mercredi 13 février 2013

Le problème avec les FEMEN


Le problème avec les Femen, c'est qu'elles sont trop violentes,
qu'elles sont trop mal habillées,
qu'elles se déshabillent,
que leurs angles d'attaque ne sont pas assez saillants,
qu'elles sont trop dans la provocation,
qu'elles manquent d'ambition et devraient viser plus haut,
qu'elles ne savent pas communiquer,
qu'elles ne pensent qu'à la 'com,
qu'elles croient trop à ce qu'elles font,
qu'elles ne respectent pas les croyances,
qu'elles crient beaucoup,
qu'on ne comprend rien quand elles crient,
qu'on les entendrait mieux si elles se taisaient,
qu'elles ne comprennent rien aux hommes,
qu'on ne voit qu'elles,
qu'on ne les entend pas rapport que les slogans tuent le discours,
qu'elles sont calculatrices,
que l'extrémisme de l'égalité c'est d'abord de l’extrémisme,
qu'elles sont sectaires,
qu'elles font trop dans le happening,
qu'elles ne comprennent rien à la société du spectacle,
qu'elles sont radicales,
qu'on doit pouvoir faire des opérations de com' efficaces sur internet après avoir couché les mômes au lieu de pathétiquement chercher à passer à la TV,
que, hey ho, c'est pas l'Ukraine ici,
qu'elles ne pensent qu'aux apparences,
qu'elles sont trop dans les idées,
qu'elles sont trop épilées pour être honnêtes,
qu'elles s'en foutent des licenciés chez Goodyear,
qu'il y a quand même des drames bien plus violent dans le monde genre la famine ou les gens qui mangent du cheval,
qu'elles ne pensent qu'aux femmes,
que les femmes c'est pas ça,
que la rhétorique de la domination masculine c'est dépassé,
qu'elles n'ont pas autre chose de plus constructif à faire, sérieux ?
qu'il y en a parmi elles qui ont l'air tellement chiantes et bah je ne sais pas si un mec en voudrait à la maison,
qu'il y a en dès qui sont vraiment trop mignonnes pour se gâcher là-dedans et feraient mieux de se trouver un mec,
qu'elles sont mal baisées,
que ce sont des salopes, 
que les vraies féministes agissent dans l'ombre sans faire de vague,
que si elles s'imaginent qu'elles nous font peur en gueulant comme ça, et qu'elles seront plus représentées dans les médias, et qu'elles obtiendront la parité dans les institutions civiles ou religieuses, et qu'elles seront payées au même salaire, et qu'on va les considérer d’égal à égal, et bien... elles se gourent.

Bref, le problème avec les Femen, c'est que c'est jamais le bon moment ni la bonne manière d’être féministe.

Et je m'y connais, j'ai de très bonnes amies femmes. 

Illus: S.Musset

15 commentaires:

Elooooody a dit…

Je suis moins catégorique que toi. Car j'aime bien les FEMEN et je suis souvent d'accord avec leurs façons de faire. Je ne dis pas que c'est jamais le bon moment ou la bonne manière, je dis juste qu' hier , elles se sont magistralement plantées (enfin c'est mon avis hein...)
Et je m'y connais, je suis féministe ;-)

La Peste a dit…

Le problème avec les Femen, c'est qu'elles pratiquent un féminisme essentialiste, lié à la "nature même" de la femme, de la "féminité" etc.
Le problème avec les Femen, c'est un financement plus que chelou et une opacité de fonctionnement totale.
Le problème avec les Femen, c'est que mes nichons de quarantenaire + mon bon 44, mes cheveux trop frisés et ma peau un peu moins ferme que celle d'une fille de 25 ans, elles n'en voudraient pas ds leurs manifs. Enfin pas au premier plan-pour-passer-à-la-télé-et-dans-les-journaux.
Le problème avec les Femen, c'est que si j'étais pute elles me traiteraient de nazie.
Le problème avec les Femen, c'est que si j'étais musulmane, elles voudraient me libérer de force.
Le problème avec les Femen, c'est qu'elles ne veulent pas que les femmes se libèrent elles-mêmes en prenant leurs propres décisions, elles veulent libérer les femmes selon leurs valeurs moralisantes à elles.
Le problème avec les Femen, c'est qu'elles veulent m'expliquer comment être une vraie femme, et que pour elle il n'y a qu'une seule "bonne" féminité.
Bref, le problème avec les Femen, c'est qu'elles font du mansplaining sans bite, ce qui est tout de même une sacrée prouesse en termes de malhonnêteté intellectuelle.

Et je m'y connais, j'ai moi-même des ovaires, un vagin et des nichons.

seb musset a dit…

@Eloooooody > Je suis comme beaucoup, je m'en fous un peu des Femen et les batailles de rue, c'est pas mon délire.

Elles ont l'avantage de ne pas tourner autour du pot dans un paysage anesthésié. Du coup, tt le monde en vient à se positionner en un temps record.

Ce qui est intéressant ce sont les réactions qu'elles provoquent (condensées ici). Et ça date d'avant Notre-Dame.

seb musset a dit…

@LaPeste > Et si l'avantage avec les Femen, c'est qu'elles accéléraient ce débat en lui donnant de l'audience ? (juste une question, pas mordre)

La Peste a dit…

@Seb : C'est sûr que vu comme ça... Bon, ben on tient un chouette concept, du coup.

