mercredi 3 octobre 2012

Les pigeons se cachent pour mourir

Ces derniers jours sur le net, la grogne d'auto-entrepreneurs s’est amalgamée à la colère de plusieurs créateurs de start-up. Encouragés par quelques patrons à l'abri du besoin et du Fisc, voilà nos expandables du capital en mode Tea Party à l'attaque en ligne contre un état assassin, ce tueur des richesses qu'ils sont les seuls à créer, nous offrant par là une fascinante opportunité d'observation de l'argumentaire du colombidé libertaré se propageant derrière l'avatar on ne peut plus ad-hoc du nuisible à fiente acide: le pigeon. (cf. les commentaires du précédent billet).


Il n’aura pas fallu longtemps pour que ce qui transpirait du cyber poujadisme des indignés de la plus-value contrariée et des puceaux de l’entrepreneuriat, se paluchant d'une main invisible sur des posters de Xavier Niel achetés avec l’argent de poche filé par papa, se confirme dans diverses analyses du buzz d’un mouvement se revendiquant tous les deux tweets comme apolitiqueLa chose est chapeautée par une boite de com' "spécialisée sur les moyens de manipuler les utilisateurs des réseaux sociaux comme Facebook pour les rendre plus actifs et "rentables" et émane d'une poignée de "personnes en charge de la communication élyséenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy"

La désillusion est totale. J'y croyais tant.



La contestation des auto-entrepreneurs est ridiculeceux qui ne font pas de chiffre (c'est à dire la majorité) continueront à ne rien payer, la fiscalité des autres sera alignée sur celle des entrepreneurs indépendants… soit une augmentation de 3%! Les démarches resteront simplifiées. Mettons leur colère sur le dos d'une mauvaise compréhension, d'un flottement dans la communication du gouvernement et d'un abus de BFM Business

En ralliant cette démarche, certains créateurs de start-up courroucés ternissent l'image de l'entrepreneur en général, dénonçant le scandale d'une imposition des revenus du capital au même niveau que celle des revenus du travail (non, mais te rends-tu compte !) et réduisant le désir d’entreprendre aux potentialités de culbutes financières juteuses et rapides (jusqu'à présent ils bénéficiaient d'un régime privilégié à 19% de prélèvement en cas de revente de leurs actions. Les PV seront désormais alignées sur le barème de l'imposition sur le revenu, avec si j'ai bien compris, une rabais plus tu conserves longtemps tes actions). Résumons: plus tu revends tes actions vite et cher, plus tu es imposé. Merde, c'est carrément l'angoisse. Contribuer comme les autres à la vie du pays en fonction de leurs revenus: Putain d'injustice ! 

Persécutés tel le martyr Bernard Arnault, plus à plaindre qu’une caissière au SMIC se choppant des troubles squeletto-musculaires à 22 ans, ou un ouvrier laminé par l’effort dès la première année d'une retraite calculée pour qu'il n'en profite pas bien longtemps, plus désespérés que les 5 millions de chômeurs et 8,5 millions de pauvres, seuls à connaitre la précarité et l'incertitude comparé à ces privilégiés de salariés se pavanant dans le confort du CDD (75% des embauches), les pigeons vont-ils réussir à ce que, enfin, Amnesty International s'inquiète du sort réservé aux patrons en proie à la barbarie du régime socialiste ? 

A lire :
Mouvement #geonpi : calculer les vrais chiffres
- "Nous entrepreneurs" Des créateurs d'entreprise soutiennent la taxation égale des revenus du travail et du capital.

