actualité qui lui est totalement étrangère (la libération d'otages français après de longues négociations), coupant l'herbe sous le pied du Président (et oui, on ne parle plus que d'elle). Et le lendemain à la même heure, son bras droit remet le couvert.

Enfin, 

5 / Ce point curieux (il n'a pas été l'objet de l'ombre d'un début de remarque dans l'agitation du jour) : si c'était le cas, en quoi la conversion personnelle ou l'adoption d'une religion par un otage serait un problème pour la nation ? 


Illustration : The Barber, Coen Bros (2000)

Nouveau livre, L'abondance. 
+ d'infos
Disponible ici en papier ou ebook.







Articles connexes :
L'occupation des cerveaux
Les JT roulent-ils pour le FN ?
FN : Lutte des classes ou lutte des races ?

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Au temps béni des colonies, les prédecesseurs de MLP auraient parlé de "bougnoulisation"...

Politeeks a dit…

ben oui, elle parle à son électorat et le mobilise. Tu aurait pu chercher quelques twitts "otages islamise" par exemple. Ca a marché, ils la croient.

pendant que des cons se prenaient en photo barbue, d'autres abrutis écrivaient que oui, les otages étaient retournés.

seb musset a dit…

Ouaip. Faut arrêter ces fausses pudeurs. Elle parle à son électorat de racistes #Pouinbar Et elle est très douée, bien plus que beaucoup de journalistes, pour jongler avec les mots et faire passer du message.

bobcestmoi a dit…

faut faire comme en Belgique (cf rue 89)
cordon sanitaire et boycott médiatique
et tant pis pour le casse croute quotidien de BFN-TV et Itélé

Nicolas Jégou a dit…

Ah ben on est d'accord, il n'y a pas eu de dérapage. Ca aurait du être le sujet d'un billets chez moi mais j'ai la flemme depuis hier.

Fred Camino a dit…

Non ce n'est pas un dérapage, elle croit juste que tout les français pensent comme elle.

Gilbert Aguila a dit…

Merci pour l'analyse : j'ai cru naïvement que la « nature » Le Pen reprenait le dessus... J'oublie tout le temps que ce ont des politiques, qui malgré leurs idées haineuse, n'en reste pas moins doté d'intelligence.

Toutatis a dit…


Méfiez vous quand même, MLP a peut-être des informations que vous n'avez pas, partagées avec ceux qui ont "négocié" cette libération. Ce qui expliquerait aussi la quasi inexistence de réactions des proches du pouvoir à ses propos, alors qu'elle a l'habitude de déclencher l'hystérie.
Moi ce que j'ai retenu de cette affaire c'est ce que Fabius a dit, qu'aucun argent public n'a été versé aux ravisseurs. Y aurait-il eu de l'argent non public ?

Anonyme a dit…

Bah, 20 millions d'euros pour 60 millions de Français, cela fait 0,33 euros par personne.
Ceci pour les pleureuses qui trouvent que c'était trop cher payé.
Bien sur il reste le problème de l'utilisation de ces 20 millions. Mais que faire, agir comme Poutine, c'est à dire tuer les ravisseurs et les otages...

Anonyme a dit…

« [...] Poutine [...] tuer les ravisseurs et les otages... »
Et du coup les ravisseurs en question n'ont plus d'otages. Ni maintenant ni demain.

Ben quoi? ^^'

Anonyme a dit…

@ toutatis
bien sur qu'il y a eu de l'argent non public, celui de l'assurance prise d'otage de leur employeur qui est systématiquement contractée par celui-ci quand les salariés sont envoyés dans des lieux à risques.

Enfn pour les grosses boîtes.