Sur la base de ce raisonnement, qui veut qu'une mauvaise cause produisant de bons effets peut être reproduite de façon profitable et légitime, je m'en vais donc de ce pas gifler ma voisine : elle est adorable et personne ne s'en rend compte.

Si je lui mets ma main dans la gueule (ou mieux, si j'embauche pour le faire devant une caméra une jolie jeune femme mince et blanche) les gens seront interpelés et se positionneront. Très probablement en faveur de ma voisine.

Certes, j'aurai été intellectuellement malhonnête, j'aurai poursuivi un objectif pas très clean (car de la même façon que les Femen crachent sur nombre de femmes, je me fiche bien de faire apprécier ma voisine par mon entourage) et j'aurai insulté et blessé ma voisine mais j'aurai, comme les Femen, fait avancer le débat en faisant mon intéressante. Après tout, on se fiche bien des motivations sous-jacentes des gens, de l'intégrité des mouvements, de la transparence et de la sincérité. Tout ce qui compte c'est que ça marche.

J'ai bon, là ?
Mais si, j'ai bon.

Parce que ce que tu me dis là, c'est qu'on s'en cogne des vilains ressorts pas propres qui sous-tendent les Femen, car elles envoient du bois, savent dénicher le buzz, nous secouent et nous rendent toutes et tous féministes ou du moins concerné(e)s par le débat féministe.

Mais le problème, c'est que si on légitime le "peu importe quoi et surtout pourquoi, du moment que ça secoue", où sont l'honnêteté, le respect de soi et des autres, l'empathie et la sincérité des motivations ? Désolée d'être un peu trop manichéenne, mais je crois que ça compte un peu, quand même. Parce que c'est aussi ça qui nous pousse, et c'est heureux je pense, à ne pas négocier avec l'intégrité, dans tout un tas de domaine.

Et je pense sincèrement que l'essentialisme n'est pas une bonne chose pour nos droits.

Merde, j'ai tartiné. Pardon.

Euterpe a dit…

Bravo! Brillantissime. Je me permets de faire un lien sur cet article si vous êtes d'accord.

seb musset a dit…

@LaPeste > "Elles savent dénicher le buzz, nous secouent et nous rendent toutes et tous féministes ou du moins concerné(e)s par le débat féministe."

En gros oui, même si superficiel, éphémère, malhonnête, déplacé, tt ce que tu veux.

L'opposer aux "vraies féministes" comme le fait Abiker, oué la grosse trouvaille.

Je le prends comme une expression, parmi d'autres d'un combat sociétal. Je vois surtout à l'occasion la résurgence d'un bon vieux discours de mâle appelant à en finir avec les conneries. Cela a commencé bien avant hier au sujet des Femen (sur le mode de la moquerie) et l'épisode Notre-Dame a donné une légitimité à ce discours. Je crois qu'on les a accusé d'à peu près tout. Mon Google reader en était rempli ce matin. D'où mon billet.

Je ne doute pas un seul instant qu'elles serviront d'exemple pour discréditer ts les discours féministes. C'est même la seule chose dont je sois sur dans cette histoire. Mais est-ce vraiment de leur faute ça...

La Peste a dit…

@Seb : Il est exclu pour moi d'opposer les bonnes féministes aux mauvaises. Et je suis déjà assez emmerdée d'être partiellement d'accord avec Abiker, tu retournes le couteau dans la plaie... ;)

Bon, le souci c'est qu'effectivement, les critiques nazes sur les formes que prennent leurs happening (formes qui ne me posent évidemment aucun souci dans le principe, montrer des seins et utiliser le corps comme support n'a pas à être condamné, délégitimé ou que sais-je encore) occulteront les critiques de fond sur leurs motivations.

Et c'est uniquement sur le fond que je conteste les Femen.

Euterpe a dit…

Rien que le fait qu'elles fassent archi parler d'elles infirme l'allégation comme quoi elles seraient nulles en comm'.
Et d'une.

Toutatis a dit…

Le problème avec les Femen ce serait pas qui les finance ?

lejournaldepersonne a dit…

Men & Femen
http://www.lejournaldepersonne.com/2013/02/men-femen/

Ils jouent sur la peur. Sur la peur de la peur.... qui est la vraie peur !
Pour obtenir gain de cause. Ou pour que leur cause soit suivie d'effets.

lateo a dit…

Bah c'est quoi cette illustration? Même pas un téton visible? C'est encore vraiment de vraies FEMEN si on ne voit pas au moins le début du commencement d'un bout de sein?

jeandelaxr a dit…

Des femmes à Nostre Dame ! Man diou ! Les presse bites errent !

Gabale a dit…

Je ne vois vraiment pas quel est l’intérêt de cette provocation. Pourquoi montrer ses nichons dans un lieu de culte catholique romain ? Ce n’est même pas marrant. C’est même assez minable de vouloir profiter ainsi de l’annonce de la démission du Pape pour faire parler d’un mouvement qui n’intéresse en réalité personne. Pour une fois, je suis d’accord avec Lionnel Luca qui, sur Twitter, se demandait pourquoi les Femen ne faisaient pas la même action à la Grande Mosquée. J’ajouterai : et à la Grande Synagogue. Il y a en effet une certaine facilité à s’en prendre à la religion catholique.

annia59 a dit…

Je ne les trouve pas dignes : c'est la vulgarité et la déchéance des valeurs morales. Bande de dégénérées sans courage car la religion catholique prônant la tolérance, elles ne risquent rien. Comme Soral le dit, vaut mieux un voile qu'un string.