41 commentaires:

Tassin a dit…

Pas mieux!
Merci :-)

cdg a dit…

il y a a mon avis plusieurs choses interessantes dans cette histoire.
1) une partie de la population se considere vraiment comme les pigeons de la societe. C est d ailleurs pas uniquement des entrepreneurs/auto entrepreneurs mais tout ceux qui ont l impresssion qu les efforts c est (toujours) pour eux et par contre qu en retour ils n ont droit a rien. La complexite de notre systeme fiscal/social encourage ce type de reflexion et la reputation du PS (je taxe et je depense, meme si c est injuste, la derniere grosse augmentation d impot etait de Juppe (UMP)) a acredite la rumeur
2) il est quand meme fou qu en France on taxe plus la revente d une societe que la revente d un logement qui elle n a rien rapporte a la France. Plus value sur residence princiapl exonere, plus value sur residence secondaire =0 apres X annees (delai reduit d ailleurs par hollande. comme quoi l ami de la rente n est pas forcement toujours celui qu on croit)

L.M. a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=koRPuV4NPBs

zergy a dit…

Oh mais zut alors.
Les gentils libertarés apolitique-ni-de-gauche-ni-de-droite se trouvent encore être de droite-extrême.
C'est pas de bol quand même, c'est vraiment trop injuste…

Anonyme a dit…

"soit une augmentation de 3%!"

Pour bien situer le débat, il suffit d'imaginer ce qui se passerait si on décidait une augmentation de 3% de la taxation des salaires de la catégorie sociale la mieux rémunérées en France, soit, pour reprendre une expression bien connue, les plus riches, les fonctionnaires.

Arthur Hache a dit…

En même temps, quand on considère que la droite extrême commence dès qu'on déborde un trop Montebourg... :-D

Stephane Laborde a dit…

C'est assez bien résumé.

Il reste tout de même à simplifier et rendre visible et stable la fiscalité. Qu'elle soit la même pour tous et tous les revenus ou tous les capitaux serait bien, qu'elle soit claire et simple est primordial.

Sans quoi qui donc se hasarderait à bouger ? Serait-ce alors du tir au pigeon ?

bobcestmoi a dit…

Pour bien situer le débat, il suffit d'imaginer ce qui se passerait si on décidait une augmentation de 3% de la taxation des salaires de la catégorie sociale la mieux rémunérées en France, soit, pour reprendre une expression bien connue, les plus riches, les fonctionnaires.

non, c'est le taux qui augmente de 3%
il passe de 12.0 à 12.4
cad 40 CENTIMES pour 100 €
donc peanuts

Anonyme a dit…

"Contribuer comme les autres à la vie du pays en fonction des revenus: Putain d'injustice" ?

- Où est la justice avec un marché de l'art taxé à 5%, sans parler de l'immobilier ? Où est la justice quand les dividendes sur des sociétés du CAC40 disposent d'un abattement de 40% d'office dès la première seconde alors que lorsque l'on s'évertue à démarrer sa société il faut attendre 12 ans avant d'avoir ce même abattement ? Est-ce un alignement des impôts ou de la poudre aux yeux ?
Au delà de la justice, surtout où vont aller les investissements désormais ? Seront-ils vraiment productifs ?

- Où est la justice si se démener pour pouvoir donner du revenu à d'autres par la création d'emploi nouveaux ne mérite aucune reconnaissance à la fin ?
Ca fait plusieurs année que je ne me dégage aucun revenu pour faire tourner la société et payer les salariés !

Posez-vous ces quelques questions. et Bernard Arnault n'a rien a voir dans l'histoire je crois.

Toutatis a dit…

@Anonyme de 13:33

Une augmentation des taxes de 3% des fonctionnaires c'est à peu près ce qui a été décidé sous Sarkozy, 0,27% par an pendant 10 ans.
Sauf que là c'est 3% du salaire et pas 3% des taxes.

Anonyme a dit…

Non mais, le Mr Musset n'est pas d'un parti politique!! MDR!! Il se remet doucement de 5 années de sarkozysme!!!! Ce quoi ca?! il est de droite le chouchou!!
On a marre de payer!!!!

seb musset a dit…

@cdg >

Tu as raison sur l'impression de persécution. Note aussi que, bizarrement, il suffit de 10.000 likes de "pigeons" pour décrocher un sujet de 3 mns au JT dans les 48h et faire la Une du Financial Times.

Pour ce qui de l'immobilier tu prêches un convaincu. Mais bizarrement encore, tu remarqueras que tu trouves les mêmes libértarés des pigeons pour se plaindre de la taxation des PV dans l'immobilier, ou pour s'insurger contre l'encadrement des loyers...

P.S : Bon... si je n'ai pas min 100 coms et 20 insultes, je le prendrai mal

Anonyme a dit…

Doucement sur la paranoïa quand même.
Le fait que celle qui a déposé le nom de domaine travaille aussi dans une boite de comm ne rends pas la boite à l'origine du mouvement.
Sinon c'est ce nom qu'elle aurait mis en whois, ou plutôt un faux, comme tout bon fourbe libertaré manipulateur-manipulé qui se respecte.

Quant à ces fameuses "personnes en charge de la communication élyséenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy" ce serait sympa de donner des sources et des détails un minimum approfondis.
Je ne réfute pas l'hypothèse en bloc mais ce genre d'accusation mérite un minimum de vérification quand même non ?

Br1ndavoine a dit…

@Anonyme de 14h52. Je sais pas moi, si l'outing t'intéresse va sur http://lentreprise.com/tiny/35603, par exemple.

Quand en plus t'entends le frère de NKM parlait pour les geonpi, tu te demandes quand même si une agence de comm a pu laisser passer ça. C'est trop gros pour être vrai de laisser un message quel qu'il soit être décrédibilisé en si peu de temps.

Je n'ai jamais rencontré quiconque se déclarant "ni de droite, ni de gauche" voter autre chose qu'à droite (les anars, les libertaires, les vrais n'utilisent pas cette formule). Bon je n'ai pas rencontré l'ensemble du corps électoral français je te l'accorde.

Enfin, pourquoi ne pas demandé que soit sourcée l'assertion d'anonyme de 13h33 ? Celle dans laquelle il déclare que la catégorie sociale la mieux payée de France sont les fonctionnaires. Les seuls chiffres à ma connaissance disponibles sont ceux de l'INSEE, et ils ne distinguent pas le type de contrats mais sont ventilés selon les CSP.

seb musset a dit…

@anonyme > Comme il est dit dans le lien, ça se trouve. Mais il ne faut aucunement s'étonner. Il est évident, et c'est dit en haut du blog, que TOUT EST POLITIQUE. Spécialement ce qui prétend ne pas l'être. Seule la méthode doit nous interroger. On part d'un hoax, ou d'un document mal analysé et hop, on réussit à agréger les mécontentements (parfois contradictoires) en moins de 48h chacun s'auto intoxiquant

Le bon côté c'est que cela permet un début de débat sur la création d'entreprise (enfin si on reste sous l'angle qu'il faut à tout prix qu'ils soient moins imposés que les autres car ils souffrent plus, je ne sais pas s'ils récolteront tant de suffrages que ça dans l'opinion)

Br1ndavoine a dit…

Ah et pour SebMusset : espèce de tête de vis de purge. Voilà pour l'insulte.

Anonyme a dit…

@seb musset
effectivement c'est bien pourri comme article, très nauséabond et pas utile pour le débat. :)

le début donne le ton. je résume : "les autres (ce qui gueulent) sont vraiment trop cons". De la part d'un mec qui n'a peut être jamais entrepris de sa vie c'est assez marrant. Enfin je dis ça j'en sais rien, mais pas plus que toi à propos des entrepreneurs visiblement. :)

Et le coup du violon ou de la pommade à la fin, c'est vraiment pathétique. Genre : "non seulement vous êtes cons mais en plus vous comprenez rien".

avec ce genre de raisonnement, le pays court droit à la catastrophe. tout le monde s'insulte, prend l'autre pour un con, etc. on ne fait même plus l'effort d'essayer de l'écouter (je ne parle même pas de le comprendre). qui plus est lorsque c'est associé à une mauvaise foi totale, c'est dévastateur.

perso mon BOF qui a commencé à se payer quelque chose (suffisamment pour se payer son loyer) au bout de 3 ans d'existance, avait décidé il y a peu de prendre le risque d'embaucher 2 ou 3 personnes. Avec les derniers événements, non seulement il y a renoncé mais va certainement fermer la boite. Ca vaut vraiment pas le coup... Bref peut être aura-t-il plus de chance d'assurer son avenir en essayant de se faire embaucher dans un contrat d'avenir dans la fonction publique. Et oui bientôt l'avenir, ça sera la fonction publique ;)

Toutatis a dit…

Si TOUT EST POLITIQUE, la notion de politique n'a plus aucun intérèt.
C'est de la logique élémentaire.

Anonyme a dit…

Deux remarques :

L'analyse est bonne mais il manque la dimension internationale. Il me semble qu'un état compétitif, est un état capable de séduire les investisseurs, donc proposer des conditions qui permettent, facilite, voire incite à la création d'entreprises (filiales en l’occurrence pour les boîtes étrangères), et donc créer de l'emploi. S'il ne s'agissait pas de la France, le mouvement des pigeons aurait déjà atteint des proportions nettement supérieures. Seulement voilà, nous cultivons par traditionalisme, un clivage qui ne s'inscrit pas dans une dimension d'économie globale, qui relève même de plus en plus d'un nombrilisme frôlant la névrose obsessionnelle pour une certaine élite qui en profite bien. Nos entrepreneurs sont chaque jours plus nombreux à délocaliser pour fuir la pression fiscale, peut-on les blâmer de vouloir protéger leurs intérêts dans un monde favorisant (quelque soit la politique du pays, l'économie de marché dans sa logique absolue étant dissociée de toute considération politique) l'individualisme à outrance ? Enfin une question qui revient souvent et ne paraît pas dénuée de sens : où cet argent ira-t-il ?

Merci si vous lisez ce post

Anonyme a dit…

Mouais donc si j'ai bien suivi on a le frère d'un des mecs qui a lancé le truc qui est président de la branche française d'une des plus grosse agence marketing d'Europe, et cette agence a bossé entre autres centaines de trucs, sur la campagne Sarko 2012.

Et ca vous suffit pour en déduire que le mouvement "émane d'une poignée de personnes en charge de la communication élyséenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy"...

Faut se détendre, que le mouvement soit récupéré, soit, comme tous les mouvements, mais qu'il soit initié et télécommandé par l'UMP ca reste à prouver.

ben a dit…

Sérieux les anonymes, mettez au moins un pseudo qu'on puisse vous répondre.

seb musset a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
seb musset a dit…

@anonyme > Quel est le plus réducteur pour les entrepreneurs ? Se lancer dans un mouvement pour pleurnicher sur 1 / "la destruction des AE" alors qu'il ne s'agit que d'une augmentation de 3 points sur les cotisations et 2 / sur les "retenez moi ou je vais investir ailleurs" qui pleurnichent sur parce qu'ils passeraient de 19% à une imposition comme les autres sur la revente de leurs actions (avec tarif dégressif en sus). 3 / Le tout grossièrement fagoté par quelques hasbeen de Cour et une poignée de millionnaires qui ne travaillent plus que leur personal branding ?

Inciter à la création d'entreprise est une chose(de vraies sociétés pas des AE, qui ne sont de la délocalisation salariale déguisée) et la il y'a débat et le PLF 2012 propose des choses, en revanche le créateur d'entreprise n'a aucune valeur morale "supérieure" au salarié ou même au chômeur lui donnant le droit d'être exonéré fiscalement s'il gagne du pognon. Il gagne de l'argent, il paye point barre.

Là où je rejoins les pigeons (enfin presque, parce quand même ils sont légèrement obnubilés par le pognon), c'est qu'une petite boite n'a pas les moyens d'une boite du Cac40 pour s'armer d'une équipe d'avocats fiscalistes et échapper totalement à l’impôt. Ce qui nourrit leur sentiment d'injustice. Au gouvernement de s'attaquer à l'optimisation fiscale des grands groupes. Là il y'a un vrai débat

Anonyme a dit…

Le pigeon est un drôle d'animal. Production incessant de fientes par lesquelles, et pour lesquelles, il "vit", il s'avère également larbin dans les grandes largeurs.

http://www.youtube.com/watch?v=Yoi9eUZzgJ8

Drôle de Bête, décidément.

Anonyme a dit…

"Si TOUT EST POLITIQUE, la notion de politique n'a plus aucun intérèt.
C'est de la logique élémentaire."

Tout est de la logique élémentaire pourvu que l’énoncé soit court, qu'il sonne bien et qu'on prenne soin de ne surtout pas chercher a le démontrer...

Exemple: "Si TOUT EST POLITIQUE, la notion de politique doit être au centre de nos préoccupations."

Ca marche même dans l'autre sens ^^

Guy Liguili a dit…

Je ne connais pas toutes les données du problème. Ce que je sais juste c'est que les auto-entrepreneurs depuis la fin de la taxe professionnelle sont imposés sur leur local professionnel et quand il s'agit d'une chambre de bonne, ça peut leur faire mal au fondement d'être imposés y compris en absence de chiffre d'affaire.

Anonyme a dit…

Une petite correction à propos des CDD qui, selon le billet représenteraient 75% des embauches.

Dans la mesure où les personnes en CDD passent leur temps à s'inscrire puis se désinscrire de pôle-emploi, les chiffres tendent à faire croire que le CDD représente entre 75 et 90% des contrats de travail.

Mais c'est faux, ce chiffre est celui du flux d'entrées/sortie de pôle-emploi.

En France, 90% des contrats de travail sont des CDI.

ZapPow a dit…

Depuis quelque temps, je lis assez fréquemment que la catégorie sociale la mieux rémunérée est celle des fonctionnaires, sans qu'aucun de ceux qui le disent ne se donnent la peine de donner leur source. Or, des fonctionnaires, il y en a des petits et des hauts, et quand on fait une recherche sur la catégorie sociale la mieux rémunérée, on découvre, selon l'Express, journal gauchiste bien connu, que ce sont les cadres, en particulier financiers, des grandes entreprises. Il est vrai que l'Expresse ne considère pas les fonctionnaires comme une catégorie sociale.

Unknown a dit…

Salut Seb!
Je consulte quotidiennement ton blog depuis plus de deux ans.
Je voulais te dire bravo!
Stef.

seb musset a dit…

@17.26 > Salopards de précaires qui faussent les stats.

@Guy > J'ai écrit il y a 4 ans que la finalité de l'AE serait d'être taxée. C'était en partie crée pour cela à la base. Il ne faut pas penser l'AE comme un unique moyen de revenu mais un complément (à ce titre, et même si je vois ça d'un mauvais oeil, c'est intéressant pour les étudiants ou les retraités).

Toutatis a dit…

une autre réaction d'entrepreneurs

http://www.liberation.fr/economie/2012/10/03/nous-entrepreneurs_850572

Isabelle a dit…

Merci pour ton billet.
Je ne voulais pas parler des entrepreneurs mais des auto-entrepreneurs.

Beaucoup de précaires prennent ce statut.
Qu'ils soient rédacteurs, correcteurs, graphistes, maquettistes, iconographes ;
qu'ils travaillent dans des secteurs comme l'édition, la communication et parfois même le journalisme (bien que normalement ce soit AE et journalisme sont incompatibles).

J'ai un peu évoqué ce statut que je déconseille absolument pour les iconographes via le hashtag sur Twitter #viedicono

Pourquoi ? En free-lance, affilié à l'urssaf, il faut payer des cotisations trimestrielles, quelles que soient ses rentrées d'argent. Si on ne gagne rien, on paye quand même.

En prenant le statut d'auto-entrepreneur, beaucoup font le calcul (qui se retourne contre eux) de s'éviter de payer ces cotisations.
C'est une logique à court terme.
Tout l'argent gagné pensent-ils ira dans leur poche.

Mais, c'est un statut crève-misère. Peu de gens s'en sortent réellement comme ça.
Les entreprises qui t'emploient en auto-entrepreneur ne payent ni charges patronales, ni charges sociales. C'est tout benef pour eux, mais pas pour toi !

Le statut d'auto-entrepreneur doit être déclaré à Pôle Emploi. Il est compatible 15 mois avec les Assédic mais n'ouvre pas de nouveaux droits !
Ce qui veut dire que tu ne cotiseras ni pour la retraite, ni pour la formation professionnelle, ni pour la maladie, etc.

Je conseille souvent à mes amis free-lance de lui préférer le portage salarial (on cotise pour la retraite, le chômage, la maladie, la formation professionnelle). Il faut payer une boîte qui transforme la mission forfaitaire en salaire et prend de 7 à 15% au passage.

Le statut d'auto-entrepreneur est un pur produit du système néo-libéral sarkozyste "le travailler plus pour gagner plus" comme illusion.
En fait c'est un statut précaire pour une plus grande flexibilité de l'emploi.



Arnaud a dit…

Et bien j'espère que vous savez tous ce que vous dîtes car à vous lire l'entrepreneur est largement bénéficiaire, qu'il arrête de se plaindre !

Pour ma part, la pression des charges sociales, la tonne de paperasse administrative, le RSI et le fait de n'avoir jamais la tête tranquille le soir/week end ont eu raison de mon envie d'indépendance.

Quel plaisir de pouvoir écouter ses collègues ronchonner que les patrons sont des cons...

Oui mais voilà, quand le jeu n'en vaudra plus la chandelle, quand il n'y aura plus d'entrepreneurs près à risquer leurs deniers personnels et passer plus de temps au travail qu'en famille, où irez-vous travaillez vous ?!

On en reparle dans moins de 10 ans ?

Anonyme a dit…

Pour payer les services publics dont nous profitons tous, il faut créer de la valeur ajouter puis la taxer.
Pour redistribuer à ceux qui ont moins, il il faut créer de la valeur ajouter puis la taxer.
Pour investir dans l'avenir, il faut créer de la valeur ajouter puis la taxer.
Sans création de valeur, de richesse, il n'y a pas de taxe, c'est le point pendant nécessaire à la taxation quelle qu'elle soit.
Est-ce l'état produit de la valeur ajoutée qu'il consomme ? Non.
Après, on peut le tourner dans tous les sens, mais sans les entrepreneurs qui permettent la création de valeur ajouté, de richesse, l'état n'existe pas.

Isabelle a dit…

@arnaud :

Ne mélangerais-tu pas deux choses différentes ?

La critique du mouvement des geonpi n'est pas forcément la critique de l'entrepreneur.
(voir d'ailleurs dans le libé de ce matin des entrepreneurs qui ne se plaignent pas de la fiscalité).

Il y a aussi 2 choses différentes ensuite :
La création d'entreprise
Sa fiscalité

Je ne critique pas la création d'entreprise.
Les gens font ce qu'ils veulent. Its "a free world" comme dirait Ken Loach.

Mais que les entrepreneurs n'aillent pas se plaindre parce qu'ils sont taxés (revenus ou capital c'est un débat ouvert il me semble)

Créer une entreprise est dans un avenir proche censée te rapporter de l'argent, de la richesse ?
(je ne sais pas du tout quel est ton secteur d'activité donc je peux dire des choses qui ne correspondent pas à ta situation...)

Tu fais fructifier un capital. Que ce soit boîte de services ou autres.
Si ton capital n'a pas encore fructifié, j'en suis désolée pour toi mais permets-moi de ne pas compatir à tes malheurs.
Peut-être t'attristes-tu car tu ne peux pas encore embaucher (un(e) secrétaire pour gérer ta paperasse administrative) ?

J'ai pour ma part parler du statut des indépendants / le statut des auto-entrepreneurs
(le commentaire juste avant le tien).

J'ajoute : pensons au personnage de Robin des Bois. Eh bien il prend aux riches pour donner aux pauvres et c'est un héros très populaire.
---
Le travail n'existera plus dans 10 ans.
Nous aurons un revenu minimum universel
Nous serons en coopérative
Nous ne penserons plus "profit" mais "valeur".

Oui j'ai fait un rêve moi aussi.

Isabelle

Ju a dit…

@Isabelle : C'est navrant de propager de telles erreurs sur l'AE...

L'AE paye ses cotisations sociales tous les mois ou tous les 3 mois en % du CA encaissé durant la période visée.

Ces cotisations sociales couvrent les mêmes champs qu'un salarié lambda à l'exception des cotisations chômages (comme n'importe quel "entrepreneur" - à savoir commerçant, travailleur non salarié et assimilé salarié).

Si quelqu'un créé son AE persuadé qu'il ne paiera rien sur ce qu'il touche il fait une GROSSIERE erreur. Et 2 min de lecture lui aurait permis de ne pas la faire...


#geonpi

Le mouvement des pigeons est une vaste blague, les vrais créateur de start'up ne vise pas la culbute dans les 3 ans. Ceux qui font ça sont des spécialistes de l'esbrouffe, ils montent des pseudo start'up qui se "gonfle" le plus possible pour pousser LE gros du secteur sur lequel ils sont à les racheter, on appel ça absorber la concurrence.

Les vrais créateurs de start'up ne cherchent pas à faire une culbute lucrative dans un minimum de temps, il cherche à porter leur projet le plus loin possible, ce sont des ENTREPRENEURS. Ceux qui veulent une culbute à 15% mini dans les 3 ans, ce sont les investisseurs... et c'est eux qu'on entend pleurer à travers les pigeons...

Entreprendre ce n'est pas gagner plein de pognon très vite (souvent avec l'argent de papa maman d'ailleurs), mais avoir une vision de ce que pourrait être l'avenir et mettre tout en oeuvre dans le présent pour que cet avenir ce concrétise.
Et très franchement, si la vision d'avenir c'est "j'veux plein d'pognons très vite"... peut-on réellement parler de projet ? Cette vision d'avenir là, les braqueurs de banque et les dealers ont la même... et je ne crois pas qu'on les qualifie d' "entrepreneurs"...


Merci Seb, je lis ton blog depuis pas mal d'année, et même si on est pas toujours d'accord (surtout sur la bagnole, étant un putain d'rural qui peut pas faire autrement que d'l'utiliser), j'apprécie vraiment tes billets démystificateurs contre ces "foutus pigeons"...

Anonyme a dit…

Voilà. Exactement. Le vrai entrepreneur, est avant tout un Visionnaire. Il voit par delà les limites bienséantes du coma du commun des mortels mortifèrement assistés.

opiam2012 a dit…

Les "entrepreneurs" souffrent vraiment trop. Je propose de les achever. Le 4 août 2017 ?

Anonyme a dit…

Sur l'AE, il y a confusion entre % et points de %.

Dans le cas de l'AE, il est question de relever de 2 à 3,3 points de pourcentage (et non pas %) les taux de charges des recettes.

Dans le cas de l'AE profession libérale par exemple, on passerait selon le PLF d'un taux de charges des recettes de 18,3 à 21,3%, ce qui fait + 3 points de pourcentage et donc une augmentation des charges de 16,4% (21.3/18.3-1*100).

Les deux autres régimes AE connaissent des hausses similaires.

On est très loin des 3%.

16% de hausse sur des régimes capés en chiffre d'affaires et qui, en plus, ne gagnent pas lourd dans les faits, c'est violent, non ?

seb musset a dit…

Si ça ne tenait qu'à moi : Destruction pure et simple du régime AE

Anonyme a dit…

Je suis boulanger en SARL;tout le monde sait que c'est un metier difficile.J'ai vendu mon etablissement en septembre 2011.(cession du droit au bail).
impots plus values sur la SARL:21% contributions sociales perso :13,5%,impots perso sur vente (dividendes)forfaitaire:19%.Total 53,5 % est normal et moral.partant à la retraite pas d'abattement pour mon cas.L'etat confond les petits entrepreneurs comme moi et les gros actionnaires;aucune difference n'est faite !!C'est ecoeurant aprés avoir travaillé pour sa petite entreprise toute sa vie !!